Télévision par satellite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Télévision par satellite (homonymie) et satellite (astronomie).

La télévision par satellite consiste à émettre depuis un satellite en orbite géostationnaire (à 35 850 km, qui se déplace à la même vitesse que la rotation de la Terre, donc qui paraît « immobile » depuis le sol) des programmes de radio et de télévision, analogiques et numériques, payants (cryptés) ou gratuits (en clair).

Taux de couverture et desserte[modifier | modifier le code]

La zone de couverture naturelle (notion de surface et pas de taux population raccordée au satellite) depuis un engin de télédiffusion, atteint près de 100 %, seules quelques faces abruptes des massifs montagneux ou de vallées profondes ne peuvent être « éclairées » par un satellite géostationnaire. Ces espaces (ne disposant pas d'un dégagement compatible avec une élévation moyenne de 34° en France métropolitaine, correspondant à la position verticale au-dessus de l'équateur nécessaire pour une orbite géostationnaire) sont réputés peu peuplés voire inhabités. En zone urbaine des tours peuvent gêner la réception, mais tous ces cas sont marginaux par rapport à l'étendue d'un territoire national, < 0.5 %, et par rapport à l'importance de sa population.

Le satellite est réputé pour son excellent rendement en matière de zone couverte (la TNT couvre 75 à 80 % de la surface ce qui correspond à un taux de 85 % de la population pouvant être atteinte) et est le moyen de diffusion le moins onéreux, notamment par rapport à la TNT et surtout la télédistribution par câble.

Techniques de diffusion[modifier | modifier le code]

Analogique[modifier | modifier le code]

Chaque canal est utilisé pour transmettre un programme de télévision (plus éventuellement quelques programmes radiophoniques et des services « associés » comme le Télétexte, le son multilingue ou multicanal (Vo/VF), des applications interactives comme un « guide des programmes », des jeux, le téléchargement de logiciels...).

Le signal vidéo est diffusé :

Le canal satellite est typiquement large de 36 MHz, soit la taille d'un transpondeur satellite standard, nécessaire du fait de la modulation satellite, plus robuste que la modulation terrestre. Le canal de transmission d'une chaîne de télévision en modulation terrestre n'occupe lui qu'une largeur de 8 MHz.

La diffusion analogique par satellite est en rapide voie de disparition depuis 2000 ; il ne reste plus notamment que les chaînes historiques françaises diffusées par le satellite Atlantic Bird 3 au titre de couverture complémentaire à la diffusion hertzienne terrestre, jusqu'à l'extinction définitive du Sécam en 2011 et quelques allemande sur Astra 19,2° Est, le service public italien - RAI - via Hot-Bird ayant cessé en avril 2005. Enfin, certaines chaînes internationales comme CNN et des chaînes destinées aux pays du Sud (Afrique, Amérique du Sud, Asie du Sud-Est...) pour des raisons économiques ; les récepteurs analogiques étant toujours les moins coûteux.[pas clair]

Numérique[modifier | modifier le code]

Chaque canal ou « répéteur » (ou encore, transpondeur) est utilisé pour transmettre un multiplex de six à dix programmes de télévision, selon le taux de compression utilisé (et plusieurs programmes radiophoniques), selon la norme DVB-S (Digital Video Broadcasting appliquée à la diffusion satellite).

Antenne-toroidale.jpg

Le codage audio et video est effectué :

Les diffuseurs français et européens ont retenu principalement les satellites Hot Bird d'Eutelsat et Astra 1 de la SES S.A pour diffuser au-dessus de l'Europe leurs chaînes en mode clair, c’est-à-dire pour tous, ou alors en crypté pour les seuls ayants droit (abonnement).

Le service public français a lui retenu le satellite Atlantic Bird 3 de l'opérateur Eutelsat pour couvrir les zones non desservies en TNT.

La chaîne francophone CCTV-F est diffusée sur le satellite PAS-10, à destination de l'Europe et de l'Afrique.

En Amérique, les satellites les plus utilisés pour la télé numérique gratuite (« free-to-air ») sont :

  • Galaxie10R (réseaux de télévision locale terrestre américaine) à 123° ouest
  • Intelsat Amérique 5 (Globecast, canaux ethniques) à 97° ouest
  • AMC3 (canaux éducatifs PBS) à 87°W
  • AMC4 (canaux de réseaux américains, quelques canaux ethniques) à 101° ouest

et, pour la télé payante :

  • Nimiq 1,2 (ExpressVu) à 91° ouest et 82° ouest
  • Echostar 6,7,8 (Dish Network) à 119° ouest et 110° ouest
  • DirecTV 1,2,4s à 101° ouest et 119° ouest
  • Anik (StarChoice) à 107° et 111° ouest

Notez que cette liste peut changer à tout moment ; retrouvez la liste complète des signaux de satellite du monde entier : http://www.lyngsat.com

Équipements de réception[modifier | modifier le code]

Antenne satellite à trois têtes : trois positions orbitales différentes, Atlantic Bird à 5° Ouest, Hot-Bird à 13° Est et Astra à 19° Est.

Les éléments de réception comprennent :

La parabole satellite s'installe sur le sol, dans le jardin, dans la cour, sur le balcon, sur le toit ou contre un mur.

Évolutions de l’équipement[modifier | modifier le code]

Dans l'avenir proche, la parabole permettra une liaison « retour » vers le satellite qu'elle capte, sur le principe des moyens professionnels de type « Vsat ». Cette rare liaison dite montante existe déjà en particulier pour les connexions Internet (là où l'ADSL n'est pas accessible). La généralisation permettra de répondre aux nouvelles envies des « satellisés » avec la vidéo à la demande (VOD), la visiophonie et plus d'interactivité combinées à l'accès Internet. Actuellement, certains opérateurs internationaux expérimentent déjà une compatibilité avec les réseaux terrestres de télécommunication comme le Wimax pour cette « voie de retour ».

La miniaturisation des antennes satellite : dès la fin des années 1990, plusieurs industriels se sont inspirés de la technologie militaire pour mettre sur le marché grand public, des paraboles « compactes », des antennes en forme de tube sur le principe du MMDS et des antennes carénées plates. La plus répandue en France est celle qui est commercialisée par l'opérateur Canalsat. Les recherches les plus récentes permettent désormais de rendre presque invisibles les antennes de réception satellite : des plaques équipées de récepteurs omnidirectionnels peuvent être installées sur les toitures des habitations ou dans des parois murales. Enfin, certains revêtements de toits (tuiles) totalement perméables aux ondes satellitaires facilitent désormais l'installation d'une parabole sous un toit (c'était déjà possible mais parfois difficile à cause de l'atténuation des tuiles en terre cuite). Ces divers dispositifs sont spécifiquement adaptés à la réception numérique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]