Castétis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Castétis
Pigeonnier
Pigeonnier
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Orthez
Intercommunalité Communauté de communes de Lacq-Orthez
Maire
Mandat
Henri Poustis
2014-2020
Code postal 64300
Code commune 64177
Démographie
Population
municipale
601 hab. (2011)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 28′ 11″ N 0° 42′ 46″ O / 43.4697, -0.712777777778 ()43° 28′ 11″ Nord 0° 42′ 46″ Ouest / 43.4697, -0.712777777778 ()  
Altitude Min. 56 m – Max. 182 m
Superficie 9,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Castétis

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Castétis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Castétis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Castétis

Castétis est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Castétisien[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée[2] par le gave de Pau et son affluent, le ruisseau de Clamondé.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

La commune de Castétis se décompose en cinq quartiers :

  • Lacarrère (bourg historique)
  • Lamarcade
  • Clamondé (bourg actuel)
  • Luchou-Lafleur
  • Noarrieu

Autres lieux-dits :

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Castétis apparaît[3] sous les formes de :

  • Castetiis (1304, titres de Béarn[4]),
  • Casteg-Tiis (1344, notaires de Pardies[5]),
  • Castethiis (1369, titres de Béarn[4]),
  • Casteg-Thiis (1385, censier de Béarn[6]),
  • Castetys (1399, contrats de Gots[7]), et
  • Castetins (1675, réformation de Béarn[8]).

Dans les années 1300, le nom du village s’écrivait : Castétiis ou Casteig-Thiis.

Certains historiens se référant au latin (les Romains avaient fortement marqués leurs siècles d’occupation) voudraient que cette appellation signifie : limite frontière (château limité).
Aux environs du Xe siècle, Castétis appartenait à la Vicomté de Béarn, tandis qu’Orthez était comprise dans celle de Dax.
Cette hypothèse pourrait être vraisemblable, car, par exemple : les lieux de Castetner, Castetbon, Castetnau (vers Navarrenx) pourraient eux aussi constituer des points forts à la limite des deux Vicomtés.

Baradat est une ferme de la commune, citée en 1863, par le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[3] note que la commune comptait une abbaye laïque, vassale de la vicomté de Béarn.

La commune, membre de la commanderie de Malte de Caubin et Morlaàs, comptait 68 feux en 1385.

Castétis était la chef-lieu d'une notairie composée d'Arance, Argagnon, Artix, Audéjos (Arthez-de-Béarn), Balansun, Gouze, Lacq, Lendresse, Mont, Plassis (Balansun) et Serres-Sainte-Marie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1935 1939 Alfred Laherrère    
1939 1940 Jean Vignolles    
1940 1947 Célestin Coubluc    
1947 1953 Emile Hitte    
mai 1953 mars 1971 Paul Lamarque    
mars 1971 mars 2001 Guy Crabos    
mars 2001 septembre 2010 Francis Laborde    
septembre 2010 en cours Henri Poustis    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de six structures intercommunales[9] :

  • la communauté de communes de Lacq-Orthez ;
  • le SIVU de Balansun - Castétis ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal d'eau et d'assainissement Gave et Baïse ;
  • le syndicat intercommunal de défense contre les inondations du gave de Pau ;
  • le syndicat mixte du bassin du gave de Pau.

Castétis accueille le siège du SIVU de Balansun - Castétis.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 601 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
484 477 511 565 622 620 620 645 592
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
540 507 503 486 500 497 489 446 448
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
441 460 393 392 391 415 382 420 426
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
490 510 522 558 600 657 620 610 601
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

L'activité est essentiellement tournée vers l'agriculture (élevage, maïs). La commune fait partiellement partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Les fêtes patronales se déroulent aux alentours de la Saint Laurent le 10 août
  • La kermesse se tient généralement au mois d'avril
  • Un concert est organisé tous les ans depuis 1999 le 10 novembre

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Le château de Candau qui fut bâti en 1600 après la destruction pendant les guerres de religion qui ont frappé le Béarn de l'ancien château féodal en 1569 ;
  • Le moulin de Candau.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Laurent
  • Église paroissiale Saint-Laurent datant du XIXe siècle[12] :
  • Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste datant du XXe siècle[13] : cette dernière église fut élevée dans le quartier Noarrieu à côté de la chapelle existante dont il reste aujourd'hui une stèle à l'emplacement de l'ancien autel dans le cimetière

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

La Saligue aux oiseaux, située sur les communes de Biron et de Castétis, permet d'observer de nombreuses espèces d'oiseaux à l'état sauvage.

Équipements[modifier | modifier le code]

Éducation

La commune dispose de 2 écoles primaires, l'une publique (regroupement pédagogique intercommunal Castétis-Balansun) et l'autre privée (école Sainte-Marie).

Associations, sport et équipements sportifs
  • l'Union Sportive Castétis-Gouze comporte deux sections, football et basketball[14] ;
  • la Gayolle : équipe de volley ;
  • le club des aînés : Le Clamondé ;
  • le comité des fêtes ;
  • l'association de chasse ;
  • la peña Los Dos
  • la Ruche

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Fiche du Sandre sur Castétis
  3. a, b, c et d Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  4. a et b Titres de la vicomté de Béarn - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  5. Notaires de Pardies - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. Contrats retenus par Gots, notaire de Béarn - Manuscrit de la fin du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  8. Collection manuscrite du XVIe au XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 3 juin 2014)
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  12. Base Mérimée - Notice sur l'église paroissiale Saint-Laurent
  13. Base Mérimée - Notice sur l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
  14. Site de l'USCG

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]