Institut national des sciences appliquées de Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Logo INSA Lyon 2014.png
Devise L'imagination technologique
Informations
Fondation 1957
Fondateur Jean Capelle
Type École d'ingénieurs (EPSCP)
Budget 162,3 millions d'euros[1]
Localisation
Coordonnées 45° 46′ 53″ N 4° 52′ 20″ E / 45.78126, 4.8722145° 46′ 53″ Nord 4° 52′ 20″ Est / 45.78126, 4.87221  
Ville Villeurbanne
Pays Drapeau de la France France
Campus LyonTech - La Doua
Direction
Directeur Éric Maurincomme
Chiffres clés
Personnel 620[2]
Enseignants 600 enseignants et enseignants-chercheurs[2]
Étudiants 5 440[2]
Divers
Affiliation CGE, CDEFI, AGERA, INSA, CESAER
Site web http://www.insa-lyon.fr

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

(Voir situation sur carte : métropole de Lyon)
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Géolocalisation sur la carte : Villeurbanne

(Voir situation sur carte : Villeurbanne)
Institut national des sciences appliquées de Lyon

L’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon est une grande école d’ingénieur française.

Créée par Jean Capelle, alors recteur de l'université de Dakar et par le philosophe Gaston Berger, en application de la loi de création du 18 mars 1957, et ouverte le 12 novembre 1957.

L'école se situe sur le campus LyonTech - La Doua à Villeurbanne.

Son offre de formation comprend, outre la formation d'ingénieur d'une durée de cinq ans, onze masters recherche, dix Mastères spécialisés, huit écoles doctorales et de nombreuses formations courtes (formation continue).

Présentation générale[modifier | modifier le code]

Une naissance en pleine expansion industrielle[modifier | modifier le code]

Années 1950. La France est en pleine expansion industrielle et manque malheureusement d'ingénieurs et de techniciens. Au regard des États-Unis qui diplôment 29 000 ingénieurs en un an, la France, elle, n'en a formé que 4 500. Nous sommes en 1955 et dans certains milieux concernés, il est temps de lutter contre la pénurie de main d'œuvre qualifiée. La ville de Lyon se démarque en affichant la volonté de réaliser un grand centre de formation scientifique et de recherche. Les plus avérés sont convaincus de la relation entre une bonne formation des cadres et l’avenir économique régional. Deux figures locales vont porter haut les couleurs d'un modèle de formation unique et innovant : le recteur Jean Capelle et le philosophe Gaston Berger,. Ces deux humanistes vont marquer l'avènement d'une nouvelle conception d'enseignement des ingénieurs et imaginent une école, ou plutôt un institut : l'Institut National des Sciences Appliquées, INSA.

Dans la ligne du projet Joubin de 1917, et sous la pression du Commissariat au Plan comme des élites lyonnaises, Gaston Berger, directeur général de l'enseignement supérieur, propose de rassembler l'enseignement supérieur scientifique et technique de Lyon sur le site de la Doua. "L’Insa" doit y former 1000 ingénieurs et 1000 techniciens par an, et les écoles lyonnaises en deviendront des départements spécialisés[3].

Cette volonté place l'École centrale de Lyon comme l'École Supérieure de Chimie Industrielle dans une position délicate. Un compromis est trouvé : le Pr Comparat (ECL) dirigera le département Mécanique, et le Pr Prettre (ESCIL) dirigera le département Chimie, en attendant la convergence des établissements.

À partir de février 1957, les 100 hectares du terrain de la Doua sont progressivement libérés par les trois organismes qui se les partageaient : l’armée, sa locataire la Société Hippique de Lyon, et les PTT qui avaient là leur relais de radio-télécommunications. Pour la première rentrée en 1957, il fallut construire directement sur un terrain non encore transféré, sinon le futur Institut, du moins les bâtiments nécessaires à une première promotion de 300 élèves[4].

Si le pari d’ouvrir l’Institut dès le mois de novembre 1957 a été tenu, cela était dû pour une bonne part à des innovations dans les méthodes de travail adoptées par les réalisateurs.

La construction fut donc éclair, les plans des bâtiments furent tracés presque à mesure qu’ils se construisaient. L’architecte était M. Jacques Perrin-Fayolle, Premier Grand Prix de Rome (architecture).

Statut[modifier | modifier le code]

L’INSA Lyon a le statut d’EPSCP[5] et est membre fondateur de l'université de Lyon[6].

L’établissement est constitué de 10 départements correspondant aux 12 spécialités de second cycle.

Formation[modifier | modifier le code]

Ingénieur[modifier | modifier le code]

L’INSA Lyon propose un certain nombre de formations d’ingénieurs habilitées par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche après l’avis de la commission des titres d'ingénieur[7]:

Admission[modifier | modifier le code]

La procédure d’admission est commune à tous les instituts nationaux des sciences appliquées. On peut intégrer l’école après le baccalauréat S, STI2D ou STL ou des diplômes équivalents d’autres pays[8]. Des procédures existent également pour intégrer l’école en troisième ou quatrième année. C'est la seule école du groupe à ne pas intégrer d'élèves en deuxième année.

Premier cycle[modifier | modifier le code]

Depuis 1969, le premier cycle est constitué de deux années d’enseignements fondamentaux. Les élèves-ingénieurs reçoivent une formation scientifique de base, incluant travaux pratiques en équipe ainsi que sciences humaines (langues, communication management, etc). Cela leur permet ensuite de s’orienter vers une des 12 filières de second cycle. La première année de ce premier cycle est probatoire. Dans ce cycle, certaines filières sont internationales[9] (EURINSA, AMERINSA, ASINSA, SCAN[10]).

Nous retrouvons aussi la filière FAS constituée d'une 20ène d'élèves venant d'un baccalauréat STI2D et STL depuis maintenant 15 ans.

Second cycle[modifier | modifier le code]

Le second cycle a une durée de trois ans; les étudiants ont le choix entre les 12 filières proposées[11] : Biochimie et Biotechnologies (BB) ; BioInformatique et Modélisation (BIM) ; Génie civil et urbanisme (GCU) ; Génie électrique (GE) ; Génie énergétique et environnement (GEN) ; Génie mécanique conception (GMC) ; Génie mécanique développement (GMD) ; Génie mécanique procédés plasturgie (GMPP) ; Génie Industriel (GI) ; Informatique (IF) ; Science et Génie des Matériaux (SGM) ; Télécommunications, Services et Usages (TC).

Quatre formations sont proposées par la voie de l'apprentissage[12] : Génie Mécanique Procédés Plasturgie (GMPP), Génie Mécanique Conception et Innovation de Produits (GMCIP), Génie Électrique (GEAL) et Télécommunications (TC).

Recherche et relations industrielles[modifier | modifier le code]

Unités de recherche[modifier | modifier le code]

L’INSA Lyon compte 13 unités de recherche en rattachement principal, et 7 en rattachement secondaire ; ces unités sont pour la plupart des UMR avec le CNRS. L’INSA Lyon est l’établissement support de 2 écoles doctorales, est cohabilitée pour 6 autres, et est associée à une dernière[13] .

INSAVALOR, filiale de l’INSA Lyon, a pour mission principale le transfert et la valorisation des activités de recherche menées par les 20 laboratoires de recherche[14].

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

L'INSA Lyon a une capacité d'hébergement de 3 200[15] étudiants dans ses onze résidences et dispose de services de restauration. On compte quatre restaurants : un grill (Le Grillon), une pizzeria (L'Olivier), un restaurant traditionnel (Castor et Pollux) et un restaurant à emporter (Le Prévert). L'INSA Lyon est l'école organisant le plus grand festival étudiant de France, appelé Les 24h de l'INSA, organisé chaque année durant le mois de mai. Il a ainsi accueilli des groupes tels que Shaka Ponk, Skip The Use, Housse de Racket ces dernières années. Les insaliens sont aussi conviés à l'un des plus grand Week-End d'Intégration (WEI) de France, et au High Five (rassemblement sportif des 5 INSA).

Associations[modifier | modifier le code]

Associations d'élèves[modifier | modifier le code]

La vie associative (140 associations) est articulée autour du Bureau des Élèves INSA Lyon[16]. Les étudiants disposent d'une Maison des Étudiants d'environ 1 000 m², leur proposant de nombreux services (épicerie, coiffeur, imprimerie, etc) et occasions de détente (organisation de soirées, bar, etc). C'est aussi le Bureau des Élèves qui organise l'intégration des nouveaux étudiants[17].

Parmi les événements étudiants les plus importants du campus figurent le Forum Rhône-Alpes, la semaine de solidarité du Karnaval Humanitaire, le Raid INSA Lyon, le Cross, le Gala INSA Lyon mais aussi des associations plus ancrées dans la dimension internationale de l'INSA Lyon, notamment avec l'Aceimi (Association des chercheurs et des élèves ingénieurs marocains à l'INSA), la Semaine Asiatique…

Le campus est aussi marqué chaque année par les 24 heures de l'INSA, une importante manifestation étudiante (50 000 spectateurs pour l'ensemble des 3 soirées de concerts organisés, les courses et les animations). Enfin, l'association des anciens élèves dispose d'un local sur le campus de l'école. Des projets ponctuels voient également le jour : en 2007, le projet SOL'R (conception d'un dirigeable solaire pour traverser la manche), ou encore en 2010, INSA Perch'formance, étape du Perche Elite tour.

Forum Organisation, une association au plus proche du monde du travail[modifier | modifier le code]

Depuis 1985, Forum Organisation (50 membres, 2 salariés) rapproche les étudiants des entreprises. Tout d'abord à travers le Forum Rhône Alpes (200 entreprises, 6000 visiteurs). Et plus récemment grâce au Forum CATALYZ (25 entreprises, 10000 visiteurs), premier forum de recrutement en ligne pour les grandes écoles.

L'association joue aussi un rôle d'orientation à travers des événements de conseil et d'orientation, toujours au plus proche des entreprises (Orient'oi, Journée Objectif ingénieur...).

Junior-Entreprise,[modifier | modifier le code]

ETIC INSA Technologies[18] est la Junior-Entreprise de l'INSA Lyon. Elle permet aux entreprises de faire appel aux compétences des étudiants de l'INSA Lyon pour réaliser des projets aussi bien innovants que productifs.

L'association des Ingénieurs INSA Lyon[modifier | modifier le code]

L'association des anciens de l'INSA Lyon (AIDIL) est située sur le campus même de l'école témoignant du lien étroit avec les élèves ingénieurs encore en formation[19].

Les associations d'anciens élèves INSA sont organisées territorialement, ce sont "les Fédérations". Les fédérations comptaient, fin 2008, environ 50 000 ingénieurs [20] : emplois, réseaux, entraide, organisation de meetings… sont les principales actions de l'association des anciens élèves. Le tutoiement entre ingénieurs INSA est de coutume, à l'initiative du plus ancien lorsque deux ingénieurs de l'école se rencontrent.

L'insatiable[modifier | modifier le code]

Le journal de l'INSA de Lyon a été créé en décembre 1984, il paraît cinq fois par an, le mercredi précédant chaque période de vacances. Ce journal gratuit est tiré à 3200 exemplaires. Son emblème est un petit personnage appelé « la flamme », et ses rédacteurs se présentent souvent sous le pseudonyme d’Alain Satiable[réf. nécessaire][21].

Sa ligne éditoriale mêle opinion, satire et investigation sur les événements de l'école. Le journal est composé de rubriques fixes, comme les deux colonnes de potins alimentées par les élèves et relatant des anecdotes de cours, le dossier signé par la rédaction sur un thème propre à chaque numéro et les pages "humeurs" et "tribune" dans lesquels les rédacteurs écrivent sur le sujet de leur choix. Les pages Insanités et Mondanités parlent exclusivement de la vie sur le campus, dans l'associatif ou dans l'école. Enfin, la page 8 a une visée humoristique.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Enseignants[modifier | modifier le code]

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Parmi les personnalités vivantes, ingénieurs INSA et en vue aujourd'hui dans des secteurs variés, on peut citer à titre d'exemple:

  • Jean Guénard, ancien Président d'Eiffage Travaux Publics, Président de la Fondation INSA
  • Christian Nibourel, PDG d'Accenture France et Benelux
  • Jacques Richier, PDG d'Allianz France
  • Alain Donzeaud, Secrétaire Général de CAP GEMINI
  • Pierre-Yves Cros, directeur du développement de CAP GEMINI
  • Philippe Fabié, DG Délégué Bouygues Construction
  • Thierry Tingaud, PDG de ST Microelectronics SA
  • Marc Lassus, Fondateur puis PDG de GEMPLUS
  • Robert Cohen, PDG Sully Group
  • Eric Maurincomme, directeur INSA Lyon et Président du groupe INSA
  • Olivier Roussat, PDG de Bouygues Télécom
  • Sophie Breton, DG d'Hager Group France
  • Vincent Rivière, DG de Business & Decision France, Suisse et Maurice
  • Pascale Witz, vice-président exécutif divisions globales & développement commercial stratégique de Sanofi
  • Jean-Philippe Bainier, Directeur des Opérations de la Division Production Nucléaire d'EDF
  • Spas Balinov et Stanislaw Ostoja-Starzewski, fondateurs de Novanano
  • Jonathan Coeffic, médaillé de bronze aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008
  • Hélène Moreau-Leroy, PDG d'Hispano-Suiza
  • Nicolas Rognin, scientifique et inventeur français aux États-Unis
  • Jean-Christophe Péraud, médaillé d'argent aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008, deuxième du Tour de France 2014
  • Bertin Nahum, Président & CEO Medtech
  • Olivier Tisseyre, Fondateur & Deputy Chief Executive Officer Amaris
  • François Gabart, vainqueur Vendée Globe 2013 et Route du Rhum 2014
  • Sara El Bekri, demi finaliste aux JO 2012 en natation.

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

En septembre 2014, les six INSA de France adoptent de même logotype.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Agence d'Évaluation de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur (AERES), AERES-S1-INSA Lyon, rapport d'évaluation,‎ , 40 p. (lire en ligne)
  • René Borel, L'avènement de l'INSA, Villeurbanne, Association des Anciens Elèves de l'INSA Lyon,‎ , 174 p. (OCLC 406677002)

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Classement 2010 des écoles d'ingénieurs: Lyon dans le top 10, Only Lyon, 26 février 2010, Camille Lenoble
  2. a, b et c « Carte d'identité », sur www.insa-rouen.fr
  3. « Création campus de la Doua », sur http://histoire.ec-lyon.fr
  4. | Histoire de la construction de l'école| http://www.insa-lyon.fr
  5. Article D715-3 du code de l’éducation
  6. Décret no 2007-386 du 21 mars 2007 portant création de l'établissement public de coopération scientifique Université de Lyon
  7. Arrêté du 13 janvier 2014 fixant la liste des écoles habilitées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé sur www.legifrance.gouv.fr
  8. « S’inscrire en première année », sur http://admission.groupe-insa.fr/
  9. « Premier cycle », sur www.insa-lyon.fr
  10. « Site de la filière internationale SCAN INSA de Lyon », sur www.scantheweb.fr
  11. « Second cycle », sur www.insa-lyon.fr
  12. « Ingénieur par apprentissage », sur www.insa-lyon.fr
  13. « Annuaire des formations doctorales et des unités de recherche », sur education.fr (consulté le 20 mars 2014).
  14. Site officiel INSAVALOR, Insavalor
  15. Carte d'identité de l'INSA de Lyon Insa Lyon
  16. Site de la Vie Associative de l'INSA Lyon.
  17. Présentation du Bureau des Élèves sur le site officiel de l'INSA Lyon.
  18. « ETIC INSA Technologies », sur http://www.etic-insa.com
  19. Site de l'association des anciens insaliens, Ingénieur-Insa.fr
  20. Le Réseau Ingénieur INSA, Ingénieur-Insa.fr
  21. « L'Insatiable », sur Site du journal étudiant (consulté en 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]