Estialescq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Estialescq
La mairie d’Estialescq
La mairie d’Estialescq
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Canton Lasseube
Intercommunalité Communauté de communes du Piémont Oloronais
Maire
Mandat
Suzanne Sage
2008-2014
Code postal 64290
Code commune 64219
Démographie
Population
municipale
258 hab. (2011)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 13′ 15″ N 0° 33′ 03″ O / 43.2208, -0.550833333333 ()43° 13′ 15″ Nord 0° 33′ 03″ Ouest / 43.2208, -0.550833333333 ()  
Altitude Min. 244 m – Max. 365 m
Superficie 5,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Estialescq

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Estialescq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Estialescq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Estialescq

Estialescq est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Vue d'Estialescq avec l'Auronce au premier plan
Église Saint-Vincent-Diacre, façade et tour
L'église, vue latérale
Stèle discoïdale
Paysage aux fleurs des champs

Géographie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'Auronce (affluent du gave d'Oloron) et par le ruisseau la Baylongue, affluent de la Baysère, qui se jette après 20,4 km de cours dans la Bayse, un affluent du gave de Pau.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • le Bois de Bas
  • le Bois de Haut
  • Village

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Estialescq apparaît[1] sous les formes Estheles (1383, contrat de Luntz[2]), Esquialest et Estielesc (respectivement 1385 et XIVe siècle, censier de Béarn[3]), Esquielest (1399, contrats de Gots[4]), Estialesc (1405, notaires de Navarrenx[5]), Istaliecxs et Estyalescxs (respectivement 1546 et 1548, réformation de Béarn[6]), Sanctus Vincentius d'Estialescq (1612, insinuations du diocèse d'Oloron[7]).

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1385, Estialescq comptait 37 feux et dépendait du bailliage d'Oloron.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 François Terrabust    
2008 2014 Suzanne Sage    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de huit structures intercommunales :

  • Communauté de communes du Piémont Oloronais
  • SIVOM du canton de Lasseube
  • Syndicat de regroupement pédagogique de Goès - Estialescq
  • Syndicat des coteaux de Lasseube - Jurançon
  • Syndicat intercantonal pour l'aménagement et le développement du Pays des Baïses
  • Syndicat AEP d'Ogeu-les-Bains.
  • Syndicat intercommunal du Haut-Béarn pour la collecte et le traitement des ordures ménagères
  • Syndicat départemental d'électrification.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 258 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
335 307 341 366 333 360 360 387 370
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
360 335 352 261 336 337 370 378 350
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
310 284 286 251 262 249 238 190 249
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
209 206 175 203 224 255 238 246 247
2011 - - - - - - - -
258 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


La commune fait partie de l'aire urbaine d'Oloron-Sainte-Marie.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie des zones AOC du vignoble du Jurançon et du Béarn. Son économie est essentiellement agricole. Estialescq fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

La commune possède une église (église Saint-Vincent-Diacre), construite en 1852.

Équipements[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école primaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque - Paul Raymond
  2. Luntz, notaire de Béarn - Manuscrits du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  3. Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  4. Gots, notaire de Béarn - Manuscrits de la fin du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  5. Notaires de Navarrenx - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Collection manuscrite du XVIe au XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. Manuscrits du XVIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]