Croult

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
le Crould
(le Croult, le Fossé Gallois)
Le Croult à Gonesse.
Le Croult à Gonesse.
Caractéristiques
Longueur 25,1 km [1]
Bassin 20,3 km2 [réf. nécessaire]
Bassin collecteur La Seine
Débit moyen 18 m3/s
Régime pluvial
Cours
Source source
· Localisation Mareil-en-France
· Altitude 142 m
· Coordonnées 49° 04′ 13″ N, 2° 25′ 56″ E
Confluence le canal Saint-Denis et la Seine
· Localisation Saint-Denis
· Altitude 28 m
· Coordonnées 48° 56′ 23″ N, 2° 20′ 32″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Seine-Saint-Denis, Val-d'Oise
Régions traversées Île-de-France

Sources : SANDRE, Géoportail[2]

Le Crould ou Croult est une petite rivière, en partie couverte, dans la région Île-de-France, dans les deux départements de la Seine-Saint-Denis et du Val-d'Oise, et un affluent droit de la Seine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Croult (Crould selon l'hydronyme IGN[3] et le Service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau) est une petite rivière mentionnée dès 832 sous le nom de Crodoaldus flumen dans un document ecclésiastique ; l'appellation Croult dériverait du patronyme d'origine germanique Crodoald, qui pourrait être celui du maître d'œuvre de la dérivation du Rouillon[4].

Cette dérivation contourne la zone hydraulique déjà drainée par le canal de la Vieille Mer à partir du trou provendier de Dugny sur la partie haute des rives, avec un passage en remblai où les drainages se font au-dessous de son cours, ce qui en fait peut être l'aqueduc réel de l'Abbaye de Saint-Denis jusque-là privée d'eau. Le Rouillon (ona, fleuve sacré en celte) est dans ce bassin "la" rivière qui engendre une "Mer" lors des crues que l'abbaye viendra faire disparaitre.[réf. nécessaire]

Des recherches archéologiques ont montré que dès le XIe siècle, le Croult est endigué avec des palissades en clayonnages, puis avec des berges maçonnées.

Tisserands, foulons et plusieurs moulins s'installent le long de la rivière à Saint-Denis.

En ville, il se divise en deux branches qui se rejoignent à la sortie de la ville: le Croult inférieur et le Croult supérieur ; le cours d'eau est curé annuellement[5].

Moulin à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) au XVIIe siècle, sans doute sur le Croult

Parmi les moulins alimentés : moulin Fayvon (La Courneuve), moulin de la Courtille, moulin du Dos d'âne, moulin Brise-Echalas et le moulin à tan[note 1].
Au XVIIIe siècle, quatre teintureries se font concurrence alors que l'industrie drapière (les « blancs de Saint-Denis ») se développe.
Au tournant du XXe siècle, des blanchisseries prennent leur place[6].

L'industrie a progressivement transformé les cressonnières en zones humides et les rivières en égouts à ciel ouvert au XIXe siècle et au début du XXe siècle, et qui ont été busés et couverts dans les années 1950 en raison des nuisances que subissait le voisinage.

Il est évoqué de « dé-couvrir » le Croult afin de rendre au cours d'eau sa visibilité, ses fonctions d'écologie urbaine et de lutter contre les risques d'inondation.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Croult à La Courneuve, au début du XXe siècle.
Le Croult, près de la rue Furmaneck à Gonesse.
Le Croult et son lavoir, une image idyllique d'une rivière transformée rapidement en égout.

De 25,1 km de longueur[1], prend sa source à Mareil-en-France, à 142 m d'altitude[2], et s'appelle dans cette partie haute le Fossé gallois. Puis il traverse Goussainville au Trou du diable, et est alimenté notamment par plusieurs rus de la Plaine de France : le Rouillon et la Molette.

Le Crould se jette dans la Vieille Mer, dont les eaux rejoignent la Seine à Saint-Denis, juste à l'embouchure du canal Saint-Denis, à 28 m d'altitude[2]. Le Croult et ses affluents ont longtemps irrigué les cultures maraîchères qui s'étaient implantées en fonds de vallée, avec de nombreuses cressonnières situées à Goussainville, et la production de légumes saisonniers approvisionnant les marchés de Paris. L'ancien site des 4 000 de la Courneuve était notamment une grande zone de cultures maraîchères.

Communes traversées[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. le tan est de l'écorce de chêne réduite en poudre pour les besoins de traitement des cuirs

Références[modifier | modifier le code]