Thève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

la Thève
Illustration
La Thève à Coye-la-Forêt
Caractéristiques
Longueur 33,5 km
Bassin 133 km2
Bassin collecteur la Seine
Débit moyen 1,08 m3/s (Asnières-sur-Oise)
Régime pluvial océanique
Cours
Source Beaumarchais
· Localisation Othis (Seine-et-Marne)
· Altitude 108 m
· Coordonnées 49° 04′ 32″ N, 2° 39′ 06″ E
Confluence Oise
· Localisation Asnières-sur-Oise
· Altitude 28 m
· Coordonnées 49° 09′ 01″ N, 2° 21′ 46″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Régions traversées Île-de-France, Hauts-de-France

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

La Thève est une rivière française de 33,5 km[1] affluent de la rive gauche de l'Oise et donc sous-affluent de la Seine, qui coule dans les départements de Seine-et-Marne, de l'Oise et du Val-d'Oise.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle naît à Othis dans le nord-ouest de la Seine-et-Marne et se dirige d'abord vers le nord. Arrivée bientôt dans le département de l'Oise, elle oblique vers l'ouest, direction qu'elle maintiendra jusqu'à la fin de son parcours. Elle n'est qu'une rivière temporaire jusqu'au château de Saint-Sulpice-de-la-Ramée. Elle traverse l'étang de l'Épine situé sur le domaine de Vallière et la zone marécageuse de la prairie de Charlepont (marais des Joncs). Elle est divisée en deux bras de Lamorlaye au confluent :

  • La Vieille Thève ;
  • La Nouvelle Thève qui se jette dans l'Ysieux.

Elle marque la limite entre la Hauts-de-France au nord et l'Île-de-France au sud. Les deux Thève ont été canalisées pour le Château de Baillon.

Elle se jette dans l'Oise en rive gauche au niveau de Lys-Chantilly, un peu au nord de l'abbaye de Royaumont.

Affluents[modifier | modifier le code]

  • Rû Pastillon
  • Rû Pontarmé
  • La Bâtarde
  • La Fontaine-d'Orry
  • Rû Saint-Martin
  • l'Ysieux

Localités traversées[modifier | modifier le code]

Othis, Ver-sur-Launette, Mortefontaine, Plailly, Thiers-sur-Thève, Pontarmé, Orry-la-Ville (Mongrésin), Coye-la-Forêt, Lamorlaye, Asnières-sur-Oise, Dammartin-en-Goële, Fontaine-Chaalis, Boran-sur-Oise.

Étangs traversés[modifier | modifier le code]

  • Étang de la Ramée ;
  • Étang de l'Épine (qui semble pratiquement recouverte par l'Île Molton, créée artificiellement en 1806 par le creusement d'un canal autour de cette butte[2]) rattaché à l'Étang de Vallière ;
  • Les étangs de Saint-André[3] entre Thiers-sur-Thève et Pontarmé, ces six étangs sont des lieux de pêche ;
  • Étangs de Commelles. On distingue quatre étangs : "Étang Commelles", "Étang Chapron", "Étang Neuf" et "Étang de La Loge" où se trouve le Château de la Reine Blanche et la source du Rû Saint-Martin. Les quatre étangs sont des lieux de pêche. Les étangs séparent la forêt de Chantilly au nord de la forêt de Coye-la-Forêt au sud ;
  • Étangs de l'abbaye de Royaumont, dans la vallée de la Nouvelle Thève.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Delaigue, Promenade en vallée de Thève : Saint-Sulpice-la-Ramée, Vallière-Mortefontaine, Thiers-sur-Thève, Pontarmé, Montgrésin, Comelle, Coye-la-Forêt, Lamorlaye-le-Lys, Baillon, Royaumont, s.l., à compte d'auteur, s.d. (ca. 1990), 109 p. (ISBN 295045691X)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - la Theve (H22-0500) » (consulté le 30 juin 2013)
  2. Cf. Etude urbaine-Diagnostic-Phases I-II : Compréhension du paysage d’inscription du village. Analyse des évolutions du tissu et lecture des paysages bâtis, op. cit., p. 21.
  3. Cf. « Les étangs de Saint-André » (consulté le 6 août 2011).