Eiffage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Eiffage

alt=Description de l'image Eiffage.svg.
Création Fougerolle: 1844 - Eiffage: 1992
Personnages clés Jean-François Roverato, Pierre Berger
Action Euronext : FGR
Siège social Drapeau de France Asnières-sur-Seine (France)
Actionnaires Salariés (26,2 %), FSI (20 %), Eiffaime (8,3 %), Groupama (6,2 %), Actions en propre (3,5 %), Public (35,8 %)
Filiales Eiffage Construction, Eiffage Travaux Publics, Eiffage Concessions, Eiffage Energie, Eiffage Construction Métallique, Clemessy
Effectif 68 591
Site web www.eiffage.com
Chiffre d’affaires 14 035 millions d'euros (2012)
Résultat net 220 millions d'euros (2012)

Eiffage est le troisième groupe de BTP et concessions français[1], derrière Vinci et Bouygues, et le cinquième groupe européen[1]. Eiffage rassemble 69 000 collaborateurs autour de cinq métiers : concessions et PPP, construction, travaux publics, énergie et métal[2]. Eiffage réalise un chiffre d’affaires consolidé de 14 milliards d’euros dont 15% à l'étranger.

Histoire[modifier | modifier le code]

SAE, Fougerolle, Quillery, etc[modifier | modifier le code]

En 1844, la société de BTP Fougerolle est créée. En 1850, la société Eiffel, spécialisé dans la construction métallique, est créée à son tour. En 1897, la société Force et Lumière électriques (Forclum) est créée. En 1924, la Société Auxiliaire d'Entreprises Electriques et de Travaux Publics (SAE), spécialisée dans le BTP, est créée. En 1985, Forclum est intégré dans Fougerolle. En 1990, Eiffel est acquis par SAE. En 1990, Fougerolle est acquise par ses salariés (RES).

Eiffage[modifier | modifier le code]

En 1993, le rapprochement de Fougerolle et SAE donne naissance à Eiffage. En 2000, SAE, Fougerolle et Quillery fusionnent pour créer Eiffage Construction.

En 2005, l'État choisit le consortium Eiffage / Macquarie pour reprendre ses participations dans APRR (Autoroutes Paris-Rhin-Rhône). En 2006, Eiffage Travaux Publics, qui réunit Appia et Eiffage TP, devient la branche routière et génie civil d'Eiffage. En 2007, Eiffel acquiert la société allemande KSH. Eiffage Concessions vend sa participation dans Cofiroute (plus-value de 667 millions d'euros).

En 2008, le conseil de communauté de Lille Métropole Communauté urbaine retient à 82 % des voix le projet proposé par Eiffage pour le Grand Stade Lille Métropole.

En 2008, la cour d'appel de Paris rend son jugement dans l'affaire Sacyr-Eiffage qui paralyse le capital de la société depuis deux ans. La Cour d'appel condamne Sacyr pour action de concert avec d'autres actionnaires espagnols, mais le décharge de l'obligation de déposer une OPA sur le restant du capital de la société.

En 2008, Eiffage achète le groupe Clemessy ainsi que Crystal à Dalkia du groupe Veolia. En 2009, Eiffage reprend l'allemand Heitkamp Rail au néerlandais Heijmans[3].

Activités[modifier | modifier le code]

Concessions et partenariats public-privé 
Eiffage Concessions est constructeur-concessionnaire d’autoroutes et de grands ouvrages d’infrastructures, d’équipements publics, de bâtiments et d’aménagements urbains. APRR et AREA exploitent les autoroutes et les ouvrages à péage qui leur ont été concédés par l’État. Parmi les participations d'Eiffage Concessions, il y a notamment la Compagnie Eiffage du Viaduc de Millau, Héveil (Centre hospitalier sud-francilien), l'autoroute Norscut au Portugal, Eiffage Connectic 78 (réseau haut-débit dans les Yvelines), Elisa (Grand Stade Lille Métropole)[2].
Construction 
Eiffage Construction réunit l’ensemble des métiers liés à l’aménagement urbain, la promotion immobilière, la construction, la maintenance et le facility management[2].
Travaux Publics 
Eiffage Travaux Publics maîtrise l’ensemble des métiers liés à la construction routière et ferroviaire, au génie civil, à l’assainissement et aux terrassements, et se range également parmi les premiers fournisseurs de granulats, liants et enrobés en France et en Espagne[2].
Énergie 
Clemessy et Eiffage Énergie, spécialisées dans le génie électrique, le génie climatique et l’automatisation des process, travaillent à la conception, la réalisation, l'exploitation et la maintenance d’installations « multitechniques »[2].
Métal 
Eiffage construction métallique est active dans la construction métallique à travers Eiffage Construction Métallique (ouvrages d'art, façades, offshore) et dans les marchés privés industriels à travers Eiffel Industrie (mécanique, chaudronnerie, maintenance industrielle, bâtiments, robinetterie et tuyauterie) [2].

Implantations[modifier | modifier le code]

En dehors de ses activités d'exportation, Eiffage est également implanté de façon permanente dans plusieurs pays hors de France[2] :

  • Europe : Benelux, Allemagne, Pologne, République tchèque, Italie, Espagne, Portugal
  • Afrique : Sénégal

Réalisations notoires[modifier | modifier le code]

Dirigeants[modifier | modifier le code]

  • Pierre Berger, président-directeur général d'Eiffage
  • Jean-François Roverato, Vice-président, administrateur référent d'Eiffage
  • Béatrice Brénéol, présidente du conseil d'administration de la Sicav d'actionnariat salarié Eiffage 2000 (Salariés Actionnaires)
  • Thérèse Cornil, présidente du Conseil National de Valorisation Ferroviaire (CNVF)
  • Laurent Dupont, administrateur représentant les salariés actionnaires
  • Bruno Flichy, président d'honneur et administrateur du Crédit du Nord
  • Jean Guénard, président d'Eiffaime
  • Jean-Yves Gilet, directeur général du Fonds Stratégique d'Investissement (FSI)
  • Marie Lemarié, directeur des investissements de Groupama
  • Dominique Marcel, président-directeur général de la Compagnie des Alpes
  • Demetrio Ullastres, président d'Abertis Airport

Condamnations[modifier | modifier le code]

  • Eiffage a été condamné à une amende de 960 000 euros par l'Autorité de la concurrence pour entente dans le cadre de l'acquisition d'un marché de reconstruction des miradors de la prison de Perpignan [1]

Effectif[modifier | modifier le code]

68 591 collaborateurs au 31 décembre 2012 (hors intérimaires)[2].

Chiffre d'affaires et résultat en millions d'euros[2][modifier | modifier le code]

Année 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
Chiffre d'affaires consolidé 10 745 12 596 13 226 13 233 13 330 13 732 14 035
Résultat net part du groupe 377 993 293 190 232 205 220

Répartition du chiffre d'affaires par métier (2012)[2][modifier | modifier le code]

Métier Travaux Publics Construction Énergie Concessions Métal Immobilier
Part du chiffre d'affaires 28 % 23 % 23 % 16 % 6 % 4 %

Données boursières[modifier | modifier le code]

Actionnariat au 31.12.2012

  • Public, 33.8%
  • Salariés, 29.2%
  • FSI, 20.6%
  • Eiffaime, 7.4%
  • Groupama, 6.9%
  • Actions en propre, 2.1%

Actions[modifier | modifier le code]

  • Actions cotées à la bourse de Euronext Paris
  • Eurolist Compartiment A, éligible au SRD et au PEA
  • Membre de l'indice CAC Mid 60, SBF 120, Euronext FAS IAS.
  • Code Valeur ISIN = FR 0000130452
  • Bloomberg : FRG FP
  • Reuters : FOUG.PA

Capital[modifier | modifier le code]

Capital social de 348 648 524 euros (87 162 131 actions de 4 euros).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le Moniteur, 10 décembre 2010
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Eiffage, Rapport annuel 2012
  3. Le Moniteur no 5533 du 11 décembre 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :