Internet en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En France, Internet est utilisé par le grand public depuis 1994, mais n'a réellement connu un essor qu'à partir du milieu des années 2000. Depuis 2010, l'on compte 20 millions d'abonnés au réseau (42,3 millions d'internautes), pour 65 millions d'habitants, dont 288 000 lignes à la fibre optique actives[1].

Accès à Internet en France[modifier | modifier le code]

Tableau comparatif[modifier | modifier le code]

Répartition du nombre d'accès Internet à bas, haut et très haut débit sur les réseaux fixes[2] :

Type d'accès Nombre d'abonnements (T3 2012) Évolution par rapport à l'année précédente
Bas débit 249 000 - 27,5 %
Haut débit (DSL, câble, satellite...) 22 141 000 + 5,0 %
Très haut débit (FTTH...) 1 491 000 + 17,2 %

Les débuts[modifier | modifier le code]

Accessible initialement à un nombre réduit d'utilisateurs dans un petit nombre d'entreprises et d'Universités, l'utilisation de l'Internet par le grand public n'a commencé qu'à partir de 1994, et s'est vraiment démocratisé au début du siècle par l'apparition de l'ADSL.

Pendant l'été 1988, l'INRIA se connecte au réseau NSFNet de Sophia Antipolis à Princeton par une liaison satellite louée à France Telecom et MCI. La liaison est opérationnelle le 8 août 1988 et permet aux chercheurs de l'INRIA d'accéder au réseau américain et aux chercheurs de la NASA de consulter la base de données astronomique basée à Strasbourg. C'est la première fois que les réseaux français sont connectés directement à un réseau en utilisant TCP-IP, le protocole de l'Internet. Cela reste limité à la recherche et l'éducation pour quelques années[3],[4].

En 1992, presque simultanément, French Data Network et Altern (par l'intermédiaire du service minitel 3616 ALTERN) ont permis au grand public de se connecter au réseau Internet. L'accès au World Wide Web n'existait pas encore et les services offerts étaient le courrier électronique, les news par le réseau Usenet, l’accès à de nombreuses archives de logiciels et de documentation, et l’accès aux machines du réseau Internet.

Le premier véritable fournisseur d'accès grand public fut WorldNet qui ouvrit ses portes en février 1994 lors du Computer Associates Expo. Ensuite FranceNet lança son service en juin 1994. FranceNet fut fondé par Rafi Haladjian.

Ensuite, suivirent dans l'ordre Calvacom, Internet Way et Imaginet.

AOL eut un grand succès entre 1996 et 2000, grâce à ses CD distribués gratuitement et massivement, puis grâce à des prix intéressants sur le bas débit.

ADSL[modifier | modifier le code]

Article connexe : Haut débit en France.

La France n'a pas été "en retard" (ce qui n'a pas grand sens dans ce domaine, ou relève de la rhétorique d'intérêts particuliers). Au contraire l'usage grand public des réseaux numériques y a démarré plus tôt que dans les autres pays grâce au Minitel. Celui-ci a longtemps rempli ce rôle de façon satisfaisante pour la grande majorité des utilisateurs, malgré le coût relativement élevé des connexions dû au monopole sur les liaisons téléphoniques. En juin 2009 la France occupait la troisième place du classement européen quant au nombre de foyers connectés à Internet, derrière l'Allemagne et le Royaume-Uni qui sont plus peuplés.

En mai 1998, le nombre de foyers français connectés à Internet pouvait être estimé à 570 000 (soit 2,4 % des foyers français), contre 270 000 en mai 1997 et 100 000 en mai 1996[5].

En janvier 2001, 17 % des foyers français étaient connectés à Internet[6]. Fin 2005 ils étaient 40 % et les trois quarts d'entre eux (74 %) étaient abonnés au haut débit[7].

Il y avait en août 2005 13 241 000 abonnés (contre 8 908 000 en août 2004), dont 7 935 900 abonnements « haut débit ». Parmi les différentes technologies de connexion à haut débit, c'est l'ADSL qui rencontre le plus de succès en 2008 et qui connaît la plus forte croissance : 7 410 000 abonnés haut débit sont connectés par l'ADSL, 520 000 par le câble et les 5 900 restants le sont par fibre optique, BLR, ou autre.

En avril 2007, selon Médiamétrie, plus de la moitié des Français sont des internautes[8].

En 2009, le même institut estime que 19,8 millions de personnes se connectent à Internet tous les jours, soit 12,5 % de plus qu'en 2008. Il estime également que les personnes accédant à Internet le font à raison d'une durée moyenne d'une heure 20 minutes par jour, soit près de 10 minutes de plus que l'année précédente[9].

La France vise à atteindre le haut-débit (ADSL) «pour tous» en 2017[10].

Très haut débit[modifier | modifier le code]

Article connexe : Réseau FTTH.

Le très haut débit fait ensuite son apparition dans les zones denses, et s'étend grâce notamment à deux opérateurs historiques: Numericable et Orange.

Toutefois, le coût du déploiement du très haut débit est estimé à 25 milliards d'euros en 15 ans, dont 10 milliards de financements public pour couvrir 50 % du territoire français en 2020. Pour accélérer le passage à la fibre optique, une surtaxe de 6 % sur l'accès à internet par l'ADSL (haut débit) a été mise en place[11].

Le développement du FTTH reste un sujet sur lequel les différents opérateurs restent très prudents dans leurs investissements. À la fin du T3 2012, la France compte 270 000 abonnements au très haut débit en fibre optique jusqu’aux abonnés ; leur nombre a augmenté de 24 000 (+ 9,6 %) au cours du trimestre et de 98 000 (+ 57 %) sur un an.


Ville Orange[12] SFR[13] Free[14] Opérateur d'infra
Abbeville Prévu[15]
Aix-en-Provence Oui[16]
Amiens Prévu[15] CityPlay
Asnières-sur-Seine Oui
Besançon Prévu[17] Syndicat Mixte Lumière
Blagnac À l'étude
Bordeaux Oui Prévu
Boulogne-Billancourt Oui
Chatillon[Lequel ?] Oui
Cherbourg-Octeville Prévu Manchenumerique
Clichy Oui
Gravelines À l'étude Oui Gravelines Networks
Grenoble Oui
Issy-les-Moulineaux Oui
Levallois-Perret Oui Oui
Les Ulis Oui
Lille Oui Prévu
Lyon Oui Oui Prévu
Malakoff Oui
Marseille Oui Oui
Metz Oui
Montauban À l'étude
Montpellier Oui (2012) Oui
Montrouge Oui
Nancy
Nantes Oui À l'étude
Neuilly-sur-Seine Oui
Nice Oui
Nogent sur Marne À l'étude Oui
Paris Oui Oui Oui
Pau Oui
Poitiers Oui
Rennes Oui (2010) Prévu À l'étude
Saint-Lô Oui Oui Manchenumerique
Sarcelles Oui
Strasbourg Prévu Prévu Prévu
Suresnes Oui
Toulouse (7500 abonnées en 2012)[18] Oui Oui[réf. nécessaire]
Valenciennes Oui Oui
Villeneuve-la-Garenne Oui
Villeurbanne Oui Oui
Villiers le bel Oui

En 2012, la société Orange a annoncé le fibrage de nouvelles villes : Montauban et Mulhouse et Schiltigheim, Riom et Saint-Flour.

Cartes sur Google Maps du déploiement FTTH en France :

Nombre d'abonnés à Internet[modifier | modifier le code]

L'Arcep maintient un observatoire sur l'évolution des marchés de gros et de détail, sur les trois axes: bas débit, ADSL, et très haut-débit.

En 2009, d'après les dernières estimations, plus d'un quart des foyers français possèdent un abonnement ADSL.

Statistiques selon Internet World Stats :

Année Internautes Population  % Population
2000 8 500 000 58 879 000 14,4 %
2004 24 848 009 60 293 927 41,2 %
2006 30 837 595 61 350 009 50,3 %
2007 32 925 953 61 350 009 53,7 %
2008 36 153 327 62 177 676 58,1 %
2010 44 625 300 64 768 389 68,9 %

Statistiques selon l'Union internationale des télécommunications :

Pourcentage d'internautes[19]
Année 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
% 36,14 39,15 42,87 46,87 66,09 70,68 71,58 77,28 77,82 81,44 81,92

Les enfants et Internet en France[modifier | modifier le code]

Les enfants de 6 à 13 ans sont de plus en plus connectés et équipés d’outils numériques. Par exemple en 2011 34 % avaient une adresse électronique et 32 % utilisaient la messagerie instantanée, 4 % ayant un compte Twitter et 18 % ayant un compte Facebook (en dépit d'un âge légal de 13 ans)[20]. 18 % des 6-13 ans avaient un ordinateur, 55 % disposaient d'au moins une console de jeu vidéo (et 83 % des 10-13 ans)[20]. 51 % avaient un lecteur mp3 et 23 % un téléphone mobile (5 % avaient un Smartphone)[21]. Un quart des parents (24 %) se juge préoccupé par le temps passé à utiliser des produits électroniques (3 h 14 par jour en moyenne ou 22 h 38 par semaine). 24 % des enfants passent plus de 2h/jour sur leur netbooks et 16 % des jeunes possesseurs de smartphone l'utilisent de 1 à 2h/jour[20].

Les Zones Blanches en France[modifier | modifier le code]

Le nombre de foyers inéligibles à l'ADSL est estimé en France à 500 000. Diverses technologies permettent aujourd'hui de disposer d'Internet par d'autres moyens, dont l'Internet par satellite.

Pour réduire cette fracture numérique, de nombreux départements ont choisi soit de subventionner[22] l'accès Internet par satellite, soit de déployer des réseaux radio, dont le Wimax.

L'État a fait le choix de subventionner quelques opérateurs privés afin de leur permettre de déployer de la fibre optique sur le territoire national.

Fournisseurs d'accès à Internet[modifier | modifier le code]

Sur près de 19,36 millions d'abonnés, les principaux fournisseurs d'accès à Internet (FAI) en France sont[23] :

Réduction de la fracture numérique[modifier | modifier le code]

Ces dernières années, les gouvernements successifs comprennent l'intérêt de réduire la fracture numérique en France et commencent donc à mettre en place des plans de réduction de la fracture numérique, en comptant sur les fournisseurs d'accès Internet par satellite.

Sites Internet les plus visités[modifier | modifier le code]

Selon Médiamétrie
décembre 2007[24]
no  Nom
1 Google
2 MSN/Windows Live
3 Orange
4 Free
5 Yahoo!
6 PagesJaunes
7 eBay
8 Microsoft
9 L'Internaute
10 Wikipédia
11 YouTube
12 Voila
13 Fnac
14 Mappy
15 Dailymotion
16 Amazon
17 Skyrock
18 PriceMinister
19 La Redoute
20 Cdiscount
21 01net
22 commentcamarche.net
23 aufeminin.com
24 voyages-sncf.com
25 AlloCine
26 Alice FR
27 Overblog
28 Doctissimo
29 Blogger
30 Pixmania
Selon Alexa Internet
décembre 2009[25]
no  URL
1 google.fr
2 facebook.com
3 live.com
4 youtube.com
5 google.com
6 msn.com
7 skyrock.com
8 orange.fr
9 yahoo.com
10 free.fr
11 leboncoin.fr
12 wikipedia.org
13 ebay.com
14 dailymotion.com
15 sfr.fr
16 commentcamarche.net
17 bing.com
18 blogger.com
19 L'Internaute
20 jeuxvideo.com
21 over-blog.com
22 eorezo.com
23 pagesjaunes.fr
24 allocine.fr
25 priceminister.com
26 deezer.com
27 laredoute.fr
28 vente-privee.com
29 lequipe.fr
30 cdiscount.com
Selon Alexa Internet
décembre 2011[25]
no  URL
1 Google.fr
2 Facebook.com
3 Google.com
4 YouTube
5 Yahoo!
6 Windows Live
7 Wikipédia
8 Orange.fr
9 Leboncoin.fr
10 Free.fr
11 Blogger
12 Amazon
13 eBay.fr
14 Twitter
15 commentcamarche.net
16 LinkedIn
17 MSN
18 Dailymotion
19 Viadeo
20 OverBlog
21 Megaupload
22 Le Monde.fr
23 Adcash.com
24 PagesJaunes.fr
25 SFR
26 AlloCiné
27 L'Équipe
28 La Redoute
29 t.co : Twitter
30 Programme-tv.net
Selon Alexa Internet
août 2013[25]
no  URL
1 Google.fr
2 Google.com
3 Facebook.com
4 YouTube.com
5 Wikipedia.org
6 Leboncoin.fr
7 Amazon.fr
8 Yahoo.com
9 Orange.fr
10 Free.fr
11 Live.com
12 Linkedin.com
13 eBay.fr
14 Twitter.com
15 commentcamarche.net
16 Lemonde.fr
17 Tumblr.com
18 Allociné.fr
19 sfr.fr
20 Jeuxvideo.com
21 WordPress.com
22 Lequipe.fr
23 Lefigaro.fr
24 Adcash.com
25 Dailymotion.com
26 Delta-search.com
27 Pagesjaunes.fr
28 Meteofrance.com
29 xhamster.com
30 Over-blog.com

Navigateurs web[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Le navigateur le plus utilisé était Internet Explorer quand Microsoft l'avait installé en standard dans Windows 98 ; ce qui a contribué à torpiller le navigateur dominant de l'époque : Netscape Navigator (payant à cette époque, jusqu'à sa version 4 incluse).

À l'heure actuelle[Quand ?], de plus en plus d'internautes choisissent un navigateur alternatif tel que Chrome, opera ou Mozilla Firefox, un logiciel libre très partiellement basé sur le code source du futur Netscape Navigator 5.0, lui-même rendu public par la société Netscape. Les utilisateurs de Mac/OS utilisent principalement le navigateur Safari (intégré à leur OS), mais d'autres navigateurs existent sur cette plateforme.

Noms de domaines[modifier | modifier le code]

C'est l'AFNIC qui est responsable des noms de domaines en .fr (France), .re (île de La Réunion) et .pm (Saint-Pierre-et-Miquelon).

D'autres noms de domaines existent, tels que .gf, pour la Guyane, .nc pour la Nouvelle-Calédonie, .mq pour la Martinique, .yt pour Mayotte, .pf pour la Polynésie française, .gp pour la Guadeloupe, .tf pour les Terres australes et antarctiques françaises ou encore .eu pour l'Union européenne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christophe Lagane, « La France franchit les 20 millions d'abonnés Internet », sur www.silicon.fr,‎ mercredi 5 mai 2010 (consulté le mercredi 5 mai 2010)
  2. Arcep - Observatoire des marchés des communications électroniques en France
  3. [Et Dieu crea l'Internet, Christian Huitema, ISBN 2-212-08855-8, 1995, page 10]
  4. Menjanirina Andrianarisoa, « A brief history of the internet »
  5. Les Échos no 17663 du 10 juin 1998, page 18
  6. Enquête publiée le 24 janvier 2001 par le mensuel informatique SVM.
  7. Un foyer français sur deux équipé d'un ordinateur, ZDNet France. 18/01/2006.
  8. 28 999 300 français de plus de 11 ans ont déclaré s'être connecté à Internet au cours du dernier mois [1], ce qui représente une augmentation de 9 % par rapport à l'an passé.
  9. « Année Internet 2009 : propulsion dans l'ère du temps réel  », communiqué de Médiamétrie, lire en ligne sur mediametrie.com
  10. Guénaël Pépin, « Bataille des opérateurs français sur la fibre optique », sur Le Monde,‎ 27 septembre 2012 (consulté le 8 septembre 2013)
  11. La Rédaction, « L’ARCEP pousse la fibre optique malgré son faible taux d’adoption », sur itespresso.fr (consulté le 8 septembre 2013)
  12. http://abonnez-vous.orange.fr/residentiel/infos/zones-raccordees.aspx
  13. http://neuf.fr/
  14. http://ftth.free.fr/
  15. a et b http://mag.somme.fr/janvier2013/files/assets/basic-html/page17.html
  16. http://www.ariase.com/fr/haut-debit/bouches-du-rhone/aix-en-provence.html
  17. http://bisonteint.net/2012/10/02/une/fibre-optique-ftth-a-besancon-comment-ca-marche/
  18. http://www.ladepeche.fr/article/2012/02/29/1294492-leader-dans-la-region.html
  19. (en)ITU - Free statistics - Union internationale des télécommunications
  20. a, b et c Résumé de l'étude/sondage (juillet 2011) établie par le moteur de recherche de shopping Kelkoo auprès d'un échantillon de 402 parents français.
  21. étude (juillet 2011) financée par le moteur de recherche de shopping Kelkoo
  22. une carte des départements qui offrent une subvention à l'accès Internet par satellite.
  23. Sources diverses - Résumé sur PC INpact : novembre 2009 et mars 2010, communiqués officiels Free, Vivendi pour SFR/Neuf, Orange
  24. Médiamétrie
  25. a, b et c France - Alexa Top 100 Sites

Voir aussi[modifier | modifier le code]