Vielle-Aure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aure.
Vielle-Aure
Le village de Vielle-Aure
Le village de Vielle-Aure
Blason de Vielle-Aure
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Bagnères-de-Bigorre
Canton Vielle-Aure
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Vallée d'Aure
Maire
Mandat
Maryse Beyrié
2014-2020
Code postal 65170
Code commune 65465
Démographie
Population
municipale
355 hab. (2011)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 49′ 48″ N 0° 19′ 33″ E / 42.83, 0.32583342° 49′ 48″ Nord 0° 19′ 33″ Est / 42.83, 0.325833  
Altitude Min. 773 m – Max. 2 730 m
Superficie 35,20 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Vielle-Aure

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Vielle-Aure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vielle-Aure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vielle-Aure
Liens
Site web http://www.vielleaure.com/

Vielle-Aure est une commune française, chef-lieu de canton, située dans le département des Hautes-Pyrénées en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vielle-Aure est une commune située dans les Pyrénées en vallée d'Aure, à environ 20 km de la frontière avec l'Espagne.

Une partie significative du territoire de la commune est formée par une exclave, à près de 5 km à l'ouest du village, en distance orthodromique.

Au total, la commune s'étend sur 35,2 km2[1].

À l'est dans la vallée, le village[modifier | modifier le code]

La Neste d'Aure à Vielle-Aure
Article connexe : chemin de la vallée d'Aure.

Les deux parties de la commune de Vielle-Aure sont reliées par un chemin est-ouest[2] d'environ 40 mètres de large qu'emprunte en grande partie le GR 10, joignant la fontaine du Pla du Castillon, à l'est[3], à la Hourquette ou Cap de Portet, à l'ouest[4], en passant par Terre-Nère. Ce sentier sépare la commune d’Aulon au nord, de l'exclave de Soulan (partie de la commune de Saint-Lary-Soulan) au sud.

La rivière de la Neste d'Aure (affluent de la Garonne) traverse le bas des villages de Vielle-Aure, de Vignec et de Saint-Lary (commune de Saint-Lary-Soulan) ; ces trois villages forment aujourd'hui une petite agglomération consacrée essentiellement au thermalisme et au tourisme. L'activité liée aux sports d'hiver (et aux départs de parapente et de vol libre) a cependant lieu dans les hauteurs de ces villages associés pour exploiter la station.

C'est du village de Vielle-Aure que part la route de montagne D 123 reliant les trois villages à la station de sport d'hiver du Pla d'Adet (donnant accès au domaine skiable situé sur les trois communes), tandis que c'est de chacun des deux autres que partent les téléphériques qui y montent (bien plus rapidement et plus facilement en hiver).

À l'ouest dans les hauteurs, l’exclave : le domaine skiable et la réserve naturelle du Néouvielle[modifier | modifier le code]

L'exclave séparée à l'ouest de celle du village comprend deux parties bien distinctes : la partie orientale de l'exclave comprend la partie nord du domaine skiable accessible depuis la station du Pla d’Adet à Soulan (dans la commune de Saint-Lary-Soulan depuis 1964 pour la création de la station de ski et l'installation de la gare d'arrivée du premier téléphérique montant depuis la vallée du village de Saint-Lary), tandis que la partie occidentale constitue une partie de la réserve naturelle du Néouvielle, gérée depuis 1968 par le Parc national des Pyrénées.

La partie orientale de l'exclave est délimitée au nord-est par le Pic du Pichaley (culminant à 2 626 m d'altitude) qui marque la frontière avec la commune d’Aulon et dont la face sud est utilisée par le domaine skiable jusqu'à quelques centaines de mètres de son sommet, au nord par le Pic de Portarras (2 697 m) où convergent les frontières avec les communes d’Aulon et Bagnères-de-Bigorre, la face nord-est du Pic de Bastan (2718 m), au nord-ouest le Pic du Contadé (2 724 m) où convergent les frontières avec Bagnères-de Bigorre et Barèges, et à l'ouest la face sud-est du Pic d'Aygues-Cluses (2620 m) ; elle borde ensuite la rive nord du lac de Gourguet[5] puis suit vers l'est un le chemin le long d'un petit cours d'eau, le ruisseau de Port-Bielh (qui se déverse ensuite vers le sud, hors de cette zone, à la pointe nord du lac de l'Oule à Soulan, commune de Saint-Lary-Soulan) ; cette partie inclut également les lacs de Bastan en aval du pic de même nom.

La partie occidentale de l'exclave fait intégralement partie de la réserve naturelle du Néouvielle.

Elle inclut la partie sud du ruisseau issu du lac de Gourguet (et du chemin qui le longe), puis est délimitée au sud-est par la rive nord-est du lac de l'Oule (presque entièrement situé à Soulan). L'exclave est ensuite limitée au sud par la frontière avec Soulan pour inclure, toujours dans l'exclave et la réserve, le Pic d’Anglade (2 511 m) et le petit lac d'Anglade à son pied nord. Ce secteur boisé situé à l'est de la réserve et qui ne comprend que des sentiers de montagne entre les lacs, n'est accessible qu'aux randonneurs, pas aux véhicules.

La partie occidentale de l'exclave et de la réserve incluent également la totalité du lac d'Aumar et la plus grande partie du lac d'Aubert (sauf une partie des rives sud-est à Soulan). Ces deux derniers lacs, fermés chacun par un barrage près du « refuge du Lac d'Aubert-Néouvielle » et de la « zone de bivouac du lac d'Aubert », peuvent être rejoints à pied ou à ski en hiver depuis un parking touristique, situé au cœur de la réserve à Vielle-Aure ; ce lieu est situé au bout de la petite route de montagne D 177 qui descend en traversant la réserve et Soulan du nord au sud (près du « chalet-hôtel du Lac d'Orédon-Néouvielle » et du barrage du lac d'Orédon) pour traverser ensuite la frontière sud de Soulan et nord d'Aragnouet : c'est là qu’on peut rejoindre cette petite route, en remontant depuis le village d'Aragnouet la route de montagne D 929, laquelle se poursuit également vers l'ouest jusqu’au barrage du lac de Cap-de-Long dont la rive nord marque la limite sud de la réserve naturelle.

La partie occidentale de l'exclave et de la réserve sont ensuite limitées au nord-ouest par la face sud du Pic de Madamète (2 657 m) avec à son pied sud le lac de Gourg de Rabas (ou Gourguet de Madaméte, d'où part un chemin longeant un ruisseau qui alimente le lac d'Aumar cité précédemment), et les faces sud et est du Pic d'Estibère (2 663 m) avec (à son pied sud) le lac d'Estibère. Ces sommets successifs suivent également la frontière commune avec la commune de Barèges et l'arrondissement d'Argelès-Gazost.

Enfin au nord, l'exclave et la réserve sont limitées par le Pic de Gourguet (2 619 m) et sa crête montante au nord-est : la face est du pic alimente le lac de Gourguet (presque tout entier dans la réserve sauf sa rive nord) et la face sud (ou face de l'Ours) alimente le petit lac Supérieur puis le lac de l'Ours (ces deux derniers lacs étant tout entiers inclus dans la réserve) ; la face nord-ouest du pic est située hors de la réserve naturelle, sur la commune de Barèges.

Cette dernière commune pourrait être associée dans le futur pour étendre dans ce secteur la réserve naturelle actuelle, dont la gestion est confiée depuis 1968 au Parc national des Pyrénées auquel adhère déjà la commune de Barèges pour une toute petite partie frontalière de la réserve naturelle, au sud-est de son territoire, à moins qu'elle ne trouve les budgets et ne décide de reprendre l'activité de sa station de ski, quasiment à l'arrêt depuis le démontage dans les années 1980 de ses anciennes principales remontées mécaniques.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Exclave du Néouvielle à l'ouest[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Vielle-Aure (exclave du Néouvielle)
Bagnères-de-Bigorre
Barèges Vielle-Aure (exclave du Néouvielle) Aulon
Saint-Lary-Soulan (exclave de Soulan)

Exclave du village à l'est[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Vielle-Aure (exclave du village)
Aulon Guchen Guchan
Saint-Lary-Soulan (exclave de Soulan) Vielle-Aure (exclave du village) Bourisp
Vignec (exclave du village) Saint-Lary-Soulan (exclave du village de Saint-Lary)

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or à la levrette dressée de gueules, colletée et laissée d'azur, à la bordure aussi de gueules chargée de huit besants du champ[6].
Commentaires : Ce blason est officiel (vérifié auprès de la mairie).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Maryse Beyrié PS Conseillère générale
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 355 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
271 264 294 329 401 410 394 416 436
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
368 383 383 426 372 340 328 317 403
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
517 514 512 511 513 283 272 215 294
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
230 196 221 205 285 343 358 357 355
2011 - - - - - - - -
355 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Vielle-Aure sur lion1906, consulté le 23 décembre 2010
  2. Cadastre de Vielle-Aure, section D.
  3. Cadastre de Vielle-Aure, section B, feuille 1.
  4. Cadastre de Vielle-Aure, section C, feuille 5.
  5. Lac de Gourguet sur le site Lacs des Pyrénées, consulté le 12 octobre 2012.
  6. Passion Bigorre
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  9. « Notice no PA00095441 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 22 juillet 2010.
  10. « Notice no IA00126605 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 22 juillet 2010.
  11. « Notice no IA00126593 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 22 juillet 2010.
  12. « Notice no PA00095442 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 22 juillet 2010.
  13. « Notice no IA00126592 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 22 juillet 2010.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]