iliad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Iliad

Description de l'image  Iliad Logo.svg.
Création 1991
Dates clés 1999 : création de Free

2002 : offre haut débit avec Free
2004 : introduction en bourse 2008 : rachat d'Alice à Telecom Italia

2012 : Free Mobile
Fondateurs Xavier Niel
Personnages clés Xavier Niel, Maxime Lombardini, Michaël Boukobza, Arnaud de Bermingham, Angélique Berge
Forme juridique Société anonyme
Action Euronext : ILD
Siège social Drapeau de France Paris (France)
Direction Cyril Poidatz[1]
Actionnaires Xavier Niel 59,22 % du capital & 57,44 % pour les droit de vote, Cyril Poidatz 1,65% du capital & 1,21 % pour les droit de vote, Antoine Levavasseur 0,94 % du capital
Activité Télécommunications
Produits Freebox
Filiales Free, Free Infrastructure, Free Mobile, Online (entreprise)[2], One.Tel, Iliad Telecom, Assunet, MCRA, Iliad Free Wimax
Effectif 6 506 (2012)
Site web www.iliad.fr
Capitalisation 7 496 000 000 (2012-12-31)
Chiffre d’affaires en augmentation 3,7 milliards (2013)
+ 19% vs 2012

Iliad est un groupe français de télécommunications présidé par Cyril Poidatz, nommé en mai 2004 à ce poste, en remplacement de Xavier Niel, fondateur du groupe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Télématique : Minitel « rose »[modifier | modifier le code]

En 1991, Xavier Niel achète Fermic Multimedia, un éditeur de services télématiques réservés aux adultes « Minitel rose », créé dans les années 1980 et le rebaptise Iliad[3].

Fournisseur d'accès Internet[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Free (société).

En septembre 1994, Iliad se lance dans le marché de la fourniture d'accès à Internet. Le groupe choisit d'interconnecter ses services télématiques Minitel avec l'Internet exploité par Worldnet, sous l'adresse « 3615 WORLDNET ».

À partir de 1996, Iliad lance le service « 3617 ANNU », une filiale qui développe, produit et commercialise des services d'annuaire inversé.

En 1999, Iliad obtient des licences de télécommunication de type L. 33-1 et L. 34-1, afin d'exploiter son propre réseau de télécommunications et commercialiser des services de télécommunication destinés au public. Dès lors, le réseau Free voit le jour. En 2000, la société d'investissement Goldman Sachs investit 15 millions d'euros dans le groupe. Avec cet apport, Iliad entreprend le déploiement de son réseau de télécommunications et l'interconnexion avec celui de France Telecom. À la même période, l'entreprise cesse ses activités télématiques Minitel, à l'exception de celles opérées par sa filiale « 3617 ANNU ». En décembre 2001, Iliad rachète pour dix ans, la licence d'exploitation de « One.Tel » à l'entreprise britannique Centrica Télécommunications. Le groupe français entend dès lors développer ses recherches pour le développement de son terminal multimédias « Freebox ». C'est à compter de l'année 2001 que la société dégage un résultat net positif.

À l'automne 2002, l'offre « Free haut débit à 29,99 euros par mois » est lancée alors qu'à la même période, l'ensemble de ses concurrents proposent une offre voisine de 45 euros par mois. La même année, Free entreprend le dégroupage des premières lignes à Paris et quitte l'Association française des fournisseurs d'accès et de services Internet. Le dégroupage Free dans les grandes villes de province se déploie dès 2003.

Iliad acquiert Kertel qui devient une filiale spécialisée dans la vente de cartes de télécommunication prépayées. À partir de mars 2003, Iliad devient le deuxième fournisseur Internet DSL français derrière l'opérateur historique France Telecom.

En 2004, l'action Iliad est introduite en Bourse. L'opérateur lance en septembre de la même année, la quatrième version de sa Freebox désormais sous forme de routeur équipé de Wi-Fi. Iliad déploie le dégroupage total dans les grandes villes. En 2005 et en partenariat avec Canalplay de Canal+, Iliad propose la première offre de vidéo à la demande par DSL. Le groupe acquiert de la société de télécommunications Altitude Telecom la licence Wimax nationale exclusive. En mai 2006, la Freebox « version 5 » est équipée d'un disque dur avec fonction PVR, notamment dédié à l'enregistrement audio-vidéo de certains contenus diffusés ainsi qu'un récepteur TNT. Cet équipement permet de capter et restituer les signaux de télévision en haute définition. À l'occasion de ce lancement, une offre de type « illimitée » incluant les appels vers les téléphones mobiles est commercialisée. La Freebox « version 5 » est composée de deux boîtiers séparés, l'un est relié à la ligne téléphonique et selon sa fonction de modem et l'autre à l'écran de télévision pour les fonctions audio/vidéo. Ces deux boîtiers peuvent communiquer sans fil grâce au WIFI MIMO ainsi que via des liaisons de type CPL exploitant le réseau électrique.

Iliad annonce une offre d'accès en fibre optique à très haut débit de type FTTH pour le premier semestre 2007, laquelle conserve le tarif standard de l'offre DSL Free. Dans un premier temps disponible à Paris, cette offre s'étend ensuite progressivement sur quelques grandes villes. Dans le cadre du développement de cette offre, le groupe acquiert la société Citéfibre, spécialisée dans la technologie FTTH.

Le 13 mars 2007, Iliad annonce la nomination de l'un des dirigeants opérationnels du groupe TF1 Maxime Lombardini et le nomme à la Direction du développement du groupe Iliad, pour compenser le départ de Michael Boukobza à la même période[4].

Le 9 juin 2008, Iliad annonce être entré en négociation exclusive avec l'opérateur italien Telecom Italia en vue de la prise de contrôle du fournisseur d'accès à internet Alice pour un montant maximum de 800 millions d'euros. Alice dénombre en 2008, près de 800 000 abonnés, ce qui permet à Free de retrouver sa place de leader d'Internet en France, derrière l'opérateur historique Orange mais devant Neuf Cegetel qui avait pris sa place en 2007[5].

En juillet 2008, Iliad obtient le feu vert des banques pour l'acquisition du FAI Alice. L'opération est finalisée le 26 août 2008 pour un montant de 775 millions d'euros, officialisant ainsi la première grosse acquisition en France sur le marché DSL. Iliad revendique dès lors sa seconde place sur le marché de l'internet haut débit français avec près de 4 millions d'abonnés et une part de marché estimée à 25,5 %[6]. Le redressement financier d'Alice passe toutefois par une réduction des frais de structure, un plan de sauvegarde de l'emploi et donc des centaines de licenciements.

Le 15 novembre 2012, Illiad annonce avoir 5,25 millions d'abonnées haut débit, entre ses offres Free et Alice[7]. Dans ce même communiqué, l'entreprise affirme que 93,8 % de ses abonnés sont dégroupés.

En 2013, Illiad fait part de son intérêt pour l'opérateur américain T-Mobile.

Téléphonie mobile[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Free Mobile.

En décembre 2009, la filiale d'Iliad Free Mobile reçoit l'autorisation de l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) lui permettant de devenir le quatrième opérateur de téléphonie mobile français, après l'opérateur historique Orange, SFR du groupe Vivendi et Bouygues Telecom. La licence s'élève à 240 millions d'euros lui est officiellement attribuée en janvier 2010. L'opérateur doit proposer ses services à partir de l'année 2012, au plus tard. En décembre 2011, Iliad obtient le droit de commercialiser son offre de téléphonie mobile : « Free mobile promet de diviser par deux la facture de téléphone des français ! »[8]. Le mardi 10 janvier 2012, lors d'une conférence de presse que les médias comparent à celle de Steve Jobs pour Apple, Xavier Niel dévoile à la fois les offres commerciales de Free Mobile et sa stratégie dont l'objectif visé consiste à proposer des tarifs compétitifs et une offre dite « sociale » à 2 euros par mois.

Logos[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

Le groupe Iliad détient les sociétés suivantes :

  • Sociétés spécialisées dans l'hébergement internet :
    • Online SAS : hébergeur (deuxième français : 80 000 domaines hébergés, lancé en novembre 1999), proposant aussi le service BookMyName, enregistrement de nom de domaine (société créée le 10 octobre 2000 et fusionné en 2003 avec Online)
    • Dedibox SAS : hébergement dédié (société créée le 21 novembre 2005 et service lancé le 3 mai 2006, fusionnée avec Online en septembre 2009)
    • Iliad Entreprises : société spécialisée dans la conception, construction et exploitation de datacenters haute disponibilité et services d'infogérance de plateformes web
  • Sociétés spécialisées en téléphonie :
    • One.Tel SAS : opérateur de téléphonie fixe (500 000 abonnés fin 2006) créé le 30 juin 1998 et racheté le 22 novembre 2001 suite à la faillite de sa maison-mère australienne)
    • Kedra SAS : service de terminaison d'appels pour professionnels (société créée le 19 octobre 2001 et service lancé en 2002)
    • Free Mobile : téléphonie mobile, qui a obtenu la quatrième licence 3G en France (société créée le 24 juillet 2007).
  • Sociétés spécialisées en fibre optique :
    • Citéfibre SA DIR. : fournisseur d'accès à Internet par fibre optique en France, créée le 12 octobre 2004 et acquise par Iliad le 20 octobre 2006
    • Free Infrastructure SAS (anciennement PN) : société dédiée au développement et à la construction de réseau de fibre optique (lancé en 2006)
    • IRE SAS : société destinées à acquérir des biens ou droits immobiliers ou mobiliers destinés à l’activité en fibre optique (créée le 26 avril 2006)
    • Immobilière Iliad SARL : société ayant pour but l'acquisition de NRO
  • Centres d'appel :
    • Centrapel SAS : service d'assistance téléphonique basé uniquement en France (utilisé notamment pour Free, société créée le 29 décembre 2000)
    • Total Call SARL : service d'assistance téléphonique basé à l'étranger (notamment Casablanca, service lancé le 14 mars 2005)
    • Protelco SAS : support technique (back-office) et gestion des techniciens itinérants issus des équipes de Centrapel (société créée en décembre 2008)
    • Mobipel : service d'assistance téléphonique basé en France créer en 2012.
  • Anciennes sociétés et services :
    • Liberty Surf Group SAS : société holding rachetée à Telecom Italia le 28 août 2008 pour son activité de FAI sous la marque Alice. L'activité de fournisseur d'accès Telecom Italia SAS a fusionné avec la société Free en décembre 2008 et la société Intercall SA a été cédée en novembre 2008.
    • SCT (Security Concept and Technology) : cabinet de consultants spécialisés dans la sécurité informatique (notamment via 36 17 SCT) (lancé en octobre 1992 et arrêté en 2000)
    • SCT World-NET : fournisseur d'accès à Internet (lancé en 1993 et revendu à Kaptech en 2000)
    • 36 14 FREE (anciennement 36 15 WORLDNET) : service de news, de messagerie électronique, de dialogue en direct... par minitel (lancé en 1994 et arrêté en 2000)
    • Linx : opérateur de réseau et de services de télécommunications
    • emploi.com : site de recrutement en ligne
    • dir.com : moteur de recherche, lancé en 2005 et plus accessible depuis 2012
    • Fermatel : transporteur de télécommunication international
    • Proxad : ancien éditeur des services Online et Free
    • Free Télécom : ancienne filiale de Free qui gérait le réseau de Free et proposait un forfait RTC ou Numéris de 50 francs/mois de communications avec si dépassement du forfait 14 centimes/minute (société créée en janvier 1999)
    • FOM (Fermic Online Malagasy) : spécialiste des traitements de données online
    • DVD.fr : vente de DVD en ligne
    • conventel.com : site d'information sur les conventions collectives
    • Salanga : régie publicitaire.
    • Societe.com : premier service gratuit de diffusion des informations légales et financières sur les entreprises françaises (lancé le 16 décembre 1999)
    • 118 818 : service de renseignements téléphoniques, dont l'accès est gratuit (sauf annuaire inversé et transfert direct) depuis le réseau France Télécom et depuis la téléphonie Freebox. (lancé en avril 2006, arrêté en octobre 2006[10])
    • Kertel : cartes prépayées (deuxième français : 7,5 millions de cartes vendues en 2004), racheté à PPR en janvier 2003 et revendu à Proximania en février 2007.

En juillet 2012, Iliad arrête l'activité de sa filiale de jeux de cercles et de paris en ligne Iliad Gaming[11].

Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

En décembre 2011 [12]:

Anciens membres :

  • Antoinette Willard, administrateur indépendant
  • Dominique Roux, ancien membre du conseil d'administration (démission annoncée avec effet immédiat le 10 mai 2007[13]). Sa nomination à la Direction des activités WiMax du groupe Bolloré est probablement la cause de cette démission, même si le communiqué de presse sur le site d'Iliad évoque la signature d'une charte de déontologie applicable aux membres et anciens membres de l'ARCEP.
  • Shahriar Tadjbakhsh, ancien membre du conseil d'administration (démission annoncée le 5 janvier 2007[14] suite à sa nomination à un nouveau poste chez Goldman Sachs le 30 novembre 2006[15])
  • Jean-Louis Missika, ancien vice-président du conseil d'administration

Données financières[modifier | modifier le code]

Principaux actionnaires[modifier | modifier le code]

En décembre 2012[16] :

Résultats en million d'euros[modifier | modifier le code]

Année 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
CA 46,6 41,6 80,8 160,3 293,0 491,4 724,2 935,1 1212,4 1565,0[17] 1954,5 2038,3 2122,1 3153,3 3747,9
Résultat net 6,7 18,1 10,9 23,8 33,9 40,7 68,9 120,6 150,2 100,4[18] 175,9 313,1 251,8 186,5 265,4

Données boursières[modifier | modifier le code]

Cours de l'action
  • Actions cotées à la Bourse de Paris
  • Membre de l'indice CAC Mid 100
  • Code Valeur ISIN = FR0004035913
  • Nom abrégé = ILD
  • Valeur nominale =

Effectifs[modifier | modifier le code]

Évolution des effectifs d’Iliad[19]

Date Cadres Non cadres Total
31 décembre 2006 177 1600 1777
31 décembre 2007 171 2241 2412
31 décembre 2008 624 3574 4198
31 mars 2009 648 3512 4160
31 décembre 2010 --- --- 4355
31 décembre 2011 --- --- 5655
31 décembre 2012 --- --- 6506
31 décembre 2013 --- --- 7000/7200

Nombre d'abonnés ADSL[modifier | modifier le code]

Évolution des abonnés ADSL du FAI Free, filiale d’Iliad[20]

Date

Abonnés ADSL

Abonnés dégroupés (%)

31 décembre 2004 1 064 000 53,2
31 décembre 2005 1 595 000 70,2
31 décembre 2006 2 278 000 75,9
31 décembre 2007 2 904 000 81,5
31 décembre 2008 4 224 000 78,7
31 décembre 2009 4 452 350 85,4
31 décembre 2010 4 534 000 89,2
31 décembre 2011 4 849 000 92,2
31 décembre 2012 5 364 000 94,1
31 décembre 2013 5 640 000 94,8

Ratio d'endettement du groupe[modifier | modifier le code]

Évolution du ratio d'endettement du groupe Iliad[20]

Date

Endettement Groupe

31 décembre 2008 1,7x
31 décembre 2009 1,01x
31 décembre 2010 0,87x
31 décembre 2011 1,16x
31 décembre 2012 1,16x
31 décembre 2013 0,85x

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]