Oloron (Pyrénées-Atlantiques)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oloron.

Oloron est une ancienne commune française du département des Pyrénées-Atlantiques. Le 18 mai 1858, la commune fusionne avec Sainte-Marie-Legugnon pour former la nouvelle commune d'Oloron-Sainte-Marie.

Tour de Grède au quartier Sainte-Croix.
Vue partielle du parc Pommé.
Cathédrale Sainte-Marie.
L'église Notre-Dame depuis les lacets du Biscondau.
Cathédrale Sainte-Marie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village se situe à la naissance des trois vallées du Haut-Béarn : la vallée d'Aspe, la vallée d'Ossau et la vallée de Barétous.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Oloron apparaît pour la première fois sous la forme Iluro (sur une borne miliaire[1]). Iluro vient du basque ili (ville) et ur (eau) et serait donc la « ville des eaux » car en effet Oloron se trouve à la confluence de deux rivières[2].

Puis sous les formes civitas Lurunensium : Elarona et civitas Elloronensium : Elinia (notice des provinces[1]), Oloro civitas (506[1], concile d'Agde), Loron (1009[1], cartulaire de Saint-Sever), Elloreus (1073[1], inscription de Moissac), Holorna (vers 1080[1], cartulaire de Morlaàs), Eleron (XIe siècle[1], cartulaire de Bigorre[3]), Oleron (1208[1], titres de Barcelone[4]), Olero (1212[1], synode de Lavaur), Pagus Oloronensis (1235[1], réformation de Béarn[5]), Sent-Grotz d'Oloron (1271[1], notaires d'Oloron[6]), Oleiron (1286[1], registres de Bordeaux[7]), Olaro (XIIIe siècle[1], chronique des Albigeois), Diœcesis Oleronensis (1289[8]), Oloronium (1290[1], titres de Béarn[9]), Oloroo (1343[1], notaires de Pardies[10]), Oron (XIVe[1], Jean Froissart, livre III), le Loron (1442[1], contrats de Carresse[11]) et Oleron (1801[12], Bulletin des lois).

Son nom béarnais est Aulouroû.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création romaine au Ier siècle de notre ère sur la voie du col du Somport, elle doit son nom, Iluro, aux peuples aquitains de langue proto-basque. Sous les Romains, la ville était beaucoup plus qu'un village, elle était le centre d'un district, divisé en "pagi", genres de cantons divisés à leur tour en "vici" ou bourgade. Ces termes ont survécu sous la forme de "pays" et "vic"[2].

Établie pour l'essentiel à Sainte-Marie sur la terrasse alluviale sur laquelle sera établie la future cathédrale, c'est aussi une citadelle dotée de remparts sur la butte de Sainte-Croix d'Oloron. Le promontoire de Sainte-Croix en est l'oppidum. En 506, Gratus, premier évêque connu assiste au Concile d'Agde et devient saint Grat, dont la fête est aujourd'hui encore célébrée à l'automne.

Les grandes invasions vont plonger l'histoire d'Iluro dans l'oubli. Mais vers 1058, il semblerait que quelques habitats aient subsisté car l'évêque Étienne de Lavedan s'installe sur la terrasse alluviale où se dresse encore une chapelle dédiée à la Vierge. En 1080, le vicomte Centulle V le Jeune vient bâtir la nouvelle ville d'Oloron (nom médiéval dérivé d'Iluro) sur l'ancien oppidum romain.

En ces temps médiévaux, aucun autre emplacement ne pouvait être plus sûr que ce promontoire bordé sur les côtés est-ouest par des cours d'eau. Ce vicomte incite les populations à venir résider et commercer à Oloron en instaurant des privilèges juridiques et économiques contenus dans l 'acte de « poblacion » (ou peuplement), privilèges qui seront repris et renforcés en 1220 créant ainsi le For d'Oloron, le plus ancien du Béarn.

Entre temps, l'ancienne cité d'Iluro renaît de ses cendres et porte désormais le nom de sa cathédrale, Sainte-Marie.

Les descendants du vicomte s'employèrent à la construction des monuments à leur retour de la Reconquista ou des Croisades. Cependant, en 1214, Gaston VI Moncade dut céder les terres de Sainte-Marie, puis plus tard, celles des villages environnants aux évêques, car il était compromis avec les Albigeois hérétiques.

En 1385, Oloron comptait 366 feux.

On assiste alors à une séparation des deux parties : Oloron, ville vicomtale et Sainte-Marie, ville épiscopale, qui deviennent rivales durant huit siècles environ, Sainte-Marie demeurant économiquement dépendante d'Oloron. Au XIIIe siècle, profitant de la croisade des Albigeois, l'évêque obtient la seigneurie sur Sainte-Marie et son hameau de Saint-Pée ; Oloron fait élargir ses privilèges avec son for, puis se voit dotée d'une enceinte et de deux ponts. Aux XIVe siècle et XVe siècle, elle obtient droit de marché et de foires et sa croissance aboutit à la création de faubourgs. C'est bientôt la capitale économique du Béarn, grâce à son commerce de transit avec l'Espagne et à l'essor de son artisanat textile.

Les Guerres de religion puis la Révolution suspendent à deux reprises cette prospérité. La rivalité entre les deux villes ne prend fin qu'avec la réunion de Sainte-Marie à Oloron, imposée en 1858 par le Second Empire, favorisant l'arrivée du chemin de fer en 1883 et la substitution de l'industrie à l'artisanat.

Du 11 octobre 1795 au 5 mars 1796, Oloron eut le statut de chef-lieu du département des Basses-Pyrénées que détenait Pau qui avait succédé à Navarrenx.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5 664 5 515 5 975 6 328 6 458 6 620 6 804 6 530 6 388
(Sources : projet Cassini de l'EHESS[12].)

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • la tour de Grède[13],[14] date du Moyen Âge ;
  • l'ancien hôtel de ville et prison[15], classé aux monuments historiques depuis 1987 ;
  • les remparts ;
  • l'immeuble[16] de la rue Pomone date du XVIIe siècle et est classé monument historique depuis 1943.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  2. a et b Zuberoa. Historia sur Auñamendi Eusko Entziklopedia.
  3. Cartulaire de Bigorre - Manuscrit du XVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  4. Titres publiés dans les preuves de l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  5. Manuscrit du XVIe au XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Notaires d'Oloron - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. Extrait des registres de Bordeaux, publiés dans l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  8. Histoire de France, volume XXI, page 544 - Citée par Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  9. Titres de la vicomté de Béarn - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  10. Notaires de Pardies - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  11. Contrats retenus par Carresse, notaire de Béarn - Manuscrit du XVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  12. a et b Fiche d'Oloron sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  13. (fr) « Tour de Grède à Oloron-Sainte-Marie (64) », sur www.patrimoine-de-france.org (consulté le 10 septembre 2010)
  14. « La tour de Grède », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « L'ancien hôtel de ville », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « L'immeuble de la rue Pomone », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « L'église Sainte-Marie », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « L'orgue de l'église Sainte-Marie », base Palissy, ministère français de la Culture, « Notice no PM64000364 », « Notice no PM64000351 »
  19. « L'église Sainte-Croix », base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « L'église Notre-Dame », base Mérimée, ministère français de la Culture, « Notice no IA64000620 »
  21. « L'orgue de l'église Notre-Dame », base Palissy, ministère français de la Culture, « Notice no PM64000368 »
  22. « L'église Saint-Pierre », base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « Le séminaire Sainte-Marie », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]