Abidos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Abydos.
Abidos
Blason de Abidos
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Lagor
Intercommunalité communauté de communes de Lacq
Maire
Mandat
Jean-Claude Mirassou
2014-2020
Code postal 64150
Code commune 64003
Démographie
Population
municipale
235 hab. (2011)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 23′ 59″ N 0° 37′ 23″ O / 43.3997, -0.62305643° 23′ 59″ Nord 0° 37′ 23″ Ouest / 43.3997, -0.623056  
Altitude Min. 86 m – Max. 170 m
Superficie 3,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Abidos

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Abidos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Abidos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Abidos

Abidos est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Abidos est une commune du Béarn, située au sud du gave de Pau et au nord de la Baïse de Lasseube et du Luzoué.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales 31 et 33.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Située dans le bassin versant de l'Adour, la commune a ses terres arrosées[1] par le gave de Pau et ses affluents, la Baïse de Lasseube et le Luzoué[2].

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Abidos apparaît sous les formes Avitos (XIe siècle[4], d'après Pierre de Marca[5] et vers 1100[6], cartulaire de l'abbaye de Lucq[7]), Avitoss (vers 1100[6], cartulaire de l'abbaye de Lucq-de-Béarn[7]), Avezos (vers 1100[6], cartulaire de l'abbaye de Lucq-de-Béarn[7]), Avidoos (XIIIe siècle[4], fors de Béarn[8]), Sent-Sadarnii d'Abidos (1344[4], notaires de Pardies[9]), Bidos et Bydos (1548[4] pour ces deux formes, réformation de Béarn[10]) et Abidos (XVIIIe siècle[6], carte de Cassini).

Michel Grosclaude propose une étymologie latine Avitus augmentée du suffixe aquitain -ossum, 'domaine d'Avitus'.

Son nom en béarnais est Avidòs (selon la norme classique).

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[4] note qu'en 1385, Abidos comptait dix-huit feux et dépendait du bailliage de Lagor et Pardies. Abidos possédait un château avec un port attenant pour la traversée du gave de Pau

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à l'orfraie huppée d'argent, becquée et membrée de gueules, perchée sur un os de mort aussi d'argent posé en fasce.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1968 2008 Léon Guilhamélou-Sempé UMP  
2008 En cours Jean-Claude Mirassou SE Réélu en 2014[11]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Abidos fait partie de six structures intercommunales[12] :

  • la communauté de communes de Lacq-Orthez ;
  • le SIVU pour l'aménagement et la gestion des cours d'eau du bassin des Baïses ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal d’eau et d'assainissement Gave et Baïse ;
  • le syndicat intercommunal de défense contre les inondations du gave de Pau ;
  • le syndicat intercommunal de regroupement pédagogique des communes d'Os-Marsillon et Abidos.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Le résultat de l'élection présidentielle de 2012 dans cette commune est le suivant[13] :

Candidat Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Eva Joly (EÉLV) 5 3,18
Marine Le Pen (FN) 21 13,38
Nicolas Sarkozy (UMP) 20 12,74 49 33,11
Jean-Luc Mélenchon (FG) 17 10,83
Philippe Poutou (NPA) 4 2,55
Nathalie Arthaud (LO) 1 0,64
Jacques Cheminade (SP) 3 1,91
François Bayrou (MoDem) 26 16,56
Nicolas Dupont-Aignan (DLR) 6 3,82
François Hollande (PS) 54 34,39 99 66,89
Inscrits 180 100,00 180 100,00
Abstentions 22 12,22 19 10,56
Votants 158 87,78 161 89,44
Blancs et nuls 1 0,63 13 8,07
Exprimés 157 99,37 148 91,93

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 235 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
225 230 203 241 238 229 207 222 222
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
237 216 227 208 229 204 212 182 186
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
184 190 183 170 162 149 149 109 147
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
255 226 184 187 188 200 226 233 235
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2004[15].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Le classement 2006 de l'Insee, indiquant le revenu fiscal médian par ménage, pour chaque commune de plus de 50 ménages (30 687 communes parmi les 36 681 communes recensées)[16], classe Abidos au rang 10 338, pour un revenu de 17 174 €.

La commune fait partiellement partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Une église ancienne chapelle du château d'Abidos.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Un arboretum créé par la communauté de communes de Lacq et la société Abengoa BioEnergie France, est situé derrière la salle des fêtes du village.
On trouve également à Abidos, un moulin avec son canal. Le chemin de la Naöu désigne unembarcadère du bac sur le gave de Pau (transcription phonétique de nau, 'bateau' en béarnais).

Équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un groupe scolaire comprenant deux classes de niveau primaire, un restaurant scolaire et une bibliothèque.

Sports et équipements sportifs[modifier | modifier le code]

La commune possède un terrain de sports au centre du village comprenant des terrains de football, basket, volley-ball et tennis, une salle des sports équipée pour le basket, le tennis et la pelote basque, et enfin un skate-park pour BMX au bord de la Baïse.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Raoul Vergez, né à Abidos le 3 août 1908 et décédé à Senlis (Oise) le 7 juillet 1977, est un compagnon charpentier, écrivain et journaliste français. Connu sous le nom de Béarnais, l'ami du Tour de France, il a laissé une trace importante dans l'ouvrage des Compagnons en France. Il rapporte des États-Unis lors d'un voyage en 1952, les techniques du voile mince, du nid d'abeille et du lamellé-collé[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Sandre sur Abidos, consultée le 10/12/08
  2. Noté Luzouré par le Sandre
  3. a, b, c, d, e et f Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 15 octobre 2011)
  4. a, b, c, d et e Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  5. D'après Pierre de Marca, Histoire de Béarn
  6. a, b, c et d Michel Grosclaude, Dictionnaire toponymique des communes, Béarn, Edicions reclams & Édition Cairn - 2006 (ISBN 2 35068 005 3), pages 120 et 121
  7. a, b et c Cartulaire de l'abbaye de Lucq, d'après Pierre de Marca, Histoire de Béarn
  8. Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. Notaires de Pardies - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  10. Manuscrit du XVIe siècle au XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  11. « Résultats de l'élection municipale de 2014 à Abidos », sur http://www.cartes-2-france.com (consulté le 15 juin 2014)
  12. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 18 mai 2014)
  13. Ministère de l'Intérieur - Pyrénées-Atlantiques (Aquitaine), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Abidos » (consulté le 17 juin 2014)
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  16. « Résumé statistique par commune, département, zone d'emploi », sur Site de l'INSEE (consulté le 9 septembre 2009)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]