Bizanos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bizanos
Blason de Bizanos
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Pau-Sud
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Pau-Pyrénées
Maire
Mandat
André Arribes
2014-2020
Code postal 64320
Code commune 64132
Démographie
Gentilé Bizanosien
Population
municipale
4 773 hab. (2011)
Densité 1 080 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 17′ 18″ N 0° 21′ 01″ O / 43.2883, -0.350343° 17′ 18″ Nord 0° 21′ 01″ Ouest / 43.2883, -0.3503  
Altitude Min. 174 m – Max. 233 m
Superficie 4,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Bizanos

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Bizanos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bizanos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bizanos
Liens
Site web www.ville-bizanos.fr

Bizanos (en occitan Visanòs [biza'nɔs]) est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Bizanosien[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Pau située dans son unité urbaine au sud-est de Pau.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales 100, 937 et 938.

La ligne 804 du réseau interurbain des Pyrénées-Atlantiques, qui part de Pau et mène jusqu'à Asson, s'arrête à Bizanos.

Le réseau de bus Idelis possède les arrêts suivants :

  • P7 : de Lescar Soleil à Bizanos Beau Soleil ;
  • P8 : de Lescar Coopegaz à Idron mairie ;
  • P9 : de Sendets mairie à Pau pôle Bosquet ;
  • C13 : de Lescar Soleil à Pau Auchan ;
  • C14 : de Bizanos Laurets à Bizanos Beau Soleil.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Situées dans le bassin versant de l’Adour, les terres de la commune sont traversées[2] par le gave de Pau, affluent de l'Adour et par ses tributaires, l'Ousse (rejoint sur la commune par le ruisseau Merdé), le canal des Moulins et le Lagoin.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Pont-long

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Bizanos apparaît sous les formes Bisanos (XIIIe siècle[3], fors de Béarn[4]), Bisanoss (1270[3], cartulaire du château de Pau[5]), Visanos (1385[3], censier de Béarn[4]), Sent-Gran de Bisanos (1491[3], notaires de Pau[6]), Vissanos (1539[3], notaires d'Assat[7]), Bizenos et Visenos (respectivement 1546[3] et 1683[3], réformation de Béarn[8]) et Bisanos (1793[9] et Bulletin des lois en 1801[9]).

Les Garaux était un hameau de Bizanos[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village existait déjà à l'époque gallo-romaine, les premières références au nom Bizanos remontant au début du XIIe siècle avec la famille de Raymond de Bisanos.

Paul Raymond[3] note qu'en 1385, Bizanos comptait treize feux et dépendait du bailliage de Pau. Le fief de Bizanos relevait de la vicomté de Béarn.

Jusqu'au milieu du XVIIIe siècle c'est un village maraîcher et agricole comptant moins de 450 habitants.

Après la Révolution française, la construction de la route reliant Pau à Nay contribue au développement démographique et économique de la ville.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti: au 1er d'argent à la montagne au naturel surmontée de sept langues de feu de gueules, au chef d'azur chargé de deux éperons adossés d'argent au 2e d'azur à la colline de sinople, mouvant du flanc senestre, chargée d'une vache colletée et clarinée d'or, et sommée d'un sapin au naturel[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1871 1891 Albert de Franqueville    
1995 2001 Jean Latour    
1995 2001 Jean Latour    
2001 2008 André Arribes    
2008 2014 André Arribes MoDem conseiller général du canton de Pau-Sud

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Bizanos fait partie de neuf structures intercommunales[11] :

  • l’agence publique de gestion locale ;
  • la communauté d'agglomération de Pau-Pyrénées ;
  • le syndicat AEP de la région de Jurançon ;
  • le syndicat d'aménagement hydraulique du bassin de l'Ousse ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal centre de loisirs de Narcastet ;
  • le syndicat intercommunal de défense contre les inondations du gave de Pau ;
  • le syndicat intercommunal pour la construction et le fonctionnement du C.E.S. de Bizanos ;
  • le syndicat mixte de la crèche l'Arche.

Bizanos accueille le siège du syndicat d'aménagement hydraulique du bassin de l'Ourse, du syndicat intercommunal pour la construction et le fonctionnement du C.E.S. de Bizanos et du syndicat mixte de la crèche l'Arche.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 773 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
517 522 509 705 742 788 898 986 1 068
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 054 1 145 1 327 1 523 1 556 1 716 1 874 1 988 1 802
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 914 1 922 2 243 2 231 2 437 2 824 2 775 2 761 3 010
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
3 586 4 039 4 249 4 134 4 298 4 673 4 612 4 613 4 773
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique


Bizanos fait partie de l'aire urbaine de Pau.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partiellement partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Parmi les éléments marquants du village, il faut noter le château de Franqueville, ainsi que la mairie construite en 1928.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Magne[13] fut édifiée en 1874. Elle est inscrite à l'Inventaire général du patrimoine culturel.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Le chemin Henri-IV est un chemin de randonnée qui relie le château de Franqueville à Bizanos au lac de Lourdes (Hautes-Pyrénées). Il alterne pistes forestières et chemins de terre et offre aux randonneurs une vue imprenable sur la chaîne des Pyrénées, le piémont et les plaines. Long d'environ 35 kilomètres, le parcours du chemin peut être fractionné grâce à diverses routes qui le croisent. Il est possible de l'arpenter à pied, à cheval ou à vélo mais il est interdit à tout véhicule à moteur.

Équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Bizanos dispose de deux écoles primaires et d'un collège, le collège des Lavandières[14], qui regroupe 720 élèves en 2009.

Sports et équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Bizanos évolue dans le championnat de France de 3e division fédérale de rugby

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

nées au XIXe siècle
nées au XXe siècle

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Notice du Sandre sur Bizanos, consultée le 8 juillet 2009
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  4. a et b Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  5. Manuscrits en deux volumes, XVIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Notaires de Pau - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. Notaires d'Assat - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  8. Manuscrit du XVIe siècle au XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. http://armorialdefrance.fr/departement_communes.php?dept=64
  11. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 1er juin 2014)
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  13. « L'église Saint-Magne », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Site du collège des lavandières

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

]