Ousse (Pyrénées-Atlantiques)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ousse.
Ousse
La mairie d’Ousse
La mairie d’Ousse
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Pau-Est
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Pau-Pyrénées
Maire
Mandat
Jean-Claude Bouriat
2008-2014
Code postal 64320
Code commune 64439
Démographie
Gentilé Oussois
Population
municipale
1 554 hab. (2011)
Densité 348 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 17′ 06″ N 0° 16′ 03″ O / 43.285, -0.2675 ()43° 17′ 06″ Nord 0° 16′ 03″ Ouest / 43.285, -0.2675 ()  
Altitude Min. 223 m – Max. 334 m
Superficie 4,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Ousse

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Ousse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ousse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ousse

Ousse est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Oussois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Pau située dans son unité urbaine à cinq kilomètres à l'est de Pau.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route nationale 117, reliant Toulouse à Bayonne, et par les routes départementales 38, 213 et 938.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées par l'Ousse, affluent du gave de Pau.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Ousse apparaît sous les formes Ossa (XIIe siècle[3], cartulaire de Morlaàs), Osse (XIIe siècle[3], Pierre de Marca[4]) et Oose (1402[3], censier de Béarn[5]).

Cambus, ferme d’Artigueloutan, était également un fief, comprenant en 1538[3] les communes d’Ousse et de Rontignon, vassal de la vicomté de Béarn.

Le Fort de César est une motte, commune à Artigueloutan et Ousse, mentionnée en 1863[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[3] note qu'en 1385, Ousse comptait douze feux et dépendait du bailliage de Pau.

Aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, les seigneuries d'Ousse, de Lée, le fief de Cambus, Mondaut, les baronies de Monget et Saint-Goin, étaient détenues par la famille de Fraixe (ou du Fraiche), alliée à la maison royale de Foix. Jacques de Foix, né vers 1475, fut abbé de Saint-Volusien de Foix, abbé de la Reule, évêque d'Oloron en 1521, gouverneur pour le roi de Béarn et de Basse-Navarre, chevalier des ordres, évêque de Lescar en 1534. Il testa le 16 octobre 1554 et mourut à Lescar le 7 avril 1555. Il assista au baptême de Henri III de Navarre, qui deviendra Henri IV, roi de France de de Navarre. Certains ouvrages précisent même, que c'est Jacques de Foix qui baptisa le roi. Avant son entrée dans les ordres, Jacques de Foix avait eu plusieurs enfants, dont Philippé de Foix, cousine de la Reine de Navarre, qui épousa, par contrat du 18 mars 1544, Gratian du Fraische.[réf. nécessaire]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Serge Ravasson    
2008 2014 Jean-Claude Bouriat    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Ousse fait partie de sept structures intercommunales

  • communauté d'agglomération de Pau-Pyrénées ;
  • syndicat AEP de la région de Jurançon ;
  • syndicat d'aménagement hydraulique du bassin de l'Ousse ;
  • syndicat départemental d'électrification ;
  • syndicat intercommunal d'assainissement des communes de la plaine de l'Ousse ;
  • syndicat intercommunal pour la construction et le fonctionnement du C.E.S. de Bizanos ;
  • syndicat mixte de la crèche l'Arche.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Espagne Alfajarín (Espagne) depuis 1994[6]. Il s'agit d'un jumelage collectif unissant du côté français les communes d'Idron, Ousse et Sendets à la commune espagnole d'Alfajarín.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 554 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
392 362 405 394 475 504 527 524 527
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
519 489 508 510 463 500 465 484 421
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
418 416 416 331 318 300 320 277 341
1962 1968 2006 2007 2008 2011 - - -
356 406 1 367 1 380 1 393 1 554 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partiellement partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

L’église Saint Julien de Lescar à Ousse

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Éducation

Ousse dispose d'une école primaire, l'école Jules-Verne.

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Ousse est desservie par le réseau de bus Idelis.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 16 mars 2012)
  3. a, b, c, d, e, f et g Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  4. D'après Pierre de Marca, Histoire de Béarn
  5. Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Annuaire des villes jumelées
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]