Orange (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Orange.fr)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Orange.

Orange

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo d'Orange

Création 1988 pour France Télécom
1990 pour Microtel, futur Orange
Dates clés 1988 : La Direction générale des Télécommunications devient France Télécom
1991 : France Télécom devient un exploitant autonome de droit public
1993 : nouveaux grades de fonctionnaires-reclassification
1994 : Microtel devient Orange
1996 : France Télécom devient une SA
1997 : ouverture du capital de France Télécom
2000 : France Télécom fait l'acquisition d'Orange plc
2001 : Itineris, OLA et Mobicarte deviennent Orange
2004 : privatisation partielle
2006 : Wanadoo et Ma Ligne TV deviennent Orange
2007 : fin de la minorité de blocage de l'État français
2013 : France Télécom change de nom pour devenir Orange
Personnages clés Marcel Roulet, Michel Bon, Thierry Breton, Didier Lombard
Forme juridique Société anonyme avec conseil d'administration
Action Euronext : ORA
NYSE : ORAN
Slogan « Le service Orange, satisfait quand vous l’êtes » (depuis 2012)
« La vie change avec Orange » (depuis 2010)
« Plus loin ensemble » (depuis juillet 2008)
2006-2007 : « Le futur et toutes les raisons d'y croire»
Siège social Drapeau de France 78, rue Olivier de Serres, 75015, Paris (France)
Direction Stéphane Richard
Actionnaires Actionnaires institutionnels : 64,3 %
État Français (dont Bpifrance) : 26,94 %
Actionnaires individuels : 5,0 %
Salariés : 3,7 %
Auto-détention : 0,4 %[1]
Activité Opérateur de télécommunications
Produits Commercialisation d'équipements et de services de télécommunication pour les particuliers, les professionnels et les entreprises (via Orange Business Services) : téléphonie fixe, téléphonie mobile, services sur internet, télévision, services de téléconférence, etc.
Filiales Globecast, Viaccess, Studio 37, Groupe Silicomp, Orange Consulting, NordNet, Sofrecom, Etrali, Orange Marine, FranceTel, Telekomunikacja Polska, w-HA, Orange Business Services, Orange Advertising Network, Dailymotion
Effectif 164 000 (au 31/03/2014)
Site web www.orange.com
Capitalisation 37,81 milliards d'euros (4 décembre 2014)
Dette 30,726 milliards d’euros(au 31 décembre 2013)[2]
Chiffre d’affaires en diminution 40,981 milliards d'euros (31/12/2013) (-4,5 %)[2]
en diminution 45,277 milliards d'euros (31/12/2011) (-0,5 %)
Résultat net en augmentation 3,828 milliards d'euros (31/12/2011) (+1,457 %)

Orange, anciennement France Télécom[3], est une entreprise française de télécommunications. Elle emploie près de 172 000 personnes[1], dont 105 000 en France, et sert près de 226 millions de clients dans le monde[1].

Orange est à l'origine une entreprise de télécommunication d'origine britannique devenue, en 1999, la filiale de Mannesmann puis, en 2000, celle du groupe France Télécom. France Télécom, l'opérateur téléphonique historique en France, s'est internationalisé à la suite du rachat d'Orange. Le nouveau groupe ainsi créé est présent notamment en Europe, en Afrique et dans les Caraïbes. À partir du rachat d'Orange, la plupart des marques du groupe France Télécom sont passées sous la marque Orange. Orange depuis le 1er juillet 2013 est devenu le nouveau nom de France Télécom.

En 2010, Orange a réalisé un chiffre d'affaires de 45,503 milliards d'euros pour l'ensemble de ses activités et comptait 209 millions de clients dans le monde (+6 % par rapport à 2009)[4] dont plus de 150 millions de clients mobiles (+9,1 % par rapport à 2009)[4] et 13,7 millions de clients haut débit ADSL (+3,4 % par rapport à 2009)[4].

Orange élargit ses activités à la vente de contenu (musique, cinéma, téléchargement…), au commerce électronique, à la publicité en ligne, aux solutions M2M, domotique, et de téléassistance. Depuis février 2012 et le passage sous la marque Orange des activités de téléphonie fixe, la totalité des offres commercialisées par France Télécom utilise cette marque, qui, le 1er juillet 2013, est devenue la nouvelle appellation du groupe.

Sommaire

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Télécommunications, service industriel de l'État[modifier | modifier le code]

Sous la Révolution française, en 1792, le premier réseau de communication voit le jour pour permettre d'acheminer rapidement les informations dans un pays en guerre et peu sûr. Il s'agit du réseau de télégraphie optique de Chappe.

Après l'invention du télégraphe électrique et ensuite du téléphone l'État français crée en 1878 un ministère des Postes et Télégraphes, ce dernier annexe bientôt les services du téléphone, qui sont nationalisés en 1889. Pourtant ce n'est qu'en 1923, que le second « T » apparaît, le ministère des P & T devenant celui des PTT.

En 1941, une direction générale des Télécommunications est créée au sein de ce ministère et en 1944 le Centre national d'études des télécommunications (CNET), a pour mission de développer l'industrie des télécommunications en France.

Entre 1950 et 1965, les P&T vendent leurs numéros pour la somme de 10 000 francs de l'époque[réf. nécessaire].

Dans les années 1970, la France met les bouchées doubles pour rattraper son retard sur plusieurs autres nations avec le programme « delta LP » (accroissement des lignes principales). C'est à cette époque que fut construite la plus grande partie de la boucle locale. De plus, avec le concours des industriels français, sont mis au point par les ingénieurs et chercheurs du CNET, la commutation numérique, le minitel, la norme GSM.

Création de la Société Anonyme France Télécom[modifier | modifier le code]

Article détaillé : France Télécom.
Une cabine publique France Télécom

Pour répondre à une directive européenne de mise en concurrence des services de télécommunication (téléphonie fixe principalement), sous forme de parution de son Livre Vert en juillet 1987, la direction générale des Télécommunications est renommée France Télécom le 1er janvier 1988.

La loi no 90-568 du 2 juillet 1990 transforme France Télécom en un exploitant autonome de droit public, dont Marcel Roulet est le premier Président ; elle est dotée d'une personnalité morale distincte de l'État et, acquiert une autonomie financière. Auparavant, le budget des Télécommunications était inscrit au sein du budget annexe des PTT voté chaque année par l'Assemblée nationale.

Le 13 septembre 1995, Michel Bon est nommé Président du Groupe France Télécom.

Pour préparer l'ouverture à la concurrence au 1er janvier 1998, la loi no 96-660 est promulguée en juillet 1996 transformant l'exploitant autonome de droit public en société anonyme au 1er janvier 1997 dont l'État français est le seul actionnaire, créant ainsi l'Entreprise Nationale France-Télécom.

En 1997, le capital de la nouvelle société anonyme a été ouvert avec succès. L'action est vendue 27 euros. Une seconde ouverture eut lieu en 1998, malgré la crise des marchés émergents, puis la bulle Internet qui rend les bourses euphoriques en 1999.

Orange, opérateur mobile britannique[modifier | modifier le code]

En 1990, Pactel Corporation, British Aerospace, Millicom et Matra créent le consortium Communications Microtel avec pour but de développer une offre concurrente à celle de Vodafone au Royaume-Uni. En juillet 1991, Hutchison Whampoa devient actionnaire majoritaire de Microtel en prenant possession de 65 % des parts de la marque[5].

En avril 1994, Microtel devient Orange plc et est lancé sur le marché britannique. En 1996, lors de l'introduction en bourse, les principaux actionnaires sont Hutchison Whampoa et British Aerospace détenant respectivement 48 % et 22 % du capital. En juillet 1997, la stratégie de croissance a payé : le cap du million de clients est franchi. L’entreprise présente également le plus faible taux de roulement, affiche de meilleures marges que ses concurrents et obtient d’excellents niveaux de satisfaction de la clientèle[réf. nécessaire].

En septembre 1998, Orange est lancée à Hong Kong et passe de la quatrième à la première place du marché en six mois.[réf. nécessaire] En 1999, Orange s'implante en Autriche, en Belgique et en Suisse et une concession de licences de marque à Hong Kong, en Australie, en Israël et en Inde à différents opérateurs. En Israël, Orange gagne plus de 400 000 clients lors de la première année[réf. nécessaire].

Fin 1999, l'allemand Mannesmann annonce l'acquisition d'Orange pour un prix équivalent à 7 900 euros par client soit 33 milliards de dollars US[6]. En comparaison, Deutsche Telekom a versé 3 800 euros par client lorsqu’il a acheté son concurrent One-2-One soit 8,2 milliards de livres sterling[7]. Peu après, Vodafone rachète Mannesmann, une opération conditionnée par la Commission européenne à la revente d'Orange plc.

Frise chronologique d'Orange

Rachat de Orange par France Télécom durant la bulle internet[modifier | modifier le code]

Partie en retard dans le train de l'internationalisation lancé par des concurrents internationaux tels Vodafone, France Télécom se met à chercher des cibles au plus fort de la valorisation des années de la bulle Internet. Cela d'autant plus que son alliance avec Deutsche Telekom, caractérisée par une participation au capital croisée de 2 %, a éclaté lorsque cette dernière a annoncé un projet de rapprochement avec Telecom Italia (finalement abandonné) sans avertir les Français.

En août 2000, France Télécom rachète Orange plc à Vodafone pour un coût total estimé à 39,7 milliards d’euros[8]. Elle devra elle-même se séparer de la filiale belge d'Orange (intégralement cédée à KPN[9]), puisqu'elle y possède déjà le réseau Mobistar.

Les activités de téléphonie mobile d'Orange plc sont alors fusionnées avec la majorité des activités mobiles de France Télécom (Itineris, Ola et Mobicarte) constituant le nouveau groupe Orange SA. Le 13 février 2001, Orange SA est introduit à la bourse EuroNext Paris avec un prix d’action unitaire fixé à 10 € avec une cotation secondaire à Londres et, en mai 2001, Orange SA est cotée au CAC 40[10]. Les marques de France Télécom Mobile (Itinéris, OLA, Mobicarte) sont remplacées par la marque Orange (« mobicarte » devient le nom de l'une des offres d'Orange, et les deux autres disparaissent) en juin 2001.

France Télécom procède également à de nombreuses autres acquisitions de sociétés (revendues pour certaines) dans le monde devenant le quatrième opérateur mondial par sa taille (GlobalOne, Equant, Internet Telecom, Freeserve, EresMas, participation dans Wind, NTL, Mobilcom, etc.).

Groupe France Télécom - Orange[modifier | modifier le code]

Désendettement[modifier | modifier le code]

La période d'expansion euphorique tous azimuts de la fin du XXe siècle connut le revers de la médaille en 2002. À la suite de changement de qualification d'une partie de la dette de « long terme » à « court terme » en vue d'obtenir un meilleur taux d'intérêt, les actionnaires s'aperçoivent que, de 2002 à 2005, France Télécom doit rembourser chaque année entre cinq et quinze milliards d'euros de dette.

Le cours de l'action s'effondre à 6,94 euros le 30 septembre 2002, alors qu'il était à 219 euros le 2 mars 2000. L'entreprise qui avait une capitalisation boursière de 580 milliards d'euros voit cette dernière chuter à "seulement" 18 milliards d'euros.

France Télécom fut obligée d'afficher pour la première fois depuis plusieurs décennies un déficit abyssal à la suite d'investissements hasardeux à l'étranger en vue d'en faire un groupe de taille européenne en préparation de l'ouverture à la concurrence.

Le 2 octobre 2002, le président-directeur général est Thierry Breton. Il a été appelé pour redresser l'entreprise qui était à ce moment-là, la deuxième entreprise la plus endettée du monde (en termes de dette à court terme). Il a obtenu quinze milliards de réaménagement de la dette à prendre en charge par les banques et les investisseurs, quinze milliards d'augmentation de capital réclamés à l'État alors actionnaire majoritaire, et quinze milliards de trésorerie à dégager grâce à des économies en interne. Nommé Ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, il démissionne de France Télécom le 22 février 2005 pour rejoindre le gouvernement.

Le 21 novembre 2003, France Télécom décide le retrait des 13,7 % du capital d'Orange disponible au sein de la bourse de Paris, en lançant une procédure de retrait obligatoire au prix d'introduction[11]. Ce retrait obligatoire provoque la colère des actionnaires minoritaires représentés par l'ADAM, qui intente un recours contre l'opération[12],[13]. En 2004, les actionnaires minoritaires perdent leurs recours, et l'action est retirée de la cote le 23 avril[14].

L'endettement financier net de France Télécom au 30 juin 2008 en normes IFRS s'élève à 38,2 milliards d'euros, soit un ratio dette nette sur marge brute opérationnelle juste inférieur à 2.

Privatisation[modifier | modifier le code]

En septembre 2004, l'État français cède une partie de ses actions pour passer en dessous de la barre des 50 %. France Télécom devient alors une entreprise privée. Cent-quinze ans après sa nationalisation, la téléphonie redevient privée en France.

En juin 2007, l'État français cède à nouveau 5 % de sa participation dans France Télécom. La participation publique (État Français et ERAP) est portée à 27 %. À cette même date, France Télécom revend Orange Pays-Bas et acquiert le fournisseur d'accès espagnol Ya, ainsi que l'opérateur mobile autrichien One.

En septembre 2014, Bpifrance vend 1,9 % d'Orange, qu'il ne détient plus qu'à 11,6 %. BpiFrance et l'État Français possédant 25 % des actions d'Orange[15].

Acquisitions et scissions[modifier | modifier le code]

En 2003, Orange se retire d'Eutelsat, Telecom Argentina, Wind Telecomunicazioni, pour 1,5 md d'euros environ. [réf. souhaitée]

En 2005, Orange se retire de l'association qu'il entretenait avec le câblo-opérateur Noos[16]. Orange était jusqu'à cette date chargé de la maintenance du réseau câblé analogique de télévision distribué dans les habitations, puis liquide sa filiale France-Télécom Câble, en réaffectant ses personnels fonctionnaires qui y étaient détachés dans la maison mère, de BITCO, d'Orange Danemark, de ST Microelectronics [réf. souhaitée]. Au Danemark, l'opérateur Orange A/S (anciennement Mobilix, créé en 1997) est vendu à l'opérateur finno-suédois TeliaSonera pour la somme de 600 millions d'euros, payés comptant[17].

Le 27 juillet 2005, France Télécom annonce le rachat de 80 % de l'opérateur de téléphonie mobile Amena, détenteur de 24 % de parts de marché en Espagne, pour la somme de 6,4 milliards d'euros dont trois par augmentation de capital. La même année, il se retire de Tower Participations/TDF France, Intelsat, France Télécom Câble, MobilCom. [réf. souhaitée]

En 2006, Orange se retire des Pages Jaunes Groupe et de France Télécom Mobile Satellite Communications. [réf. souhaitée]

En 2007, vend sa filiale Orange Pays-Bas[18].

En mars 2008, les médias prêtent à France Télécom l'intention de racheter la société scandinave TeliaSonera[19]. Le nouvel ensemble deviendrait le premier opérateur européen. Cette opération sera avortée.

En 2009, Orange vend à Rue du commerce sa filiale e-commerce spécialisée dans la vente en ligne de produits et services téléphoniques (boutiques en ligne de France Télécom et d'Orange) et de produits culturels et technologiques (Alapage, Clust, TopAchat…)[20].

Le 21 septembre 2010, France Télécom rentre au capital (40 %) de Meditelecom (marque Méditel), deuxième opérateur de téléphonie mobile du Maroc (10 millions de clients au moment de l'opération). L'accord prévoit la montée de France Télécom à 49 % du capital d'ici 2015.

Fin août 2010, Orange a pris une participation de 11 % dans le site de streaming Deezer. L'opérateur propose ainsi à ses abonnés une nouvelle option "Deezer Premium", un service de streaming musical payant, sans publicité et en haute qualité, avec dix-huit millions de titres disponibles[21].

Le 25 janvier 2011, Orange annonce l'acquisition de 49 % de Dailymotion, la plateforme de vidéo en ligne française, pour un coût de 58,8 millions d'euros. Le groupe a également posé une option pour acquérir, en 2013, la totalité du capital de la plateforme[22]. Ce rachat illustre la nouvelle stratégie mise en place par Orange qui souhaite proposer à ses abonnés une offre complète de vidéo multi-écrans[23]. C'est via cette acquisition qu'Orange Business Services a développé son offre de VoD entreprise nommée Galerie vidéo.

En octobre 2011, France Télécom acquiert l'opérateur CCT en République démocratique du Congo[24]

En 2012, France Télécom vend Orange Suisse à Apax Partners pour un montant de 1,6 milliard d’euros ; ainsi que TP Emitel (pl) opérateur polonais de TNT[24]. Le 3 février 2012, Orange annonce la mise en vente des 35 % qu'elle détient dans sa filiale autrichienne[25].

En novembre 2013, Orange vend ses activités en République dominicaine à Altice, pour 1,435 milliard de dollars[26].

En septembre 2014, Orange acquiert l'opérateur internet espagnol Jazztel pour 3,4 milliards d'euros[27].

Convergence sous la marque Orange[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er juin 2006, via le plan NExT, France Télécom tend à commercialiser l'ensemble de ses produits dans le monde sous la seule marque commerciale Orange. Depuis cette date Orange est la marque unique de France Télécom pour la téléphonie fixe et internet dans le monde, à quelques exceptions près comme Mobistar en Belgique et TPSA en Pologne. Le logo (esperluette) de la marque France Télécom est devenu plus arrondi, la charte (couleur et police) a été modifiée. Une campagne publicitaire mondiale de 200 millions d’euros accompagne cette évolution[28].

En septembre 2011, Orange lance Sosh, sa marque low-cost et sans engagement[29].

En février 2012, la ligne fixe France Télécom change de nom et devient la ligne fixe Orange. Tous les services d'Orange France portent désormais le même nom. Les sites internet de France Télécom renvoient tous vers les sites Orange[30]. Toutefois, le nom juridique de l'entreprise, sa raison sociale, son adresse, son RCS restent France Télécom SA pour les offres fixe et internet.

Le changement complet de nom au profit d'Orange est finalement voté lors de l'assemblée générale du 28 mai 2013[31] avec effet à compter du 1er juillet 2013[32].

De France Télécom à Orange[modifier | modifier le code]

Les dates clefs :

  • août 2000 : France Télécom rachète Orange plc à Vodafone et adopte un nouveau logo dans lequel l'orange est la couleur dominante.
  • 21 juin 2001 : Itinéris, Ola et Mobicarte, les activités de téléphonie mobile de France Télécom, deviennent Orange.
  • 1er juin 2006 : Wanadoo et Ma Ligne TV deviennent Orange. Equant devient Orange Business Services. Le logo de France Télécom est modifié.
  • janvier 2007 : France Télécom R&D devient Orange Labs. La Fondation France Télécom devient la Fondation Orange.
  • à partir de 2011 : France Télécom communique en tant que Groupe France Télécom - Orange. Les agences France Télécom deviennent des boutiques Orange.
  • février 2012 : les services de téléphonie fixe de France Télécom sont commercialisés sous la marque Orange.
  • 28 mai 2013 : le changement de nom est voté au cours d'une assemblée générale.
  • 1er juillet 2013 : le changement de nom est effectif, France Télécom devient définitivement Orange.

Évolution des résultats d'Orange[modifier | modifier le code]

Chiffre d’affaires de 2010 ventilé
en millions d'euros France Espagne Pologne Reste du monde Services aux entreprises Opérateurs Internationaux et Services Partagés Total
Chiffres d'affaires 23 308 3 821 3 934 8 248 7 216 1 600 45 503
EBITDA 8 813 765 1 180 2 941 1 299 661 14 337
Résultat d'exploitation 6 567 218 229 1 380 958 1 354 7 562
Évolutions des résultats d'Orange, en millions d'euros - Source : rapports financiers
Années 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Chiffre d'affaires du groupe 43 026 46 630 46 121 47 157 49 038 51 700 52 959[33],[34] 53 488[35],[36] 45 944[37],[38] 45 503[39],[40] 45 277[41],[42] 43 515[43] 40 981[44]
Résultat net part du groupe - 8 280 - 20 736 3 206 2 784 5 709 4 100 6 300[34] 4 069[36] 2 997[38] 4 880[40] 3 895[42] 820[43] 1 873[44]
Endettement financier net 42 017[34] 37 980[34] 35 859[36] 32 959[38] 31 840[40] 30 890[42] 30 545[43] 30 726[44]

Activités[modifier | modifier le code]

Orange développe et commercialise trois grandes familles de services  :

  • les services de communication résidentiels (SCR), c'est-à-dire, la téléphonie fixe, Internet bas débit (par modem), haut débit (par ADSL) et très haut débit (par la fibre optique), la téléphonie IP, la visiophonie, la télévision numérique (la TV d'Orange) et les contenus multimédias (ex : vidéo à la demande).
  • les services de communication personnels (SCP), c'est-à-dire mobiles.
  • les services de communication d'entreprise (SCE) sous la marque Equant puis Orange Business Services.

Internet[modifier | modifier le code]

Orange propose des offres d'accès internet bas débit, ADSL et via la fibre optique, ainsi que des services et périphériques multimédias via la Livebox, commercialisée dès 2004 par Wanadoo, produite à l'origine par Inventel et actuellement par Sagemcom[45]. En 2008, 7,3 millions de Livebox étaient louées, soit une augmentation de +12,3 % sur un an[46].

Au 31 décembre 2010, Orange comptait 13,7 millions de clients ADSL haut-débit dans le monde, dont 67 % en France[4].

Les services personnels / Mobile[modifier | modifier le code]

Revendeur orange à Saly Portudal, au Sénégal

Orange utilise principalement les réseaux mobiles de 2e et 3e générations et sont commercialisés sous la marque Orange.

Au 31 décembre 2010, Orange compte 150 millions de clients mobiles dans le monde dont 17,9 % en France[4].

Orange est le premier opérateur de télécommunications mobiles en France avec 45,38 % de parts de marché au 2 novembre 2009[47].

Il est présent dans 22 pays.

Présence et chiffres clés
Pays Opérateur Participation Nombres de clients Part de marché Position
Drapeau de la France France Orange 100 % 26,7 millions 36.6 %[48] 1er
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Orange 50 % 32 millions 37 % 2e
Drapeau de l'Espagne Espagne Orange 99,85 % 11,175 millions 22,1 % 2e
Drapeau de l'Arménie Arménie Orange Armenia 100 % N/A
Drapeau de l'Autriche Autriche Orange 35 %[49] 2 millions[50] 18 % 3e
Drapeau de la Belgique Belgique Mobistar 50,2 % 3,359 millions 32,7 % 2e
Drapeau du Cameroun Cameroun Orange 99,5 % 2,137 millions 42 % 2e
Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire Orange Côte d'Ivoire 85 % 7,588 millions[51] 37,4 %[51] 1er
Drapeau de l'Égypte Égypte Mobinil 94 %[52] 30 millions 51,9 % 1er
Drapeau de la Jordanie Jordanie Orange 51 % 1,514 million 33,7 % 2e
Drapeau de Madagascar Madagascar Orange 65,9 % 3,8 millions 63,2 % 1er
Drapeau du Mali Mali Orange Mali 70,2 % 10,5 millions 80 % 1er
Drapeau de Maurice Maurice Orange 40 % 552 000 59 % 1er
Flag of Moldova.svg République de Moldavie Orange 94,3 % 1,789 million[53] 64,6 % 1er
Drapeau de la Pologne Pologne Orange 0 % (TPSA 50,21 %) 14,7 millions 30,5 % 1er
Drapeau du Portugal Portugal Optimus 38 % 3,1 millions 19 % 3e
Roumanie Roumanie Orange 96,8 % 9,813 millions 43,6 % 1er
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie Orange 100 % 2,864 millions 49,7 % 1er
Drapeau de l'Ouganda Ouganda Orange Uganda Limited 53 % N/A N/A N/A
Drapeau de la Tunisie Tunisie Orange Tunisie 49 % 2,1 millions 13 % 3e
Drapeau de la Guinée équatoriale Guinée équatoriale Getesa N/A N/A N/A N/A
Drapeau du Vanuatu Vanuatu Telecom Vanuatu Limited 10% N/A N/A N/A
Sources chiffres : rapport annuel 2007 / rapports 1er semestre 2008 - Orange.com[54]

Services convergents[modifier | modifier le code]

Orange fonde une partie de sa stratégie dans les services convergents, dont Unik aura été la première manifestation la plus visible. Unik était, jusqu'en septembre 2012, un service développé par Orange, permettant aux abonnés mobile d'utiliser un réseau Wi-Fi pour des appels téléphoniques grâce à des téléphones spécifiques bi-modes GSM/WIFI. En cas de rupture du flux Wi-Fi, le réseau mobile prenait le relais sans coupure de l'appel. Il est suivi par Orange Open une offre quadruple play lancée le 19 août 2010[55]. En décembre 2010, Orange comptait 300 000 nouveaux abonnés à ce type d'offre[56].

Orange propose d'autres services convergents comme un service de téléphonie IP avec ou sans ligne téléphonique France Télécom ou des services nommées Mes Services Unifiés permettant un accès à sa messagerie vocale depuis sa boîte de courriel, ou de ses courriels directement depuis le site wap d'Orange.

Orange Business Services[modifier | modifier le code]

Article connexe : Orange Business Services.

Orange Business Services est, depuis le 1er juin 2006[57], la marque d'Orange spécialisée dans les solutions de télécommunications à destination des entreprises et du secteur public (téléphonie fixe et mobile, transmission de données, Internet, réseaux locaux d'entreprises). Ces services étaient auparavant fournis, en partie, par Équant et plus anciennement en France par Transpac (filiale ayant été intégrée à la maison mère en juin 2006).

La marque Orange Business Services est présente dans 166 pays. Elle fournit plus d'un million de professionnels en solutions mobiles, 3 700 multinationales en réseaux et services intégrés sur IP (haut-débit, Internet et VPN entreprise, Toip/voip, téléprésence, cloud…). Les activités de services aux entreprises ont réalisé un chiffre d'affaires de 7,216 millions d'euros en 2010[58].

Orange Business Services, en plus d'être un opérateur de télécommunications, est devenu un véritable intégrateur de solutions (tel IBM) et un opérateur de services avec des offres de cloud comme Flexible Computing ou encore de gestion vidéo entreprise comme Galerie vidéo.

Orange International Carriers[modifier | modifier le code]

Cette entité regroupe les activités de vente et d’achat en gros de trafic de communication entre opérateurs, appelée aussi «Wholesale », et des activités telles que les contenus, l’audience ou la santé. Les clients d'Orange IC sont notamment les opérateurs mobiles du monde entier. Orange IC fournit des offres comme le « Roaming Hub » qui simplifie les accords d’itinérance entre opérateurs mobiles, « @first » première offre globale antifraude, ou « Multiservice IP eXchange » optimisant l’efficacité des interconnexions.

Contenu[modifier | modifier le code]

Orange a développé à partir de 2003 une stratégie autour de l'acquisition, la création et la diffusion de contenus. Engagée en 2003 avec la création de MaLigne.tv, renommée depuis La TV d'Orange, un service d'accès à la télévision par ADSL et un service de vidéo à la demande. En 2004, Orange met en place un service d'accès à la télévision pour téléphone portable. En 2007, Orange crée le Studio 37 puis en 2008 signe un partenariat avec France Télévisions pour la diffusion en différé des émissions de la chaîne et la mise en service de chaînes thématiques autour du sport, du cinéma et des séries. Baptisée en 2008 « Content everywhere », la stratégie d'accès aux contenus a été annoncée en même temps que le lancement des chaînes de télévisions Orange cinéma séries[59], et vise à proposer à ses clients d'avoir accès à l'ensemble de leurs contenus partout depuis n'importe quel matériel.

Sites et Portails[modifier | modifier le code]

Selon Médiamétrie//NetRatings, Orange est le troisième groupe français en termes d'audience sur internet avec plus de 20,7 millions de visiteurs uniques en juillet 2008, notamment via son portail. Le portail d'Orange est en septembre 2011 le huitième site français en nombre de visite[60].

Orange conçoit également d'autres sites internet comme le moteur de recherche Voila développé par la société Echo, et rachetée par Wanadoo en 2001[61], ou le site web de jeux vidéo Goa. La publicité sur les sites appartenant à Orange est assurée par Orange Publicité, membre du réseau Ad Europe. Les portails Internet du groupe sont gérés par un GIE, le GIE Orange Portails. Depuis avril 2009, à la suite d'un partenariat avec la Wikimedia Foundation, le portail Orange accueille une version de Wikipédia, sans possibilité d'édition, et où des publicités sont ajoutées[62].

Orange développe actuellement de nouveaux portails internet de type Web 2.0 avec Pikeo et Bubbletop destinés à être accessible depuis internet et des terminaux mobiles ou télé. Il possède également une participation de la groupe multimédia orientée sur le sport Sporever.

Par ailleurs, Orange consacre des sites dédiés aux évènements dont elle est partenaire avec par exemple le blog Orange dans le Tour sur les coulisses du Tour de France et le site Orange Rugby dans le cadre de la Coupe du monde de rugby.

Droits de diffusions[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Orange sport.

Le 13 novembre 2008, Orange obtient de la Fédération française de football les droits exclusifs de diffusion des matchs du samedi soir, le lot « magazine » VoD et le lot mobile (extraits et résumés, diffusion en direct) en ligue 1[63],[64],[65].

SFR (filiale de Canal +) et Free accusent alors Orange de vente liée car les chaînes d’Orange sont disponibles uniquement si l’on est abonné à cet opérateur[66]. Un premier jugement du tribunal de commerce, le 23 février 2009[67], considère en effet cette offre comme illégale mais, le 14 mai 2009[68], un second jugement en appel considère que l’offre d’Orange sport ne relève pas de la vente liée et Orange reprend la commercialisation de la chaîne dès le lendemain.

Six mois après son lancement, Orange Foot est renommée Orange sport. En effet, Orange a enrichi la grille de programmation de la chaîne. Les programmes liés au Football restent majoritaires (le championnat français est complété par une partie des rencontres du « Calcio » italien) mais d’autres sports se greffent peu à peu à la grille des programmes (matchs de Division 1 de handball, rugby : Top14[69], NBA…) football, rugby, handball, basket...

Orange a également profité de cette transition pour baptiser ses deux chaînes événementielles sur les canaux 98 et 99, Orange Sport Event 1 et Orange Sport Event 2. À l’occasion, ces derniers diffusent en direct des évènements sportifs comme le Bol d’Or[70].

Cette chaîne n'existe plus depuis l'été 2012[71].

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le 13 novembre 2008, Orange lance cinq chaînes Orange Cinéma Séries, plus une chaîne interactive qui permettra pendant 30 jours, via un système de VoD de revoir ses films commandés[72]. En lançant celles-ci, le groupe français achète les droits exclusifs auprès de Warner Bros[73] de tous les nouveaux films en première exclusivité, jusque-là détenus par TPS Star (filiale de groupe Canal+), ainsi que tous les films du catalogue et les droits pour les catalogues de Gaumont, HBO[74] et MGM[75]. Ces cinq chaînes sont thématisées (grand spectacle, cinéma d'action, indépendant, films de légende…)[76]. Orange s'est également associé ou a acquis certains droits de diffusions des festival de Cannes[77], festival de Glastonbury[78], Festival du cinéma américain de Deauville[79], festival du film asiatique de Deauville[80], ainsi que la British Academy of Film and Television Arts.

Vidéo à la demande et stockage distant[modifier | modifier le code]

Article connexe : vidéo à la demande.

Orange propose un service d'accès à des vidéos à la demande grâce au décodeur d’Orange, un ordinateur ou un téléphone portable. Parmi le catalogue d'œuvres disponibles, Orange propose des émissions de France Télévision[81], de M6[82] et de TF1[83] gratuitement pendant une semaine après leur diffusion initiale.

Le Home Library[84] est un disque dur réseau qui permet de sauvegarder des fichiers et d'y avoir accès à distance.

Jeux en ligne[modifier | modifier le code]

Article connexe : GOA.

En 1997 France Telecom crée Goa, une filiale spécialisée dans les jeux vidéo en ligne. Le site a été lancé comme une plateforme de mise en relation des joueurs de jeux massivement multi-joueurs. En 2002, Goa acquiert la licence d'exploitation de Dark Age of Camelot. En 2007, Goa cesse d'être une filiale et intègre Orange. En 2009, Orange recentre l'activité de Goa.com sur les jeux vidéo en ligne et cesse progressivement l'exploitation des jeux massivement multi-joueurs. En août 2010 goa.com disparaît et devient le portail Orange Jeux[85].

Musique[modifier | modifier le code]

Liveradio: Créé par Orange en 2008, Liveradio est un service gratuit d’écoute de radios IP en streaming, en direct et à la demande. Le service permet aux utilisateurs d’avoir accès à plus de 10 000 stations (radios FM et webradios) et 11 000 podcasts issus de 100 pays différents.

Culture[modifier | modifier le code]

Orange Expo Musées : existant depuis 2012 sous la forme d'un site web et depuis octobre 2013 sous la forme d'une application iOS, Orange Expo Musées a pour but de permettre à Orange de prendre la parole sur le sujet musées autrement que par des actions de mécénat. Ce service propose à ses utilisateurs des fiches musées et expositions, un système de géolocalisation et une section actualités.

Les services « publics »[modifier | modifier le code]

Orange est l'actuel gestionnaire du Service universel des télécommunications. Orange possède et gère également :

  • Des centaines de boutiques ouvertes au public, réparties à travers tout le territoire.
  • Des cabines téléphoniques : les premières cabines téléphoniques sont apparues à Paris en 1884, et sont progressivement répandues sur le territoire, jusque dans les années 1990, date de développement puis d'explosion de la téléphonie mobile qui a entraîné le déclin pour cause de rentabilité de ces cabines : ainsi en 1996, il y en avait 290 000 en France ; en 2009, il y en a 153 000[86]. Au début des années 1990, certains TGV ont même été équipés de cabines.

Autres filiales et participations[modifier | modifier le code]

Cette section doit être recyclée. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

La liste complète sur le site d'Orange : [15]

Principales filiales et participations du groupe France Télécom - Orange :

  • W-HA, filiale détenue à 100 % par France Télécom qui développe des services d'achats sur internet et internet mobile débités directement sur la facture du client abonné à un fournisseur d'accès (Internet+).
  • NordNet, racheté en 1998 par France Télécom, commercialise des produits et services téléphonie et internet haut débit via l'ADSL, le SDSL ou par satellite au niveau national. NordNet commercialise également des services d'hébergement et de noms de domaines sous la marque « le Relais Internet » et des produits sécurité avec « Securitoo ».
  • Etrali (jusqu'au 3 juin 2013 : racheté[87] par The Gores Group), intégrateur de systèmes de vente (trading) et de services réseaux pour la communauté financière, principalement pour les salles de marché.
  • Orange Consulting, filiale à 100 %, est le pôle conseil aux grandes entreprises et administrations. Les missions de conseil portent sur l'impact des technologies et des innovations pour accroître la performance des entreprises. Les domaines majeurs sont la gestion de la relation client, les processus internes de l'entreprise (Machine to Machine, travail collaboratif), la transformation IP, la performance applicative, la sécurité et la gouvernance des systèmes d'information.
  • IT&L@bs (ex Silicomp-AQL), société de service innovante et technologique cotée en bourse et possédant plusieurs filiales (réseau, ingénierie logicielle, labs). Orange Business Services est devenu actionnaire majoritaire de ce groupe début 2007.
  • Globecast, filiale détenue à 100 % par France Télécom, est l'un des principaux fournisseurs mondiaux de services de numérisation, d’agrégation, de transmission et de reformatage de contenus audiovisuels destinés à alimenter des plates-formes de télévision par satellite, Télévision Numérique Terrestre, réseaux câblés, TV sur IP, TV sur PC, TV sur mobiles ou encore des réseaux d’Affichage Audiovisuel Dynamique. Globecast est présent en Amérique, en Europe, en Asie, en Afrique, au Moyen-Orient et en Australie au travers dix-neuf points de présence dont quinze téléports et centres techniques.
  • Viaccess, filiale détenue à 100 % par France Télécom qui développe un système de chiffrement d'offres télévisuelles numériques.
  • Innovacom, société de capital risque fondée par France Télécom, et finançant des sociétés innovantes dans le domaine de l'informatique, de l'internet et des télécommunications.
  • Sofrecom, filiale à 100 %, cabinet international de conseil en télécommunications qui accompagne les opérateurs télécoms, les gouvernements, les investisseurs et les bailleurs de fonds internationaux en intervenant sur l’ensemble des domaines de compétences nécessaires à leur développement : business development, management et processus, marketing et distribution, systèmes d’information, réseaux et services.
  • France Télécom Marine, réalisation et exploitation des réseaux maritimes de France Télécom (pose de câbles et liaisons fibres optiques sous-marines…).
  • FranceTel, société anonyme, spécialisée dans le crédit. Cette filiale est destinée à proposer des solutions de crédit aux salariés mais également pour les offres de financement de matériel Orange (location PC + accès internet).
  • StarAfrica.com, société anonyme, filiale spécialisée à l'animation de StarAfrica.com, portail généraliste panafricain en français et en anglais. [réf. souhaitée]
  • Orange Advertising Network, régie dont la mission est de commercialiser et valoriser l'ensemble des espaces publicitaires présents sur les sites web (Orange, Cityvox, Voila, etc.), les sites/applications mobiles et la télévision d'Orange (Orange Sports et Orange Sports Info).
  • Bull, détenu à hauteur de 8 %.

Implantation[modifier | modifier le code]

Présence mondiale du groupe France Télécom
Les implantations de l'entreprise en Europe.
Naranja1.png France, Roumanie, Slovaquie et Royaume-Uni: entreprise leader en téléphonie mobile.
Naranja2.png Belgique, Pologne: 2e entreprise de téléphonie mobile.
Naranja3.png Autriche, Espagne, Portugal: 3e entreprise de téléphonie mobile.
Naranja3.png Pays-Bas: 5e entreprise de téléphonie mobile.

Orange est présent sur de nombreux marchés dans le monde[88] .

Il est présent dans 34 pays[89],[90] mais a vocation à recentrer son activité sur des zones prioritaires, notamment en Afrique.

Anciennes implantations[modifier | modifier le code]

  • Orange Danemark est cédé à l'opérateur TeliaSonera en juillet 2004[91]
  • Orange Pays-Bas a été cédé à l'opérateur Deutsche Telekom en 2007.
  • Orange Autriche a été cédé en 2012[92]
  • Orange Suisse a été cédé en 2012[93]
  • La participation dans Optimus (Portugal) a été cédée en 2013

Europe[modifier | modifier le code]

Orange est présent dans 11 pays d'Europe :

Drapeau de l'Espagne Espagne[modifier | modifier le code]

Orange Spain est la filiale locale d'Orange en Espagne. Elle a réalisé en 2010 un chiffre d'affaires de 3,821 millions d'euros. Au 30 juin 2011, Orange Spain fournit 12,2 millions de clients en téléphonie mobile, dont 6,7 millions de clients haut débit mobile 3G, soit 20,1 % du marché espagnol[96] et 1,2 million de clients haut débit ADSL.

Orange est également présent en Espagne au travers de la marque Ya.com, spécialisée dans l'entrée de gamme en téléphonie fixe et internet.

Drapeau de la France France[modifier | modifier le code]

La France est le premier marché en termes de chiffre d'affaires pour Orange avec 23,308 milliards d'euros réalisés en 2010 soit 51 % du chiffre d'affaires du groupe. Au 30 juin 2011, Orange compte 26,7 millions (24,238 en 2008[97]) de clients pour la téléphonie mobile dont 15,2 millions (8,232 en 2008[97]) de clients mobile haut débit et 23,1 millions de clients téléphonie fixe. Par ailleurs au 31 mars 2008, 1,511 million de clients MVNO utilisent également le réseau d'Orange France[97]. Au 31 décembre 2012, Orange avait 9,9 millions de clients haut débit fixe en France et une augmentation de 3 % sur l'ensemble de l'année. Parmi ces clients, 176 000 accès sont en fibre optique. Au 31 mars 2008, il avait 5,630 millions d'utilisateurs de Livebox en location, 4,649 millions de clients abonnés aux services voix sur IP et 1,282 million de clients à la télévision sur ADSL[98]. Orange a annoncé déployer un réseau de fibre optique FTTH dans plusieurs villes de France.

La France est également le pays comptant le plus grand nombre d'employés Orange avec 60,1 % des effectifs travaillant en France. Orange compte 1 200 boutiques ouvertes en France.

Drapeau de la Pologne Pologne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Orange Polska.

Orange est présent en Pologne au travers de sa filiale et opérateur historique Telekomunikacja Polska devenue en 2013 Orange Polska. Orange a réalisé en 2010, 3,934 millions d'euros de chiffre d'affaires en Pologne. Au 30 juin 2011, Orange fournit 14,5 millions de clients en téléphonie mobile, dont 7,7 millions de clients haut débit mobile 3G, et 7,6 millions de clients en téléphonie fixe et internet, dont 2,3 millions de clients haut débit résidentiel.

Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Article connexe : Everything Everywhere.

En mai 2011, Orange et Deutsche Telecom ont annoncé la création d'une co-entreprise entre Orange UK et T-Mobile : Everything Everywhere (en)[99].

Dans les Caraïbes[modifier | modifier le code]

Orange est présent dans deux pays des Caraïbes :

Asie/Océanie[modifier | modifier le code]

Afrique/Moyen-Orient[modifier | modifier le code]

Orange est présent en Afrique et au Moyen-Orient au sein de 21 pays et y compte 59 millions de clients. Depuis 2008, le groupe déploie Orange money, un service de banque mobile, qui est présent dans treize pays d'Afrique et du Moyen-Orient en 2013[100] :

Répartition des clients Orange en Afrique[102] :

Pays Nombre de clients (à partir 30 juin 2011 / en millions de clients) Information additionnelle
Drapeau de l'Égypte Égypte 30,2 Orange détient des participations majoritaires dans les sociétés Mobinil
Drapeau du Cameroun Cameroun 3,6
Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire 7.5[51] Test du réseau 4G à Abidjan (Dans certains quartiers de la ville), Deploiement de la fibre optique dans le pays
Drapeau d’Israël Israël - En Israël, Partner Communications Company Ltd. utilise la marque Orange sous licence pour ses services de téléphonie mobile, sans pour autant appartenir à Orange SA.
Drapeau de Madagascar Madagascar 2,2 Orange est aussi implantée à Madagascar mais l’activité est en baisse à cause de l’instabilité politique.
Drapeau du Mali Mali 4,7 Orange a acquis une licence 3 G fin 2009 au Mali (où l’opérateur est déjà très présent).
Sénégal Sénégal 5,1
Drapeau de la Tunisie Tunisie - Orange Tunisie a fait l'acquisition le 5 mai 2010 d'une licence en Tunisie pour devenir avec DIVONA Telecom le premier opérateur mobile 3G, le deuxième opérateur fixe et le troisième opérateur mobile de Tunisie. Les termes de ce marché ayant été frauduleux, l'État tunisien confisque les 51 % de l'entreprise appartenant à un gendre de Ben Ali le 29 mars 2011[103].
Autres 7,7

Orange a réalisé en Afrique et au Moyen-Orient 3,212 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2010.

Actionnaires[modifier | modifier le code]

France Télécom est une société anonyme dont le capital de 10 595 067 092 euros (au 30 juin 2010) est réparti de la façon suivante[1] :

Les salariés actionnaires sont regroupés au sein d'une association : l'ADEAS[105].

Le groupe Orange compte, fin 2013, près de 800 000 actionnaires individuels[106], détenant seulement 5% du capital (cf. supra).

En application de la loi no 2003-1365 du 31 décembre 2003 et du décret no 2004-387 du 3 mai 2004, et depuis la cession par l’État français de 10,85 % supplémentaires du capital de France Télécom intervenue le 7 septembre 2004, les procédures spécifiques de contrôle de France Télécom par l’État ne sont plus applicables. Néanmoins, en application du décret-loi du 30 octobre 1935, le Conseil d’administration doit encore comprendre des représentants de l’État au prorata de la quantité des actions France Télécom détenues par ce dernier. En 2009, l’État disposait ainsi de trois représentants sur un total de quinze membres au Conseil d’administration de France Télécom[107].

Recherche et développement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Orange Labs.

En 2010 Orange a consacré 1,9 % de son chiffre d'affaires, soit 845 millions d'euros, au financement de la recherche et développement. Depuis janvier 2007, Orange a unifié ses laboratoires de recherches et ses technocentres au sein du réseau Orange Labs. Orange est au 31 décembre 2010 le détenteur d'un portefeuille de 7 892 brevets, dont 327 déposés en 2010[108]. Au sein de l'ensemble des infrastructures, Orange emploie 3 700 personnes dans la recherche et développement[109], et plus de 200 doctorants et post-doctorants par an[110].

La recherche et développement d'Orange s'appuie sur des partenariats avec des industriels, des fournisseurs et opérateurs (China Telecom, Deutsche Telekom), des universités et des écoles (Telecom ParisTech, Telecom Bretagne, Telecom SudParis, Telecom Ecole de Management, Supélec, École normale supérieure, ESSEC, Université Paris Descartes, École polytechnique, Massachusetts Institute of Technology, Beijing University of Post and Telecom, Imperial College, INSA Lyon (France), INSA Rennes (France)), des instituts académiques (Bibliothèque nationale de France, CNRS, INRIA) et des programmes de recherche (Agence nationale de la recherche) .

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Deux types d'infrastructure coexistent au sein de la recherche et développement d'Orange, les laboratoires de recherche et les technocentres. Ces derniers sont chargés du développement des innovations d’Orange[111], ils sont composés d'équipes mixtes de chercheurs, d’ingénieurs et de commerciaux. Ils sont situés pour les technocentres à Châtillon, Londres, Varsovie, Amman et Abidjan et pour la R&D à Madrid, San Francisco, Pékin, Le Caire, Tokyo, Issy-les-Moulineaux, Caen, Grenoble, Rennes, Lannion, Sophia Antipolis, La Turbie et Belfort.

Organisation du groupe[modifier | modifier le code]

Organisation historique[modifier | modifier le code]

En 1941, la loi de l'État français du 9 février 1941 relative à l'organisation du Secrétariat général des Postes, Télégraphes et Téléphones crée la Direction des Télécommunications : l'exploitation téléphonique et l'exploitation télégraphique sont regroupées au sein d'une même direction, et le terme "télécommunications" apparaît officiellement dans l'organigramme administratif. Son premier Directeur des Télécommunications, Charles Lange, est nommé cette même année. Il le restera jusqu'au 31 mai 1951. Auparavant, dans chaque bureau de poste de France, dans chaque département du pays, n’existe qu’un service du téléphone, qui n’était alors qu’un service lambda parmi les autres services postaux.

En 1946, la Direction générale des Télécommunications est créée le 10 mai 1946 par Décret 46-1016 du 10 mai 1946 du Gouvernement Provisoire de la République Française. Charles Lange est alors maintenu en place, son action de Résistant ayant pesé. Le réseau téléphonique a besoin d'être reconstruit, mais le pays est ruiné par quatre années d'occupation et à la suite de la première réduction des crédits intervenue à partir de 1934, conséquence indirecte de la Grande Dépression de 1929 née aux États-Unis, le retard téléphonique français ne pourra plus être rattrapé avant une trentaine d'années.

En 1967, Yves Guéna est nommé Ministre des Postes et Télécommunications, en remplacement de Jacques Marette connu pour son total désintérêt pour le téléphone : ce dernier étant connu pour avoir déclaré "Le téléphone est un gadget". Yves Guéna prend conscience du retard colossal en matière de téléphone et fut à l'origine de la création de la Caisse Nationale des Télécommunications (CNT) afin de pouvoir rassembler des capitaux sur les marchés obligataires internationaux. Plutôt que faire du saupoudrage sur le territoire métropolitain, il décide avec l'aide de l'ingénieur Gérard Théry de deux opérations-pilotes localisées : un plan d'urgence pour automatiser les télécommunications dans la région de Lille, une des plus sous-équipée de France ; un autre pour désenclaver la région d'Oyonnax.

En 1968, Pierre Marzin, précédent Directeur du CNET et fraîchement nommé Directeur Général des Télécommunications le 21 décembre 1967, impulse une restructuration d'importance, en bataillant jusqu'en janvier 1971 pour obtenir le rattachement de l'ensemble du personnel des télécommunications aux Directions Régionales des Télécommunications. Une nombreuse partie des personnels d'exécution (notamment des lignes téléphoniques aériennes) était jusqu'alors rattachée aux Directeurs Départementaux des PTT (autrement dit, certains télécommunicants étaient jusqu'à cette date placés sous le contrôle hiérarchique de cadres postiers qui étaient très éloignés des préoccupations de la technique téléphonique. Cette situation anachronique prend fin par le décret no 71-48 du 6 janvier 1971).

En 1969, à l'élection à la Présidence de la République Georges Pompidou, le sixième plan quinquennal (1970-1975) est décidé. Il a pour objectif de mener à la fin du retard français par des financements accrus.

En 1971, après le premier décret no 71-48 du 6 janvier 1971, le décret no 71-609, puis le décret no 71-610 supprimant le Secrétariat Général des Postes et Télécommunications, le gouvernement donne plus d'autonomie à la DGT dans la gestion des personnels vis à vis de la Direction Générale des Postes. Grâce au décret no 71-611 du 20 juillet 1971, la DGT se voit même désormais chargée directement de la formation de ses personnels fonctionnaires des catégories B, C et D (c'est-à-dire des non-cadres). Cette autonomie s'accroît grâce au nouveau décret no 71-712 du 30 août 1971 qui rattache à la DGT les derniers personnels des Télécommunications qui étaient encore placés sous le contrôle des Directeurs Départementaux des Postes. La restructuration administrative ardemment souhaitée par Pierre Marzin prend forme. Louis-Joseph Libois est nommé directeur général des télécommunications le 11 octobre par décret du Ministre des Postes et Télécommunications Robert Galley.

En 1972, La réorganisation se poursuit par le nouveau décret no 72-203 du 9 mars 1972. Puis Louis-Joseph Libois éclate les Centres d'Abonnement et d'Entretien (CAE) en deux nouvelles entités types : les Centres Principaux d'Exploitation (CPE) regroupant au niveau local les métiers techniques, et crée les Agences Commerciales des Télécommunications (ACTEL), le secteur commercial étant jusqu'à présent considéré comme le parent pauvre des PTT, totalement sous contrôle du technique alors. Il s'agit là de la première véritable reconnaissance des métiers commerciaux dans les Télécommunications en France. C'est l'époque où l'abonné au téléphone devient progressivement un client. Une des conséquences ultérieures sera en 1976, la création de la fonction d'Agent Technico-Commercial, une véritable révolution dans l'administration des PTT. Le 14 novembre 1972, le décret n°72-1042 vient parachever l’accroissement d’autonomie des télécommunications débutée le 6 janvier 1971.

En 1973, la Circulaire n°33 du 14 juin 1973 stabilise l'organisation modernisée des services des Télécommunications selon trois niveaux :

  • Direction Générale des Télécommunications (DGT).
  • Directions Régionales des Télécommunications (DRT).
  • Directions Opérationnelles des Télécommunications (DOT).

L'organisation locale en cellules est pérennisée :

  • Les Centres Principaux d'Exploitation (CPE).
  • Les Agences Commerciales des Télécommunications (ACTEL).
  • Les Subdivisions Lignes (dont les Centres de Construction des Lignes, les CCL).

Sont créées les trois premières Directions Opérationnelles et Techniques à titre expérimental : Concernant la Région des Télécommunications de Marseille (PACA+Corse), deux DOT sont créées par arrêté ministériel du ministre des Postes et Télécommunications du 20 juin 1973 pour Nice, et par arrêté ministériel du 18 octobre 1973 à Marseille-Littoral, ainsi que pour la Région des Télécommunications de Lyon est créée une DOT à Annecy par arrêté ministériel du 6 août 1973 pour les des départements de Savoie et une partie de l'Ain. Ces DOT seront généralisées rapidement à toute la France. Ces DOT se veulent alors plus près du terrain, en ne s'étendant que sur un ou quelques départements, a contrario des Directions Régionales jugées trop vastes et éloignées du terrain. À noter que le 15 mai 1973, le Ministre des Postes et Télécommunications Hubert Germain inaugurera en présence du Premier Ministre Pierre Messmer le Centre Téléphonique de Paris-Tuileries, qui fut alors le plus important d'Europe en termes de taille et de capacité.

En 1974, à la suite du 7e plan quinquennal 1976-80 décidé par le Président de la République Valéry Giscard d'Estaing dès son élection qui fait du téléphone la priorité des priorités et la nomination du nouveau DGT M. Gérard Théry, la saga du Delta LP prend naissance. Les Directions Opérationnelles et Techniques (DOT) sont généralisées dans toute la France et qui demeurent sous la coupe des Directions Régionales des Télécommunications. Les DOT supervisent un, deux voire trois départements. Les établissements opérationnels sont organisés selon le schéma « CCL/ACTEL/CPE/ » qui va persister 23 ans. Ce schéma correspond à une vision du cycle de vie de la ligne téléphonique : création en CCL, vente en ACTEL, service après-vente et comptage en CPE. Chacun de ces établissements comprend environ cent cinquante personnes. À cela s'ajoutent des fonctions en back-office comme : le service du 12, les renseignements téléphoniques, le service du télégraphe (initialement le 14), les CFRT (Centre de Facturation de Recouvrement des Télécommunications).

En 1979, par le décret no 79-962 du 13 novembre 1979, de nouvelles évolutions en termes d'organisation, notamment de prise en compte de la télématique, sont décidées sous l'impulsion de Gérard Théry le DGT. Par l'article 2 de ce décret sont créées des Délégations de Zone, échelon intermédiaire entre les Directions Régionales des Télécommunications et la DGT. Cette réorganisation qui faisait doublon avec les DRT ne dure pas. Ces Délégations de Zones sont supprimées au bout d'un an d'existence environ. C'est aussi en 1979 que l’automatisation du réseau téléphonique de l’hexagone commencée en 1913 est totalement achevée après 66 années de dur labeur. Le métier d'opératrice des télécommunications, historiquement dénommées Les demoiselles du téléphones, disparaît et les dernières agentes sont reclassées sur d'autres métiers (en général dans les CPE sur des métiers techniques ou dans des fonctions de back-office au téléphone, comme le service du 12 - les renseignements téléphoniques ou encore dans les ACTEL pour celles qui ont la fibre commerciale et un bon contact client). À noter que l’on emploie toujours le terme opératrice au féminin, alors qu’il existait aussi des opérateurs des télécommunications qui opéraient séparément en brigade de nuit, le travail de nuit étant alors interdit par l’article L213-1 du code de travail au personnel féminin jusqu’au 20 juin 1987.

En 1982, un an après l'alternance politique en France et l'élection de François Mitterrand, le ministre des PTT Louis Mexandeau milite en 1982 pour un retour à l'orthodoxie administrative (d’où le rétablissement symbolique en mai 1981 des PTT en lieu et place des Postes et Télécommunications), en provoquant par le décret no 82-636 du 21 juillet 1982 un retour des Commissaires de la République de Département et de Région dans les affaires des Télécommunications. Cette perte manifeste d'autonomie provoque un tollé des ingénieurs des PTT. Ils s'insurgent mais doivent plier. Par ce même décret, les DOT perdent en autonomie, voire disparaissent de fait lorsqu'une DRT ne compte qu'une seule DOT. Ce retour aux sources sera de courte durée.

En 1984, le retour aux sources administratif décidé en juillet 1982 se brisera net contre le mur des réalités mondiales et se conclura par un réveil brutal avec le démantèlement aux États-Unis de l'opérateur unique AT&T, qui tomba sous le coup de la loi fédérale antitrust...

En 1985, après ces 3 années de blocage, un rapport édité par l'Association des Ingénieurs des Télécommunications préconise un changement de statut vers celui de Société Nationale reprenant quasi identiquement les propositions du Ministre de l'Économie et des Finances en 1967, Valéry Giscard d'Estaing. À noter que le 25 octobre 1985 à 23H00 marque le passage à la numérotation à 8 chiffres dans l’hexagone. 22.000 agents sont mobilisés pour ce basculage historique qui s’effectue en même temps sur tout le territoire. Ceci est la première fois dans le monde qu’un changement de numérotation se déroule ainsi à l’échelle entière d’un pays. L’opération baptisée d’abord « NPN » pour Nouveau Plan de Numérotation est rapidement renommée en « NNT2 » signifiant Nouvelle Numérotation Téléphonique - 2e phase car cela sonnait mieux à l’oreille auprès du grand public. L’opération, supervisée en direct depuis le centre téléphonique de Paris Murat par le Ministre des PTT de l’époque Louis Mexandeau et par le DGT Jacques Dondoux, se déroule sans aucun accroc, ce qui fait l’admiration des télécommunicants des pays du monde entier.

En 1986, après une nouvelle alternance politique et le retour de la droite au gouvernement, l'heure est à la libéralisation. Des rumeurs de réforme en préparation se diffusent. Le décret 86-1064 du 29 septembre 1986 remplace les Circonscriptions de Taxe par des Circonscriptions Tarifaires. La loi no 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication préfigure de grandes évolutions statutaires imminentes. Marcel Roulet est nommé Directeur Général des Télécommunications le 15 décembre par décret.

En 1987, par le décret no 87-60 du 3 février 1987, la Taxe de Base, qui sert à calculer le prix de toute communication téléphonique qu’elle soit urbaine (incluse dans la même Circonscription de Taxe Téléphonique), interurbaine, internationale ou forfaitaire comme dans le cas de l’horloge parlante, devient l’Unité Télécom (UT). C’est l’année où pour la première fois, apparaît sur les factures téléphoniques bimestrielles des administrés la marque « TELECOM » à la place de la mention Télécommunications. Au mois de juin, le Livre Vert de la Commission Européenne est édité. C'est un coup de tonnerre qui enjoint la libéralisation du secteur des télécommunications par sa mise en concurrence progressive, comme n'importe quel autre bien de consommation. D'ailleurs cette même année, comme en témoigne le décret no 87-898 du 31 octobre 1987, l'administration des PTT se voit soumise pour la première fois de son histoire à la TVA dès le 1er novembre. De plus, à cette époque, l'informatisation supprime environ un tiers des postes de travail en back-office. Les personnels ainsi libérés sont affectés aux agences commerciales ou à de nouvelles fonctions (vendeurs) pour commercialiser des abonnements téléphoniques, des terminaux ou des fax. La première vague de libéralisation, celle des services à valeur ajoutée ne verra jamais de concurrents se déclarer.

En 1988, la Direction Générale des Télécommunications est renommée France-Télécom le 1er janvier, mais conserve juridiquement son statut d'administration centrale. Il s'agit alors de la création d'une marque commerciale.

En 1989, après la réélection du Président de la République François Mitterrand, Paul Quilès, Ministre des Postes et Télécommunications lance le Débat Public sur la réforme des PTT, qui préfigure la Réforme des PTT de 1990.

En 1990, la loi no 90-568 du 2 juillet sur la réforme des PTT est promulguée. Le Premier Ministre de l'époque, M. Michel Rocard déclarera même "La réforme des PTT est passée comme une lettre à la poste".

En 1991, le 1er janvier, l'administration des Postes et Télécommunications est liquidée. Ses biens et personnels sont séparés et répartis en deux entités principales distinctes : La Poste d'un côté, et France-Télécom, tous deux Exploitants Autonome de Droit Public. À partir de cette année, les prix de vente des terminaux téléphoniques agréés ou de leur location-entretien cessent d’être fixés par arrêté ministériel.

En 1992, France Télécom doit ensuite mener une nouvelle adaptation qui aboutit en 1993 à la réforme des classifications, qui a pour objectif de remplacer les sept cents grades de fonctionnaires issus de l'administration des Postes et Télécommunications, par seulement quatre classes et trois niveaux dans chaque classe. Cette réforme prendra effet en globalité d'ici à la fin 1994. Son but était de supprimer l'appartenance aux anciens corps de fonctionnaires des PTT qui étaient très spécialisés par type de domaines et de métiers, et ainsi entravait l'employeur (ainsi que d'éventuels fonctionnaires volontaires) à tout changement de métiers ; métiers qui étaient alors en grande mutation, avec notamment de gros besoins en commerciaux, au détriment de la baisse des besoins dans le secteur technique. Cette réforme des reclassifications engendrera une certaine protestation même si la masse salariale augmentera largement plus que ce qui était anticipé.

En 1995, une nouvelle réorganisation, dénommée EO2 pour Évolution de l'Organisation 2e phase, restructure l'entreprise selon trois marchés (résidentiel, professionnels et grandes entreprises) pour faire face aux besoins croissants des différents clients, et l'arrivée de la concurrence (SFR). L'organisation est désormais conçue autour des usages des clients et non plus des produits. Les personnels sont donc réaffectés avec changement de métier. Le 13 septembre 1995, Michel Bon est nommé PDG de France Télécom, en remplacement de Marcel Roulet. En 2000, le marché « professionnels », créé en 1995, est supprimé et les clients reversés essentiellement dans le marché résidentiel.

En 1996, au 1er septembre, l'organisation mise en place en 1975 pour répondre au plan de rattrapage du retard téléphonique en France (le Delta LP) vole en éclats. Notamment, les CPE, CCL et ACTEL sont dissous, et leurs personnels sont répartis suivant leur activité principale en de nouvelles entités techniques de taille régionale. Ces entités, toujours en vigueur actuellement pour la plupart, ont pour dénomination officielle : Unité. Les techniciens des liaisons spécialisées et des transmissions provenant des CPE sont réaffectés dans des Unités d'Intervention Entreprise ou dans des Unités d'Intervention Affaires. Les agents des constructions des lignes des CCL sont réaffectés dans les nouvelles Unités d'Infrastructure Réseau. Les techniciens de commutation affectés jusqu'alors dans les CPE sont réaffectés dans les Unités d'Exploitation Réseau. Les agents des répartiteurs, les agents des lignes et les agents de la publiphonie des CPE sont curieusement réaffectés dans des Agences résidentielles dans le domaine commercial (anomalie qui prend fin le 1er mars 2000 avec leur rattachement dans les Unités d’Intervention)[112],[113] Les personnels du back-office (travaillant sur plateformes téléphoniques en général) sont répartis suivant leur degré d'implication technique et/ou commerciale et leur spécialité dans les Unités nouvellement créées qui peuvent être celles citées en exemple dans cet article comme dans d'autres qui n'y figurent pas. Les agences commerciales sont réorganisées doublement sous l'angle géographique (doublement de la zone couverte) que du type de marché traité. Ainsi naissent à partir des anciennes ACTEL d'un côté des Agences France Télécom Résidentielles et Professionnelles ; et de l'autre des Agences France Télécom Entreprise. À noter que le 18 octobre 1996 à 23H00, la numérotation bascule à 10 chiffres dans l’hexagone. L’opération se déroule facilement, sans accroc. La France adopte donc la « NNT3 » pour Nouvelle Numérotation Téléphonique 3e phase qui était initialement prévue pour novembre 1995 mais qui fut repoussée de onze mois. Elle est toujours en vigueur aujourd’hui ; prévue pour durer jusqu’en 2050. À noter par la même occasion la suppression historique de la tonalité d’acheminement qui était devenue obsolète depuis la l’arrêt des derniers commutateurs électromécaniques, le temps d’établissement typique d’une communication étant réduit à 3 secondes tout au plus. Il faut préciser qu’entre 1985 et 1996 le réseau est devenu entièrement électronique ce qui a rendu le passage à 10 chiffres très aisé et n’a nécessité qu’une mobilisation de 3.500 agents le jour J pour cette nouvelle opération d’envergure.

En 1997, au 1er janvier, l'Exploitant Autonome de Droit Public France-Télécom est transformé en Entreprise Nationale France-Télécom, sous statut juridique de Société Anonyme, par la loi no 96-660 du 26 juillet 1996. En 1997, dans la foulée, le réseau téléphonique étant arrivé à maturité, le PDG de l'époque, Michel Bon, lance le plan baptisé : Delta Minute, plan visant alors à mobiliser tous les acteurs de l'entreprise pour mener à un accroissement de la durée de chaque communication téléphonique, afin d'augmenter le chiffre d'affaires global et les marges bénéficiaires. Nouvelle politique mise en place d'une part parce que le parc de lignes téléphoniques était parvenu à son plus haut si bien qu'il ne pouvait plus s'accroître par rapport à la population française, tout en contrevenant totalement avec la politique précédente qui préexistait tant que dura la pénurie dans les installations de commutation, époque où l'administration des PTT encourageait alors les usagers à n'utiliser le téléphone que pour les appels importants et sérieux, tout en demandant à ces mêmes usagers de se montrer les plus brefs possibles, afin de libérer au plus vite les circuits téléphoniques commutés pour les autres usagers qui attendaient la tonalité et la libération des circuits d'acheminement urbains et surtout interurbains...

En 1998, au 1er janvier 1998, la loi no 96-659 du 26 juillet 1996 relative à la réglementation des télécommunications entre produit son principal effet : la libéralisation complète du marché européen des télécommunications entre en vigueur. C'est également l'année de l'arrivée de l'intranet au sein de l'entreprise, ainsi que l'explosion d'internet, des offres et des opérateurs concurrents dans ce domaine. France Télécom fonde Wanadoo et rachète plus d'une centaine de sociétés. En juillet, les Directions Régionales sont fusionnées à partir de 2 à 3 Directions Régionales initiales (par exemple, à cette date naît la Direction Régionale de Paris, issue de la fusion de la Direction Régionale de Paris Nord avec la Direction Régionale de Paris Sud), et les deux à trois mille personnes en doublon qui y travaillaient avant ces fusions sont reversées dans des Organismes Nationaux de Soutien (ONS). Au début des années 2000, la quasi-totalité de ces ONS est ensuite supprimée.

En 2000, le 30 mai, France Télécom rachète le très dynamique opérateur de téléphonie mobile britannique Orange fondé par l’allemand Hans Snook pour 283 milliards de francs, soit 43,2 milliards d’euros, dans le but d’accélérer son déploiement et sa notoriété à l’international, et devient ainsi le second opérateur en téléphonie mobile d’Europe. Ce rachat se traduira le 21 juin 2001 par la fusion des marques de téléphonie mobile Itinéris, Ola et Mobicarte sous la seule marque commerciale Orange. Également cette même année, le décret no 2000-881 du 12 septembre 2000 impose le dégroupage de la boucle locale. Ainsi France Télécom, opérateur historique, doit partager le réseau hérité des PTT, qui fut financé en totalité par les contribuables suivant le principe de l'avance remboursable, avec tous les concurrents qui apparaissent tels des champignons après la pluie. Les services techniques, les installations techniques ainsi que les immeubles doivent être réorganisés en conséquence dans tout le pays. Des locaux spéciaux et distincts, réservés aux seuls opérateurs concurrents doivent être aménagés dans les murs mêmes de France Télécom. Cet événement est connu sous le nom de "Colocalisation".

En 2003, les agences sont divisées en deux spécialités : agences spécialisées dans la vente à distance d'une part et agences spécialisées en vente physique d'autre part. Les tailles géographiques doublent aussi (et le nombre d'agences est divisé par deux).

En 2006, au mois de juin, les Directions Régionales sont réduites à la relation institutionnelle régionale avec un effectif divisé approximativement par dix. Le pouvoir d'organisation de l'activité opérationnelle de l'entreprise est transféré à des Directions Territoriales nouvellement créées, et de plus grande taille. Il y a deux à trois fois moins de Directions Territoriales que de Directions Régionales. La taille des établissements gérés par les DT atteint couramment mille personnes. La marque commerciale internet de France Télécom, Wanadoo, est renommée Orange le 1er juin.

En 2011, au mois de septembre, les Directions Territoriales sont renommées Direction Orange, dans le but de préparer les esprits progressivement de dénomination à venir de la société France-Télécom en Orange dans son entier.

En 2012, le 9 février, ce sont ensuite les services de la téléphonie fixe France Télécom qui sont renommés sous la marque commerciale Orange.

En 2013, au 1er juillet, à la suite de l'approbation du Conseil d'Administration de France Télécom réuni en assemblée générale, le 28 mai 2013, la Société Anonyme France Télécom change de raison sociale en devenant Orange S.A.

Effectifs[modifier | modifier le code]

Les effectifs passent de 140 000 personnes en 1993 à quelque 190 000 personnes en 2007 après un pic à 220 000 en 2001, cette croissance étant due aux effectifs à l'international.

En 1990, à partir de février, débute dans l'administration des Postes et Télécommunications la négociation devant mener à la mise en application de la réforme concernant la rénovation de la grille des classifications et des rémunérations des trois fonctions publiques mise en place par le Ministre d'État, Ministre de la Fonction Publique et des Réformes Administratives Michel Durafour et décidée depuis le 13 octobre 1989. Elle aboutit à la fusion de certains grades entre eux et accomplit de fait une première simplification du millefeuille administratif de grades et de corps de fonctionnaires différents préexistant aux PTT, en toilettant les textes réglementaires datant pour la plupart des années 1945 à 1975, en fusionnant dans les mêmes corps de métier certains grades (comme, par exemple par le décret no 91-105 du 25 janvier 1991, les vérificateurs et les réviseurs des travaux des bâtiments des PTT qui deviennent Réviseurs des travaux des bâtiments de France-Télécom), élimine les grades constatés éteints et accorde au passage quelques augmentations indiciaires de traitement à certaines catégories de personnels pour s'assurer d'une certaine paix sociale dans le pays.

  • Tous les personnels sont automatiquement reclassés dans leurs nouveaux grades et/ou leur nouvelle situation administrative conformément aux nouveaux décrets.
  • Les fonctionnaires des Postes et Télécommunications deviennent, à la suite de l'adoption de la loi no 90-568 du 2 juillet 1990 et par le biais de ces nouveaux décrets du 31 décembre 1990[114] et de janvier 1991[115] issus de la Réforme Durafour, des fonctionnaires de France Télécom. (France Télécom demeurant jusqu'au 31 décembre 1990 une administration centrale de l'État)
  • Ces fonctionnaires de France Télécom sont dits "Reclassés".
  • Les derniers concours de recrutements externes organisés sur ces grades de Reclassement mis en place à partir de 1991 ont été organisés en 1991 & 1992 et ont vu leurs derniers lauréats appelés tardivement à l'activité en 1994 et 1995.

En 1991, au 1er janvier, à la suite de l'adoption de la loi no 90-568 du 2 juillet 1990, les fonctionnaires de France Télécom administration sont rattachés à l'Exploitant Autonome de Droit Public France-Télécom nouvellement créé.

  • À compter de cette date, les transferts de fonctionnaires de l'état de l'une à l'autre des branches historiques des P&T deviennent quasiment négligeables, bien que cette possibilité soit toujours maintenue par les textes de lois.

En 1992, quelques mois avant le début de la réforme de Reclassification, de nouveaux changements consistant à fusionner de nouveaux certains grades entre-eux, revaloriser certains échelons et à accorder un gain d'ancienneté dans certains échelons de certains grades sont décidées par le gouvernement. Elles entraînent une légère augmentation de traitement de certaines catégories de fonctionnaires de France Télécom, d'environs 450 francs mensuels en moyenne, mais attention, dans certains corps ce ne sont pas toujours les grades les plus bas qui disparaissent et qui soient fusionnés vers le haut, mais l’inverse ! (par exemple disparition des Inspecteurs Centraux qui redeviennent de simples Inspecteurs, ou alors les Chefs de section qui redeviennent de simples Contrôleurs, même si à titre individuels ces personnels ainsi « déclassés » peuvent conserver leur intitulé d’ancien grade ; situations qui ne peuvent que provoquer des réactions vindicatives à l'avenir, ces fonctionnaires ayant dû souvent patienter longtemps pour parvenir à ce type de grades "de distinctions".) . Ainsi, tous les fonctionnaires de France Télécom concernés, conformément aux décrets du 7 septembre 1992[116] et au décret du 2 octobre 1992[117] sont, une seconde fois, automatiquement reclassés dans leur nouvelle situation à la date du 1er juillet 1992. Cette amélioration de la réforme Durafour de 1990 a été seulement appliquée aux fonctionnaires de France Télécom et de La Poste, seules catégories de fonctionnaires de l'État qui seront dès 1993 concernés par la réforme suivante à venir des Reclassifications. Il ne s'agit pas d'un hasard. Cette amélioration en 1992 devant participer à l'acceptation de la réforme future de 1993, qui était voulue au plus haut niveau de France Télécom et de l'État...

En 1993, à la suite de la signature le 9 juillet 1990 de l'accord social sur le cadre général de la réforme des classifications du personnel des PTT, est mise en place la seconde réforme des grades, dite Réforme des Classifications, encore nommée : « Reclassification ». Cette opération consiste dans un premier temps à déterminer l'emploi réellement occupé par le fonctionnaire, dans un deuxième temps à rapprocher cet emploi de la grille de la nouvelle classification puis au final à l'intégration directe du fonctionnaire dans le nouveau grade sans examen ni concours[118]. Cette réforme concerne aussi bien la Poste que France Télécom. Les fonctionnaires de la Poste et de France Télécom ont le choix d’intégrer cette Reclassification ou de refuser et de conserver leur grade de Reclassement, par le biais d’un questionnaire où ils ont la possibilité de cocher l’une des deux cases possibles. À noter qu’à la Poste, les fonctionnaires qui ne renvoient pas le formulaire de choix demeurent dans leur situation antérieure, c'est-à-dire dans le Reclassement ; tandis que curieusement à France Télécom c’est l’inverse qui s’applique : les fonctionnaires qui ne renvoient pas leur formulaire de choix sont automatiquement basculés dans la Reclassification et ce sans que France Télécom ait formellement recueilli leur avis. De surcroît, dans certains services, les fonctionnaires qui choisissent par écrit de conserver leur grade de Reclassement se voient relancés oralement plusieurs fois par leur hiérarchie puis par les services de gestion du personnel au moyen de nouveaux formulaires renvoyés aux fonctionnaires refusant d’intégrer les nouveaux grades de Reclassification et ce dans l’espoir de les faire changer d’avis, ou de parvenir par une certaine lassitude à ce que le fonctionnaire ne réponde plus aux questionnaires et soit commué « par défaut » dans les corps de la Reclassification. Les nouveaux grades de la Reclassification sont progressivement déployés jusqu'en décembre 1994 à partir de l'adoption d'une série de décrets des 25 et 26 mars 1993[119] qui coupent de manière irréversible tout lien d'avec les anciens grades issus de l'administration des PTT pour ceux qui les intègrent.

En revanche, il est à noter que concernant les hauts-fonctionnaires, qui ont les premiers initié la réforme des Reclassifications, le lien avec leurs anciens grades issus des PTT n'est pas brisé : curieusement, l'arrêté du 27 mars 1993 fixant l'échelonnement indiciaire des échelons des emplois supérieurs de La Postes et des emplois supérieurs de France affectés d'indices hors échelles ne fait que modifier en ce qui concerne ces haut-fonctionnaires (au lieu de les en exclure) l'arrêté précédent du 29 août 1957 relatif aux emplois supérieurs de l'État classés hors échelles qui avait été publié au Journal Officiel le 30 août 1957. De surcroît, alors que l'arrêté de 1957 est publié au Journal Officiel, le nouvel arrêté du 27 mars 1993 précité n'a jamais été publié au Journal Officiel, étant donné que son article 2 stipule : "Le présent arrêté prend effet au 1er janvier 1993 et ne sera pas publié au Journal Officiel de la République Française".

Les anciens grades de reclassement, directement dérivés des grades des PTT sont convertis en quatre classes et trois niveaux dans chaque classe (ce qui revient à un total de 11 nouveaux grades propres à La Poste et à France Télécom : les agents I.1, I.2, I.3 ; les collaborateurs & maîtrise : 2.1, 2.2, 2.3 ; les cadres 3.1, 3.2, 3.3 ; les cadres supérieurs : 4.1 et 4.2) ; (hormis les statuts de fonction, emplois supérieurs comptant 4 grades de plus : 4.3, 4.4, 4.5 et 4.6 qui conservent, eux seuls, leur ancien statut interministériel).

  • Une fois le fonctionnaire de France Télécom qui a choisi par écrit de basculer (ou qui n’a renvoyé aucune réponse au questionnaire reçu) dans son nouveau grade de Reclassification, celui-ci n'est plus relié à un corps de métier particulier et fait d'importance capitale au niveau de la gestion des ressources humaines, peut être très facilement muté vers un nouveau domaine métier, avec ou sans son accord au gré des évolutions de métiers, des ouvertures ou des fermetures de services.
  • Ces fonctionnaires de France Télécom sont dits "Reclassifiés".
  • Des concours de recrutements externes déconcentrés par Directions Régionales ont été organisés en 1993, 1994, 1995 et 1996, où les lauréats étaient reçus sur ces nouveaux grades de Reclassifications uniquement.
  • Les fonctionnaires de France-Télécom reclassifiés constituent à ce jour plus de 90% des fonctionnaires en activité dans Orange.
  • Les 140 000 effectifs en 1993 sont essentiellement des fonctionnaires français.
    • À noter que le passage dans la nouvelle hiérarchie de grades demeure cette fois-ci facultatif, les fonctionnaires recrutés avant cette réforme des Reclassifications, pouvant demeurer sur leur ancien grade dit de Reclassement, grades issus de la Réforme Durafour, mais à ce moment là, ces fonctionnaires demeurés sur leur ancien grade voyaient dans les faits leur avancement de grade sérieusement compromis[120].
    • Si toutefois un fonctionnaire Reclassé sur ces anciens grades de 1990-91 se présentait à une promotion et se voyait promu, il était automatiquement basculé dans le nouveau système de grade issu des Reclassifications de 1993, et ce jusqu'en 2004.
    • Après plusieurs centaines de procès au Tribunal Administratif, la sortie du décret no 2004-1300 du 26 novembre 2004 autorise à nouveau ces fonctionnaires reclassés dans les anciens grades et obtenant une promotion, d'être versés à leur choix, soit dans le nouveau système de grades issu des reclassifications, soit de demeurer dans l'ancien système de grade de reclassement. Cette initiative de l'État, bien que tardive, a permis d'apaiser le climat social dû à la discrimination dont s'estimaient victimes les fonctionnaires de France Télécom positionnés sur ces anciens grades de Reclassement. Néanmoins, de nombreux agents ayant gardé leur grade de reclassement s'estimant lésés à cause de l'absence d'évolution et de promotion dans leur carrière (à France Télécom-Orange comme à La Poste) ont déposé des recours individuels auprès des tribunaux administratifs qui ont abouti à la condamnation de ces deux entreprises et solidairement à l'État[121].

En 1996, est instauré à partir de la promulgation de la loi no 96-660 du 26 juillet 1996, un Congé de Fin de Carrière, une sorte de préretraite, réservé aux fonctionnaires de France Télécom âgés d'au moins 55 ans, avec départ obligatoire à 60 ans en cas d'entrée dans ce dispositif facultatif avant le 31 décembre 2006, date limite. Ce dispositif a permis de diminuer rapidement les effectifs en rajeunissant la moyenne d'âge, par le départ d'une population restée marquée par le démantèlement de l'Administration. En retour, ce dispositif a entraîné une perte des connaissances et d'expériences sur certaines spécialités techniques par les départs massifs qu'il a occasionnés.

En 1997, au 1er janvier, à la suite de la transformation de l'Exploitant Autonome de Droit Public France-Télécom en Entreprise Nationale France-Télécom, sous statut juridique de Société Anonyme, par la loi no 96-660 du 26 juillet 1996, il est mis fin à tout recrutement de fonctionnaire de l'État au sein de France Télécom, pour des raisons juridiques évidentes. Depuis cette date, les effectifs statutaires exerçant leur activité dans France-Télécom puis Orange ne font que décroître et sont voués à leur extinction totale.

  • D'ailleurs plusieurs grades de reclassement, dont en général le grade du pied de chaque corps, sont éteints.
  • Dans les grades de reclassifications, les deux grades de la classe I (les I.1 et les I.2) sont officiellement éteints depuis 2010 et le grade de I.3 est en voie d'extinction d'ici 2016.

En 2004, au 1er septembre, la part de l'état au capital descend sous la barre des 50%. Pour cette raison, le Président de France Télécom ne peut plus être nommé ou révoqué par décret. Il le sera désormais par délibération du Conseil d'Administration de France Télécom réunion en assemblée générale.

  • Avant cet événement, le décret no 2004-662 du 6 juillet 2004 entraîne un nouveau changement réglementaire et culturel pour les fonctionnaires de France Télécom qui se voient juridiquement soumis à une partie du Code du Travail, comme s'ils étaient des salariés de droit privé, en tant que ceci concerne l'élection à venir dès l'année suivante de délégués du personnel qui font leur apparition dans l'entreprise dès janvier 2005.
  • À noter que le bouleversement culturel est aussi valable du côté de la Direction de France Télécom qui se voit désormais contrainte par le législateur à devoir répondre par écrit et publiquement en réunion au moins une fois par mois à toutes les questions et réclamations remontées officiellement par les nouveaux délégués du personnel ainsi créés sur le modèle du droit commun.
  • De plus, le décret no 2004-977 du 17 septembre 2004 portant adaptation et application des articles L. 225-27 à L. 225-34 du code de commerce aux personnels fonctionnaires de France Télécom assimile désormais les fonctionnaires de France Télécom à des salariés de droit privé pour ce qui est de l'élection ou de la participation en temps qu'élu au conseil d'administration de France Télécom.
  • Que ce soit pour les élections des délégués du personnel ou des élus au conseil d'administration de France Télécom, un collège unique d'électeurs est créé. Il mélange sans distinction les fonctionnaires de France Télécom, les agents contractuels de droit public et les salariés de droit privé, en s'alignant sur le droit commun.
  • Le décret no 2004-980 du 17 septembre 2004 vient quant à lui poser un garde-fou, qui, bien que reconnaissant l'autorité du Président de France Télécom en matière de sanction disciplinaire, stipule que seul le Ministre chargé des télécommunications a le pouvoir disciplinaire d'infliger à un fonctionnaire de France Télécom une sanction du quatrième groupe, c'est-à-dire que France Télécom ne peut pas seule décider de la mise à la retraite d'office ou la révocation d'un fonctionnaire de France Télécom.

Depuis 2005, Le turn-over est plus important. Il s'agit de mouvements entrants d'ingénieurs confirmés qui sont séduits par la relative stabilité de France Télécom par rapport aux SSII. Les départs existent, soit par un système de préretraite pour les fonctionnaires, soit vers des sociétés de haute technologie. . Les mouvements internes sont nombreux et les mouvements entrants et sortants le sont de plus en plus. Il est à noter que ce changement de comportement est le résultat de l’arrivée massive de CDI qui sont des salariés et sont donc de ce fait placés sur le marché du travail et peuvent, s’ils en ont l’occasion pour améliorer leur situation professionnelle, démissionner pour meilleur ; ce qui est nettement plus difficile pour un fonctionnaire qui totalise au moins 15 ans de service dans la fonction publique. En effet, un fonctionnaire nommé depuis au moins 15 ans quittant volontairement son statut par démission ne voit pas son ancienneté acquise reversée au régime général. Il bénéficiera d’une pension de l’état, mais très incomplète, voire minime, vu qu’il ne totalisera pas son nombre d’annuités requises pour une pension à taux plein, mais ne pourra pas non plus percevoir une retraite décente du régime général pour cette même raison. Par exemple, une demi carrière de fonctionnaire plus une demi carrière dans le secteur privé ne font pas une retraite complète, mais plutôt une retraite misérable. De facto, un fonctionnaire, à moins de démissionner dans les 14 premières années de sa carrière, ne peut plus quitter le secteur public statutaire, sauf à voir ses droits à retraite et à pension lourdement minorés. De surcroît, depuis le 1er janvier 2011, un fonctionnaire de catégorie sédentaire (l’immense majorité des fonctionnaires) se voit désormais acquérir un droit à pension dès ses 2 premières années de service, ce qui finalement l’immobilise 13 années plus vite dans sa situation statutaire… (Il s’agit là d’un exemple de l’État Schizophrène qui critique le manque de souplesse de ses propres fonctionnaires, mais qui agit pour rigidifier leur situation et les immobiliser ; comprenne qui pourra.)

En 2009, le 26 novembre, un accord social sur l'emploi des séniors et les mesures en faveur des deuxièmes parties de carrières est signé entre la Direction et certaines organisations syndicales représentatives des personnels. Cet accord crée notamment le Temps Partiel Séniors, une sorte de préretraite progressive, visant à diminuer plus rapidement les effectifs mesurés en équivalents à temps plein.

En 2010, la moyenne d'âge est de 48 ans et la moitié des salariés Français doit partir en retraite d'ici 2018[122]. Le Temps Partiel Séniors ayant quelques difficultés à convaincre, l'accord social du 26 novembre 2009 fait l'objet d'un premier avenant le 4 juin 2010 ainsi que d'un second avenant le 23 décembre 2010 afin de le rendre sensiblement plus attrayant. Ainsi, le TPS mis en place commence à rencontrer une certaine adhésion auprès des plus de 54 ans à partir de 2011. Son succès va croissant, ce qui ne va pas sans commencer à causer certains problèmes d'organisation dans les services en 2014.

En 2012, il reste 65 000 fonctionnaires[123] et d'ici à 2020 l'essentiel des fonctionnaires aura quitté France Télécom[124]. Les personnes qui ne sont pas sous statut de fonctionnaire sont en CDI dans le droit de leur pays ; ainsi en France, ils sont salariés de Orange. La moitié du personnel travaille hors de France.

En 2013, au 1er juillet, il est à noter que malgré le changement de nom de l'entreprise France-Télécom en Orange, dûment validé par le Conseil d'Administration de Orange et l'Assemblée des actionnaires, aucun texte officiel traitant du statut de ces fonctionnaires paru au Journal Officiel de la République Française après le changement de dénomination de cette entreprise n'a à ce jour été publié modifiant l'intitulé de ces fonctionnaires de l'état à statut particulier, effectifs statutaires qui demeurent officiellement des fonctionnaires de France-Télécom[125].

Les métiers[modifier | modifier le code]

Les fonctions sont :

Les rémunérations[modifier | modifier le code]

En 2006, selon le bilan social officiel de l'entreprise, environ trois employés sur quatre ont perçu une rémunération brute comprise entre 2 150 et 4 150 euros par mois[126]. La rémunération mensuelle moyenne brute est 2 924 euros.

Direction générale du groupe[modifier | modifier le code]

Directeur des Télécommunications

Directeurs Généraux des Télécommunications :

  • Charles Lange du 10 mai 1946 au 31 mai 1951. Poste créé par décret du GPRF no 46-1016 du 10 mai 1946. Droits à retraite.
  • Jean Rouvière du 1er juin 1951 au 28 février 1957. Nommé par décret du 27 avril 1951[127]. Départ vers de nouvelles fonctions.
  • Raymond Croze du 1er mars 1957 au 31 décembre 1967. Nommé par décret du 5 février 1957[128]. Départ vers de nouvelles fonctions.
  • Pierre Marzin du 1er janvier 1968 au 10 octobre 1971. Nommé par décret du 21 décembre 1967[129]. Droits à retraite.
  • Louis-Joseph Libois du 11 octobre 1971 au 15 octobre 1974. Nommé par décret du 11 octobre 1971[130]. Départ vers de nouvelles fonctions.
  • Gérard Théry du 16 octobre 1974 au 6 août 1981. Nommé par décret du 16 octobre 1974[131]. Remplacé.
  • Jacques Dondoux du 7 août 1981 au 14 décembre 1986. Nommé par décret du 7 août 1981[132]. Remplacé.
  • Marcel Roulet du 15 décembre 1986 au 20 décembre 1990 : Nommé par décret du 15 décembre 1986[133].

Après la réforme de 1990, Présidents du Groupe :

  • Marcel Roulet, du 21 décembre 1990 au 31 août 1995. Nommé par décret du 21 décembre 1990[134]. Mis fin aux fonctions par décret du 1er septembre 1995[135]. Actuellement Président d'Honneur de France Télécom.
  • Intermède François Henrot, nommé au conseil d’administration par décret du 1er septembre 1995[135], en vue d'y être nommé Président, mais démissionne rapidement le 8 septembre 1995 par communiqué de presse ; démission entérinée par décret du 8 septembre 1995[136]
  • Michel Bon, du 13 septembre 1995 au 2 octobre 2002. Nommé par décret du 13 septembre 1995[137]. Démission acceptée par décret le 2 octobre 2002.
  • Thierry Breton, du 2 octobre 2002 au 22 février 2005. Nommé par décret du 2 octobre 2002[138]. Démission. Devient ministre de l’économie, des finances et de l’industrie par décret du 25 février 2005[139]. Actuellement Président d'Honneur de France Télécom.
  • Didier Lombard, du 27 février 2005 au 23 février 2011. Élu par le Conseil d'Administration de France Télécom. Démissionne à la suite de la crise des suicides avant la fin de son mandat prévue en juin 2011.
  • Direction bicéphale du 1er mars 2010 au 23 février 2011 :
    • Didier Lombard. Élu Président non exécutif, par décision du Conseil d'Administration de France Télécom du 24 février 2010.
    • Stéphane Richard. Élu Directeur Général, par décision du Conseil d'Administration de France Télécom du 24 février 2010.
  • Stéphane Richard, du 1er mars 2011 jusqu'à aujourd'hui. Élu par le Conseil d'Administration Président Directeur Général le 23 février 2011.

Controverses et condamnations judiciaires[modifier | modifier le code]

Position dominante[modifier | modifier le code]

Le 16 juillet 2003, la Commission européenne a condamné France Télécom pour abus de position dominante sur le marché de l'ADSL[140]. L'entreprise pratiquait des prix prédateurs, c'est-à-dire vendait ses services d'accès à l'Internet à perte afin d'éliminer ses concurrents et de pouvoir par la suite pratiquer des tarifs plus élevés que sur un marché concurrentiel. France Télécom a été condamnée à verser une amende de 10,35 millions d'euros au budget européen.

France Télécom a fait appel de cette décision devant le tribunal européen de première instance, qui est un des organes de la cour de justice de l'Union européenne. Celui-ci a confirmé le 30 janvier 2007 la décision de la Commission et exigé le paiement de l'amende[141].

Entente anti-concurrentielle entre opérateurs mobiles[modifier | modifier le code]

Le 1er décembre 2005, Orange a été condamnée par le Conseil de la Concurrence à une amende de 256 millions d'euros dans l'affaire de l'entente entre trois opérateurs de téléphonie mobile en France[142]. La décision est confirmée par la cour d'appel de Paris en 2006 puis par la Cour de Cassation en 2007, une faible partie de l'amende contre Orange est annulée par la Cour de Cassation en avril 2010[143].

Polémique à la suite des suicides de plusieurs salariés[modifier | modifier le code]

Depuis sa privatisation en 2004, France Télécom (dont Orange est une filiale) oriente sa culture d'entreprise vers la rentabilité. Entre 2006 et 2008, France Télécom adopte le plan NExT, un plan de redressement qui vise entre autres à réduire les coûts – principalement salariaux. Il est prévu de diminuer les effectifs de 10 %, soit 22 000 employés[144].

Les effectifs de 2005 à 2009 passe de 196 000 employés à 167 000[145]. La réduction des effectifs est une priorité, de nouvelles techniques de managements sont introduites, la méthode est de dégrader les conditions de travail, afin de pousser psychologiquement une partie des employés au départ volontaire, réduisant ainsi les indemnités à payer[144]. Les changements de postes à l’intérieur de l’entreprise sont nombreux (14 000 entre 2006 et 2008)[réf. nécessaire].

Par la suite, une vague de suicide sera fortement médiatisée. En septembre 2010, le nombre de suicides depuis le lancement du plan NExT (2006) s’élevait à cinquante-huit[144]. Les mutations forcées sont identifiées comme étant une des principales causes[146].

À la suite d'une enquête, l'Inspection du travail a répondu au syndicat Sud-PTT que l'organisation du travail à France Télécom « a été de nature à générer de la souffrance au travail » et « des risques pour la santé » des salariés[147].

Une enquête a été menée par le cabinet d'audit Technologia à la demande de la direction de France Télécom. Sur les 102 843 salariés de la maison-mère du groupe, 80 080 ont répondu, soit un taux de 77,9 %. Le rapport d'enquête révèle un « ressenti général très dégradé », une « fragilisation de la santé physique et mentale », une « ambiance de travail tendue, voire violente » pour certaines catégories de personnel. Les conditions de travail ont été jugées difficiles, principalement pour le personnel chargé de la vente et des « interventions client »[146],[148].

L'apparition dans le débat public de la question des suicides chez France Télécom a été l'objet de débats médiatiques et politisés, qui pour les uns était une sur-médiatisation d'un phénomène ordinaire, par les syndicats[149], tandis que d'autres y voyaient le dévoiement des méthodes de gestion centrées sur le rétablissement de la performance financière au détriment de toute considération sociale[150].

Didier Lombard a été mis en examen pour harcèlement moral à la suite d'un rapport de l'inspection du travail mettant en cause la politique de gestion du personnel et une plainte de la fédération SUD-PTT fin 2009[151].

Mise en perspective des suicides chez France Télécom
Années 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
Nombre d'employés suicidés en France 28[152] 29[152] 12[153] 19[153] 27[153] 11[154]
Taux annuel pour 10 000 employés en France 2,15[152] 2,49[152] 1,20[155] 1,90[155] 2,30[155] 1,32[155]
Taux pour 10 000 habitants (moyenne française) 1,84[156] 1,76[157] 1,78[157] 1,60[156] 1,96[158] 1,62[159]
Notes : Pour comparer un taux de suicide, il est important de prendre en compte la structure des populations étudiées (en termes de classe d'âge, de taux d'activité, de Catégorie Socio-Professionnelle, ...) qui ont des taux de suicides différents[160],[161]. De plus le dénombrement étant fait sur la base de remontées d'information informelles aux organisations syndicales, il n'est pas nécessairement exhaustif. On ne dispose pas non plus de statistiques dans d'autres grands groupes français qui permettraient de prendre en compte la spécificité d'un management complexe de grand groupe sur une population attirée par une relative stabilité de l'emploi.

Pratiques anti-concurrentielles dans les DOM[modifier | modifier le code]

Le 28 juillet 2009, l'Autorité de la concurrence a sanctionné Orange à hauteur de 27,6 millions d'euros pour avoir entravé abusivement le développement de nouveaux opérateurs concurrents dans les DOM (principalement à la Réunion)[162].

France Télécom - Orange a utilisé sa position dominante résultant notamment de son ancien monopole pour s'octroyer, de manière déloyale, des avantages sur ses concurrents. Les pratiques relevées par l'Autorité sont :

  • niveau excessif des tarifs ;
  • En tant que gestionnaire de la quasi-totalité des boucles locales de l’infrastructure des télécommunications, avec les données auxquelles elle a accès, France Télécom a ciblé les ex-abonnés qui avaient migré vers un opérateur concurrent afin de les récupérer, leur proposant une offre commerciale spécifique.
  • un ciseau tarifaire sur les offres internet haut débit ;
  • le maintien de services de restriction d'appel incompatibles avec la présélection d'un opérateur alternatif.

Accusations de publicité mensongère[modifier | modifier le code]

Depuis novembre 2009, trois utilisateurs ont porté plainte contre Orange pour « publicité mensongère » concernant le service « Clé 3G illimité »[163]. Ces clients reprochent à l'opérateur de présenter de manière trompeuse ce service qui, en réalité, n'est pas illimité. Le forfait n'a en effet aucune limite de temps mais l'utilisateur ne peut excéder 1 gigaoctet de téléchargement par mois, ce qui limite donc sa navigation. Ignorant ce fait, les trois plaignants ont navigué hors-forfait et ont dû s'acquitter de sommes parfois très importantes pour couvrir leurs dépassements.

Accès limité à certains sites et plainte pour abus de position dominante[modifier | modifier le code]

En 2011, à la suite de plaintes d'internautes remontant à 2009, Megaupload a accusé Orange de ne pas assurer une connectivité correcte vers son site, limitant ainsi le débit depuis la France à un très faible niveau, ce qu'Orange a démenti[164].

Cogent accuse également Orange d'abuser de sa position dominante sur le marché français en bridant la connectivité afin de favoriser OpenTransit qui appartient à Orange. Selon Cogent, Google doit ainsi payer OpenTransit pour que YouTube soit normalement accessible aux abonnés d'Orange[165].

En août 2011, Cogent porte plainte contre Orange auprès de l'Autorité de la concurrence[166].

2011 contre Numericable pour abus de position dominante[modifier | modifier le code]

L'opérateur historique a été condamné par le Tribunal de commerce de Paris à verser dix millions d'euros à Numericable pour des pratiques anti-concurrentielles sur le marché de l'accès à Internet[167].

Corruption en Tunisie[modifier | modifier le code]

En mars 2011, le site d'information OWNI révèle un montage financier douteux ayant permis au groupe Orange d'acquérir une licence 3G[168].

SMS et MMS du 1er janvier 2011[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 2011, les SMS et MMS des usagers Orange ont été émis et facturés plusieurs fois. L'opérateur s'est engagé à rembourser le surcoût aux consommateurs tout en expliquant que l'erreur venait d'un « opérateur tiers »[169] (qui s'avère être Bouygues Telecom[170]) qui n'aurait pas envoyé d'accusés de réception entraînant alors la réémission des messages. La faute est rejetée sur la plate-forme de Bouygues qui aurait connu un problème informatique[171]. La nuit du 31 décembre 2010 au 1er janvier 2011, plus de 930 millions de textos ont été échangés (les trois opérateurs confondus) en France, établissant un record par rapport aux pics des années précédentes[172].

Panne[modifier | modifier le code]

Le 6 juillet 2012, il s'est produit une panne nationale du réseau mobile d'Orange, qui a touché l'intégralité de la France, des millions de gens ont été privés de téléphone. Il faudra attendre 3 heures du matin le 7 juillet 2012 pour que tout soit rétabli. La panne de juillet 2012 du réseau français d’Orange, s’explique par une défaillance du logiciel de ses HLR[173]. Orange a offert des offres adaptées temporaires pour chaque forfaits afin de s'excuser de la panne (Appels illimités, 1 giga de connexion supplémentaire, SMS illimités, etc.). Des SMS ont été envoyés aux abonnés pour présenter les excuses d'Orange.

Condamnation du 13 décembre 2012 pour pratiques anti-concurrentielles[modifier | modifier le code]

Le 13 décembre 2012, l'Autorité de la Concurrence a estimé que certaines offres (commercialisées surtout entre 2005 et 2008) qui donnaient la possibilité d'appeler en illimité mais uniquement dans son réseau "... ont créé une différentiation tarifaire abusive entre les appels 'on net' (sur les réseaux respectifs) et 'off net' (vers les réseaux concurrents)". La plainte portée par Bouygues Télécom pour les "offres tribu" condamne Orange à une amende 117,5 millions d'euros (et SFR à 65,7 millions). Les deux opérateurs condamnés ont décidé de faire appel[174].

Communication[modifier | modifier le code]

Voir aussi: France Télécom#identité visuelle

Slogans[modifier | modifier le code]

  • 1988 : « Un avenir d'avance »
  • 1990 : « Gardez le contact »
  • 1994 : « Et le monde est plus proche »
  • 1995-1996: « Et si vous communiquiez avec les outils d'aujourd'hui »
  • 1996-1999: « Nous allons vous faire aimer l'an 2000 »
  • 2000 : « Bienvenue dans la vie .com »[175],[176]
  • 2000-2001 : « Communiquer est une force »
  • 2001-2002 : « The Future's bright, the Future's Orange » / « Le futur, vous l'aimez comment ? »
  • 2001-2003 : « Votre e-potentiel va vous surprendre »
  • 2001-2003 : « Ce sera toujours à nous d'en faire plus »
  • 2004-2006 : « Communiquons plus »
  • 2004-2006 : « Notre raison d'innover, c'est vous »[177]
  • 2006 : « Le futur et toutes les raisons d'y croire »
  • 2006-2008 : « Open »
  • mi-2008-2010 : « Together we can do more » / « Plus loin ensemble »
  • 2010 : « La vie change avec Orange »
  • 2012 : « Le service Orange, satisfait quand vous l'êtes » (slogan uniquement pour les offres commerciales)

Mécénats[modifier | modifier le code]

Depuis 1987, Orange possède une fondation, la Fondation Orange, qui fut renommé le 16 janvier 2007 à partir de la Fondation France Télécom. La Fondation Orange est dirigée par un conseil d'administration composé de représentants d'Orange, de personnalités extérieures et de représentants du personnel. Elle a pour objectif de soutenir des projets ayant trait à la santé (notamment l'autisme), à l'éducation (notamment la scolarisation des filles dans les pays en voie de développement), à la culture, (notamment la pratique collective de la musique vocale). La sélection des projets soutenus par la Fondation Orange est réalisée par des comités spécifiques à chaque grande thématique composés d'experts. Depuis 1987, elle a développé entre 300 et 400 conventions chaque année[178].

Orange a également signé divers partenariats avec des institutions soit dans un but plutôt philanthropique, soit dans un but plus clairement établi de marketing. On peut ainsi citer des partenariats avec la chaire santé de Sciences Po[179], UNICEF[180] ou encore WWF[181].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Document de référence 2010 : rapport financier annuel
  2. a et b Succès commerciaux et accélération de la baisse des coûts permettent à Orange d’atteindre son objectif de cash flow opérationnel 2013 de 7 milliards d’euros Résultat net part du Groupe plus que doublé à 1,9 milliard d’euros, Orange, 6 mars 2014
  3. Toujours écrit France Telecom, sans accent et/ou sans majuscules, dans le logo et les textes en anglais et hors de la France et DOM/TOM.
  4. a, b, c, d et e Document de Référence 2010 p.35 [PDF]
  5. http://www.vodafonews.com/orange-royaume-uni.html
  6. http://money.cnn.com/1999/10/21/europe/orange/
  7. http://www.liberation.fr/economie/0101291070-deutsche-telekom-debarque-en-angleterre-l-allemand-rachete-l-operateur-de-telephonie-mobile-one2one
  8. http://lexpansion.lexpress.fr/entreprise/france-telecom-boucle-le-rachat-d-orange_85805.html
  9. http://www.01net.com/article/132253.html
  10. Prospectus préliminaire mis à la disposition du public à l’occasion de l’introduction d’Orange au premier marché d’EuroNext Paris - http://www.vernimmen.net/ftp/ipo.pdf
  11. http://www.bnains.org/archives/histocac/avis/DA2003_3549FR.pdf [PDF]
  12. L'Adam gagne un sursis jusqu'à l'examen de ses recours
  13. Colette Neuville part en croisade contre France Télécom (Article sur Novethic.fr du 23 mars 2004)
  14. Radiation de la cote
  15. French state fund sells 1.9 percent Orange stake, 30 septembre 2014
  16. http://www.avicca.org/Fusion-FTC-NC-dans-le-cable-oui.html
  17. http://www.usinenouvelle.com/article/france-telecom-cede-orange-danemark-a-teliasonera.N8331
  18. [1]
  19. France Télécom étudie l'acquisition du scandinave Teliasonera (Dépêche AFP)
  20. [2]
  21. http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/orange-prend-11-du-capital-de-deezer_238017.html
  22. http://obsession.nouvelobs.com/high-tech/20110125.OBS6859/orange-acquiert-49-de-dailymotion.html
  23. http://www.lemonde.fr/technologies/article/2011/01/25/orange-prend-49-de-dailymotion_1470100_651865.html
  24. a et b « Avis de convocation à l'assemblée générale 2013 page 9 », sur le site internet orange.com (consulté le 11 mai 2013)
  25. http://www.orange.com/fr_FR/presse/communiques/cp120203fr.jsp
  26. Orange agrees Dominican Republic unit sale to Altice, Reuters, 27 novembre 2013
  27. Orange offers to buy Spain's Jazztel for 3.4 billion euros, Leila Abboud et Julien Toyer, Reuters, 16 septembre 2014
  28. http://www.tekit.fr/article-une-marque-unique-pour-la-convergence,1483.html
  29. Orange lance sa marque low-cost et sans engagement Sosh, consulté le 8 septembre 2011
  30. http://assistance.orange.fr/la-ligne-fixe-france-telecom-change-de-nom-et-devient-la-ligne-fixe-orange-4854.php
  31. France Télécom devient Orange, «une rupture avec l'histoire», article du 28 mai 2013 sur le site de Libération (journal).
  32. avis de convocation à l'assemblée générale 2013, septième résolution, p. 22.
  33. « France Télécom : chiffre d'affaires de 52,96 milliards d'euros en 2007 », sur boursier.com
  34. a, b, c et d « Orange : Résultat financier 2007 » [PDF], sur orange.com, p. 2
  35. La rédaction 01net avec Reuters, « France Télécom : résultats 2008 et changement de nom », sur 01net, 01net,‎ 2009 (consulté le 5 mars 2009).
  36. a, b et c « Orange : Résultat financier 2008 » [PDF], sur orange.com, p. 3
  37. « Profil financier », sur boursorama.com
  38. a, b et c « Orange : Résultat financier 2009 » [PDF], sur orange.com, p. 4
  39. http://www.daily-bourse.fr/resultats-FRANCE-TELECOM-chiffre-affaire-FR0000133308.php
  40. a, b et c « Orange : Résultat financier 2010 » [PDF], sur orange.com, p. 3
  41. « France Télécom : Résultat financier 2011 », sur orange.com
  42. a, b et c « Orange : Résultat financier 2011 » [PDF], sur orange.com, p. 3
  43. a, b et c « Orange : Résultat financier 2012 » [PDF], sur orange.com, p. 3
  44. a, b et c « Orange : Résultat financier 2013 » [PDF], sur orange.com, p. 3
  45. http://search.lesechos.fr/archives/2005/LesEchos/19381-108-ECH.htm
  46. http://www.orange.com/media/doc-finance/fr/doc-reference/att00015095/DDR2009completCL28042010_17h06.pdf p.50 [PDF]
  47. http://www.iphonekiller.fr/2009/11/parts-de-marche-operateurs-de-telephone-mobiles-en-france/
  48. « Présentation générale de l'activité - France », documents de référence (rapports financiers annuels),‎ 2011, p. 36 (lire en ligne) [PDF]
  49. Communiqué: France Télécom et Mid Europa Partners acquièrent One GmbH, le troisième opérateur mobile en Autriche
  50. (nl) Zahlen & Fakten sur le site de Orange, consulté le 31 mars 2010.
  51. a, b et c « Rapport statistiques du secteur des télécoms 2014(1er trimestre 2014) », sur artci.ci
  52. (en) Mibilin sur le site officiel, consulté le 31 mars 2010.
  53. Diagramme, consulté le 31 mars 2010.
  54. Le groupe France Télécom sur le site officiel, consulté le 31 mars 2010.
  55. http://www.freenews.fr/spip.php?article8695
  56. 25 janvier 2011, groupe orange
  57. http://www.orange.com/fr_FR/presse/dossiers/att00007834/dp0611fr4.pdf [PDF]
  58. Rapport Annuel 2010 Orange - France Télécom p.78
  59. http://www.servicesmobiles.fr/services_mobiles/2008/10/stratgie-conten.html
  60. Voir test sur Alexa.com[Quoi ?]
  61. Philippe Guerrier, « Wanadoo récupère 100% du capital d'Echo », journaldunet,‎ 7 février 2001 (consulté le 24 mars 2014)
  62. Contribuer à Wikipédia c'est aussi enrichir Orange
  63. http://www.maxifoot.fr/football/article-7269.htm
  64. http://www.euroinvestor.fr/news/story.aspx?id=9853128
  65. http://www.journaldunet.com/ebusiness/telecoms-fai/actualite/la-chaine-foot-d-orange-sera-diffusee-sur-la-tv-et-le-mobile-pour-6-euros.shtml
  66. http://www.capital.fr/bourse/actualites/orange-suspend-la-commercialisation-d-orange-sport-365085
  67. Stéphane Long, « Foot: Free et SFR gagnent leur match contre Orange Sport », 23 février 2009 [consulté le 26 mars 2010] 01 net [com/editorial/403853/foot-free-et-sfr-gagnent-leur-match-contre-orange-sport/ lire en ligne]
  68. « Orange dribble SFR et Free et re-gagne le Sport », 14 mai 2009 [consulté le 26 mars 2010] Libération, [lire en ligne]
  69. [3]
  70. http://livebox-news.com/2009/01/11/661/orange-foot-devient-orange-sport/
  71. [4]
  72. http://www.pcinpact.com/actu/news/42851-Orange-cinema-series-mobile-internet.htm
  73. http://www.echosdunet.net/dossiers/dossier_1914_le+torchon+brule+entre+orange+canal%2B.html
  74. http://www.tvchronik.com/2008/04/08/les-futures-series-de-hbo-sur-orange/
  75. http://www.ariase.com/fr/news/vod-orange-mgm-article-1377.html
  76. http://www.clubic.com/actualite-167974-orange-cinema-series-bouquet-contenus-12.html
  77. http://www.inthemoodforcannes.com/archive/2011/04/27/orange-partenaire-officiel-du-64eme-festival-de-cannes.html
  78. http://www.generation-nt.com/orange-uk-tente-eolienne-glastonbury-recharge-mobile-actualite-107691.html
  79. http://www.zdnet.fr/actualites/orange-prive-canal-plus-du-festival-du-cinema-americain-de-deauville-39382930.htm
  80. http://www.orange.com/fr_FR/groupe/actus/att00014661/print.jsp
  81. http://www.clubic.com/actualite-76044-orange-france-television-partenaires-vod.html
  82. http://www.01net.com/editorial/401304/m6-replay-debarque-sur-la-tele-des-abonnes-dorange/
  83. http://www.orangeinfo.fr/12776-mytf1-orange-juin.html
  84. com/fiche-produit/avis-redac-3072/serveur-domestique-orange-home-library/ Stéphanie Molinier, Orange lance sa bibliothèque numérique de 500 Go à 149 euros, 01/10/2008, [consulté le 26/03/2010] 01net
  85. Document de Référence 2010 p.155 [PDF]
  86. France Télécom ne veut plus gérer ses cabines téléphoniques
  87. http://www.orange.com/fr/presse/communiques/communiques-2013/The-Gores-Group-fait-l-acquisition-d-Etrali-filiale-de-France-Telecom-Orange
  88. Présence du groupe Orange dans le monde. Su le site internet Orange.com. Consulté le 23/02/2014.
  89. http://www.bfmtv.com/economie/richard-orange-il-ny-a-aucune-raison-donner-avantages-nouvel-operateur-764413.html
  90. http://www.orange.com/fr/a-propos/Groupe/notre-presence
  91. Emilie Leveque, « Orange se retire du Danemark », Le journal du net,‎ 9 juillet 2004 (consulté le 7 novembre 2011)
  92. http://www.orange.com/fr/presse/communiques/communiques-2012/France-Telecom-Orange-annonce-un-accord-sur-la-vente-de-sa-participation-de-35-dans-Orange-Autriche
  93. http://www.orange.com/fr/presse/communiques/communiques-2012/France-Telecom-Orange-annonce-la-finalisation-de-la-vente-d-Orange-Suisse-a-des-fonds-conseilles-par-Apax-Partners
  94. « Lancement d’Orange en Arménie », Les Nouvelles d'Arménie,‎ 6 novembre 2009 (consulté le 6 novembre 2009)
  95. (fr) http://www.lejournalinternational.fr/Le-geant-Orange-s-implante-dans-la-petite-Moldavie_a1193.html «  Le géant Orange s'implante dans la petite Moldavie »], Jérémy Bichon, Le Journal International, 26 août 2013
  96. http://cienciasiesbi.wordpress.com/2011/02/03/10-millones-de-lineas-de-adsl-en-espana/
  97. a, b et c Chiffres ART probablement, lien à retrouver
  98. Probablement source ART, mais lien à retrouver
  99. http://www.independent.co.uk/news/business/news/mobile-giants-promise-everything-everywhere-1971325.html
  100. Alexandra Oubrier, Orange Money permet aussi les transferts d'argent internationaux, Agefi, 18 juillet 2013
  101. http://www.orange.com/fr/presse/communiques/communiques-2012/la-marque-Orange-arrive-en-Republique-Democratique-du-Congo
  102. Rapport Annuel 2010 Orange - France Télécom p.72
  103. Florence Beaugé, « Orange Tunisie passe sous la tutelle de l'État tunisien », Le Monde, 30 mars 2011, p. 18
  104. http://www.latribune.fr/bourse/20100906trib000546010/deutsche-bank-deuxieme-actionnaire-de-france-telecom.html
  105. Association pour la Défense de l'Actionnariat et de l'Épargne des Salariés
  106. « devenir actionnaire », sur orange.com (consulté le 30 novembre 2013)
  107. Document de référence exercice 2008 déposé auprès de l'Autorité des marchés financiers, page 247.
  108. Document de Référence 2010 p.286 [PDF]
  109. http://www.orange.com/fr/innovation/la-recherche
  110. http://www.orange.com/fr_FR/innovation/partenariats/meilleurs_universites/index.jsp
  111. Laurent, Barbotin. France Télécom Le dinosaure se réveille. L’Expansion, Janvier 2007, n°715, p84
  112. Chaque agent concerné a reçu une note interne de service et d'affectation datée du 29 février 2000 n°2000/PR/US/E1/23 contresignée par chaque directeur des nouvelles unités de services créées.
  113. Se reporter aux bulletins de salaires des agents concernés. À noter que les bulletins de paye des agents statutaires de l'état ne sont pas publics.
  114. voir décrets no 90-1225, 90-1227, 90-1228, 90-1229, 90-1230, 90-1231, 90-1233, 90-1234, 90-1236, 90-1237,90-1238, 90-1239
  115. voir décrets no 91-11, 91-12, 91-13, 91-58, 91-70, 91-99, 91-101, 91-103, 91-105
  116. voir décrets no 92-924, 92-925, 92-926, 92-927, 92-928, 92-929, 92-930, 92-931, 92-932, 92-933, 92-934, 92-936, 92-937, 92-938, 92-939, 92-940, 92-941, 92-942
  117. voir décret no 92-1105
  118. Le fonctionnaire d'État par nature est titulaire personnellement d'un grade mais peut être amené à effectuer des emplois différents selon les directives hiérarchiques.
  119. voir décrets no 93-511, 93-512, 93-514, 93-515, 93-516, 93-517, 93-518, 93-519, 93-706
  120. « DAJ 2010 Première partie, chap.I les missions de la direction, § 4 défendre l'Etat au contentieux, 4.2 Au titre du rôle de prestataires de services (page 16) »
  121. « DAJ 2011 Deuxième partie DAJ engagement de qualité, Chap.II L'activité en chiffres, § 5 bilan financier- 5.1 dépenses de justice (page 48) »
  122. [5] France Info, 5 juillet 2010
  123. [6] Boursier.com, 5 juin 2012
  124. Il n'y aura bientôt plus de fonctionnaires au sein du groupe France Télécom, Le Monde.
  125. voir le site Journal Officiel, décret no 2014-10 du 7 janvier 2014 modifiant les statuts relatifs à certains corps de fonctionnaires de France Télécom [7], ainsi que le décret no 2014-107 du 4 février 2014 relatif à la création du comité médical national et de la commission de réforme nationale de la société anonyme Orange [8]
  126. Bilan social [PDF]. Les données exactes selon ce document sont : 74,5 % de salariés entre 2 150 et 4 150 euros.
  127. Décret du 27 avril 1951, JORF no 108 du 8 mai 1951, p. 4808.
  128. Décret du 5 février 1957, JORF no 32 du 7 février 1957, p. 1531.
  129. Décret du 21 décembre 1967, JORF no 298 du 23 décembre 1967, p. 12563.
  130. Décret du 11 octobre 1971, JORF no 242 du 16 octobre 1971, p. 10200.
  131. Décret du 16 octobre 1974, JORF no 252 du 26 octobre 1974, p. 10934.
  132. Décret du 7 août 1981, JORF no 186 du 9 août 1981, p. 2196.
  133. Décret du 15 décembre 1986, JORF no 291 du 16 décembre 1986, p. 15051.
  134. [9]
  135. a et b [10]
  136. [11]
  137. [12]
  138. [13]
  139. [14]
  140. Communiqué de la Commission européenne
  141. Communiqué de la Commission européenne
  142. Le Conseil de la concurrence sanctionne à hauteur de 534 millions d'euros les sociétés Orange France, SFR et Bouygues Telecom - Communiqué de presse, Autorité de la concurrence, 1er décembre 2005
  143. Mobile : l'entente entre opérateurs des années 2000 définitivement reconnue, Delphine Cuny, Tribune, 30 mai 2012
  144. a, b et c Bernard Nicolas, « Humiliation, dépression, démission: l'offre triple play de France Télécom », LesInrocks.com,‎ 25 septembre 2010 : « Ce mois de septembre, cinq d’entre eux se sont encore donné la mort, portant à cinquante-huit le total des suicides depuis trois ans. Didier Lombard annonce le scénario pour les trois ans à venir : faire partir 22 000 personnes du groupe sans avoir à les licencier. Voici la recette : on incitera des salariés à démissionner »
  145. « Resultats France Télécom », sur daily-bourse.fr
  146. a et b Article « France Télécom: le rapport d'enquête qui accable » sur le site NouvelObs.com, le 14 décembre 2009.
  147. Article « France Télécom: la souffrance au travail est établie » sur le site NouvelObs.com, le 10 décembre 2009.
  148. Les Échos : L'enquête de Technologia accable la direction de France Télécom
  149. Barbier : France télécom ? Des fonctionnaires trop dorlotés
  150. France Télécom et le management par la peur
  151. Suicides à France Télécom : Didier Lombard mis en examen pour harcèlement moral
  152. a, b, c et d Le Monde du 11 septembre 2009
  153. a, b et c « Chez France Télécom, le nombre de suicides a chuté », sur rue89.com,‎ 15 septembre 2011.
  154. « Recensement des suicides et tentatives de suicide à Orange, en 2010 et 2011 », sur observatoiredustressft.org,‎ 28 octobre 2011.
  155. a, b, c et d Calcul utilisé pour le taux 2008-2011 : nombre de suicidés sur X mois, divisé par X mois pour avoir un taux mensuel, multiplié par 12 pour un taux annuel, divisé par 100 000 (nb personnel), puis multiplié par 10 000
  156. a et b « La mortalité par suicide en France en 2006 Étude DREES septembre 2009 », sur sante.gouv.fr, ministère français de la santé [PDF]
  157. a et b « Suicides et tentatives de suicide en France Études DREES mai 2006 », sur sante.gouv.fr, ministère français de la santé [PDF]
  158. « Sur une vague de suicides par René Padieu », sur la-croix.com,‎ 20 octobre 2009, quotidien La croix.
  159. « Ce qu'il faut savoir sur la santé mentale des Français », L'Expansion,‎ 17 novembre 2009
  160. « Est-ce qu'on se suicide plus à France Télécom qu'ailleurs ? », sur eco.rue89.com
  161. « Comparer les suicides chez France Télécom et dans le reste de la population n'a pas de sens », sur lemonde.fr,‎ 22 octobre 2009. Quotidien le Monde.
  162. L'Autorité de la concurrence sanctionne France Télécom à hauteur de 27,6 millions d'euros pour avoir entravé abusivement le développement de nouveaux opérateurs concurrents dans les DOM - Communiqué de presse, Autorité de la concurrence, 28 juillet 2009
  163. Article « Orange visé par une plainte pour publicité mensongère » sur le site NouvelObs.com, le 22 décembre 2009.
  164. com/editorial/526962/orange-dement-brider-l-acces-au-site-megaupload-maj/ Orange dément brider l’accès au site Megaupload
  165. COGENT - Un géant du Net accuse Orange d'abus de position dominante en France.
  166. Megaupload : Cogent porte plainte contre Orange.
  167. http://www.generation-nt.com/france-telecom-numericable-amende-actualite-1189861.html
  168. http://owni.fr/2011/03/03/ben-ali-les-compromission-dorange-en-tunisie/
  169. Annonce « Les SMS ou MMS envoyés la nuit de la Saint-Sylvestre » paru dans l'Assistance Mobile d'Orange sur Internet.
  170. http://www.01net.com/editorial/526359/bug-des-sms-du-nouvel-an-orange-met-bouygues-telecom-en-cause/
  171. Article « Comment les opérateurs expliquent le «bégaiement» de textos » paru le 3 janvier 2011 sur le site Internet du quotidien Libération.
  172. Article « Plus de 930 millions de SMS envoyés pour le Nouvel An » paru le 3 janvier 2011 sur le site Internet du quotidien Libération.
  173. Le PDG d'Orange confirme la panne logicielle du HLR PC-Inpact, le 12 juillet 2012
  174. http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/12/13/concurrence-orange-et-sfr-sont-condamnes-a-une-amende-record_1805515_3234.html
  175. France Télécom a des soucis dans la vie.com
  176. La Vie.com plus forte que France Télécom
  177. Nous, vous, eux... émois, émois
  178. http://www.generation-nt.com/fondation-france-telecom-orange-actualite-21104.html
  179. http://www.capcampus.com/sante-461/orange-partenaire-de-la-chaire-sante-de-sciences-po-pour-3-ans-a16211.htm
  180. http://www.unicef-suisse.ch/fr/campagnes/partenariats/orange.cfm
  181. http://www.mobifrance.com/news/2008-03-17/id11330/Orange-et-WWF-s-associent-dans-la-protection-de-l-environnement/

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie Bénilde. « Portrait de France Télécom en multinationale ». Le Monde diplomatique, mai 2009, no 662, p. 21. [lire en ligne]
  • Jean-Jérôme Bertolus, Jean-Michel Cedro et Thierry Del Jesus, Qui a ruiné France Télécom ?, Hachette Littératures, 2003.
  • Dominique Decèze, La machine à broyer : De France Télécom à Orange : quand les privatisations tuent, éditions Jean-Claude Gausewitch, 2008 (1re édition 2004).
  • Yonnel Dervin, Ils m'ont détruit ! : Le rouleau compresseur de France Télécom, Michel Lafon, 2009.
  • Bruno Diehl et Gérard Doublet, Orange : le déchirement, France Télécom ou La dérive du management, Gallimard, 2010.
  • Yqal Fijalkow, Usagers ou consommateurs ? : France Télécom ou la dérégulation du service public, Presses universitaires du Mirail, 2006.
  • Marie Ledun et Brigitte Font Le Bret, Pendant qu'ils comptent les morts : entretien avec un ancien salarié de France Télécom et une médecin psychiatre, La Tengo, 2010.
  • Pierre Musso, Les télécommunications, La Découverte. Collection Repères, 2008 (ISBN 978-2-7071-5016-5).
  • Ivan du Roy, Orange stressé : Le management par le stress à France Télécom, La Découverte, 2009 (ISBN 978-2-7071-5859-8).
  • Vincent Talouit avec Bernard Nicolas, Ils ont failli me tuer, Flammarion, 2010 (ISBN 978-2-08-124101-5).

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]