Automne (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

49° 14′ 52″ N 3° 05′ 00″ E / 49.2478, 3.08333 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Automne.
L'Automne
L'Automne à Béthisy-Saint-Martin.
L'Automne à Béthisy-Saint-Martin.
Caractéristiques
Longueur 33,9 km
Bassin 300 km2
Bassin collecteur la Seine
Débit moyen 2,11 m3/s (Saintines)
Régime pluvial océanique
Cours
Confluence l' Oise
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Régions traversées Picardie

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

L'Automne est une rivière française qui coule dans les départements de l'Aisne et de l'Oise. C'est un affluent de l'Oise en rive gauche qui conflue à Verberie et donc un sous-affluent de la Seine. Son nom n'a rien à voir avec le terme français "automne" qui est une étymologie populaire, mais vient d'une forme ancienne Altona attestée en 920 ap. J.-C.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Automne prend sa source entre Villers-Cotterêts et Pisseleux à environ 110 m d'altitude et se jette dans l'Oise à environ 30 m d'altitude. Son cours orienté est-ouest traverse les départements de l'Aisne et de l'Oise. Il mesure 35 km de long[1]. Son débit moyen s'établit à 2,11 m3⋅s-1 à Saintines.

Son bassin versant accueille 46 000 habitants, il est principalement couvert par de grandes cultures (céréales et betteraves).

L'Automne est classé en première catégorie piscicole. C'est-à-dire que ses eaux sont suffisamment propres pour accueillir des salmonidés (truites).

La vallée propose un patrimoine architectural relativement riche : 35 églises ou abbayes romanes ou gothiques, ainsi que des moulins aujourd'hui abandonnés.

Le fond de la vallée est aujourd'hui propice à la populiculture entrainant un certain appauvrissement de la rivière.

Affluent[modifier | modifier le code]

Son affluent principal est la Sainte-Marie qui conflue à Orrouy.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le module de l'Automne a été observé durant une période de 41 ans (1968-2008), à Saintines, petite localité du département de l'Oise située peu avant son confluent avec l'Oise[2]. Le bassin versant de la rivière y est de 279 km2 (soit la quasi-totalité de la superficie de celui-ci).

Le module de la rivière à Saintines est de 2,10 m3⋅s-1.

L'Automne présente des fluctuations saisonnières de débit très faibles, comme c'est bien souvent le cas dans le nord-ouest du bassin de la Seine, proche de la Haute-Normandie et de la Somme. Les hautes eaux se déroulent en hiver et au début du printemps et se caractérisent par des débits mensuels moyens allant de 2,33 à 2,36 m3⋅s-1, de décembre à avril inclus (sans maximum précis). En mai et juin le débit baisse légèrement ce qui mène aux basses eaux d'été, qui ont lieu de juillet à septembre, entraînant une baisse du débit moyen mensuel n'allant pas plus bas que 1,65 m3⋅s-1 au mois d'août, ce qui reste appréciable voire abondant.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Saintines - données calculées sur 41 ans
(données calculées sur 41 ans)

Aux étiages, le VCN3 peut cependant baisser jusqu'à 0,98 m3, en cas de période quinquennale sèche, ce qui reste plus que consistant pour une aussi petite rivière.

Les crues, quant à elles ne sont jamais très importantes. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 5,3 et 6,3 m3. Le QIX 10 est de 7,0 m3⋅s-1, le QIX 20 de 7,6 m3 et le QIX 50 de 8,4 m3⋅s-1. Compte tenu de la taille de son bassin, l'Automne se situe parmi les rivières les plus sages de France.

Le débit instantané maximal enregistré à Saintines a été de 7,86 m3⋅s-1 le 9 mai 1988, tandis que la valeur journalière maximale était de 7,04 m3⋅s-1 le 22 mars 2001. En comparant la première de ces valeurs à celles des différents QIX de la rivière, il apparaît que cette crue était d'ordre vicennal, et donc fort peu exceptionnelle.

L'Automne est une rivière relativement abondante au sein du bassin de la Seine, et bien alimentée par les précipitations de son bassin. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 238 millimètres annuellement, ce qui est certes inférieur à la moyenne d'ensemble de la France tous bassins confondus, mais sensiblement égal à la moyenne du bassin de la Seine, qui bénéficie pourtant à l'est d'affluents fort abondants (comme l'Armançon, la haute Marne ou encore la Saulx, l'Aire etc). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint 7,5 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]