Beyrie-en-Béarn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beyrie.
Beyrie-en-Béarn
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Lescar
Intercommunalité Communauté de communes du Miey de Béarn
Maire
Mandat
Philippe Faure
2014-2020
Code postal 64230
Code commune 64121
Démographie
Gentilé Beyrien
Population
municipale
184 hab. (2011)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 22′ 24″ N 0° 28′ 13″ O / 43.3733, -0.470277777778 ()43° 22′ 24″ Nord 0° 28′ 13″ Ouest / 43.3733, -0.470277777778 ()  
Altitude Min. 167 m – Max. 245 m
Superficie 2,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Beyrie-en-Béarn

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Beyrie-en-Béarn

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beyrie-en-Béarn

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beyrie-en-Béarn
Liens
Site web www.mairie-beyrie.com

Beyrie-en-Béarn est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Beyrien[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Beyrie-en-Béarn est située à quinze kilomètres à l'ouest de Pau au nord du gave de Pau. Une partie de son territoire s'étend sur la plaine marécageuse de Pont-Long.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales 208, 633 et 945. L'autoroute A64 traverse son territoire.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune, situées dans le bassin versant de l'Adour, sont arrosées[2] par le canal du Moulin, affluent de l'Ousse des Bois.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Beyrie apparaît sous les formes Sanctus Andreas de Beyrie (1101[4], cartulaire de Lescar[5]), Beyriee (1424[4], cartulaire d'Ossau[6]), Beyries (1487[4], registre des Établissements de Béarn[7]), Beyria, Veyrie et Boyrie (respectivement 1539[4], 1546[4] et 1675[4], réformation de Béarn[8]), Beyrie (1590[9], censier de Béarn[10]), lettre de Henri IV aux jurats d’Ossaux et fin XVIIIe siècle[9], carte de Cassini).
Le 10 mars 1956, Beyrie devient Beyrie-en-Béarn.
Michel Grosclaude[9] affirme que le toponyme dérive du latin vitrina, « verrerie, atelier de verrier ».

Son nom béarnais est Veiria de Bearn.

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[4] note qu'en 1385, Beyrie comptait cinq feux, dépendait du bailliage de Pau et relevait de la vicomté de Béarn.
La localité accueillait alors une abbaye laïque[11].
Une activité de verrerie a donné son nom à la commune[11].
Beyrie a été unie à Bougarber de l'an XII à 1809[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Beyrie-en-Béarn
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Victor Castaing    
2001 2007 Éric de Bazelaire    
2007 2008 Philippe Faure    
2008 2014 Philippe Faure    

Éric de Bazelaire est décédé le vendredi 30 juin 2007, en cours de mandat, à l'âge de 64 ans.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune de Beyrie-en-Béarn fait partie de quatre structures intercommunales[12] :

  • la communauté de communes du Miey de Béarn ;
  • le SIVU pour le service de soins infirmiers à domicile pour personnes âgées du canton de Lescar ;
  • le syndicat « eau et assainissement » des Trois Cantons ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 184 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
140 120 140 139 141 144 167 119 127
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
110 87 91 113 105 119 120 121 108
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
108 105 95 105 93 85 80 80 101
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 -
109 108 97 82 131 166 171 184 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2004[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

La commune fait partie de l'aire urbaine de Pau.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame[15] date de 1896. Elle est inscrite à l'Inventaire général du patrimoine culturel.
L'église précédente, et les archives qu'elle détenait, fut détruite par un incendie en 1780[11].

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Nées au XVIe siècle

Le capitaine Espalungue, écuyer de l'écurie d'Henri IV, possédait un domaine à Beyrie[11].

Nées au XIXe siècle

Honoré Pontois, né en 1837 à Thouars et mort en 1902 à Beyrie-en-Béarn, est un homme politique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Notice du Sandre sur Beyrie-en-Béarn, consultée le 22 février 2009
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 3 août 2013)
  4. a, b, c, d, e, f et g Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  5. Cartulaire de l'évêché de Lescar, publié dans les preuves de l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  6. Cartulaire d'Ossau ou livre rouge - Manuscrit du XVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. Manuscrits du XVe siècle et du XVIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  8. Manuscrit du XVIe siècle au XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. a, b et c Michel Grosclaude, Dictionnaire toponymique des communes, Béarn, Edicions reclams & Édition Cairn - 2006 (ISBN 2 35068 005 3)
  10. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées censier.
  11. a, b, c, d et e Site de la commune
  12. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 31 mai 2014)
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  15. « L'église Notre-Dame », base Mérimée, ministère français de la Culture

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]