Thon (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thon (homonymie) et Ton.

le Thon / le Ton
(ruisseau de Saint-Rémy)
Illustration
Le pont du Thon à Hannappes.
Caractéristiques
Longueur 56,3 km [1]
Bassin 294 km2 [1]
Bassin collecteur la Seine
Débit moyen 3,71 m3/s (Origny-en-Thiérache) [2]
Nombre de Strahler 4
Organisme gestionnaire SIGBVOA[3]
Régime pluvial océanique
Cours
Source ruisseau de Saint-Rémy
· Localisation Auvillers-les-Forges
· Altitude 273 m
· Coordonnées 49° 51′ 49″ N, 4° 21′ 12″ E
Confluence l'Oise
· Localisation Étréaupont
· Altitude 123 m
· Coordonnées 49° 54′ 20″ N, 3° 54′ 30″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Aube, Goujon, Moulin de Mont Saint-Jean
· Rive droite Orvaux
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Ardennes et Aisne
Cantons Signy-le-Petit, Rumigny, Aubenton, Hirson, Vervins, La Capelle
Régions traversées Grand Est et Hauts-de-France
Principales localités Origny-en-Thiérache

Sources : SANDRE:« H0030600 », Géoportail, Banque Hydro

Le Thon également orthographié Ton[1] est une abondante mais petite rivière française, affluent de l'Oise (rive gauche), et donc sous-affluent de la Seine. Il traverse les départements des Ardennes et surtout de l'Aisne. C'est la rivière centrale de la Thiérache[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le bassin versant du Thon est totalement situé en Thiérache dans les départements des Ardennes et de l'Aisne, région aux précipitations assez abondantes. Le Thon prend naissance à l'ouest du territoire de la commune d'Auvillers-les-Forges, localité située dans le département des Ardennes, à une quinzaine de kilomètres au sud-ouest de Rocroi, à 273 m d'altitude[5], et il s'appelle le ruisseau de Saint-Rémi dans cette partie haute[6].

Il se dirige d'emblée vers l'ouest, direction qu'il maintient grosso modo tout au long de son parcours de plus de 56 kilomètres[1]. Il coule ainsi plus ou moins parallèlement au cours supérieur de l'Oise, elle aussi orientée franchement vers l'ouest dans la région.

Son confluent avec l'Oise se situe à Étréaupont, localité du département de l'Aisne, à huit kilomètres au nord de Vervins, à 123 m d'altitude[7].

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans les deux départements des Ardennes et de l'Aisne, le Ton traverse quinze communes[1],[notes 1] et six cantons :

Soit en termes de cantons, le Ton prend source dans le canton de Signy-le-Petit, traverse les canton de Rumigny, canton d'Aubenton, canton d'Hirson, canton de Vervins et conflue sur le canton de La Capelle.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Le Ton traverse une seule zone hydrographique : « Le Ton de sa source au confluent de l'Oise (exclu) » (H003) de 294 km2[1]. Ce bassin versant est constitué à 83,42 % de « territoires agricoles », à 13,14 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 3,17 % de « territoires artificialisés »[1]

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

L'organisme gestionnaire est le SIABOA ou syndicat intercommunal pour la gestion du bassin versant de l'Oise Amont, créé le 26 mars 1981, de structure juridique SIVU, et sis à Étréaupont[3].

Affluents[modifier | modifier le code]

Le Ton a douze affluents référencés[1] : en fait neuf et trois bras :

Donc le rang de Strahler est de quatre.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Thon à Origny-en-Thiérache[modifier | modifier le code]

Son débit a été observé sur une période de 42 ans (1967-2008), au niveau d'Origny-en-Thiérache, localité située dans le département de l'Aisne à peu de distance de son confluent[2].

Le module du Thon est de 3,71 m3/s[2].

La rivière présente des fluctuations saisonnières de débit, avec des crues d'hiver portant le débit mensuel moyen entre 5,27 et 6,50 m3/s, de décembre à mars inclus (maximum en février), et des maigres de fin d'été, en août-septembre, avec une chute du débit moyen mensuel jusqu'à 1,58 m3/s au mois de septembre[2], ce qui reste appréciable.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : H7033010 - Le Thon à Origny-en-Thiérache[2]
(données calculées sur 42 ans de 1967 à 2008)

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

En période d'étiage, le VCN3 peut chuter jusque 0,75 m3/s, en cas de quinquennale sèche, ce qui est loin d'être sévère[2].

Crues[modifier | modifier le code]

D'autre part, les crues peuvent être assez importantes. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 31 et 40 m3/s. Le QIX 10 est de 46 m3/s, et le QIX 20 de 52 m3/s. Quant au QIX 50, il se monte à 78 m3/s. Ceci implique que tous les deux ans, il y ait en moyenne une crue de l'ordre de 31 m3/s, et tous les dix ans, une crue de 46 m3/s[2].

Toujours à Origny-en-Thiérache, le débit instantané maximal enregistré a été de 54,8 m3/s le 1er décembre 1993, tandis que la valeur journalière maximale était de 46 m3/s le 21 décembre de la même année[2]. En comparant ce débit instantané avec les valeurs des QIX exposées plus haut, il apparaît que cette crue était d'ordre vicennal et donc pas du tout exceptionnelle.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

Le Thon est bien alimenté par les précipitations abondantes de la Thiérache. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 455 millimètres annuellement ce qui est assez élevé, nettement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France, et surtout nettement plus que celle de l'ensemble du bassin de la Seine (plus ou moins 220 à 240 millimètres par an). Le débit spécifique ou Qsp se monte ainsi à 14,4 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[2].

Curiosités - Tourisme - Patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église fortifiée d'Aubenton est classée monument historique
L'église fortifiée d'Aubenton est classée monument historique
Wimy - Église Saint-Martin avec ses deux tours encadrant le portail ouest
Wimy - Église Saint-Martin avec ses deux tours encadrant le portail ouest
  • Antheny : Château de Fontenelle du XVIIe siècle. Église fortifiée du XIIIe, avec clocher fortifié (village plusieurs fois ravagé par les Espagnols au début du XVIIe). Maisons des XVIe et XVIIe à mâchicoulis. Chasse, pêche.
  • Hannappes : Église romane du XIIe siècle (Monument Historique) avec chaire et poutre de gloire du XVIIIe, et cuve baptismale du XIIe siècle. Vallées de l'Aube et du Thon. Bois.
  • Aubenton : Église, dont le clocher fortifié présente la particularité d'être muni d'une horloge excentrée et classée monument historique (1994).
  • Bucilly : L'église Saint-Pierre est l'ancienne abbatiale de l'abbaye des prémontrés, supprimée à la Révolution. Étable des prémontrés du XVIIIe siècle, lavoirs, moulins. Bois des Huttes. Chasse, pêche, cyclotourisme.
  • La Hérie : site de l'agglomération gallo-romaine de Terva, voie romaine. Église fortifiée Saint-Pierre du XVIe siècle, deux tours circulaires entourant la nef, mâchicoulis, meurtrières.
  • Origny-en-Thiérache : Église fortifiée Saint-Cyr et Sainte-Julitte des XIIe et XIIIe siècle, fortifiée au XVIe; façade entourée de deux tours circulaires (Monument Historique). Chasse et pêche.
  • La Bouteille : Menhir remarquable de la Haute-Bonde (Monument Historique). Ferme fortifiée de la Cense d'Aubenton des XVIe et XVIIe siècles avec donjon et logis du XVIIe. Belle église fortifiée Notre-Dame du XVIe avec quatre tourelles d'angle circulaires (inscrite Monument Historique). Vallée du Dion et bois de Foigny. Pêche, randonnées.
  • Étréaupont : vestiges gallo-romains et traces de voie romaine Bavay-Reims. Cimetière mérovingien. Église Saint-Martin romane avec portail provenant de l'abbaye de Foigny. Vallée des Cerfs : parc de 75 hectares peuplé de cerfs et de biches. Pêche, canoë-kayak, camping.
  • Wimy, localité située sur l'Oise, à 7 kilomètres d'Étréaupont, possède une église fortifiée Saint-Martin qui vaut le détour (inscrite Monument Historique): donjon flanqué de deux tours fortifiées du XVIe siècle. Étangs. Chasse, pêche, cyclotourisme, gîtes ruraux.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. le SANDRE 2012 rajoute -?- les cinq communes de Rumigny, Beaume, Landouzy-la-Ville, Sorbais, Champlin
  2. Le SANDRE 2012 rajoute -?- la commune de Logny-lès-Aubenton
  3. Le SANDRE 2012 rajoute -?- la commune de Bucilly
  4. Le SANDRE 2012 rajoute -?- la commune de La Bouteille

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Ton (H0030600) » (consulté le 8 novembre 2014)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - Le Thon à Origny-en-Thiérache (H7033010) » (consulté le 8 novembre 2014)
  3. a et b [PDF] « SIGBVOA syndicat intercommunal pour la gestion du bassin versant de l'Oise Amont », sur www.pays-aisne.org (consulté le 6 juin 2016)
  4. « Terascia, site de grande Thiérache » (consulté le 25 août 2012)
  5. Source du Ton sur Géoportail (consulté le 25 août 2012).
  6. Géoportail - Institut Géographique National (France), « Géoportail » (consulté le 25 août 2012)
  7. Confluence du Ton sur Géoportail (consulté le 25 août 2012).