Mannesmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mannesmann AG est un cartel industriel allemand.

Siège social de Mannesmann, à Düsseldorf, dans un immeuble construit, en 1911 et 1912, par l'architecte Peter Behrens

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

L'histoire du groupe industriel Mannesmann remonte aux frères Max Mannesmann (1857-1915) et Reinhard Mannesmann (de) (1856-1922), de Remscheid. En 1885 ils inventent le premier procédé pour la production de tubes d'acier sans soudure, à partir de rouleaux, le processus de laminage à cylindres obliques. Avant d'y parvenir, ils ont expérimenté pendant des années dans la firme dirigée par leur père, Reinhard Mannesmann senior (1814-1894), la société A. Mannesmann, fondée en 1776 par Arnold Mannesmann, actuellement A. Mannesmann Maschinenfabrik GmbH, à Remscheid-Bliedinghausen. Reinhard Mannesmann senior, est convaincu de l'utilité de l'invention de son fils. Il créé, avec plusieurs bailleurs de fonds, des usines pour la production de tubes en acier sans soudure, à Bous, en 1886, Chomutov, en Bohême, en 1887), Landore, au Royaume-Uni, en 1887, et Remscheid, en Allemagne, en 1888. Ces usines connaissent cependant rapidement des difficultés financières, notamment parce que le processus n'est pas encore prêt pour la production industrielle. La percée technique définitive des frères Mannesmann n'a lieu qu'en 1890, avec l'invention, par Max Mannesmann, du soudage « à pas de pèlerin », grâce auquel on obtient industriellement, avec des rouleaux inclinés, des tubes à paroi épaisse à partir d'acier commercial. La combinaison des deux procédés est connu mondialement sous le nom de procédé Mannesmann.

Les problèmes financiers dus aux difficultés techniques initiales sont alors résolus et un nouvel essor commence en 1890, avec la fondation du cartel. Le 16 juillet de cette année-là, les usines de production de tuyaux existantes sont regroupées, à l'exception de l'usine britannique, dans la Fabrique austro-allemande de tubes Mannesmann (Deutsch-Österreichische Mannesmannröhren-Werke AG), dont le siège social est à Berlin. L'usine anglaise rejoint le consortium quelques années plus tard. En 1893, la direction de la firme s'installe à Düsseldorf, où le siège social est déménagé ensuite. Düsseldorf est alors le centre de la sidérurgie allemande. Reinhard et Max Mannesmann démissionnent du conseil d'administration, puis, quelques années après, du conseil de surveillance. Au début du XXe siècle, la société commence la production de tubes d'acier soudés.

Les tuyaux Mannesmann sont alors utilisés par de nombreuses entreprises. En 1890 déjà, Siemens construit, dans le Caucase, le premier oléoduc moderne au monde avec des tuyaux Mannesmann. Ces derniers sont aussi utilisés pour l'adduction d'eau, les gazoducs et oléoducs, ainsi que les lampadaires.

En 1908, l'entreprise est rebaptisée Usine de tuyaux Mannesmann (Mannesmannröhren-Werke AG). Dans les décennies qui suivent, la firme va consacrer ses efforts à s'affranchir de sa dépendance envers les entreprises sidérurgiques, en développant un cartel vertical du fer et de l'acier. Elle prend le contrôle de mines de fer et de charbon et construit ses propres aciéries à Saarbrücken, Gelsenkirchen et Duisbourg-Huckingen. Viennent ensuite des usines de machines-outils et des entreprises de canalisations, ainsi que les premiers investissements dans les industries de transformation. En outre, l'entreprise possède sa propre compagnie maritime, afin d'assurer le transport de ses produits.

Seconde Guerre mondiale et après-guerre[modifier | modifier le code]

Lors de la Seconde Guerre mondiale, les travailleurs des usines et des mines possédées par Mannesmann mobilisés furent remplacés par des prisonniers de guerre russes et polonais et des travailleurs français issus du STO[1].

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le cartel Mannesmann, comme tous les autres grands cartels industriels allemands, est démantelé par les Alliés. Le cartel est partagé en trois entreprises indépendantes : Mannesmann AG, Consolidation Bergbau AG et Stahlindustrie und Maschinenbau AG. Cela est censé empêcher une concentration industrielle jugée excessive. L'Usine de tuyaux Mannesmann (Mannesmannröhren-Werke AG) est mise en liquidation. Mais les entreprises résultant du partage ne sont pas industriellement viables, elles sont de nouveau réunies en 1955, sous la direction de Mannesmann AG.

L'accord avec les Charbonneries de la Ruhr et Thyssen[modifier | modifier le code]

En 1960, Mannesmann AG, avec ses filiales nationales et étrangères, compte environ 76 700 salariés et a un chiffre d'affaires de 4,57 milliards de Deutsche Mark. C'est un des groupes industriels les plus connus d'Allemagne. Elle entreprend, vers la fin des années 1960, une profonde réforme structurelle. Les mines de charbon sont cédées aux Charbonneries de la Ruhr (Ruhrkohle AG). En 1969 et 1970, Mannesmann et Thyssen mettent au point une répartition des tâches. Hormis ses propres entreprises, Mannesmann abandonne à Thyssen ses filiales travaillant à la fabrication de l'acier et de la tôle. Thyssen, en échange, cède à Mannesmann ses entreprises de fabrication de tuyaux et de pose de canalisations. La production de tuyaux est concentrée dans l'entreprise Usine des tuyaux Mannesmann (Mannesmannröhren-Werke AG), reconstituée pour l'occasion. Les activités de Mannsemann et Thyssen dans le domaine de la pose de tuyaux et de la construction de réseaux sont regroupées dans Mannesmann Rohrbau AG, qui devient, par la suite, Mannesmann Anlagenbau AG. Dans les années 1970, la Deutsche Bank finance la production et l'exportation par Mannesmann des éléments qui servent à construire les gazoducs en Union soviétique, et, en échange, le cartel Ruhrgas est approvisionnée en gaz naturel par l'Union soviétique, grâce à un accord de troc.

La diversification[modifier | modifier le code]

Parallèlement, le cartel Mannesmann investit dans de nouvelles activités afin de se diversifier. Dans le domaine de la construction industrielle et de machines, les entreprises Rexroth, Demag et Krauss-Maffei sont acquises par le groupe, ainsi que les équipementiers automobiles Kienzle Apparate, Fichtel & Sachs, VDO et Boge. Mannesmann se lance aussi sur le marché du cycle, en prenant le contrôle des constructeurs Kronprinz AG et Hercules-Fahrrad, auxquels s'ajoutent Fichtel & Sachs.

L'entreprise au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Mannesmann est rachetée, en 2000, par le conglomérat britannique de télécommunications mobiles Vodafone.

Ancien gratte-ciel Mannesmann (de), à Düsseldorf, construit en 1958 par l'architecte Paul Schneider-Esleben

Structure juridique[modifier | modifier le code]

Mannesmann est une société par actions, faisant partie de l'Indice boursier allemand DAX. Son siège est à Düsseldorf (Allemagne).

Production[modifier | modifier le code]

Mannesmann produit des véhicules utilitaires, certains équipés de moteurs Basse und Selve.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]