Vernisson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vernisson (homonymie).
le Vernisson
Étang des Loisirs de Nogent-sur-Vernisson, où coule le Vernisson.
Étang des Loisirs de Nogent-sur-Vernisson, où coule le Vernisson.
L'arrondissement de Montargis dans le Loiret
L'arrondissement de Montargis dans le Loiret
Caractéristiques
Longueur 37,2 km [1]
Bassin 100 km2 [réf. nécessaire]
Bassin collecteur Seine
Débit moyen 0,217 m3/s (Nogent-sur-Vernisson) [2]
Nombre de Strahler 2
Régime pluvial
Cours
Source dans la partie orientale de la forêt d'Orléans
· Localisation La Bussière
· Altitude 174 m
· Coordonnées 47° 43′ 24″ N, 2° 43′ 34″ E
Confluence Puiseaux
· Localisation Montargis
· Altitude 85 m
· Coordonnées 47° 59′ 50″ N, 2° 43′ 46″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Mare
· Rive droite Ronceau, Courcelles
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Loiret
Arrondissement Montargis
Cantons Gien, Lorris, Châlette-sur-Loing, Montargis
Régions traversées Centre-Val-de-Loire
Principales localités Montargis

Sources : SANDRE:« F4218000 », Géoportail, Banque Hydro

Le Vernisson est une rivière française qui coule dans le département du Loiret, en région Centre-Val-de-Loire. C'est un affluent de rive droite du Puiseaux, donc un sous-affluent de la Seine, par le Loing.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Château de La Bussière ou château des Pêcheurs à La Bussière.

La longueur de son cours d'eau est de 37,2 km[1].

Le Vernisson prend naissance à La Bussière dans la partie orientale de la forêt d'Orléans, à 174 m d'altitude et traverse l'Étang des Ferrys puis passe au pied du Château des Pêcheurs (musée).

Peu après sa naissance, et après plusieurs hésitations, il adopte résolument la direction du nord. A 800 m au sud de la D2060 (vers le lycée du Chesnoy) il commence à couler presque en parallèle avec son voisin occidental le Puiseaux. Comme ce dernier, il maintient cette orientation nord tout au long du reste de son parcours.

Un bras du Puiseaux le rejoint à l'entrée du vieux Villemandeur mais leur confluence effective s'effectue un peu plus en aval, 1 km avant la confluence avec le canal de Briare en bordure nord de la vieille ville à Montargis, à 85 m d'altitude.

Communes et cantons traversées[modifier | modifier le code]

Dans le seul département du Loiret, le Vernisson traverse les onze communes communes[1] suivantes, d'amont en aval, de La Bussière (source), Boismorand, Nogent-sur-Vernisson, Pressigny-les-Pins, Cortrat, Solterre, Mormant-sur-Vernisson, Conflans-sur-Loing, Villemandeur, Amilly, Montargis (confluence).

Soit en termes de cantons, le Vernisson prend source dans le canton de Gien, traverse les canton de Lorris, canton de Châlette-sur-Loing, et conflue dans le canton de Montargis, le tout dans l'arrondissement de Montargis.

Toponymes[modifier | modifier le code]

Le Vernisson a donné son hydronyme aux deux communes suivantes de Nogent-sur-Vernisson et Mormant-sur-Vernisson.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Le Vernison traverse une seule zone hydrographique 'Le Puiseaux de sa source au confluent du Loing (exclu)' (F421)[1].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Affluents[modifier | modifier le code]

Le Vernisson a six tronçons affluents[1] référencés :

Le rang de Strahler est donc de deux.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Vernisson à Nogent-sur-Vernisson[modifier | modifier le code]

Le débit du Vernisson a été observé durant une période de 14 ans (1972-1985), à Nogent-sur-Vernisson, localité située à une quinzaine de kilomètres de son confluent avec le Loing à Montargis[2]. Le bassin versant de la rivière est à cet endroit de 67,5 km2, soit plus ou moins les deux tiers de sa totalité qui en compte 100 km2[réf. nécessaire].

Le module de la rivière à Nogent-sur-Vernisson est de 0,217 m3/s.

Le Vernisson présente des fluctuations saisonnières de débit bien marquées. La période des hautes eaux se déroule en saison hivernale, et se caractérise par des débits mensuels moyens oscillant entre 0,344 et 0,485 m3/s, de janvier à avril inclus (avec un maximum assez net en février, puis mars). À partir du mois de mai, le débit diminue rapidement pour aboutir à la période des basses eaux qui a lieu de juillet à septembre, amenant une baisse du débit mensuel moyen allant jusqu'à 0,040 m3/s (40 litres/s) au mois de septembre, ce qui n'est pas trop sévère pour un aussi petit cours d'eau. Mais les fluctuations de débit peuvent être plus importantes d'après les années et sur des périodes plus courtes.

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

À l'étiage, le VCN3 peut chuter jusque 0,001 m3/s (un litre/s), en cas de période quinquennale sèche, ce qui est très sévère, la rivière étant ainsi quasi à sec.

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues sont d'importance moyenne et, compte tenu de la surface du bassin versant et du faible niveau du module, correspondent à celles des autres cours d'eau de la région. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 2,6 et 4,2 m3/s. Le QIX 10 est de 5,2 m3/s, le QIX 20 de 6,3 m3/s, tandis que le QIX 50 n'a pas été calculé, faute d'une durée d'observation suffisante pour le faire valablement.

Le débit instantané maximal enregistré à Nogent-sur-Vernisson durant cette période, a été de 6,41 m3/s le , tandis que le débit journalier maximal enregistré était de 4,47 m3/s le . Si l'on compare ces chiffres à l'échelle des QIX de la rivière, l'on constate que cette crue était d'ordre vicennal, et donc pas très exceptionnelle, et destinée à survenir tous les 20-25 ans environ.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

Le Vernisson est une rivière fort peu abondante dans le contexte des affluents du Loing. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 102 millimètres annuellement, ce qui est non seulement largement inférieur à la moyenne d'ensemble de la France tous bassins confondus (320 millimètres par an), mais aussi nettement inférieur à la moyenne du bassin du Loing (148 millimètres par an). Le débit spécifique de la rivière (ou Qsp) affiche de ce fait le chiffre très faible de 3,2 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Écologie et aménagements[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le long du cours d'eau ou à proximité, on peut citer :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]