Araujuzon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Araujuzon
Blason de Araujuzon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Canton Navarrenx
Intercommunalité sans
Maire
Mandat
Jean-Claude Larco
2014-2020
Code postal 64190
Code commune 64032
Démographie
Gentilé Araujuzonais
Population
municipale
202 hab. (2011)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 21′ 39″ N 0° 49′ 03″ O / 43.3608, -0.817543° 21′ 39″ Nord 0° 49′ 03″ Ouest / 43.3608, -0.8175  
Altitude Min. 79 m – Max. 212 m
Superficie 6,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Araujuzon

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Araujuzon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Araujuzon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Araujuzon
Liens
Site web http://www.araujuzon.fr/

Araujuzon est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Araujuzonais[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune est située à peu près à égale distance entre Sauveterre-de-Béarn au nord-ouest et Navarrenx au sud-est.

Accès[modifier | modifier le code]

Araujuzon est desservie par les routes départementales 160, 836 et 936.
Le réseau interurbain des Pyrénées-Atlantiques y possède un arrêt, sur sa ligne 850, menant d'Oloron-Sainte-Marie à Sauveterre-de-Béarn.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Situées dans le bassin versant de l'Adour, les terres de la commune sont arrosées[3] par le gave d'Oloron (affluent du gave de Pau) et par ses tributaires, le Lausset et le ruisseau de la Mousquère.
Le Cassou dou Boue, et le ruisseau de Lescuncette, tous deux affluents du ruisseau de Harcellane (tributaire du Lausset), traversent également le territoire de la commune.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Araujuzon apparaît sous les formes Araus-Jusoo (XIIIe siècle[5], fors de Béarn[6] et 1385[7], censier de Béarn[8]), Araus-Juson (1487[5], registre des établissements de Béarn[9]), Araujuson (1546[5], réformation de Béarn[10]), Sent-Martin d'Araujuzon (1609[5], insinuations du diocèse d'Oloron[11]), Laujuzon (1714[7], registre paroissial d’Araujuzon), Araujuzon sur la carte de Cassini (fin XVIIIe siècle[7], Auraujuson (1793[12]) et Aranjuzon (1801[12], Bulletin des lois).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Pour Michel Grosclaude[7], le toponyme provient de lau (« terrain vague, lande ») et juzon (« inférieur, situé en aval »). Brigitte Jobbé-Duval[2] indique que, Juzon signifiant « en dessous », le toponyme se traduit par ’en dessous d’Arrau', mais plus probablement « en dessous d’Araux » (Araux se nomme en béarnais Araus-Suson).

Autres toponymes[modifier | modifier le code]

Domec est un fief vassal de la vicomté de Béarn et dépendant du bailliage de Navarrenx, cité au XIIIe siècle[5] par le for de Béarn, et en 1863[5] par le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque.

Larcebeau, est un hydronyme mentionné sous la graphie Larcebau en 1863[5], dans le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque, également appelé ruisseau d’Escounebiets, qui prend sa source sur Araujuzon, arrose Araux et Viellenave avant de se jeter dans le Harcilanne (ancienne forme de l’actuel Harcellane).

Graphie occitane[modifier | modifier le code]

Son nom occitan gascon est Lajuson.

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[5] note que la commune comptait une abbaye laïque, vassale de la vicomté de Béarn.
En 1385, Araujuzon comptait 46 feux et dépendait du bailliage de Navarrenx. Elle devint une dépendance de la baronnie de Jasses, datant de 1644, qui comprenait, outre Araujuzon, Araux, Jasses, Montfort et Viellenave.
En 1790[5], la commune faisait partie du canton de Sauveterre.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Coupé ondé: au 1er parti au I d'or à deux vaches de gueules, accornée, accolées et clarinées d'azur l'une au-dessus l'autre, au II de sinople à l'épi de maïs d'or, au 2e d'azur à saint Martin auréolé coupant son manteau avec son épée, le tout d'argent[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Pierre Higue    
2008 2014 Jean-Claude Larco    
2014 en cours Jean-Claude Larco    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de huit structures intercommunales[14] :

  • la communauté de communes du canton de Navarrenx ;
  • le syndicat AEP de Navarrenx ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat de la perception de Navarrenx ;
  • le syndicat des écoles de Gaveausset ;
  • le syndicat du Pays des Gaves et du Lausset ;
  • le syndicat intercommunal des gaves et du Saleys ;
  • le syndicat mixte Bil Ta Garbi.

Araujuzon fait également partie du pays de Lacq Orthez Béarn des Gaves.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 202 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
429 385 510 518 517 540 524 544 566
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
549 518 527 469 483 489 470 467 456
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
428 417 403 327 301 302 301 298 268
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
240 217 196 200 186 182 179 179 202
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[15].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

L'activité est principalement agricole (élevage, pâturages, maïs). La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école élémentaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. a et b Brigitte Jobbé-Duval, Dictionnaire des noms de lieux - Pyrénées-Atlantiques, Archives et Culture,‎ 2009 (ISBN 978-2-35077-151-9)
  3. Notice du Sandre sur Araujuzon
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u et v Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 7 décembre 2011)
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  6. Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. a, b, c et d Michel Grosclaude, Dictionnaire toponymique des communes, Béarn, Edicions reclams & Édition Cairn - 2006 (ISBN 2 35068 005 3)
  8. Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. Manuscrits des XV et XVIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  10. Manuscrit du XVIe au XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  11. Manuscrits du XVIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  12. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. de France
  14. Cellule informatique préfecture 64, « Intercommunalité des Pyrénées-Atlantiques » (consulté le 21 mai 2014)
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]