Idron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Idron.
Idron
Parc.
Parc.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Pau-Est
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Pau-Pyrénées
Maire
Mandat
Annie Hild
2014-2020
Code postal 64320
Code commune 64269
Démographie
Population
municipale
4 091 hab. (2011)
Densité 526 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 17′ 00″ N 0° 19′ 00″ O / 43.2833, -0.316666743° 17′ 00″ Nord 0° 19′ 00″ Ouest / 43.2833, -0.3166667  
Altitude Min. 188 m – Max. 251 m
Superficie 7,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Idron

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Idron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Idron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Idron

Idron est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Aquitaine.

Le gentilé est Idronnais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Pau située dans son unité urbaine à cinq kilomètres à l'est de Pau.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route nationale 117, reliant Toulouse à Bayonne, et par les routes départementales 213 et 938.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[2] par l'Ousse (ainsi que sa branche arriou Merdé), et par l'Ousse des Bois (rejoint sur la commune par le ruisseau la Courrège), affluents du gave de Pau.

Le Luy de Béarn, tributaire du Luy, traverse également le territoire d'Idron.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Pont-Long

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Idron apparaît sous les formes Idronium (XIe siècle[3], cartulaire de l'abbaye de Saint-Pé[4]), Ydroo et Ydro (respectivement 1385[3] et 1402[3]) et Sent Germe de Ydroo (1505[3], notaires d'Assat[5]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[3] note qu'en 1385, Idron comptait vingt-deux feux et dépendait du bailliage de Pau.

La baronnie d'Idron fut créée en 1655[3] . Elle étendait son ressort à Higuères et était vassale de la vicomté de Béarn.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1888 1919 Calixte Lascassies    
1919 1944 Jean Laborde-Vergez    
1944 1947 Hector Pelissier    
1948 1958 Jean Sarthou    
1958 1959 Jean Pialat    
1959 1989 Raymond Sarthou    
1989 2001 Léon Sayous Modem  
2001 2008 Annie Hild UMP Vice-présidente de la Communauté d'agglomération de Pau-Pyrénées
Architecte
2008 2014 Annie Hild UMP Vice-présidente de la Communauté d'agglomération de Pau-Pyrénées
Architecte

La commune d'Idron-Ousse-Sendets a existé de 1989 à 2000. Elle a été créée en 1989, à la suppression de la commune d'Idron-Lée-Ousse-Sendets, quand la commune de Lée a été rétablie.

En 2000, elle a été supprimée, et les trois communes d'Idron, d'Ousse et de Sendets ont été rétablies.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Idron fait partie de six structures intercommunales[6] :

  • la communauté d'agglomération de Pau-Pyrénées ;
  • le syndicat AEP de la région de Jurançon ;
  • le syndicat d'aménagement hydraulique du bassin de l'Ousse ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal pour la construction et le fonctionnement du C.E.S. de Bizanos ;
  • le syndicat mixte de la crèche l'Arche.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Espagne Alfajarín (Espagne) depuis 1994[7]. Il s'agit d'un jumelage collectif unissant du côté français les communes d'Idron, Ousse et Sendets à la commune espagnole d'Alfajarín.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 091 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
380 348 343 380 426 453 462 506 486
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
502 469 494 497 495 504 532 515 516
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
523 523 518 465 482 531 566 695 1 186
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
828 1 013 2 646 3 329 3 888 5 154 3 665 3 801 4 091
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


De 1973 à 1989 les chiffres de population intègrent également ceux des communes de Lée, Ousse et Sendets. Entre 1989 et 2000, les chiffres ne prennent plus en compte les chiffres de Lée. À partir de 2000, seuls les chiffres propres à Idron sont pris en compte.

Idron fait partie de l'aire urbaine de Pau.

Économie[modifier | modifier le code]

De 1948 à 1980 Idron a accueilli l'aéro-club du Béarn[10] sur un aérodrome créé en 1936.

Le 1er régiment de chasseurs parachutistes fut basé sur le camp militaire d'Idron de 1945 à 1984[11].

La commune fait partiellement partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Notons que bien qu'affable et hospitalier, l'idronais n'en est pas moins répute rude et attaché à ses terres. Par des jeux complexes d'alliance, de mariage, l'idronais a su bien souvent, au cours des siècles, conserver ses terres, et ce remembrement sociologique explique l'organisation spatiale du village et l'absence de traces tangibles du passé[réf. nécessaire].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Éducation

Idron dispose d'une école primaire (école des Platanes[12])

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Idron est desservie par le réseau de bus Idelis :

  •  P8  Lescar Coopegaz <> Bizanos Beau Soleil
  •  P9  Sendets Mairie <> Pau Pôle Bosquet
  •  P10  Pau Auchan <> Artigueloutan Salle des Fêtes

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Notice du Sandre sur Idron, consultée le 01/07/09
  3. a, b, c, d, e et f Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  4. D'après Pierre de Marca, Histoire de Béarn, pages 247 et 288
  5. Notaires d'Assat - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 8 juin 2014)
  7. Annuaire des villes jumelées
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  10. Site de l'aéro-club du Béarn
  11. Site du 1er régiment de chasseurs parachutistes à Idron
  12. Site de l'association des parents d'élèves de l'école des Platanes

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]