Ogeu-les-Bains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ogeu-les-Bains
La mairie d’Ogeu-les-Bains
La mairie d’Ogeu-les-Bains
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Canton Oloron-Sainte-Marie-Est
Intercommunalité Communauté de communes du Piémont Oloronais
Maire
Mandat
Michel Lauronce
2014-2020
Code postal 64680
Code commune 64421
Démographie
Population
municipale
1 264 hab. (2011)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 08′ 54″ N 0° 30′ 12″ O / 43.1483, -0.503333333333 ()43° 08′ 54″ Nord 0° 30′ 12″ Ouest / 43.1483, -0.503333333333 ()  
Altitude Min. 256 m – Max. 440 m
Superficie 23,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Ogeu-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Ogeu-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ogeu-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ogeu-les-Bains

Ogeu-les-Bains est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine. Le village d’Ogeu-les-Bains appartient à l'arrondissement de Oloron-Sainte-Marie et au canton de Oloron-Sainte-Marie-Est.

Le gentilé est Ogeulois et Ogeuloise[1].

L'école
L'église Saint-Just
Le four banal
Le lavoir
Le parc

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune s'étend sur 23,7 km², elle est située à moins de 4 km du parc national des Pyrénées[2]. Le village est dans un couloir d'alluvions menant à Oloron. La commune d'Ogeu-les-Bains fait partie du massif des Pyrénées. De nombreuses forêts entourent le village, notamment le bois du Baget.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[3] par des affluents du gave d'Oloron, le gave d'Ossau, les ruisseaux l'Escou (et par son tributaire, le ruisseau Bidou), Moulias (et par son tributaire, le ruisseau Lapeyre), des Trébès, de Rachette, le Hourquet, le Termy, et le Turon.

Le ruisseau la Baysole (et son tributaire, le ruisseau le Brésiau), qui se jette dans la Bayse, coule également sur le territoire de la commune.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Hameau
  • les Fontaines
  • Lanne-Sèque
  • le Village
  • le Bois

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Ogeu apparaît[4] sous les formes Oyeup (1376, montre militaire de Béarn[5]), Oyeu (1385, censier de Béarn[6]), Sancti Justus et Pastor d'Ogeu (1654, insinuations du diocèse d'Oloron[7]), Ougeu (1675, réformation de Béarn[8]) et Augeu (1758, dénombrement de Lucq[9]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[4] note qu'en 1385, Ogeu comptait 40 feux et dépendait du bailliage d'Oloron.

D'après le dictionnaire de béarnais de Vastin Lespi (1858), les landes d'Ogeu était réputées pour abriter des brouxes (« sorcières »).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Joseph Marquisat    
1792 1798 Justi  Paren    
1799 1807 Laurent Lapenne    
1808 1812 François Darribager    
1813 1814 Jean Somps    
1814 1815 François Darribager    
1815 1815 P. Marquisat Saint-Pé    
1816 1831 Jean Somps    
1832 1852 Jean Bimat-Pintre    
1852 1857 Jean Husté-Mirassou    
1857 1872 François Daufy    
1873 1873 Pasteur Penen-Larrouy    
1874 1874 Simon Magendie-Coudanne    
1874 1877 Pasteur Penen-Larrouy    
1878 1878 Grat Husté-Mirassou    
1879 1880 Raymond Condou    
1881 1883 Jean Somps    
1883 1884 Jean Lacourrèges    
1884 1892 Pierre Anglade    
1892 1919 Fernand Berdolou    
1919 1925 Jean Loustaunau-Bergeret    
1925 1929 François Escoubès-Lassalette    
1929 1932 Jean Louhaur-Lanne    
1932 1935 François Escoubès-Lassalette    
1935 1958 Arthur Biers    
1959 1977 Mario Santiago    
1977 réélu en 2008 Michel Lauronce    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de trois structures intercommunales[10] :

La commune accueille le siège du syndicat AEP d'Ogeu-les-Bains.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 264 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 536 1 173 1 360 1 663 1 670 1 698 1 605 1 708 1 613
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 605 1 498 1 474 1 375 1 362 1 332 1 324 1 217 1 208
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 150 1 113 1 094 1 020 1 006 953 830 852 845
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
884 823 824 1 042 1 085 1 084 1 106 1 115 1 197
2011 - - - - - - - -
1 264 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Le village d'Ogeu-les-Bains est célèbre pour son eau minérale extraite par la SEMO (société des eaux minérales d'Ogeu).

L'activité économique du village est principalement agricole (polyculture, élevage, pâturages). La "ferme Balesta" fabrique des produits à partir du lait de jument, l'entreprise Henri Arribe fabrique et commercialise du fromage. La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Cependant de nombreuses entreprises sont implantées telles que :

  • PCC France, fonderie aéronautique de précision (titanes, aciers et super-alliages), filiale de PCC (Precision Castparts Corporation), entreprise américaine, qui est le no 1 mondial de la fonderie titane pour l'aéronautique ;
  • SEMO-Film (emballages en matières plastiques) ;
  • Brodmatic (broderie, marquage textile) ;
  • Ho-Light (appareils d'éclairage) ;
  • Moludo (jouets et mobiliers en bois) ;
  • Transports JC. Abadie (transport de marchandises) ;
  • Transports B. Sindicq (transport de voyageurs) ;
  • Pyrénées-Tourbes (tourbière) ;
  • Jean Salet Entreprise (menuiserie industrielle) ;
  • MD Usinage (bureau d'étude).

Un atelier de tissage à la main, l'atelier Mayalen, est implanté à Ogeu depuis 1972.

Une gare SNCF est en service sur la ligne Pau-Canfranc.

Équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire d'Ogeu-les-Bains comprend également une garderie pour les tous-petits.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'équipements sportifs tels qu'un stade de rugby avec tribunes et vestiaires, un dojo, une salle polyvalente multisports avec un mur à gauche et un fronton.

Ogeu-les-bains possède son club de rugby à XV, l'A.S. Ogeu XV. Créé dans les années 70, il a fusionné avec l'A.S. Ogeu XIII en 1998. Il a gagné le championnat de France de Rugby en 2e série en 2006 et en promotion Honneur Béarn en 2007. Cette équipe de rugby possède son club de supporters aux couleurs du village, les Rouges et Noirs.

De nombreuses autres associations sportives sont présentent dans le village telles que le Judo Club ogeulois, Ogeu Cyclo-Sport, la Pelote Ogeuloise et O'Je Dance.

Associations[modifier | modifier le code]

  • L'ADMR L'Ayguette (aide à domicile en milieu rural)
  • L'AMAP (association pour le maintien d'une agriculture paysanne)
  • L'Atelier de Buto (expression corporelle)
  • La Petite Fabrique (expression artistique)
  • Le club des aînés ruraux Erabounaygo
  • L'association Perce-Neige Pyrénées
  • La Farandole, association de parents d'élèves
  • L'amicale des conscrits (organisation des fêtes du village)
  • L'association des anciens combattants
  • Ogeu au Fil du Temps
  • La société de chasse d'Ogeu

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Just[13] date du XIXe siècle. En 1897, l'église fut entièrement restaurée par l'architecte Philippe Leidenfrost. Sur la porte d'entrée, sous le porche, figure une inscription : "Ave Maria Lacaze Curé. Berdolou maire 1899".

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

À l'entrée du village, se trouve un site volcanologique, le site géologique de Courrèges, qui présente un affleurement de roches basaltiques et de magnifiques pillow-lavas ou laves en coussins.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Christine Labadie-Larroudé est née à Ogeu-les-Bains. Elle a pratiqué le rugby à XV dès son plus jeune âge, dans son village avec son frère. Montée à Paris pour y exercer la profession de journaliste de sport, elle a joué troisième ligne aile à Soisy-sous-Montmorency (1982-1985), puis à Genevilliers (1985-1989). Elle est l'auteur de plusieurs livres traitant de sport (rugby, football, tennis) dans la collection "Castor Doc" aux éditions Flammarion.
  • Chanoine Arthur Biers (1888-1982). Il fut maire d'Ogeu pendant la Seconde Guerre mondiale. Son intervention a permis d'éviter la construction dans le village d'Ogeu-les-Bains d'un "camp de concentration" pour les miliciens espagnol. Il aurait déclaré que les terrains de sa commune sont des "fougeraies qui ser­vent de lieu de pacage aux troupeaux. Leur enlever serait léser les paysans du village". Le camp a finalement été construit à Gurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Annuaire des maires de France : http://www.annuaire-mairie.fr/mairie-ogeu-les-bains.html
  3. Notice du Sandre sur Ogeu-les-Bains
  4. a et b Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  5. Manuscrit de 1376 - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. Manuscrits du XVIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  8. Manuscrit du XVIe au XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. Manuscrits du XVIIe et du XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  10. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 18 juin 2014)
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  13. Ministère de la culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Just
Erreur de référence : La balise <ref> avec le nom « grando-queralt-febres » définie dans <references> n’est pas utilisé dans le texte précédent.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]