Ardon (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ardon.
L'Ardon
Source de l'Ardon à Laon rue des Bains avec le lavoir.
Source de l'Ardon à Laon rue des Bains avec le lavoir.
Caractéristiques
Longueur 11,2 km [1]
Bassin 134 km2
Bassin collecteur la Seine
Débit moyen 1,72 m3/s (Chaillevois)
Nombre de Strahler 3
Organisme gestionnaire Syndicat intercommunal de gestion de l'Ardon et de la moyenne Ailette
Régime pluvial océanique
Cours
Source source
· Localisation Laon
· Altitude 68 m
· Coordonnées 49° 33′ 11″ N, 3° 38′ 39″ E
Confluence l'Ailette
· Localisation Royaucourt-et-Chailvet
· Altitude 62 m
· Coordonnées 49° 29′ 57″ N, 3° 31′ 41″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche ru du Marais
· Rive droite Sart Labbé
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Aisne
Arrondissement Laon
Cantons Laon-1, Laon-2
Régions traversées Hauts-de-France
Principales localités Laon

Sources : SANDRE:H0229000, Géoportail, Banque Hydro

L'Ardon est une petite rivière française qui coule dans le département de l'Aisne. C'est un affluent de l'Ailette en rive droite, donc un sous-affluent de la Seine par l'Ailette, puis par l'Oise.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Ardon prend naissance dans les bois situés au sud-est de la ville de Laon (bois du Sauvoir), dans le département de l'Aisne.

Dès sa naissance, il adopte la direction du sud-ouest, orientation qu'il maintient jusqu'à la fin de son parcours d'un peu plus de 11 kilomètres[1].Il se jette dans l'Ailette en rive droite, à Royaucourt-et-Chailvet à la limite de Chaillevois, localité située sur le canal de l'Oise à l'Aisne entre Laon et Soissons.

Communes et cantons traversées[modifier | modifier le code]

Dans le seul département de l'Aisne, l'Ardon traverse ou longe les six communes[1] suivantes, d'amont en aval, de Laon (source), Chivy-lès-Étouvelles, Étouvelles, Vaucelles-et-Beffecourt, Urcel, Royaucourt-et-Chailvet (confluence).

Soit en termes de cantons, l'Ardon prend source et conflue dans le même canton de Laon-1, cmais traverse le canton de Laon-2 le tout dans l'arrondissement de Laon.

Toponymes[modifier | modifier le code]

Ardon sous Laon est un faubourg sud de Laon, et l'Ardon donné son hydronyme à la porte d'Ardon porte sud de la vieille ville de Laon.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

L'Ardon traverse une seule zone hydrographique 'L'Ailette de sa source au confluent du Marais de Montbavin (exclu)' (H022) de 277 km2 de superficie[1]. Ce bassin versant est constitué à 48,26 % de « territoires agricoles », à 44,33 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 6,67 % de « territoires artificialisés »[1].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

L'organisme gestionnaire est le Syndicat intercommunal de gestion de l'Ardon et de la moyenne Ailette, sis à Chivy-lès-Etouvelles qui compte vingt-quatre communes et est créé depuis le 7 mars 1968[2]

Affluent[modifier | modifier le code]

L'Ardon a un seul affluent référencé[1] qui draine l'ouest de Laon :

  • le ruisseau du Sart Labbé (rd), avec trois affluent :
    • le Fossé du Marais (rd),
    • le Buse (rg),
    • le ruisseau des Morennes (rg),

Géoportail ajouté en rive gauche le ru du Marais au sud-est de la commune de Laon.

Son rang de Strahler est donc de trois.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

L'Ardon à Royaucourt-et-Chailvet à moins d'un km de la confluence avec l'Ailette

L'Ardon à Chaillevois[modifier | modifier le code]

L'Ardon est une rivière abondante, plus que la moyenne de ses voisines. Son débit a été observé durant une période de 17 ans (1985-2002), à Chaillevois, localité du département de l'Aisne située au niveau de son confluent avec l'Ailette [3]. La surface ainsi étudiée est de 134 km2, soit la totalité du bassin versant de la rivière.

Le module de la rivière à Chaillevois est de 1,72 m3/s.

L'Ardon présente des fluctuations saisonnières de débit assez marquées. Les hautes eaux se déroulent en hiver et au début du printemps et se caractérisent par des débits mensuels moyens allant de 2,20 à 3,32 m3/s, de décembre à avril inclus (avec un maximum très net en décembre et janvier). À partir de la fin du mois d'avril, le débit baisse progressivement jusqu'aux basses eaux de fin d'été qui ont lieu en août et en septembre, entraînant une baisse du débit mensuel moyen jusqu'à 0,57 m3 au mois d'août.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : H7313010 - L'Ardon à Chaillevois pour un bassin versant de 134 km2[3]
(Données calculées sur 17 ans)

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

L'Ardon à Laon le 1er novembre 2015, à la confluence de la STEP

Aux étiages, le VCN3 peut chuter jusque 0,150 m3/s (150 litres), en cas de période quinquennale sèche, ce qui n'est pas trop sévère.

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues peuvent être assez importantes, compte tenu de la petitesse du bassin versant. La série des QIX n'a pas été calculée, mais la série des QJX l'a bien été. Les QJX 2 et QJX 5 valent respectivement 8 et 11 m3/s. Le QJX 10 ou débit calculé de crue journalière décennale est de 13 m3/s et le QJX 20 de 15 m3/s. Le QJX 50 n'a pas été calculé faute de durée d'observation suffisante.

Le débit journalier maximal enregistré à Chaillevois a été de 14,1 m3/s le 6 décembre 1988. Si l'on compare cette valeur à l'échelle des QJ de la rivière, l'on constate que cette crue était nettement inférieure au niveau d'une crue vicennale, et donc pas du tout exceptionnelle.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

L'Ardon est une rivière fort bien alimentée. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 405 millimètres annuellement, ce qui est largement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France (320 millimètres par an), et aussi nettement plus élevé que la moyenne du bassin de la Seine (245 millimètres par an à Caudebec-en-Caux) et de l'Oise (243 millimètres par an). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint 12,8 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Patrimoine - Curiosités - Tourisme[modifier | modifier le code]

vue aérienne du Château de Chailvet.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Ardon (H0229000) » (consulté le 15 novembre 2014)
  2. « Syndicat intercommunal de gestion de l'Ardon et de la moyenne Ailette », sur www.comersis.fr (consulté le 2 novembre 2015)
  3. a et b Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - L'Ardon à Chaillevois (H7313010) » (consulté le 15 novembre 2014)