Esches (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Esches (homonymie).
Esches
l'Esches à Fosseuse à côté du château
l'Esches à Fosseuse à côté du château
Caractéristiques
Longueur 20,2 km
Bassin 125 km2
Bassin collecteur bassin de la Seine
Débit moyen 0,75 m3/s (Bornel)
Régime pluvial océanique
Cours
Source dans la Côte des Fontaines
· Localisation Méru
· Altitude 110 m
· Coordonnées 49° 15′ 49″ N, 2° 07′ 23″ E
Embouchure l'Oise
· Localisation Persan
· Altitude 26 m
· Coordonnées 49° 08′ 31″ N, 2° 16′ 26″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche La Gobette, La Copette
· Rive droite "collecteur non nommé"
Pays traversés Drapeau de la France France
Régions traversées Île-de-France, Hauts-de-France
Principales localités Méru, Chambly, Persan

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

L'Esches est une rivière française affluent de la rive droite de l'Oise, donc un sous-affluent de la Seine.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Esches à Fosseuse
L'Esches à Méru, près de sa source

L'Esches prend naissance à Méru, dans le département de l'Oise, au nord du hameau de Lardières et s'appelle alors pour l'IGN-France le Ru de Méru[1]. Il prend sa source dans la côte des Fontaines à l'altitude de 110 mètres.

Il se jette dans la rivière du même nom à Persan dans le département du Val-d'Oise à l'altitude de 26 mètres à l'ouest de la station d'épuration et à 1 km de la gare de Persan - Beaumont.

La longueur de son cours d'eau est de 20,2 km[2].

L'Esches est parallèle à l'Autoroute française A16 de Esches à Champagne-sur-Oise, (près de la centrale thermique d'EDF) sur plus de la moitié de son cours inférieur, et coule à l'est de cette autoroute et à moins d'un kilomètre en moyenne.

Cantons et communes traversés[modifier | modifier le code]

La rivière traverse les sept communes suivantes, d'amont en aval :

Soit en termes de cantons, l'Esches prend sa source dans le canton de Méru, traverse le canton de Neuilly-en-Thelle et conflue dans le canton de Beaumont-sur-Oise.

Affluents[modifier | modifier le code]

L'Esches a 4 ruisseaux affluents contributeurs (Coinon compté deux fois)[2].

  • Ruisseau la Gobette, 5 km, sur les quatre communes de Belle-Église, Bornel, Dieudonné et Puiseux-le-Hauberger.
  • Ruisseau le Coinon, 1,9 km, qui est un défluent de l'Esches, la rejoint 2 km plus loin ou encore un bras de l'Esches sur la commune de Chambly.
  • Ruisseau la Copette, 2 km, sur la commune de Persan. La Copette a une station qualité sur son cours (à Persan).
  • Pour l'IGN-France, l'Esches collecte aussi un ruisseau (non nommé) venant de la station d'épuration d'Amblainville, et par la Fosse aux Lapins les eaux de zone industrielle de Méru. Celui traverse alors l'autoroute française A16 pour rejoindre l'Esches.
  • Pour l'IGN-France, à sa source, il est alimenté par le Ru de Méru.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le module de l'Esches a été observé durant une période de 21 ans (1988-2008), à Bornel, localité située peu avant son confluent avec l'Oise[3]. Le bassin versant de la rivière y est de 106 km2, c'est-à-dire plus de 86 % sa totalité qui fait 125 km2.

Le module de la rivière à Bornel est de 0,743 m3/s.

Les fluctuations saisonnières de débit de l'Esches sont très faibles, comme c'est bien souvent le cas dans le nord-ouest du bassin de la Seine. Il n'est pas aisé de parler de hautes et de basses eaux pour des cours d'eau aussi réguliers. Cependant, on constate que les débits mensuels moyens montent très doucement à partir de novembre (0,639 m3/s) jusqu'au printemps (débit de 0,83 à 0,89 m3/s de mars à mai avec un point culminant en avril), puis baissent tout aussi doucement jusqu'au mois de novembre. On constate ainsi que l'Esches est une rivière à débit mensuel moyen très constant tout au long de l'année. Cependant ce ne sont là que des moyennes mensuelles et les débits peuvent montrer des fluctuations plus prononcées selon les années et sur de courtes périodes.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Bornel
(données calculées sur 21 ans)

Ainsi aux étiages, le VCN3 peut baisser jusqu'à 0,220 m3/s, en cas de période quinquennale sèche, ce qui, quoique fort bas pour la rivière, ne peut cependant pas être qualifié d'étiage sévère.

l'Esches à Bornel

Les crues, quant à elles ne sont jamais importantes. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 2,3 et 2,8 m3/s. Le QIX 10 est de 3,1 m3/s, le QIX 20 de 3,5 m3/s, tandis que le QIX 50 n'a pas été calculé faute de durée d'observation suffisante. Compte tenu de la taille de son bassin, l'Esches se situe dans la catégorie des rivières les moins impétueuses du pays.

Le débit instantané maximal enregistré à Bornel a été de 3,35 m3/s le , tandis que la valeur journalière maximale était de 2,81 m3/s le . En comparant la première de ces valeurs à celles de l'échelle des QIX de la rivière, il apparaît que cette crue, était à peine d'ordre vicennal, et donc destinée à se répéter à intervalle moyen de moins de 20 ans.

L'Esches est une petite rivière relativement abondante pour la région. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 223 millimètres annuellement, ce qui est certes inférieur à la moyenne d'ensemble de la France tous bassins confondus. Mais on doit noter que l'Esches est une des rares rivières de la région à atteindre plus ou moins le niveau de la moyenne du bassin de la Seine (plus ou moins 230 à 240 millimètres). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint 6,1 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Écologie[modifier | modifier le code]

L'Esches a 6 stations qualité sur son cours (sans compter celle sur la Copette à Persan 03138475)[4] :

  • à Esches, à Fosseuse, à Bornel, à Belle-Église, à Chambly et à Persan(03138485)[5].

Une cressonière est implantée près du lieu dit Vignoru, sur la commune d'Esches.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :