Pontacq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pontacq.
Pontacq
La mairie de Pontacq
La mairie de Pontacq
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Pontacq
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Ousse-Gabas
Maire
Mandat
Didier Larrazabal
2014-2020
Code postal 64530
Code commune 64453
Démographie
Gentilé Pontacquais
Population
municipale
2 825 hab. (2011)
Densité 98 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 11′ 11″ N 0° 06′ 46″ O / 43.1864, -0.11277777777843° 11′ 11″ Nord 0° 06′ 46″ Ouest / 43.1864, -0.112777777778  
Altitude Min. 337 m – Max. 488 m
Superficie 28,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Pontacq

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Pontacq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pontacq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pontacq
Liens
Site web www.mairie-pontacq.fr

Pontacq est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est pontaquaise[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Un passage étroit à Pontact

Pontacq est située au sud-est du département, entre Pau, Tarbes et Lourdes.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par l'autoroute française A64 et les routes départementales 129, 936 et 940.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[2] par l'Ousse, affluent du gave de Pau, et par ses tributaires, les ruisseaux l'Oussére, le Luc et de Bad (lui-même rejoint sur Pontacq par le ruisseau de Rouet-Daban).

Des affluents du Gabas, les ruisseaux du Goua de Michou, le Cassagnet, le Gabastou et Hoursoumou, coulent également sur le territoire de Pontacq, tout comme un tributaire du Lourrou, le ruisseau Sausse.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • L'Abbadie
  • Angarons
  • Barbé
  • Belle vue
  • Cardache
  • Cazenave
  • Honzet
  • Lande Darré
  • Marra cou
  • Montestrucq
  • Mouralot
  • Sarrail du Midi
  • Sarrail du Nord
  • Trabessat
  • la Ville


Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Barzun Barzun Ger Rose des vents
Labatmale N Lamarque-Pontacq
O    Pontacq    E
S
Labatmale Lamarque-Pontacq Lamarque-Pontacq

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Pontacq apparaît sous les formes Pontacum (970[3], cartulaire de l'abbaye de Larreule[4]), Lo cami Pontagues (1429[3], censier de Bigorre[5]) et Sant-Laurens de Pontacq(1507[3], notaires de Pontacq[6]).

Son nom béarnais est Pontac.

Abbadie, fief de Pontacq, est mentionné sous la forme la maison de l'Abbadie de l'Archiprestre (1675[3], réformation de Béarn[7]).

Angarons, hameau de Pontacq, est cité en 1863 dans le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[3].

Le toponyme Barbé' apparaît sous la forme Lo Barber (1385[3], censier de Béarn[8]).

Pontacq signifie « domaine de Pontus », d'un nom romain Pontus avec le suffixe gallo-romain -acum[9],[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[3] note que la commune comptait une abbaye laïque, vassale de la vicomté de Béarn.

En 1385, Pontacq comptait vingt-six feux à l'intérieur de la ville, et quatre-vingt-deux hors les murs. Elle dépendait du bailliage de Montaner. La notairie de Pontacq n'englobait que la ville elle-même.

Le fief d'Abbadie était vassal de la vicomté de Béarn[3].

Archiprêtré de Pontacq[modifier | modifier le code]

Il dépendait du diocèse de Tarbes et comprenait, pour ce qui concerne les Basses-Pyrénées, les communes de Hours, Montaut, Pontacq et Saint-Hilaire (hameau de Montaut), et pour les Hautes-Pyrénées, celles de Gardères, Lamarque et Luquet.

Canton de Pontacq[modifier | modifier le code]

En 1790, le canton comprenait les communes de Barzun, Espoey, Gers, Gomer, Hours, Labatmale, Livron, Lucgarier, Pontacq et Soumoulou.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules, à une oye s'essorant d'argent, au chef cousu d'azur chargé du mot PONTACQ en caractère d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Tout les maires de lamarque-pontacq|- style="vertical-align: top"
Liste des maires de Pontacq
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1971 Jean Estrade    
1971 1977 Jean Estrade    
1977 1983 Jean Estrade    
1983 1989 Jean Estrade    
1989 1995 Jean Estrade    
         
2001 2008 Maurice Meireles    
2014 en cours Inconnu  ?  ?
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Pontacq fait partie de quatre structures intercommunales[11] :

  • la communauté de communes Ousse-Gabas ;
  • le syndicat d'aménagement hydraulique du bassin de l'Ousse ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat mixte d'eau et d'assainissement de la vallée de l'Ousse.

Démographie[modifier | modifier le code]

Église Saint-Laurent

En 2011, la commune comptait 2 825 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 296 2 398 2 544 2 769 3 109 3 202 3 123 3 296 3 212
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 939 3 015 3 018 2 856 2 754 2 621 2 641 2 610 2 743
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 815 2 731 2 709 2 562 2 589 2 517 2 397 2 279 2 420
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
2 453 2 402 2 328 2 534 2 683 2 611 2 743 2 784 2 822
2011 - - - - - - - -
2 825 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partiellement partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Pontacq Radio[modifier | modifier le code]

C'est au mois de décembre 2011 que le village a vu une radio se lancer. Créée par Julien Toth-Deswarte, passionné du média radio, cette radio associative, « Pontacq Radio », a pour but de faire la promotion des évènements locaux, de proposer des émissions sportives, d'actualités, culturelles et de divertissement.

C'est une radio qui diffuse ses programmes 24h/24 et 7j/7 uniquement sur le web, et prochainement en FM. (Écoutez ici : www.pontacq-radio.fr)

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

La vieille tour[14] de Pontacq et les vestiges de remparts attenants (XIVe - XVIe siècles), sont inscrits à l'inventaire des monuments historiques (20 juillet 1945).

Le monument aux morts fut réalisé par le sculpteur Ernest Gabard.

Le manoir[15], dit domaine de Meyracq date partiellement du XVIe siècle.

Patrimoine religieux et culturel[modifier | modifier le code]

Vieille tour

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il y a 2 collèges à Pontacq, le collège privé Saint-Joseph et un collège public, le collège Jean Bouzet[16]. Pour ce dernier le syndicat intercommunal pour le fonctionnement du collège de Pontacq est compétent pour les activités post- et périscolaires, la restauration scolaire et les investissements d'équipements publics. Il regroupe dix communes du canton de Pontacq et deux communes des Hautes-Pyrénées, Lamarque-Pontacq et Ossun.

Pontacq dispose de deux écoles primaires, l'une publique et l'autre privée (école Saint-Jeanne-Elisabeth).

Sports et infrastructures sportives[17][modifier | modifier le code]

  • badminton ;
  • club athlétique ;
  • cyclisme : le cyclo-club[18] pontacquais a été créé en 2005 ;
  • football : Pontacq possède une école de football dont l'entente Pontacq-Luquet ;
  • rugby : Pontacq possède une école de rugby[19]Pontacquais Basket-ball.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Naissance à Pontacq.
Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Décès à Pontacq.

Nées au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Nées au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Général Barbanègre
Statue du général Joseph Barbanègre devant l'hôtel de ville de Pontacq.
  • Jean Bouzet, né en 1892 à Pontacq et décédé en 1954, est un spécialiste de la langue espagnole qu'il enseigna dans divers lycées parisiens et à La Sorbonne. Il reste de lui, qui eut Georges Pompidou et François Mitterrand comme élèves, une grammaire espagnole qui a accompagné des générations d'élèves et d'étudiants du baccalauréat à l'agrégation.

Nées au XX[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Notice du Sandre sur Pontacq, consultée le 10/07/09
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  4. Cartulaire de l'abbaye de Larreule, d'après Pierre de Marca, Histoire de Béarn
  5. Manuscrit de 1429 - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Notaires de Pontacq - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. Manuscrit du XVIe siècle au XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  8. Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud Paris 1978. p. 541.
  10. Michel Grosclaude, Dictionnaire toponymique des communes du Béarn,2006, p.320.
  11. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 18 juin 2014)
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  14. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la vieille tour et les remparts
  15. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le domaine de Meyracq
  16. Site du collège Jean Bouzet
  17. Associations sportives sur le site de la mairie
  18. Site du cyclo-club pontacquais
  19. Site du CAP rugby

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]