Artigueloutan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Artigueloutan
L'église Saint-Jean-Baptiste
L'église Saint-Jean-Baptiste
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Pau-Est
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Pau-Pyrénées
Maire
Mandat
Michèle Laban-Winograd
2014-2020
Code postal 64420
Code commune 64059
Démographie
Gentilé Artigueloutanais
Population
municipale
944 hab. (2011)
Densité 116 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 16′ 33″ N 0° 14′ 42″ O / 43.2758, -0.245 ()43° 16′ 33″ Nord 0° 14′ 42″ Ouest / 43.2758, -0.245 ()  
Altitude Min. 229 m – Max. 370 m
Superficie 8,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Artigueloutan

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Artigueloutan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Artigueloutan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Artigueloutan

Artigueloutan est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Artigueloutanais[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La salle des fêtes

Artigueloutan est située à quinze kilomètres à l'est de Pau.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune, situées dans le bassin versant de l'Adour, sont arrosées[3] par l'Ousse et par l'Ousse des Bois, affluents du gave de Pau.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route nationale 117, reliant Toulouse à Bayonne, et par les routes départementales 213 et 215.

Le réseau de bus Idelis y possède deux arrêts, l'un sur la ligne P10 reliant Pau Auchan à Artigueloutan - Salle des fêtes, et le second desservi par le service de transport à la demande, Flexilis Zone Est.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Artigueloutan apparaît sous les formes Artigueloptaa, Artigalopta et Artigelobtaa (respectivement 1385[5] et XIVe siècle[5] pour les deux dernières formes, censier de Béarn[6]), Arthigueloutan (1457[7], notaires d'Assat[8]), Artigaloutaa (1536[5], titres d'affièvement), Artigalotaa (1675[5], réformation de Béarn[9]), 'Artiguelotaa sur la carte de Cassini (fin XVIIIe siècle[7]) et Artigue-Loutan (1801[10], Bulletin des lois).

Son nom en béarnais est Artigalotan (selon la norme classique de l'occitan). Selon Michel Grosclaude[7], le toponyme provient du gascon artigalota, qui signifie « petite terre défrichée », augmenté du suffixe qualitatif -anam.

La ferme du lieu-dit Belloc est déjà mentionnée dans le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque de 1863[5].

Les Bordes, appelé également Viellelongue, était un hameau de la commune, indiqué en 1675[5], dans la réformation de Béarn[9].

Lou Bouey est un ancien hameau d’Artigueloutan, dont il est fait mention sous les graphies Lo Boey (1457[5], cartulaire d'Ossau[11]) et Louboey (1863[5], dictionnaire topographique Béarn-Pays basque). Paul Raymond indique la présence d’une abbaye laïque, dépendant de la vicomté de Béarn.

Cambus, ferme d’Artigueloutan, était également un fief, comprenant en 1538[5] les communes d’Ousse et de Rontignon, vassal de la vicomté de Béarn.

Clerguet était une ferme, et un fief de la commune, vassal de la vicomté de Béarn, mentionné en 1538[5].

Le Fort de César est une motte, commune à Artigueloutan et Ousse, mentionnée également en 1863[5].

Rigabert est le nom d’une ferme, déjà indiquée dans le dictionnaire de 1863[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[5] note qu'en 1385, Artigueloutan comptait 28 feux et dépendait du bailliage de Pau.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Hubert Lassègues    
2001 en cours Michèle Laban-Winograd    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Artigueloutan fait partie de cinq structures intercommunales[12] :

  • la communauté d'agglomération de Pau-Pyrénées ;
  • le syndicat d'aménagement hydraulique du bassin de l'Ousse ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal pour la construction et le fonctionnement du C.E.S. de Bizanos ;
  • le syndicat mixte d’eau et d’assainissement de la vallée de l’Ousse.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 944 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
403 454 513 518 600 610 700 664 639
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
717 710 718 691 672 655 646 577 527
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
524 476 503 405 429 420 401 333 348
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
404 435 459 534 669 722 811 827 914
2011 - - - - - - - -
944 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique


Artigueloutan fait partie de l'aire urbaine de Pau.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Artigueloutan dispose d'une école primaire.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partiellement partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean-Baptiste[14] date du milieu du XIXe siècle.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Le chemin Henri-IV borde la limite sud-est de la commune[4].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Brigitte Jobbé-Duval, Dictionnaire des noms de lieux - Pyrénées-Atlantiques, Archives et Culture,‎ 2009 (ISBN 978-2-35077-151-9)
  3. Notice du Sandre sur Artigueloutan, consultée le 01/07/09
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x et y Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 16 mars 2012)
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  6. Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. a, b et c Michel Grosclaude, Dictionnaire toponymique des communes, Béarn, Edicions reclams & Édition Cairn - 2006 (ISBN 2 35068 005 3)
  8. Notaires d'Assat - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. a et b Manuscrit du XVIe siècle au XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Cartulaire d'Ossau ou livre rouge - Manuscrit du XVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  12. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 24 juin 2014)
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  14. « L'église Saint-Jean-Baptiste », base Mérimée, ministère français de la Culture