Saint-Lary-Soulan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Lary et Soulan (homonymie).
Saint-Lary-Soulan
Le bourg de Saint-Lary-Soulan dans la vallée d'Aure.
Le bourg de Saint-Lary-Soulan dans la vallée d'Aure.
Blason de Saint-Lary-Soulan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Bagnères-de-Bigorre
Canton Vielle-Aure
Intercommunalité Communauté de communes AURE 2008
Maire
Mandat
Jean-Henri Mir
2014-2020
Code postal 65170
Code commune 65388
Démographie
Population
municipale
886 hab. (2011)
Densité 9,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 48′ 58″ N 0° 19′ 22″ E / 42.816111, 0.32277842° 48′ 58″ Nord 0° 19′ 22″ Est / 42.816111, 0.322778  
Altitude Min. 791 m – Max. 3 087 m
Superficie 90,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Saint-Lary-Soulan

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Saint-Lary-Soulan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Lary-Soulan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Lary-Soulan

Saint-Lary-Soulan (en occitan : Sent Lari e Sola) est une commune du département des Hautes-Pyrénées, dans la région Midi-Pyrénées, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Une rue du centre bourg la nuit.

Saint-Lary est une station de ski et une station thermale des Pyrénées, dans la vallée d'Aure, sur la Neste d'Aure, dans les Hautes-Pyrénées, à 20 km de la frontière avec l'Espagne, accessible par le tunnel Aragnouet-Bielsa.

En fusionnant avec l'ancienne commune de Saint-Lary, l'ancienne commune de Soulan forme une exclave de la commune actuelle, fondée le 1er janvier 1964. Ainsi le territoire de Saint-Lary-Soulan est formé de deux parties exclavées, séparées d'environ un kilomètre par les communes de Vignec (au nord de la séparation) et Cadeilhan-Trachère (au sud) : à l’ouest de cette séparation et en altitude, l’ancienne commune très rurale de Soulan, où est situé le domaine skiable de la commune ; à l’est et dans la vallée, l'ancienne commune de Saint-Lary où est situé le plus gros village avec ses installations thermales.

Les deux parties de la commune sont rapidement reliées par deux téléphériques qui montent du bourg de Saint-Lary vers la station du Pla d’Adet, en passant au-dessus de la commune de Cadeilhan-Trachère ; l'autre chemin passe par la longue route tortueuse de montagne D 123, via la commune voisine de Vielle-Aure.

Soulan[modifier | modifier le code]

Le pic de Hèche Castet, au sud du lac d'Aubert.

L’exclave de Soulan s’étend sur une quinzaine de kilomètres d'est en ouest, de part et d'autre du lac de l'Oule, jusqu'à la crête d'Espade. Le lac de l’Oule (qui divise l'exclave de Soulan en deux parties est et ouest bien différentes, l'une dédiée aux sports d'hivers et l'autre à une réserve naturelle), le rivage nord-est du lac d'Orédon, les Laquettes et le rivage sud-ouest du lac d'Aubert font partie du territoire de Soulan.

Cette exclave de Soulan possède par ailleurs une petite excroissance au sud-est (du lieu-dit la Cabane, au Pla d’Adet qui est à l'arrivée des deux téléphériques montant de Saint-Lary et donnant accès au domaine skiable et aux remontées mécaniques) qui coupe Vignec en deux parties exclavées : ces deux parties de Vignec, au nord (le village) et au sud (du lieu-dit de Soum de Matte à l'ancien hameau d’Adet, qui aujourd'hui jouxte la station du Pla d’Adet et de la Cabane à Soulan), résultent également de la fusion des deux anciennes communes au 1er janvier 1964.

Une route montant du village de Saint-Lary à la station du Pla d’Adet (altitude 1 680 m), via les villages de Vignec ou de Vielle-Aure, puis celui de Soulan et son lieu-dit la Cabane, donne également accès (en plus des téléphériques) à plusieurs télécabines et téléskis qui montent jusqu'à 2 350 m sur le domaine skiable commun de Vignec (Soum de Matte), Soulan (lieux-dits du Pla d’Adet, Espiaube et l’Oule) et Vielle-Aure (au sud du pic du Pichaley et des lacs de Bastan et à l'est du refuge de Bastan-Néouvielle). Le Pla d’Adet à Soulan est également un point de départ pour la pratique ou l’initiation au parapente, les zones d'atterrissage se situant dans la vallée autour de Saint-Lary, en évitant toutefois la zone des câbles des téléphériques.

Ce domaine skiable accessible depuis le Pla d’Adet s'étend de la face nord du Pène Male (qui culmine à 2 582 m à la frontière entre Soulan et la commune d'Aragnouet) à la face sud du pic du Pichaley (qui culmine à 2 626m sur la frontière entre les communes de Vielle-Aure et Aulon) ; il surplombe l’est du lac de l’Oule (presque entièrement inclus dans l’exclave de Soulan, selon le niveau de l’eau retenue par son barrage).

Plus à l’ouest encore, au delà du lac de l’Oule, le reste de l'exclave de Soulan est entièrement inclus dans la réserve naturelle du Néouvielle (qui s'étend sur plusieurs autres communes) jusqu'à la face est du pic de Néouvielle (qui culmine à 3 091 m), en incluant aussi le pic Ramougn voisin (qui culmine à 3 015 m). La réserve naturelle s'étend vers le nord (sur la commune de Vielle-Aure) jusqu'aux faces sud du pic de Madamète (2 657 m), du pic d'Estibère (2 663 m) et du pic de Gourget (2 619 m), en incluant le lac d'Aubert dont seule la rive sud-ouest est à Soulan) ; elle s'étend vers le sud sur la commune d’Aragnouet jusqu'aux rives nord du lac de Cap-de-Long et du lac d'Orédon (dont seule une petite partie nord-est est à Soulan).

Ce dernier lac est accessible par le sud depuis Aragnouet via la route D929 jusqu’au Chalet-hôtel du lac d'Orédon-Néouvielle (construit près du lac à la frontière d'Aragnouet et de Soulan, et à la frontière sud de la réserve naturelle. (La D929 se prolonge ensuite au sud-ouest vers le barrage du lac de Cap-de-Long).

Depuis le lac d'Orédon, à Soulan, part alors vers le nord la route de montagne D177 menant, par des lacets serrés sur la face sud du pic d'Anglade (2 511 m, sur la commune de Vielle-Aure), aux Laquettes et au lac d'Aumar (eux aussi sur la commune de Vielle-Aure) et au barrage du lac d'Aubert (essentiellement à Vielle-Aure, seule une petite partie sud-ouest étant à Soulan) : tous ces derniers lacs (et la route qui y mène) sont entièrement inclus dans la réserve naturelle.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

  • partie nord-ouest (exclave de Soulan) :
Communes limitrophes de Saint-Lary-Soulan (exclave de Soulan)
Vielle-Aure (exclave du Néouvielle) Aulon
Barèges Saint-Lary-Soulan (exclave de Soulan) Vielle-Aure (exclave du village),
Vignec (exclave du village)
Aragnouet Vignec (exclave de l’Adet et Soum de Matte) Cadeilhan-Trachère
  • partie sud-est (exclave de Saint-Lary) :
Communes limitrophes de Saint-Lary-Soulan (exclave de Saint-Lary)
Cadeilhan-Trachère Vignec (exclave du village),
Vielle-Aure (exclave du village)
Bourisp,
Sailhan,
Ens
Tramezaïgues Saint-Lary-Soulan (exclave de Saint-Lary) Azet
Espagne Génos

Climat[modifier | modifier le code]

Saint-Lary-Soulan jouit d'un climat montagnard caractérisé par des étés doux (température moyenne de 25 °C) et des périodes de beaux temps. Parfois des orages éclatent sous formes de fortes averses, imprévues et violentes. Quant aux hivers, ils sont frais ou froids avec des températures de 3 °C en moyenne, et souvent humides avec de fréquentes dépressions en provenance de l'Atlantique amenant de la pluie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : lac de l’Oule.

Saint-Lary-Soulan résulte de la fusion des communes de Saint-Lary et de Soulan en 1963, entrée en vigueur le 1er janvier 1964, fusion réalisée pour permettre l'extension de la station de ski au Pla d’Adet pour la construction des téléphériques depuis Saint-Lary, les terrains skiables de la commune étant situés dans l'exclave de Soulan.

Une petite partie des communes voisines de Cadeilhan-Trachère et de Vignec est démembrée pour former la station du Pla d’Adet, la commune de Vignec étant alors coupée en deux par l'extension de Soulan, mais conservant dans sa nouvelle exclave du sud la partie orientale du domaine skiable (et de ses remontées mécaniques) les plus proches de la nouvelle station, l'autre partie occidentale du domaine skiable étant essentiellement sur Soulan mais accessible uniquement via ces remontées de Vignec.

La partie nord-ouest du domaine skiable (sur la face sud du pic du Pichaley) est réalisée plus tard sur la commune de Vielle-Aure, mais n'est accessible depuis la station du Pla d’Adet que par les remontées installées sur la nouvelle exclave de Vignec, puis celles de Soulan jusqu'au lieu-dit de la Combe Saboure (séparant Soulan de Vielle-Aure) qui surplombe l'est du lac de l’Oule (formé un demi-siècle avant par la construction de son barrage hydroélectrique).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur aux cinq burèles d'or[1].
Commentaires : Ce blason est officiel (vérifié auprès de la mairie).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1991 Vincent Mir DVD  
1991 en cours Jean-Henri Mir DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 886 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
270 133 196 207 233 223 211 226 227
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
240 249 248 236 250 269 234 230 235
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
241 205 212 231 263 260 282 414 633
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
556 687 710 921 1 108 1 024 1 084 1 073 885
2011 - - - - - - - -
886 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :