Forbes (magazine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Forbes.
Forbes
Image illustrative de l'article Forbes (magazine)

Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue Anglais
Genre Presse économique
Fondateur Bertie Charles Forbes
Date de fondation 1917
Ville d’édition New York

ISSN 0015-6914
Site web www.forbes.com/forbes/
L'immeuble Forbes sur la Cinquième avenue à New York, appartenant maintenant à l'Université de New York.

Forbes est un magazine économique américain fondé en 1917 par Bertie Charles Forbes. Son quartier général est situé sur la Cinquième Avenue à New York.

Les classements de Forbes[modifier | modifier le code]

Le magazine est réputé pour ses différentes listes publiées annuellement :

  • Lieux
    • Les meilleures villes pour célibataires ;
    • Les meilleurs lieux ;
    • Le tourisme. En croisant les statistiques nationales et les sondages locaux menés par des professionnels du secteur (et en écartant lieux de pèlerinage et centres commerciaux), le magazine Forbes a scruté les destinations de plus de 500 millions de voyageurs. Avec dix-neuf sites classés (près du tiers des visiteurs), les États-Unis dominent le palmarès grâce aux... Américains, qui ne se lassent pas de sillonner leur propre territoire. La France fait bonne figure : grâce à ses 79 millions de visiteurs étrangers en 2010, elle conserve son titre de première destination touristique. Un titre qui devrait toutefois lui être ravi par la Chine en 2020.
  • Pays
    • Le classement de la misère fiscale[1].

Controverse sur l'estimation des fortunes[modifier | modifier le code]

Le magazine Forbes estime que Fidel Castro, le dirigeant de Cuba aurait 900 millions de dollars américains de fortune personnelle en 2006[2]. Pour cela, le magazine a compté l'argent des caisses de services publics, ce qui élèverait les fortunes de beaucoup de dirigeants bien au-delà. Celui-ci rappelle qu'il ne gagne que 40 $ par mois. Le magazine prétend également que le chef d'État détiendrait des comptes en Suisse. Ce dernier a démenti en proposant sa démission si cela pouvait être prouvé[3]. Il faut rappeler que les comptes suisses peuvent, depuis quelques années déjà, être contrôlés par les services judiciaires européens, ce qui n'est pas le cas dans tous les pays. Il faut aussi rappeler que Mr Forbes est proche de l'ancien président Bush et président d’honneur de la Fondation nationale cubano-américaine (FNCA), une organisation créée par Ronald Reagan dans les années 1980, et dirigée par les descendants de l’oligarchie cubaine pré-révolutionnaire[4]. De plus, les fortunes de quelques personnalités, comme celle du roi du maroc évaluée à 7,5 milliards de dollars (site DEMAINONLINE), ou celle de la reine d'Angleterre dont les estimations fluctuent de 11 à 29 milliards de dollars, ne sont pas prises en compte.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]