Artiguelouve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Artiguelouve
La mairie
La mairie
Blason de Artiguelouve
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Lescar
Intercommunalité Communauté de communes du Miey de Béarn
Maire
Mandat
Jean-Marc Denax
2014-2020
Code postal 64230
Code commune 64060
Démographie
Gentilé Artiguelouvien
Population
municipale
1 569 hab. (2011)
Densité 146 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 19′ 07″ N 0° 28′ 26″ O / 43.3186, -0.47388888888943° 19′ 07″ Nord 0° 28′ 26″ Ouest / 43.3186, -0.473888888889  
Altitude Min. 137 m – Max. 300 m
Superficie 10,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Artiguelouve

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Artiguelouve

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Artiguelouve

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Artiguelouve
Liens
Site web http://www.artiguelouve.fr/

Artiguelouve est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Artiguelouvien[1],[2].

L'église Saint-Michel.
Le groupe scolaire Marc Dugène.
La boulangerie-pâtisserie Saint-Martin.
Chevaux à Artiguelouve.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Pau située dans son unité urbaine à quinze kilomètres à l'ouest de Pau sur la rive sud du gave de Pau.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales 2, 146 et 804. Le réseau interurbain des Pyrénées-Atlantiques y possède un arrêt sur la ligne 815, reliant Orthez à Pau.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune, situées dans le bassin versant de l'Adour, sont arrosées[3] par le gave de Pau et son affluent, la Juscle. Un tributaire du ruisseau las Hies, le ruisseau de Lahourcade, coule également sur la commune.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Artiguelouve est mentionné au XIIe siècle[5] (Pierre de Marca[6]) et apparaît sous les formes Artiguelobe (vers 1220[5], titres de l'ordre de Malte[7]) et Artigaloba (1286[5], titres d'affièvement, E. 267), Artiguelobe (1385[8], censier de Béarn[9]), Artigaloube et Artigueloube (vers 1630, Pierre de Marca[6]) et Artigalouve sur la carte de Cassini (fin XVIIIe siècle[8]).

Artiguelouve (clairière aux louves dans sa définition béarnaise), vient d'artiga qui signifie « clairière »[2] ou « friche »[8] et de l’oronyme lob ('hauteur')[2].

Paul Raymond cite en 1863[5] un hameau détruit, Ardos, déjà cité sous les graphies Ardaos (1101[5], cartulaire de Lescar[10]), Nardos (vers 1449[5], règlement de la Cour Majour[11]) et Ardoos (1538[5], réformation de Béarn[12]). Il indique également que ce fief, relevant de la vicomté de Béarn, appartenait aux jurats de Lescar.

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[5] note qu'en 1385, Artiguelouve comptait vingt-huit feux et dépendait du bailliage de Pau. La commune était une dépendance du marquisat de Gassion, et formait avec Poey le ressort d'une notairie.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé : au premier et au quatrième d'azur à un croissant d'argent accompagné de trois étoiles d'or, au deuxième d'argent à deux louves ravissantes affrontées d'or*, au troisième d'argent à une vache colletée et clarinée surmontée d'une couronne de marquis, le tout d'or*[13],[14]
Commentaires : * Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (or sur argent). Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires d'Artiguelouve
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Claude Ducasse    
2001 en cours Eline Gosset    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune d'Artiguelouve fait partie de six structures intercommunales[15] :

  • la communauté de communes du Miey de Béarn ;
  • le SIVU pour le service de soins infirmiers à domicile pour personnes âgées du canton de Lescar ;
  • le syndicat d'aménagement du bassin versant de la Juscle et de ses affluents ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal d’eau et d’assainissement Gave et Baïse ;
  • le syndicat intercommunal de défense contre les inondations du gave de Pau.

Artiguelouve est le siège du syndicat d'aménagement du bassin versant de la Juscle et de ses affluents[16].

Démographie[modifier | modifier le code]

Artiguelouve fait partie de l'aire urbaine de Pau.

En 2011, la commune comptait 1 569 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
480 464 427 606 673 662 674 682 660
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
603 590 545 590 600 577 561 545 551
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
541 541 493 438 445 409 386 413 448
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
552 549 678 822 898 1 252 1 441 1 468 1 569
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2004[18].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie des zones AOC du vignoble du Jurançon et du Béarn et de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Michel[19] date partiellement du XVe siècle.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Éducation

La commune dispose d'un groupe scolaire, comprenant deux classes maternelles et cinq classes primaires (groupe scolaire Marc Dugène[2],[14]), ainsi que d'une bibliothèque/médiathèque.

Sports et équipements sportifs

Le golf d'Artiguelouve et celui de Billère constituent les deux parcours de la région de Pau. La Maison des sports[14] a été inaugurée le 29 mai 2010.

Le FC3A est un club et une école de football, regroupant des joueuses et joueurs d'Artiguelouve, d'Arbus et d'Aubertin[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Paul Ducournau, né à Orthez en 1910 et mort à Artiguelouve en 1985, est un général de l'armée française.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. a, b, c et d Site du Miey de Béarn - Artiguelouve
  3. Notice du Sandre sur Artiguelouve, consultée le 22 février 2009
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak, al, am, an, ao et ap Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 20 mars 2012)
  5. a, b, c, d, e, f, g et h Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  6. a et b D'après Pierre de Marca, Histoire de Béarn
  7. Titres de l'ordre de Malte, Caubin - Archives départementales de la Haute-Garonne
  8. a, b et c Michel Grosclaude, Dictionnaire toponymique des communes, Béarn, Edicions reclams & Édition Cairn - 2006 (ISBN 2 35068 005 3)
  9. Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  10. Cartulaire de l'évêché de Lescar, publié dans les preuves de l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  11. Cour Majour de Béarn, registres manuscrits du XVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  12. Manuscrit du XVIe siècle au XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  13. Armorial de France.
  14. a, b, c et d Site officiel de la commune
  15. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 24 juin 2014)
  16. Fiche détaillée des compétences du syndicat d'aménagement du bassin versant de la Juscle et de ses affluents
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  19. « L'église Saint-Michel », base Mérimée, ministère français de la Culture

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]