Rimarde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un cours d'eau de France
Cet article est une ébauche concernant un cours d'eau de France.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

la Rimarde
le Lavoir à Courcelles devant la Rimarde.la Rimarde sur Commons
le Lavoir à Courcelles devant la Rimarde.
la Rimarde au sud-est de Pithiviers dans le nord du Loiret
la Rimarde au sud-est de Pithiviers dans le nord du Loiret
Caractéristiques
Longueur 27,7 km [1]
Bassin 139 km2 [1]
Bassin collecteur la Seine
Débit moyen ? (La Neuville-sur-Essonne)
Nombre de Strahler 3
Organisme gestionnaire syndicat de la Rimarde
Régime pluvial
Cours
Source source
· Localisation Nibelle
· Altitude 145 m
· Coordonnées 48° 00′ 02″ N 2° 18′ 29″ E / 48.0006, 2.308 (Source - la Rimarde)
Confluence l'Essonne
· Localisation La Neuville-sur-Essonne
· Altitude 83 m
· Coordonnées 48° 11′ 30″ N 2° 22′ 36″ E / 48.1916, 2.3768 (Confluence - la Rimarde)
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Petite Rimarde
· Rive droite sans
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Loiret
Arrondissements Pithiviers
Cantons Malesherbes
Régions traversées Centre-Val de Loire

Sources : SANDRE:« F4510600 », Géoportail

La Rimarde est une rivière française du département du Loiret, en région Centre-Val de Loire, et un sous-affluent de la Seine par l'Essonne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La longueur du cours d'eau de la Rimarde est de 27,7 km[1]. Elle prend sa source en forêt d'Orléans dont elle draîne les sables, de même que son affluent la petite Rimarde. Elle conflue avec l'Œuf (origine identique) au niveau de La Neuville-sur-Essonne pour former l'Essonne, affluent de la Seine.

Elle est formée de trois ruisseaux (la Rimarde, la petite Rimarde et le Gournet) qui se réunissent au Fort-des-Eaux à 1 kilomètre du château de Courcelles. Elle a vu son cours modifié en 1951 en raison des inondations. Il y eut beaucoup d'écrevisses jusqu'au début des années 1950. Le syndicat de la Rimarde, syndicat traitant des affaires concernant la rivière et réunissant les différentes communes traversées par celle-ci, a été créé en 1949.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • Circonscription hydrographique : Seine-Normandie
  • Région hydrographique : Seine aval (Marne incluse)

Parcours du cours d'eau vers l'aval : RimardeEssonneSeineManche

Quelques chiffres[modifier | modifier le code]

La Rimarde, c'est neuf communes traversées, qui représentent en tout 5 341 habitants, sur une superficie de 147,3 km2 dont l'altitude moyenne est de 111 m (altitude minimum : 82 m ; maximum : 170 m)[réf. nécessaire].

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

canton de Malesherbes dans le loiret

Dans le seul département du Loiret, la Rimarde traverse les huit communes[1] suivantes, de l'amont vers l'aval, de Nibelle (source), Boiscommun, Nancray-sur-Rimarde, Bouilly-en-Gâtinais, Courcelles, Yèvre-la-Ville, Estouy, La Neuville-sur-Essonne (confluence).

Soit en termes de cantons, la Rimarde prend source et conflue dans le même canton de Malesherbes, le tout dans l'arrondissement de Pithiviers.

Toponyme[modifier | modifier le code]

La Rimarde a donné son hydronyme à la commune de Nancray-sur-Rimarde.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

La Rimarde traverse une seule zone hydrographique La Rimarde de sa source au confluent de l'Essonne (exclu) (F451) de 139 km2 de superficie[1]

Organisme gestionnaire : Le syndicat de la Rimarde et de ses affluents[modifier | modifier le code]

Les dix communes du syndicat se sont organisées de façon à entretenir d'une manière cohérente les 27,7 kilomètres de cours d'eau pour une population de 5 341 habitants. Créé en 1949, le syndicat s'est employé à entretenir la rivière. L'objectif prioritaire étant d'assurer le libre écoulement des eaux. Pour ce faire, ses actions ont été orientées en faveur des domaines suivants :

  • l'entretien et la stabilisation des berges
  • l'entretien des vannages
  • les plantations

Après des travaux trop violents de redressement du cours et de déboisement des berges dans les années 1950, des efforts sont entrepris pour restaurer l'environnement (plantations d'arbres, d'arbustes) et éviter une transformation en rigole de drainage.

Affluents[modifier | modifier le code]

La Rimarde a trois affluents référencés[1] ou plutôt deux affluents et un bras :

Géoportail ajoute le Serin en rive gauche

Donc son rang de Strahler est de trois.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Aménagements et écologie[modifier | modifier le code]

Au fil de la Rimarde[modifier | modifier le code]

Plusieurs ponts enjambent la Rimarde tout au long de son cours. On peut également signaler la présence de lavoirs sur la Rimarde dans la plupart des villages traversés par celle-ci.

Peuplement piscicole[modifier | modifier le code]

La Rimarde possède de nombreuses espèces de poissons telles que : l'anguille, le brochet, le chevesne, la carpe, le gardon, le goujon, la loche franche, la perche, la tanche ou encore la vandoise.[réf. nécessaire]

Un peu d'Histoire[modifier | modifier le code]

Lors des fouilles archéologiques précédant la construction de l'A19, une nécropole tumulaire a été découverte à Courcelles. Ces tumulus de la fin de l'âge du bronze (800 avant notre ère) étaient implantés au niveau du Haut de l'Aunette à Guignard dans la vallée de la Rimarde. Les sépultures à incinération (en vase ou dans un contenant en matériau périssable) étaient déposées dans ses chambres funéraires et parfois accompagnées de vases à offrandes, disposés au centre de monuments révélés par un "cercle de pierres". Chaque cercle constituait la base du tumulus qui recouvrait la sépulture. Toutes les sépultures présentaient des caractéristiques similaires et seule la taille des cercles était différente : six petits cercles étaient répartis autour d'un grand cercle qui, avec un diamètre de 9 mètres, constituait certainement le monument funéraire d'un personnage d'un rang social supérieur, mais aucun mobilier prestigieux n'était présent. Plusieurs sépultures à incinération en urnes mais sans monument ostentatoire ont également été découvertes dans la surface fouillée, à proximité des cercles.

Des découvertes plus anciennes (années 1970) ont été faites sur le territoire de la commune de Nancray - outils moustériens, néolithiques, urnes funéraires.

Immeubles protégés et monuments historiques[modifier | modifier le code]

AULNAY-LA-RIVIERE :

  • château de Rocheplatte (XIIIe ; XVe ; XVIIe ; deuxième quart du XVIIIe siècle)

BOISCOMMUN :

  • église Notre-Dame (XIIIe siècle)
  • chapelle Saint Lazare du cimetière (premier quart du XVIe siècle)

COURCELLES :

  • église Saint Jacques-le-Majeur
  • chœur inachevé
  • chapelle Saint Hubert

~ les époques de construction, puis de rénovation pour les trois monuments cités précédemment sont : quatrième quart du XII; XVe ; deuxième moitié du XVIIe siècle

  • château (XVe ; XVIIe ; XIXe siècle)

LA NEUVILLE-SUR-ESSONNE :

  • prieuré de Saint Sulpice (XIIIe ; premier quart du XVIe siècle)
  • église Saint Amand (XIIe ; XVe siècle)

NIBELLE (village fleuri : 1 fleur) :

  • vestiges du château du Hallier (première moitié du XVIe ; XVIIe siècle)

YEVRE-LA-VILLE :

  • chapelle Saint Lubin (premier quart du XIIIe siècle)
  • église Saint Gault (XIIe ; XIIIe ; XVIe siècle)
  • château (premier quart du XIIIe siècle)

~ les trois monuments cités précédemment sont situés à YEVRE-LE-CHATEL

  • église Sainte Brigide (XIIe ; XVe ; quatrième quart du XIXe siècle)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
External.svg
Trop de liens externes (juin 2016).
Les liens externes doivent être des sites de référence dans le domaine du sujet. Il est souhaitable — si cela présente un intérêt — de citer ces liens comme source et de les enlever du corps de l'article ou de la section « Liens externes ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Sandre, « Fiche cours d'eau - La Rimarde (F4510600) » (consulté le 18 juin 2016)