Cabidos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cabidos
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Arzacq-Arraziguet
Intercommunalité Communauté de communes du canton d'Arzacq
Maire
Mandat
en cours d'élection
2014-2020
Code postal 64410
Code commune 64158
Démographie
Population
municipale
186 hab. (2011)
Densité 26 hab./km2
Population
aire urbaine
186 hab.
Géographie
Coordonnées 43° 32′ 32″ N 0° 27′ 46″ O / 43.5422, -0.462777777778 ()43° 32′ 32″ Nord 0° 27′ 46″ Ouest / 43.5422, -0.462777777778 ()  
Altitude Min. 85 m – Max. 233 m
Superficie 7,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Cabidos

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Cabidos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cabidos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cabidos

Cabidos est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques et dans la région Aquitaine. Les habitants de Cabidos se nomment les Cabidossais et les Cabidossaises.

Situation[modifier | modifier le code]

Le village est situé au nord-est du département et du Béarn, Cabidos est frontalière avec le département des Landes.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales D72 et D264.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[1] par le Luy, affluent de l'Adour, et par son tributaire, le ruisseau de la Rance.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Chalabar
  • Céris
  • Couscouret
  • Coustaou
  • Folys
  • Lamothe
  • Larroudé
  • Louré
  • Luyoo
  • Pélude
  • Salles
  • Castera
  • L'Escudé

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Cabidos est mentionné en 1343[2] (titres de Béarn[3]) et apparaît sous les formes Cabidos en lo bayliadge de Garos (1442[2], contrats de Carresse[4]) et Cabidos en France (1675[2], réformation de Béarn[5]).

Le toponyme Luyoo apparaît sous les formes Les Luyos (1675[2], réformation de Béarn[5]) et Luyos (1863, dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[2]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village aurait pour origine une ancienne place forte sur laquelle furent installées deux mottes castrales. Cabidos fut longtemps rattachée au comté de Marsan, dans les Landes. La première mention du village remonte à 1323, dans la charte du Béarn.

Paul Raymond[2] note que Cassini n'inclut pas Cabidos dans la province de Béarn, et que la commune dût en être distraite postérieurement à 1442.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1953 1983 Fernand Dupouy sans étiquette  
1983 2008 Arnaud Salles sans étiquette  
2008 2014 Jean-Marie Cazenave sans étiquette  
2014 2020 Manu Ferreira sans étiquette  
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Cabidos appartient à quatre structures intercommunales :

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 186 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
316 203 291 308 378 400 366 395 401
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
369 352 281 302 312 305 294 255 247
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
240 245 246 210 205 208 227 219 208
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
201 172 134 139 129 133 158 164 186
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1990, la vigne a été réintroduite autour du château sous l'appellation de vin de pays des Pyrénées Atlantiques (pour les blancs) et vin de table (pour les rouges). Deux domaines ont été successivement créés autour de l'église paroissiale: le château de Cabidos Domaine du château de Cabidos et l'Escudé Domaine de l'Escudé.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

On trouve sur la commune divers monuments :

En contrebas du village, le château de Cabidos[8], dit de Trubessé, date du XVIe siècle. Certaines parties sont classées à l'inventaire des monuments historiques depuis 1997.

Cabidos possède également des fermes[9] des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.

Le manoir du lieu-dit Luyoo[10] date des XVIIe et XVIIIe siècles. La présence de deux châteaux sur le village peut être expliquée par l'ancienne place forte à l'origine du village.

Situé juste à coté de l'église et du cimetière, le monument aux morts érigé juste après la guerre de 1914-18 rendant hommage aux cinq Cabidossais morts à la guerre. Une plaque commémorative fut rajoutée en hommage à un déporté en Pologne durant la guerre de 1939-45.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Le village possède une église, l'église Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie[11], si la première mention de l’église paroissiale de Cabidos n’apparaît qu’au XVIe siècle, sa construction remonte au Moyen Âge. En 1599, l’édifice figure sous le vocable de saint Eutrope, dévotion ancestrale qui se perpétue jusqu’au XVIIe siècle et qui témoigne de l’ancienneté de l’édifice.

La nef et la partie intérieure de l’abside datent de l’époque romane et démontrent que l’église a été édifiée au XIIe siècle. Le bas-côté nord est ajouté ultérieurement, durant le XIVe siècle. Au XVIIIe siècle, celle-ci est dédiée à l’Assomption de Notre-Dame. En 1827, l’édifice est consolidé une première fois, puis restauré entre 1884 et 1885. Elle recèle divers mobiliers et objets[12] dont six stèles discoïdales[13] recensés par le ministère de la Culture.

Équipements[modifier | modifier le code]

Éducation

La commune dispose d'une école maternelle et élémentaire. Cette école a été équipée d'un tableau numérique et d'une salle de classes pour les élèves de maternelles en 2011, ce qui porte à deux le nombre de salles de classes de l'école.

Infrastructure

La commune dispose également d'un foyer communal.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Sandre sur Cabidos
  2. a, b, c, d, e et f Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  3. Titres de la vicomté de Béarn - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  4. Contrats retenus par Carresse, notaire de Béarn - Manuscrit du XVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  5. a et b Manuscrit du XVIe au XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  8. [1][2] Ministère de la Culture, base Mérimée - Notices sur le château de Cabidos
  9. [3][4][5][6] Ministère de la Culture, base Mérimée - Notices sur les fermes de Cabidos
  10. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le manoir du lieu-dit Luyoo
  11. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie
  12. [7][8][9][10][11][12][13][14] Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur le mobilier de l'église Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie
  13. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur les six stèles discoïdales

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]