Audaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Audaux
Le château d'Audaux dit de Gassion - Éts scolaires mixtes Sainte-Bernadette
Le château d'Audaux dit de Gassion - Éts scolaires mixtes Sainte-Bernadette
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Canton Navarrenx
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Navarrenx
Maire
Mandat
Marc Leprat
2008-2014
Code postal 64190
Code commune 64075
Démographie
Gentilé Audauxois
Population
municipale
184 hab. (2011)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 21′ 32″ N 0° 47′ 27″ O / 43.3589, -0.790833333333 ()43° 21′ 32″ Nord 0° 47′ 27″ Ouest / 43.3589, -0.790833333333 ()  
Altitude Min. 98 m – Max. 229 m
Superficie 7,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Audaux

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Audaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Audaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Audaux
Liens
Site web http://www.audaux.fr/Main.aspx?numStructure=39413&numRubrique=26148

Audaux est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Audauxois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Audaux, commune béarnaise, se situe à sept kilomètres au nord de Navarrenx, dans la direction de Sauveterre-de-Béarn.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales 27 et 427[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune, situées dans le bassin versant de l'Adour, sont arrosées[3] par le gave d'Oloron, affluent du gave de Pau, et par ses tributaires, la rivière le Saleys (ainsi que par son affluent, le ruisseau le Herré), les ruisseaux les Barthes et de Labaigt (ainsi que par l'affluent de celui-ci, le ruisseau Gouarin).

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Audaux apparaît sous les formes Aldeos[5], puis Aldaus (XIe siècle[4], d'après Pierre de Marca[6]), Audaus (1178)[4], collection Duchesne volume CXIV[7]), Sent Bisentz d'Audaus (1612[4], insinuations du diocèse d'Oloron[8]), Audaux sur la carte de Cassini (fin XVIIIe siècle[5]) et Andaux (1801[9], Bulletin des lois).
Michel Grosclaude[5] propose comme étymologie possible un nom d'homme aquitain Aldene, augmenté du suffixe -os.
Son nom béarnais est Audaus.

Arées est une ferme mentionnée en 1385[4] (Arees, censier de Béarn[10]) et en 1863[4] (Arès, dictionnaire topographique Béarn-Pays basque).
La Camoire (lo molin de La Camoere en 1571[4], réformation de Béarn[11]) désignait un écart de la commune, tout comme Le Castéra, cité par le dictionnaire topographique de 1863[4].
Conques est un hameau et un fief, qui dépendait du bailliage de Larbaig et était vassal du marquisat de Gassion. Il est cité en 1476[4] sous la graphie los Conquees (notaires de Castetner[12]), en 1686[4] (Conquez, réformation de Béarn[11]) et en 1728[4] (Conquetz, dénombrement de Gassion[13]).
Coos désigne une ferme, déjà citée en 1385[4] dans le censier de Béarn[10] sous la forme lo Cos.
Le fief Les Marsains, relevant du marquisat de Gassion, apparaît sous les graphies Los Marsains (1289[4], titres de Camptort[14]), Los Marsanhs (1376[4], montre militaire de Béarn[15]), Los Marssaynz et les Marsans (respectivement vers 1540[4] et 1683[4], réformation de Béarn[11]), Marsoinx (1719[4], dénombrement d’Audaux[16]) et Marseings (1728[4], dénombrement de Gassion[13]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[4] note qu'en 1385 la commune dépendait du bailliage de Navarrenx et comptait 84 feux. Audaux était une dépendance du marquisat de Gassion.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Marc Leprat    
2008 2014 Marc Leprat    
2014 en cours Charlette Laborde    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de huit structures intercommunales[17]  :

  • la communauté de communes du canton de Navarrenx ;
  • le syndicat intercommunal des gaves et du Saleys ;
  • le syndicat mixte forestier des chenaies des vallées basques et béarnaises ;
  • le syndicat des écoles de Gaveausset ;
  • le syndicat de la perception de Navarrenx ;
  • le syndicat AEP de Navarrenx ;
  • le syndicat intercommunal d'assainissement Audaux - Bugnein 2 AB ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 184 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
432 331 375 370 325 332 434 454 444
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
457 415 401 395 382 408 420 376 372
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
346 322 318 305 264 257 234 295 366
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
244 270 264 215 203 220 196 188 184
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[18])
Histogramme de l'évolution démographique


C'est la commune d'Aquitaine avec le plus fort taux de population comptée à part en 2006 selon l'Insee, avec 38,0% (120 personnes pour une population totale de 316 habitants). Ce taux s'explique par la présence des établissements scolaires et éducatifs privés mixtes Sainte-Bernadette qui accueillent 110 jeunes filles et garçons en période scolaire, de la 6e à la terminale CAP.

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité est principalement agricole (élevage, maïs). La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le château dit de Gassion, surplombé d'une montgolfière

Le village accueille depuis 1991 un rassemblement de montgolfières au cours du 2e weekend de juillet.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le château d'Audaux dit de Gassion date[19] du XVIe siècle, mais il y est déjà fait mention dès 1423. Enregistré par les monuments historiques depuis 1947, ce château appartient, depuis 1943[19], à la Fondation des Apprentis d'Auteuil, qui y a installé les établissements scolaires privés mixtes Sainte-Bernadette. Ce château privé peut se visiter, avec une guide historienne, durant la journée du patrimoine (2e dimanche de septembre), durant les portes ouvertes des établissements Sainte-Bernadette fin mai et durant le « château en fête », mi-juillet.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement

La commune dispose d'une école élémentaire et d'un établissement scolaire privé mixte (Sainte-Bernadette[20]) avec un collège, un lycée professionnel, une unité de formation par apprentissage en maçonnerie, un internat éducatif et scolaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Isaac de Portau, dit Porthos, est un militaire français né à Pau le et mort à une date inconnue. Il a inspiré à Alexandre Dumas le personnage fictif de Porthos dans le roman Les Trois Mousquetaires. Il vient d'une famille protestante du Béarn, originaire d'Audaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Brigitte Jobbé-Duval, Dictionnaire des noms de lieux - Pyrénées-Atlantiques, Archives et Culture,‎ 2009 (ISBN 978-2-35077-151-9)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae et af Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 18 juillet 2012)
  3. Notice du Sandre sur Audaux
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  5. a, b et c Michel Grosclaude, Dictionnaire toponymique des communes, Béarn, Edicions reclams & Édition Cairn - 2006 (ISBN 2 35068 005 3)
  6. D'après Pierre de Marca, Histoire de Béarn
  7. Collection Duchesne, volumes 99 à 114, renfermant les papier d'Oihenart, ancienne bibliothèque impériale - Bibliothèque nationale de France
  8. Manuscrits du XVIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. a et b Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  11. a, b et c Manuscrit du XVIe siècle au XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  12. Notaires de Castetner - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  13. a et b Manuscrits des XVIIe et XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  14. Titres de Camptort - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  15. Manuscrit de 1376 - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  16. Manuscrits des XVIIe et XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  17. Cellule informatique préfecture 64, « Intercommunalité des Pyrénées-Atlantiques » (consulté le 18 juillet 2012)
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  19. a et b « Le château d'Audaux », base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. Fiche de l'école Sainte-Bernadette sur le site des Apprentis d'Auteuil

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]