Louvigny (Pyrénées-Atlantiques)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louvigny.
Louvigny
Entrée du village.
Entrée du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Arzacq-Arraziguet
Intercommunalité Communauté de communes du canton d'Arzacq
Maire
Mandat
Jean-Michel Lacadée
2008-2014
Code postal 64410
Code commune 64355
Démographie
Population
municipale
124 hab. (2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 30′ 46″ N 0° 26′ 32″ O / 43.5128, -0.442222222222 ()43° 30′ 46″ Nord 0° 26′ 32″ Ouest / 43.5128, -0.442222222222 ()  
Altitude Min. 97 m – Max. 239 m
Superficie 7,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Louvigny

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Louvigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Louvigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Louvigny

Louvigny est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Louvigny est située au nord-est du département, au nord du Béarn et de la ville de Pau, éloignée de vingt kilomètres.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales D32 et D270.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[1] par le Luy, affluent de l'Adour, et par ses affluents, les ruisseaux le Riumayou et Larritou.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Beyrie
  • Lou Castet
  • Lafourcade
  • Pécoste

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Louvigny (en béarnais Lobinhèr) apparaît sous les formes Vicecomitatus Lupiniacensis (vers 984[2], cartulaire de l'abbaye de Larreule[3]), Lobinhom (1272[2], Recognitiones feodorum[4]), Castrum de Lovinherio (1307[2], rôles gascons), La baronie de Lobinher (1443[2], contrats de Carresse[5]), Lobinhe (1513[2], notaires de Garos[6]), Louvignher (1552[2], titres d'Escout[7]) et La compté de Lovignier (1675[2], réformation de Béarn[8]).

Le toponyme Beyrie est mentionné en 1863, par le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Louvigny et les paroisses avoisinantes formaient une vicomté distincte du Béarn au milieu du Moyen Âge. Celle-ci détenue à la fin du Xe siècle par un parent du comte de Gascogne fut transférée à la vicomté de Marsan au XIIIe siècle avant de passer à la famille d'Andoins et de Gramont, famille noble issue du Béarn, à la fin de l'Ancien Régime. On peut trouver deux portraits de l'un de ses seigneurs, Paul, sire d'Andoins, vicomte de Louvigny, premier baron de Béarn et seigneur de Lescun au musée Condé de Chantilly, peints par l'un des élèves de Jean Clouet (1re moitié du XVIe siècle). Sous la règne de Corisande d'Andoins, la vicomté est érigée en comté en 1555, par adjonction de la baronnie d'Hagetmau.

Paul Raymond[2] note que Louvigny faisait partie de la Chalosse et de la subdélégation de Saint-Sever.

Le chapitre épiscopal de Lescar se retira dans l'église Saint-Martin de Louvigny lors de l'établissement du protestantisme en Béarn[2].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Jean-Michel Lacadée    
2008 2014 Jean-Michel Lacadée    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Louvigny appartient à cinq structures intercommunales :

  • communauté de communes du canton d'Arzacq ;
  • SIVU pour l'entretien de la voirie et des espaces verts de Mazerolles, Larreule, Uzan et Louvigny ;
  • syndicat AEP d'Arzacq ;
  • syndicat départemental d'électrification ;
  • syndicat intercommunal du Pays des Luys et Gabas.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 124 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
309 325 378 359 383 403 418 421 419
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
407 336 348 330 341 333 324 304 287
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
270 273 247 232 212 201 193 194 159
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
181 167 146 130 137 112 116 121 121
2011 - - - - - - - -
124 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Au lieu-dit "Lou Castet", on retrouve les restes d'une motte féodale[11] (dit Lou Castet) comprenant un fossé et un mur défensif. Elle date des XIIe et XIIIe siècles. Elle constitue probablement le siège féodal de la Vicomté de Louvigny qui a susbsisté jusquà la fin de l'Ancien régime.

Louvigny possède également des fermes[12] des XVIIIe et XIXe siècles, ainsi qu'un moulin[13] du XIXe siècles.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église actuelle Saint-Martin[14] date du milieu du XXe siècle. Elle remplace l'ancienne église paroissiale du même vocable détruite définitivement en 1952 et qui se trouvait précédemment au lieu-dit "Lou Castet".

Au lieu-dit "Beyrie", se trouve L'église Saint-André, succursale de la paroisse de Louvigny jusqu'en 1792[15] qui recèle une Vierge à l'enfant (statue)[16] de la fin du XVIIe siècle, une stèle discoïdale[17] du XVIIIe siècle ainsi que divers mobiliers et objets[18].Un tableau[19] représentant le Christ en croix entre la Vierge et saint André, datant du XVIIIe siècle et que possédait cette église, a disparu en 1998.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Sandre sur Louvigny
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  3. Cartulaire de l'abbaye de Larreule, d'après Pierre de Marca, Histoire de Béarn, page 269
  4. Recognitiones feodorum n° 75 - Archives historiques de la Gironde
  5. Contrats retenus par Carresse, notaire de Béarn - Manuscrit du XVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Notaires de Garos - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. Titres de la commune d'Escout - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  8. Manuscrit du XVIe au XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  11. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'ensemble fortifié
  12. [1][2] Ministère de la Culture, base Mérimée - Notices sur les fermes de Louvigny
  13. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le moulin
  14. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Martin
  15. Cf. Carte de Cassini
  16. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur la Vierge à l'enfant
  17. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur la stèle discoïdale
  18. [3][4][5][6][7][8][9] Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur le mobilier de l'église Saint-André
  19. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur le tableau de l'église Saint-André

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]