Parc national des Pyrénées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc national des Pyrénées
Image illustrative de l'article Parc national des Pyrénées
Logo du Parc national des Pyrénées
Catégorie UICN II (parc national)
Identifiant 662
Emplacement Hautes-Pyrénées et Pyrénées-Atlantiques (France)
Coordonnées 42° 50′ 00″ N 0° 20′ 00″ O / 42.83333, -0.33333 ()42° 50′ 00″ Nord 0° 20′ 00″ Ouest / 42.83333, -0.33333 ()  
Superficie Zone centrale : 457,07 km2
Zone périphérique : 2 063,52 km2
Création 1967
Administration Parcs nationaux de France
Site web Site officiel

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Parc national des Pyrénées

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Parc national des Pyrénées

Le parc national des Pyrénées, ou encore le parc national des Pyrénées occidentales, est l'un des dix parcs nationaux de France, situé au sud du pays dans la partie occidentale du massif montagneux des Pyrénées, à cheval sur les départements des Hautes-Pyrénées (région Midi-Pyrénées) et des Pyrénées-Atlantiques (région Aquitaine).

Créé en 1967, d'une superficie de 50 000 ha, adossé à la frontière franco-espagnole, il comprend d'ouest en est, la haute vallée d'Aspe, la réserve du Pic du Midi d'Ossau, le pic du Balaïtous et le massif du Vignemale, les cirques de Gavarnie et de Troumouse et se termine dans la haute vallée d'Aure au pic de Néouvielle au nord-est de Gavarnie.

Le parc national d'Ordesa et du Mont-Perdu lui est adjacent au sud côté espagnol, ainsi que la réserve naturelle du Néouvielle à l'est côté français. Il fait partie de l'appellation Pyrénées-Mont Perdu[1] qui désigne le vaste ensemble montagneux transfrontalier, entre la France et l'Espagne, inscrit depuis 1997 sur la liste du « patrimoine mondial » de l'UNESCO au titre des paysages naturels et des paysages culturels.

Le parc a pour but, par une règlementation stricte, de préserver la beauté des sites et de protéger les espèces végétales et animales menacées de disparition. Autour du parc, une zone de 160 000 ha est destinée à bénéficier d'investissements d'ordres économique, social et culturel afin de freiner l'exode rural et de développer l'équipement touristique de la région[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

Le parc national des Pyrénées sur les contreforts de la vallée d'Aspe.

Le territoire du parc national des Pyrénées, d'une superficie de 45 707 ha, s'étire de la haute vallée d'Aspe à l'ouest jusqu'à la haute vallée d'Aure à l'est. 60 % de sa superficie s'étend dans les Hautes-Pyrénées. Il communique sur plus de 100 km avec le parc national espagnol d'Ordesa et du Mont-Perdu et avec des réserves naturelles comme celle de Néouvielle (2 313 ha) également située en vallée d'Aure. Une zone périphérique de 206 352 ha, englobant 86 communes, au règlement moins contraignant, le prolonge et le protège.

Le parc des Pyrénées possède 230 lacs d'altitude. Les plus hauts sommets des Pyrénées françaises sont situés dans le parc.

Géologie[modifier | modifier le code]

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Il est l'un des plus riches de l'Hexagone par la variété de la flore (12 % d'espèces endémiques) et de sa faune. Il abrite 150 espèces végétales, 1 000 espèces de coléoptères, 300 espèces de papillons, des isards - le symbole du parc -, de nombreux rapaces menacés de disparition comme les gypaètes, les percnoptères d'Égypte, les aigles royaux. La population de vautours fauves et de marmottes (introduites à partir des Alpes) est en croissance. Il abrite un mammifère aquatique unique au monde, le desman des Pyrénées, quasiment impossible à observer directement. On y trouve des lynx, des genettes, et les derniers ours bruns de lignée pyrénéenne.

Ces ultimes ours des Pyrénées (des mâles) évoluent dans les vallées d'Aspe et d'Ossau. En Pyrénées centrales, trois ours de Slovénie ont été réintroduits - deux femelles en 1996 et un mâle en 1997 - qui se sont bien acclimatés en dépit de la disparition d'une des ourses suitées tuée par un chasseur lors d'une battue en 1997. On peut craindre cependant que ces relâches ne suffisent pas à préserver l'ours des Pyrénées de l'extinction définitive, car, en dessous de trente individus, on se trouve en présence d'une population sub-critique. De plus, l'ours ne fait pas l'unanimité dans la population locale et il est accusé de faire des dégâts dans les troupeaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le parc est créé par le décret n°67-265 du 23 mars 1967[3]. En 2007, le nombre de visiteurs dans la zone centrale du parc est estimé à près de 820 000, toutefois ce nombre est en forte baisse sur la période 2004-2007[4].

En 2008, son siège devient la Villa Fould. Construite en 1850, cette noble bâtisse de briques, pierres et bois fut la demeure d'Achille Fould, grand homme politique du second empire, ministre des finances puis ministre d'État aux côtés de Napoléon III. Elle est située au centre de Tarbes au sein du Parc Paul Chastelain.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le parc National des Pyrénées et les lac du Neouvielle sont un lieu propice à la randonnée. On compte près d'un million de visiteurs par an (source observatoire des Hautes Pyrénées 2012)

Véhicule du Parc national, vallée de Barèges

Les vallées les plus visitées sont, par ordre décroissant[4] :

Les sites touristiques les plus visités sont, par ordre décroissant[4] :

Conservation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. UNESCO : La Liste du Patrimoine mondial,
  2. Guide vert Michelin Pyrénées 21ème édition
  3. Texte du décret sur le site du Parc des Pyrénées
  4. a, b et c Source : Document Bilan fréquentation 2007, téléchargeable sur http://www.parc-pyrenees.com/francais/cadre_general_documentation.htm

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]