Iton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Iton (homonymie).

l'Iton
Illustration
L'Iton au pied de la cathédrale d'Évreux.
Caractéristiques
Longueur 131,8 km [1]
Bassin 1 197 km2 [1]
Bassin collecteur la Seine
Débit moyen 4,7 m3/s (Acquigny) [2]
Organisme gestionnaire SIHVI[3] et SAVITON[4]
Régime pluvial océanique
Cours
Source dans les collines du Perche
· Localisation Maheru
· Altitude 294 m
· Coordonnées 48° 40′ 29″ N, 0° 26′ 56″ E
Confluence l'Eure
· Localisation Acquigny
· Altitude 16 m
· Coordonnées 49° 10′ 30″ N, 1° 11′ 09″ E
Perte le Pré Seigneur
· Localisation Villalet
· Altitude 108 m
· Coordonnées 48° 56′ 36″ N, 1° 03′ 23″ E
Résurgence entre la côte du Fourneau et la Côte des Molins au lieu dit les Vas
· Localisation Gaudreville-la-Rivière
· Altitude 98 m
· Coordonnées 48° 57′ 38″ N, 1° 02′ 38″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche le Rouloir
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Eure, Orne
Régions traversées Normandie
Principales localités Évreux

Sources : SANDRE : « H43-0400 »
Géoportail
Banque Hydro

L'Iton est une rivière française, dernier affluent de la rive gauche de l'Eure, et donc un sous-affluent de la Seine. Elle arrose notamment la ville d'Évreux.

Géographie[modifier | modifier le code]

D'une longueur de 131,8 kilomètres[1] (112 kilomètres selon une autre source plus ancienne[5],[Note 1]), l'Iton naît dans les collines du Perche, aux environs nord de Moulins-la-Marche (département de l'Orne), sur la commune de Mahéru, au lieu-dit « La Cherougerie », à 294 m d'altitude[6], 260 m d'altitude selon une autre source plus ancienne[5].

Dans son cours supérieur, il présente la particularité d'être un cours d'eau à éclipses : il a d'abord été écartelé, par décision royale, en bras forcés (bras de Verneuil détourné vers l'Avre en 1132), avant de disparaître de la surface - absorbé par des gouffres de craie pendant une dizaine de kilomètres. Cette partie souterraine du cours d'eau est appelée le Sec-Iton[7]. Ce phénomène se produit aussi avec la Risle, à quelque distance de là.

Après ces épisodes, la rivière traverse les plateaux crétacés séparant la campagne de Saint-André du pays d'Ouche et de la campagne du Neubourg, sans recevoir de tributaire, ce qui explique son faible débit (3,8 m3/s à Évreux).

L'Iton dessine enfin quelques vastes courbes aux environs de Damville et Évreux avant de confluer avec l'Eure, en rive gauche, au lieu-dit « Les Planches » (cote +18)[5], à Acquigny, au sud de Louviers[8].

Sa pente moyenne est de 2,2 pour mille. Son cours connaît d'importants changements de direction dus aux formes armorico-varisques du relief[5].

Communes traversées et toponymie[modifier | modifier le code]

Dans les deux départements de l'Eure et de l'Orne, l'Iton traverse quarante-six communes[1].

L'Iton a ainsi donné son hydronyme aux sept communes d'Amfreville-sur-Iton, Arnières-sur-Iton, Aulnay-sur-Iton, La Bonneville-sur-Iton, Breteuil-sur-Iton, Condé-sur-Iton, Saint-Ouen-sur-Iton.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Le bassin versant de l'Iton (1 197 km2, arrondi à 1 200 km2) fait l'objet d'un schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) mis en œuvre[9] sur 134 communes réparties dans deux départements, Eure et Orne.

Affluents[modifier | modifier le code]

L'Iton a un seul affluent important, le Rouloir dénommé le Lemme en partie haute[10], situé en rive gauche. L'Iton a néanmoins trente-neuf tronçons affluents référencés dont de nombreux bras et :

  • le ruisseau de la Gazinière,
  • le bras de l'Iton,
  • la Neuille Souris,
  • l'Itonne,
  • le Vivier tranchant,
  • le Trou de Corne,
  • le Trou de Botte,
  • l'Iton bras forcé de Breteuil,
  • la Norte,
  • le Rouloir (rg), 49,1 km sur seize communes et avec un bassin versant de 259 km2[10],
  • le ruisseau des Courtieux.

Ruisseau l'Espringale[modifier | modifier le code]

A Évreux, un bras de l'Iton est nommé l’Espringale[11]. Ce ruisseau passait à l'origine dans les douves de la muraille médiévale. Il a depuis plusieurs fois été partiellement dévié et mis en souterrain à l'occasion d'aménagements urbains[12].

Hydrologie[modifier | modifier le code]

L'Iton est un cours d'eau régulier, hormis crues exceptionnelles d'hiver pouvant produire des inondations en amont d'Évreux[5]. Son débit a été observé durant 48 ans de 1967 à 2014, à Normanville, un peu en aval d'Évreux, à une trentaine de kilomètres de son confluent avec l'Eure. Il atteint 3,63 m3/s, pour un bassin versant de 1 031 km2, et à 46 m d'altitude[2].

La rivière, alimentée par des précipitations faibles mais régulières, présente des fluctuations saisonnières de débit peu importantes. On distingue cependant une période de hautes eaux de janvier à mars inclus avec un maximum en février et qui s'accompagne de moyennes mensuelles allant de 4,57 à 4,79 m3/s. Les basses eaux d'été-automne ont lieu de juillet à octobre inclus et se manifestent par une baisse du débit moyen mensuel allant jusqu'à 2,74 m3/s au mois d'août, ce qui reste malgré tout assez abondant[2].

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : H9402030 - L'Iton à Normanville pour un bassin versant de 1 031 km2 et à 46 m d'altitude[2]
(le 08/06/2014 - données calculées sur 48 ans de 1967 à 2014)

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

Aux étiages, le VCN3 peut baisser à 1,7 m3 en cas de quinquennale sèche, ce qui loin d'être sévère, reste au contraire élevé[2].

L'Iton à Évreux.
L'Iton à Évreux.

Crues[modifier | modifier le code]

D'autre part, les crues sont fort peu importantes. Ainsi les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 7,8 et 9,6 m3/s. Le QIX 10 est de 11 m3/s, le QIX 20 de 12 m3 et le QIX 50 de 13 m3. Le QIX 100 n'a pas été calculé vu la période d'observation de 48 années.

Le débit instantané maximal enregistré à la station hydrométrique de Normanville a été de 17,9 m3/s le 27 mars 2001, tandis que le débit journalier maximal était de 17,1 m3/s le même jour, niveau de crue qui n'arrive qu'une fois par siècle…[réf. nécessaire], qui est bien supérieur au débit cinquantennal[2].

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

L'Iton n'est pas une rivière abondante. La lame d'eau écoulée dans son bassin est de 111 millimètres annuellement, ce qui est largement inférieur à la moyenne du bassin versant de la Seine (240 mm). Le débit spécifique (ou Qsp) de la rivière est de 3,5 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin, soit nettement moins que celui de l'ensemble du bassin séquanais (7 ℓ/s/km²)[2].

Organismes gestionnaires[modifier | modifier le code]

Colverts dans l'Iton à Évreux.

Deux organismes gèrent le bassin de l'Iton[13], le Syndicat Intercommunal de la Haute Vallée de l'Iton (SIHVI)[3] — qui est un SIVU — et le Syndicat aval de l'Iton (SAVITON)[4].

Écologie[modifier | modifier le code]

Le Lycée Aristide Briand d'Évreux, avec plusieurs partenaires, a fait des prélèvements sur le bord de l'Iton dans le cadre du projet OHIO[14],[15].

Notes et références et géolocalisations[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La différence importante de longueur provient sans doute de prise en compte différenciée ou non des bras artificiels (dits « écartelés »).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Iton (H43-0400) » (consulté le 4 juillet 2014)
  2. a, b, c, d, e, f et g Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - L'Iton à Normanville (H9402030) » (consulté le 4 juillet 2014)
  3. a et b « Syndicat de la Haute Vallée de l'Iton », sur www.ancien.eure.pref.gouv.fr (consulté le 4 juillet 2014)
  4. a et b « SAVITON - Syndicat aval de la vallée de l'Iton », sur www.saviton.org (consulté le 4 juillet 2014)
  5. a, b, c, d et e H.Artis, P.Martin, J-C.Roux & al. (BRGM), « Étude hydrogéologique du Sec-Iton (Eure) », (consulté le 25 mars 2018)
  6. Géoportail, « Source de l'Iton » (consulté le 4 juillet 2014).
  7. Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 4 juillet 2014)
  8. Géoportail, « Confluence de l'Iton en rive gauche de l'Eure » (consulté le 4 juillet 2014).
  9. « Avancement des SAGE dans le bassin Seine et cours d'eau côtiers normands - Situation au 1 aout 2013 », sur www.eau-seine-normandie.fr (consulté le 4 juillet 2014)
  10. a et b Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Rouloir (H4360600) » (consulté le 14 juillet 2014)
  11. L'espringale, n° de nomenclature 146 sur un plan de la ville d'Évreux établi en 1845.
  12. « Sept siècles d'histoire vous contemplent », Eure Infos,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  13. « Etat des lieux du SAGE de l'Iton », sur www.gesteau.eaufrance.fr (consulté le 4 juillet 2014)
  14. « Projet OHIO du Lycée Aristide Briand d'Evreux », sur www.ac-rouen.fr (consulté le 4 juillet 2014)
  15. « Projet Ohio », sur www.ac-rouen.fr (consulté le 4 juillet 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]