Mérantaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Mérantaise
Illustration
Caractéristiques
Longueur 13,5 km
Bassin collecteur La Seine
Régime Régime pluvial
Cours
· Localisation Voisins-le-Bretonneux
Confluence Yvette
· Localisation Gif-sur-Yvette
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche aucun affluent connu
Pays traversés Drapeau de la France France
Principales localités Chateaufort, Saint-Aubin, Villiers-le-Bâcle, Gif-sur-Yvette

Sources : Sandre
La Mérantaise - Gif-sur-Yvette

La Mérantaise est un ruisseau français, affluent de l'Yvette, qui coule dans les départements de l'Essonne et des Yvelines en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

D'une longueur de 14,3 km, la Mérantaise prend sa source à Trappes, dans les Yvelines, à 164 m d'altitude. Elle se jette dans l'Yvette à Gif-sur-Yvette, à 62 m d'altitude[1].

Communes traversées[modifier | modifier le code]

Dans les Yvelines[modifier | modifier le code]

Dans l'Essonne[modifier | modifier le code]


Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Mérantaise n'a pas d'affluent contributeur connu[1]. Elle reçoit les eaux de cours d'eau de faible importance, non répertoriés[2].

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Histoire (facultatif)[modifier | modifier le code]

Aménagements et environnement[modifier | modifier le code]

En 15 ans, la ville de Gif-sur-Yvette a connu cinq arrêtés de catastrophe naturelle dus aux débordements de la Mérantaise; ces inondations sont aggravées par l'artificialisation du cours d'eau et de son bassin versant. Un violent orage a exceptionnellement gonflé au soir du le cours d'eau, causant d'importants dégâts à Villiers-le-Bâcle, avant que les eaux ensuite drainées par la Mérantaise ne provoquent une brusque crue. Le bassin de rétention des eaux pluviales installé par le SIAHVY à Gif-sur-Yvette n'a pas pu contenir entièrement cette crue, d'où des inondations importantes du centre-ville de Gif-sur-Yvette[3].

À la suite de cet événement, après six ans d'études et trois ans de chantiers (terminés en 2016), le lit de la Mérantaise a été renaturé sur 1,8 km, avec pour but d'éviter les inondations mais aussi de mieux préserver les milieux aquatiques, en favorisant la continuité écologique (pour la truite fario notamment) sur l'ensemble du cours d'eau .
Ces travaux (d'un coût total de 4,5 millions d'euros) ont supprimé six ouvrages hydrauliques (vannages notamment). Ils ont été financés à 80% par l'Agence de l'eau Seine-Normandie. Pour compenser le manque de zones d'expansion de crues, le bassin de sécurité a été agrandi pour pouvoir absorber une crue de 8 m3/s tout en garantissant un débit d'étiage de 90 L/s. D'autres travaux sont prévus en amont pour traiter les ouvrages restants dans le même but[4].

Activités économiques (facultatif)[modifier | modifier le code]

Milieu naturel[modifier | modifier le code]

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

La vallée de la Mérantaise à Châteaufort est classée Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de niveau 1. Elle regroupe différents milieux naturels : prairies humides et mésophiles, friches, roselières et boisements alluviaux organisés autour de la rivière. Une partie (autour des vestiges du château d'Ors), investie par plusieurs espèces de chiroptères est aussi classée réserve naturelle[5].

Les ravins forestiers à Magny-les-Hameaux et la roselière de Mérancy sont aussi classés ZNIEFF de type 1 car étant les derniers ravins bien conservés de la Mérantaise. Leur intérêt est surtout floristique[6].

L'ensemble de la vallée de la Mérantaise est quant à lui classé ZNIEFF de type 2 (sauf à Montigny-le-Bretonneux en raison d'une trop forte urbanisation)[7].

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Faune[modifier | modifier le code]

Les mammifères rencensés dans les différentes ZNIEFF dans la vallée de la Mérantaise sont la musaraigne aquatique et de nombreuses espèces de chauves-souris dans la Réserve Naturelle Volontaire/Régionale d'Ors: le Vespertilion de Daubenton, le Vespertilion de Natterer, l'Oreillard roux, le Vespertilion à moustaches, le Vespertilion de Bechstein et la Sérotine.

Parmi les espèces d'oiseaux (plus d'une cinquantaine) on trouve la bergeronnette des ruisseaux et l'autour des palombes. La faune piscicole est représentée par la truite et l'anguille.

De nombreuses espèces d'invertébrés sont également présentes, comme l'Ecaille marbrée-rouge, le Panagée à grande croix (un petit carabique), le Cordulégastre annelé et d'autres espèces de libellules, la Mante religieuse, et comme espèces plus rares, l'Elaphre des marécages, le carabe à chapelets, le Drypte échancré, la Lébie à tête verdâtre, le Lixus des iris, le Crachesang, l'Ophone à antennes tâchetées, le Leistus à barbe épineuse et le rare Leistus roussâtre.

On notera aussi la présence :

  • de l'Ophone ponctué, carabique lié aux milieux ouverts et sablonneux peu fréquent dans la région
  • d'un staphylin (Lesteva pubescens) rare dans le bassin de la Seine et lié aux grands marécages forestiers ;
  • d'un charançon des zones humides (Hypera conmaculata) qui semble ne jamais avoir été observé dans la région auparavant.

Flore[modifier | modifier le code]

De par sa diversité de milieux naturels (cariçaies, mégaphorbiaies, boisements alluviaux plus ou moins tourbeux, ravins frais à fougères exposés au nord), la vallée de la Mérantaise présente de nombreuses espèces végétales (plus de 350) dont certaines rares dans la région comme le Dryoptéris écailleux, une grande fougère, le Polystic à aiguillons, le Vulpin roux, l'Amaranthe livide, la Laîche vert-jaunâtre, la Grande Ciguë, le Souchet brun, le Millepertuis anguleux, le Myosotis raide et l'Orchis mâle[5],[6],[7].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]