Campan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Campan (homonymie).
Campan
Mairie de Campan
Mairie de Campan
Blason de Campan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement arrondissement de Bagnères-de-Bigorre
Canton Canton de Campan
Intercommunalité Communauté de Communes de la Haute-Bigorre
Maire
Mandat
Gérard Ara
2014-2020
Code postal 65710
Code commune 65123
Démographie
Gentilé Campanois
Population
municipale
1 418 hab. (2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 01′ 03″ N 0° 10′ 42″ E / 43.0175, 0.178343° 01′ 03″ Nord 0° 10′ 42″ Est / 43.0175, 0.1783  
Altitude Min. 629 m – Max. 2 747 m
Superficie 95,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Campan

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Campan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Campan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Campan
Liens
Site web Site officiel

Campan est une commune française, située dans le département des Hautes-Pyrénées en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Campan est une commune située dans les Pyrénées en vallée de Campan à la confluence de l'Adour et de l'Adour de Payolle.

Historiquement, Campan se compose de 3 grandes entités :

  • Le Bourg, siège de la mairie,
  • Sainte-Marie-de-Campan, célèbre pour son rôle dans le Tour de France,
  • La Séoube et sa vallée qui débouche sur le col d'Aspin,

Ces 3 entités sont rappelées sur le blason (3 cloches et 3 sapins) et dans la devise de la commune : "Tria et unum". Ce sont les 3 hameaux qui contiennent les églises à services religieux réguliers.

La commune est très étendue (95 km²) et contient de nombreux petits hameaux. Parmi ceux-là, on peut citer :

  • Payolle, au pied du Col d'Aspin
  • Saint Roch, Galade et Rimoula, juste au sud du bourg
  • Trassouet, en contrebas de Sainte-Marie
  • Le Sarrat de Bom et le Sarrat de Gaye, sur le coteau entre les vallées de Gripp et de Payolle
  • Le Peyras, au-dessus de Rimoula
  • Gripp et Artigues au pied du col du Tourmalet.

L'Adour du Tourmalet, en provenance de La Mongie conflue sur la rive gauche de l'Adour au nord de Sainte-Marie-de-Campan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Campan et des proches communes.
Communes limitrophes de Campan
Beaudéan Asté Esparros
Campan Beyrède-Jumet, Aspin-Aure
Bagnères-de-Bigorre Aulon Ancizan, Arreau

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 9 536 hectares ; son altitude varie entre 629 et 2 747 mètres[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Il n' y a pas de station climatique officielle à Campan. Cependant, le site http://www.infoclimat.fr/climatologie/annee/2014/luz-saint-sauveur/valeurs/000S0.html Info Climat fournit des données pour la ville de Luz-Saint-Sauveur, géographiquement proche et d'une altitude correspondant à celle du bourg de Campan. Ce sont ces données qui apparaissent ci-dessous.

Station météorologique de Luz Saint Sauveur, 42.873387, -0.003556, altitude 670m - données de 2014.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,7 0,9 1,4 5,9 6,1 10,8 12,5 12,3 10,1 9,9 7,3
Température moyenne (°C) 7,1 6,1 7,7 11,7 11,6 16 17,8 17,1 16,6 15,8 12,7
Température maximale moyenne (°C) 11,4 11,4 13,9 17,4 17,2 20,9 23,1 21,8 23 21,7 18,2
Précipitations (mm) 178 95,2 167,4 95,4 148,2 68,2 53,4 42,2 54 50,2 952,2
Source : Exemple « données climatiques », sur Climatologie de l'année 2014 à Luz-Saint-Sauveur (consulté le 20/10/2014)
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
11,4
2,7
178
 
 
 
11,4
0,9
95,2
 
 
 
13,9
1,4
167,4
 
 
 
17,4
5,9
95,4
 
 
 
17,2
6,1
148,2
 
 
 
20,9
10,8
68,2
 
 
 
23,1
12,5
53,4
 
 
 
21,8
12,3
42,2
 
 
 
23
10,1
54
 
 
 
21,7
9,9
50,2
 
 
 
20
10
80
 
 
 
20
10
80
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Il n'y a qu'une seule route qui remonte la vallée entre le bourg et Sainte-Marie : la D935. Le bourg peut être atteint depuis le nord par Beaudéan via cette même D935 ou par Asté via la D8. À Sainte-Marie, la D935 rejoint la D918 qui relie le col d'Aspin au col du Tourmalet. Il est donc possible d'atteindre la commune de Campan par ces deux cols.

Il existe de nombreuses rue et routes qui essaiment de ces 2 routes principales pour desservir les différents quartiers de la commune, comme la D154 ou la D155.

Transports[modifier | modifier le code]

Le conseil général des Hautes Pyrénées propose un transport à la demande par autocar sur une ligne Sainte-Marie-de-Campan / Bagnères-de-Bigorre. (Il existe une ligne régulière entre Tarbes et Bagnères-de-Bigorre.) [2]

Il n'existe pas d'autres service de transports en commun pour accéder ou se déplacer dans la commune de Campan.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2011, le nombre total de logements dans la commune était de 1 912, alors qu'il était de 1 782 en 2006.

Parmi ces logements, 34,5 % étaient des résidences principales, 57,6 % des résidences secondaires et 7,9 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 72,6 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 17,4 % des appartements. Entre 2006 et 2011, la proportion de logements vacants de la commune a presque doublé, passant de 4,9 à 7,9 %.

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 79,3 %, en légère hausse par rapport à 2006 (76,9 %). La part de logements HLM loués vides était de 1,8 % contre 2,9 %, leur nombre étant en légère baisse, passant de 19 à 12 entre 2006 et 2012.

En 2011 comme en 2009, près de 45% des résidences principales contenaient 5 pièces ou plus.

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

L’étymologie du nom de Campan n'est pas définie. Pour certains, le nom est un dérivé du peuple des Compani. Pour d'autres, il aurait été choisi suite à l'installatin d'un camp de soldats romains. Enfin, certains parlent d'une déformation du latin campana, "petite cloche". Cette dernière étymologie est soutenue par les 3 cloches qu'on retrouve sur le blason de la commune.[réf. nécessaire]

Les habitants de Campan sont appelés les Campanois. Cette dénomination se retrouve dans les bulletins municipaux de la commune[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Gascogne, Bigorre et Haute-Bigorre.

Antiquité[modifier | modifier le code]

En 56 avant J.-C., le romain Lucinius Crassus soumet les Bigeriones. Ce n'est qu'en 28 avant J.-C. que la tribu des Campons est battu par le général romain Valérius Messala, près de Payolle. Pendant 5 siècles, la Pax Romana régnera sur la vallée du Haut Adour.

La Bigorre commence à être évangélisée vers l'an 350. Dans la vallée de Campan, la première église est construite à Beaudéan.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les Wisigoths s'installent en Bigorre dès 412 et y restent pendant un siècle.

En 733, des restes de l'armée arabe (repoussée à Poitiers par Charles Martel un an plus tôt) arrivent à Campan. Ils sont défaits par les Campons. Les survivants sont installés sur la rive droite de l'Adour (sur ce qui deviendra le quartier des Cagots) ou dans la vallée de Lesponne.

Entre la moitié du IXe siècle et la moitié du XVIe siècle, les bigourdans, y compris les campanois, se disputent entre eux et avec les extérieurs sur les limites des différents territoires et leurs propriétaires. Le premier bornage a lieu en 850 et des procès ont encore lieu en 1524 pour déterminer les appartenances des bois situés au dessus du lac de Payolle. Cette même année, les moines cisterciens de l'abbaye de l'Escaladieu font don en partie à Cieutat et en partie à Campan de leurs terres situées dans la vallée de Gripp.

Faits historiques[modifier | modifier le code]

  • En 1700, le célèbre ébéniste André-Charles Boulle intègre le marbre de Campan dans ses meubles en association avec de l'ébène, de l'étain, du cuivre et des écailles[4],[5].
Loggia du Grand Trianon, colonnes en marbre de Campan.
  • En 1784, Pierre Bernard Palassou écrit qu'une grotte à une inscription relate la visite en ce lieu de la comtesse de Brionne en 1766[6]. Heinrich August Ottokar Reichard précise que cette grotte est sur la rive droite de l'Adour au pied de la montagne grise[7]. Pierre Henri Valenciennes évoque quant à lui la disparition des stalactites de la grotte[8].
  • En 1779, Nicolas Gobet évoque à Campan la présence de mines de cuivre, concession des Sieurs Thorin et Poli[9].
  • En 1821, Cyprien Prosper Brar cite dans son ouvrage sur la minéralogie les trois types de marbres de Campan, le rouge, le vert et l'Isabelle[10]. Il cite également au muséum royal de Paris, dans la galerie des peintres anciens (Salle de la Diane) quatre colonnes en marbre de Campan. Pierre Toussaint de La Boulinière écrit que le marbre de Campan est très utilisé sous Louis XIV et Louis XV, notamment pour le Grand Trianon et Versailles[11]. Le marbre de Campan est également utilisé par Barthélemy Prieur dans l'église des célestins de Paris pour le Monument du cœur du connétable Anne de Montmorency[12].
  • Grigorii Vladimirovitch Orlov, en 1822, décrit les mœurs des habitants de Campan[13].
  • En 1820, Campan, avec 4 329 habitants, était la troisième agglomération du département après Tarbes et Bagnères-de-Bigorre. Cinquante moulins y fonctionnaient en 1825.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

La commune de Campan présente la particularité, assez rare en France, de comporter deux collèges électoraux pour les élections municipales : le bourg d'un côté et Sainte-Marie La Séoube de l'autre.[réf. nécessaire]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Jean-Marie Brau-Nogué Inconnu  
1791 1792 Antoine Luquet-Mounique Inconnu  
1792 1794 Charles Jumere Inconnu  
1794 1795 Jean-Pierre Cazeaux Inconnu  
1795 1796 Charles Jumere Inconnu  
1796 1799 Xxxx Baylac Inconnu  
1799 1801 Charles Jumere Inconnu  
1801 1815 Joseph Dumont Inconnu  
1815 1821 Dominique Bourdette Inconnu  
1821 1827 Jean-Pierre Cazeaux Inconnu  
1827 1827 Xxxx Soucaze Inconnu  
1827 1830 Jean-Louis Abadie Inconnu  
1830 1831 Pierre Baylac Inconnu  
1831 1833 Guillaume Bordenave Inconnu  
1833 1839 Jean-Paul Cazaux Inconnu  
1839 1840 Dominique Bourdette Inconnu  
1840 1850 Jean-Pierre Soucaze Inconnu  
1850 1855 Jean-Paul Cazaux Inconnu  
1855 1870 Joseph Gaye Inconnu  
1870 1871 Jean Bourdette Inconnu  
1871 1878 Joseph Gaye Inconnu  
1878 1882 Jean-Pierre Cazeaux-Manaud Inconnu  
1882 1896 Joseph Gaye Inconnu  
1896 1900 Prosper Dulout Inconnu  
1900 1903 Jean-Pierre Colat Inconnu  
1903 1912 Prosper Dulout Inconnu  
1912 1925 Xxxx Colat Inconnu  
1925 1931 Pierre Soucaze Inconnu  
1931 1935 Bernard Larrieu Inconnu  
1935 1938 Jean-Jacques Pecondon Inconnu  
1938 1945 Adolphe Sarbarie Inconnu  
1945 1947 Joséphine Labat Inconnu  
1947 1951 Jean Berard Inconnu  
1951 1953 Jean-Jacques Morere Inconnu  
1953 1964 Ludovic Larrieu Inconnu Chevalier de la Légion d'Honneur[14]
1964 1971 Robert Houbas Inconnu  
1971 1977 Jean Colat-Parros Inconnu  
1977 1989 Gilbert Soucaze Des Soucaze Inconnu  
1989 2001 Marc Chicoulaa RPR Conseiller général
2001 2003 Gamel Sinclair Inconnu  
2003 2008 Marc Chicoulaa RPR  
2008 en cours Gérard Ara SE  

La liste complète des maires de Campan a été fournie sur papier libre par la Mairie, sur simple demande.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Campan relève de la juridiction de Tarbes pour le tribunal d'instance, le tribunal de grande instance, le tribunal pour enfants, le tribunal de commerce, la cour d'assises, et le conseil de prud'hommes. Campan depend de de la Cour d'appel de Pau, du tribunal administratif de Pau et de la Cour administrative d'appel de Bordeaux[15].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 26 septembre 2014, Campan est jumelée avec[16] :

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 418 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 640 3 816 3 978 4 329 4 171 4 248 4 058 4 091 3 900
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 815 3 655 3 576 3 524 3 275 3 115 2 974 2 872 2 744
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 697 2 550 2 406 2 135 2 000 1 989 1 880 1 821 1 881
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 634 1 546 1 481 1 458 1 390 1 483 1 472 1 465 1 418
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2004[18].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Campan fait partie de l’académie de Toulouse, et donc de la Zone A. Il y a à Campan 2 écoles : une école maternelle publique dans le quartier du bourg et une école élémentaire publique dans le quartier de Sainte-Marie[19].

La commune accueille aussi 2 antennes du Centre Jean-Marie Larrieu, un établissement médico-social public, dans un ensemble de bâtiments situé au nord du Bourg, dans le quartier Saint-Paul. La partie ITEPro peut accueillir 10 personnes de 12 à 16 ans et la partie IMPro contient 37 places de 12 à 20 ans[20]. Le populations concernées sont les enfants et adolescents présentant des troubles du comportement, des déficiences intellectuelles avec ou sans troubles associés.

Les collèges et lycées les plus proches sont situés à Bagneres-de-Bigorre.

Santé[modifier | modifier le code]

Il existe une pharmacie et 2 médecins généralistes dans le quartier du bourg. Des infirmiers libéraux se sont aussi installés dans la vallée. L’hôpital le plus proche est à Bagneres-de-Bigorre. Il contient un service d'Urgences.

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse de Campan fait partie du Diocèse de Tarbes et Lourdes. Il y a 3 églises à Campan, qui reçoivent des services religieux réguliers : l’église Saint-Jean-Baptiste au bourg, l’église Sainte-Marie à Sainte Marie et l'église Saint-Vincent-de-Paul de La Séoube. Le presbytère est situé dans le bourg.

La plus proche synagogue est à Tarbes, rue Gaston Manent[21].

Il y a deux mosquées à Tarbes, l'une place Germain-Claverie et l'autre avenue Antoine de Saint Exupéry[22].

La ville de Bagnères-de-Bigorre accueille un temple de l'Eglise Protestante, avenue Prosper Nogues[23].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le nombre de ménages fiscaux de la commune était égal à 679 et le revenu fiscal médian par ménage était de 24 872 €[24].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2011, Campan comptait 256 établissements : 74 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 15 dans l'industrie, 28 dans la construction, 101 dans le commerce-transports-services divers et 38 relatifs au secteur administratif[25].

En 2013, 9 entreprises ont été créées à Campan[25].

Autres[modifier | modifier le code]

Dans le passé, les principales ressources étaient le bois, le marbre et l'élevage qui produit le lait, le beurre et la laine. Le bois, le beurre et la laine, sont d'ailleurs représentés en bas-relief sur le monument aux morts du Bourg. Depuis, la fin du 20eme siècle, le marbre n'est plus une ressource de la commune. Actuellement, le tourisme complète les ressources agricoles et sylvicoles.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Halle de Campan[modifier | modifier le code]

La halle

La halle, lieu d'un important marché aux bestiaux. Elle date du XVIe siècle et elle est classée monument historique depuis le 14 mars 1927[26]. La halle est couverte d'un toit en ardoise. Elle est complètement fermée sur 2 cotés, nord et ouest. La charpente en bois est soutenue par 13 colonnes rondes en pierre et les 2 murs pleins.

Le coté sud de la halle donne sur une fontaine en pierre de 2 fois 4 jets. Le sommet de la fontaine, de forme pyramidale est en marbre rose de Payolle. La fontaine est inscrite dans le registres des monuments historiques, dans le même lot que la halle.

Depuis la fin du XXe siècle, la Halle est utilisée pour quelques manifestations culturelle et pour un marché touristique chaque dimanche des mois de juillet et aout[27].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame-de-l'Assomption de Sainte-Marie-de-Campan
  • Église Saint-Jean-Baptiste de Campan : elle a été construite au XVIe siècle. Elle contient un retable de style baroque datant du XVIIIe siècle, de l'école des frères Ferrère d'Asté. Église inscrite aux monuments historiques depuis 1972[28]. L’église a été détruite lors d'un incendie en 1694. Sa reconstruction a démarrée immédiatement. Une ébauche de cloitre (2 cotés seulement), située au sud de l'église, fait partie du même Monument Historique.
  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption de Sainte-Marie-de-Campan. Inscrite aux monuments historiques depuis 1989[29]. Clocher carré adossé à une nef unique. Cette église est moins haute et moins grande que celle du Bourg. La décoration intérieure fait la part belle au bois, plutôt qu'à la pierre ou au plâtre. Le porche extérieur, sur le coté sud, est lui aussi protégé, faisant partie du lot Monument Historique. Il est composé de sept arcades de plein cintre en marbre.
  • Église Saint-Vincent-de-Paul de La Séoube.

Le monument aux morts de Campan[modifier | modifier le code]

La femme au capulet par Edmond Chrètien

Sculpté par Edmond Chrètien, artiste bordelais, et érigé en 1926, devant l'église, devant le portail principal, le monument aux morts de Campan se distingue par son aspect sobre et émouvant.

Hormis les dates et la liste des morts, le monument ne contient aucune référence à la guerre : ni soldat, ni arme.

Loin des soldats héroïques qui ornent bien des monuments en France, la statue qui le domine représente une femme en deuil, au visage pratiquement invisible, et qui porte le vêtement de deuil traditionnel de la vallée, le long capulet noir.

Ce monument rassemble dans un même hommage les morts des guerres du XXe siècle pour chacune des sections de la commune : Le Bourg, Sainte Marie et La Séoube.

Enfin des bas-reliefs évoquent la paix retrouvée à travers les représentations des trois principales richesses de la commune : le bois, le beurre, la laine.

La Forge de Sainte-Marie-de-Campan[modifier | modifier le code]

Un des hauts lieux du Tour de France.

Eugène Christophe, dit le Vieux Gaulois, y répara la fourche de son vélo lors de l'édition de 1913. Une plaque sur la façade le rappelle. Le 18 Juillet 2014, une statue en bronze représentant le cycliste brandissant sa fourche a été inaugurée sur la place de Sainte-Marie-de-Campan[30].

Payolle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Payolle.

Le plateau de Payolle et son emblématique lac constituent un espace de loisir été comme hiver. On y pratique le ski, la randonnée pédestre ou en raquettes, l'équitation, la pêche et même le dévalkart

Autres lieux[modifier | modifier le code]

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Le bourg, ainsi que les hameaux de Galade, Sainte-Marie et la Séoube sont équipés de salles publiques permettant des rencontres associatives et des prestations culturelles. La plus grande de ces salles est celle du bourg. Dernièrement, elle a été rénovée afin de permettre un accès et une utilisation plus aisés pour les personnes à mobilité réduite.

Il existe dans le quartier du bourg, un [[musée]] nommé "Le carrefour des patrimoines"[31], créé et géré par la "Société des Amis de Mme Campan" (association loi 1901 créée le 11 février 1997[32]). Le musée, actuellement situé dans les locaux de l'ancienne école primaire du bourg, présente une histoire de la vallée, via des reproductions de photos et une exposition permanente d'objets et de costumes traditionnels. Les visites peuvent être commentées, à la demande des visiteurs.

Les Mounaques de Campan[modifier | modifier le code]

Mounaque représentant une femme à son balcon

Autrefois, lorsqu'un homme de la vallée de Campan se mariait en dehors de la norme, par exemple un veuf qui épousait une jeune fille, il était l'objet d'un « charivari », manifestation de moquerie assez violente. Le couple était représenté sous forme de poupées grossières, les Mounaques (de l'occitan monaca, la poupée).

Depuis quelques années, un atelier de fabrication de petites mounaques de collection a ouvert. Fondé par Maryse Bouyrie et Marie-Madeleine Ortéga, initialement situé à La Séoube, il se situe depuis 1999 au cœur de Campan, dans une maison achetée par le conseil municipal, la maison « la Clairefontaine ».

De début juillet à mi-septembre, on peut voir sur les balcons des maisons (ou ailleurs) des Mounaques qui y sont exposées chaque année.

Les Cagots de Campan[modifier | modifier le code]

Comme beaucoup de bourgs des Pyrénées, Campan a connu l'existence des Cagots, sortes de réprouvés qui étaient jusqu'au début du XXe siècle rejetés sur la rive droite de l'Adour. De nos jours, le pont qui relie les deux rives se nomme « pont des Cagots ». L'église Saint Jean-Baptiste, au bourg, contient en fond de nef, une chapelle réservée aux Cagots. Cette chapelle était séparée du reste de l'église. Les Cagots y accédaient par un portail particulier, afin de ne pas se mêler au reste de la population. La chapelle contient aussi un bénitier réservé aux Cagots et sculpté d'une patte d'oie, symbole de cette population.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jeanne-Louise-Henriette Campan.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Campan Blason D'argent mantelé de sinople, aux trois sapins brochant de l'un en l'autre, au chef de gueules chargé de trois campanes d'or, colletées du champ, soutenu d'une divise ondée du même.
Devise 
Tria et unum.
Détails Les sapins rappellent un des éléments qui ont fait la fortune de la commune : le bois. Les cloches rappellent l’élevage, qui se rapporte aux autres ressources de la vallée : le beurre et la laine. La triple répétition des éléments se rapporte au trois grands pôles de la commune : le bourg, le quartier de Sainte-Marie et le quartier de la Séoube.
Le blason peut être confirmé par le site officiel de la commune.

Les environs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Institut national de l'information géographique et forestière, Répertoire géographique des communes, [lire en ligne].
  2. « CG65 - Les transports interurbains », sur Conseil général des Hautes Pyrénées (consulté le 21/10/2014)
  3. « Bulletins municipaux de Campan », sur Site officiel de Campan (consulté le 20/10/2014)
  4. Cabinet. « Notice no 9552 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  5. Autre cabinet. « Notice no 9575 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  6. Pierre Bernard Palassou - Essai sur la minéralogie des Monts-Pyrénées - Chez Didot jeune, Libraire, 1784 - Lire en ligne.
  7. Heinrich August Ottokar Reichard - Guide classique du voyageur en France: dans les Pays-Bas et en Hollande - Chez Audin 1827 - Lire en ligne.
  8. Pierre Henri Valenciennes - Élémens de perspective pratique, à l'usage des artistes [&c.]. - édité en 1820 - Lire en ligne.
  9. Nicolas Gobet - Les anciens minéralogistes du royaume de France: avec des notes - Lire en ligne
  10. Cyprien Prosper Brard - Minéralogie appliquée aux arts ou, Histoire des minéraux qui sont employés dans l'agriculture, l'économie domestique, la médecine; la fabrication des sels, des combustibles et des métaux; l'architecture et la décoration; la peinture et le dessin; les arts mécaniques; la bijouterie et…, Volume 2 --Mme -Madame&f=false Lire en ligne.
  11. Pierre Toussaint de La Boulinière - Itinéraire descriptif et pittoresque des Hautes-Pyrénées françoises: jadis territoires du Béarn, du Bigorre, des Quatre-Vallées, du Comminges, et de la Haute-Garonne, Volume 2 - Édition Librairie de Gide Fils, 1825 - Lire en ligne.
  12. « Notice no 1877 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  13. Grigorii Vladimirovitch Orlov - Titre Voyage dans une partie de la France ou lettres descriptives et historiques adressées à Me la comtesse Sophie de Strogonoff, Volume 2 - Édité chez Bossange père, 1824 Lire en ligne.
  14. Une stèle, situé dans la cour de la mairie, rend hommage à "Jean Ludovic Larrieu, Inspecteur Général des Eaux et Forêts, commandeur de la Légion d'Honneur, décédé accidentellement au service de la commune". La base Leonore, qui regroupe les personnes décorés de la Légion d'Honneur, fait référence à Jean Marie Alphonse Jacques Larrieu, né à Campan, Chevalier de la Légion d'Honneur (et non Commandeur). Les dates de décès correspondant, on peut supposer qu'il s'agit de la même personne, ce qui implique une erreur (volontaire ou non) sur la stèle.
  15. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des libertés (consulté le 310 octobre 2014).
  16. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 26 septembre 2014).
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  19. « Annuaire de l'Éducation nationale » (consulté le 31/10/2014)
  20. « Personnes Handicapées Centre Jean-Marie Larrieu, IME - ITEP - SESSAD Campan (Midi-Pyrénées) » (consulté le 31/10/2014)
  21. « Consistoire | Les synagogues » (consulté le 10/11/2014)
  22. « Islam | Annuaire Islamique des Mosquées & Restaurants Halal  » (consulté le 10/11/2014)
  23. « Églises locales / Découvrir les protestants - Sud-Ouest » (consulté le 10/11/2014)
  24. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 octobre 2014).
  25. a et b « Commune de Campan (65123) - Dossier complet », sur le site de l'Insee (consulté le 15 octobre 2014)
  26. « Notice no PA00095359 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. « Les marchés dans la vallée de Campan », sur Site Officiel de la Commune de CAMPAN (consulté le 19/10/2014)
  28. « Notice no PA00095357 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. « Notice no PA00095358 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. « Statue Eugène Christophe : l'œuvre d'un homme seul », sur La Depeche du Midi,‎ 24/07/2014 (consulté le 22/09/2014)
  31. « Description de la vie des montagnards de Campan » (consulté le 13/11/2014)
  32. « Les annonces du JO Association » (consulté le 13/11/2014)
  33. Madame Campan, Mémoires sur la vie privée de Marie-Antoinette, Reine de France et de Navarre, tome 1., Henri Colbrun et Co..,‎ 1822

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]