Lannion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lannion
Vue de Lannion et de l'église de Brélévénez.
Vue de Lannion et de l'église de Brélévénez.
Blason de Lannion
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Arrondissement de Lannion (chef-lieu)
Canton Canton de Lannion (chef-lieu)
Intercommunalité Lannion-Trégor Communauté
Maire
Mandat
Paul Le Bihan (PS)
2014-2020
Code postal 22300 22303
Code commune 22113
Démographie
Population
municipale
19 380 hab. (2012)
Densité 441 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 00″ N 3° 27′ 15″ O / 48.733333333, -3.45416666748° 44′ 00″ Nord 3° 27′ 15″ Ouest / 48.733333333, -3.454166667  
Altitude Min. 0 m – Max. 107 m
Superficie 43,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Lannion

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Lannion

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lannion

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lannion
Liens
Site web http://www.ville-lannion.fr/

Lannion [lanjɔ̃] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne. Ses habitants sont appelés les Lannionnais.

La commune actuelle est formée de la réunion des communes de Lannion, Brélévenez, Buhulien, Loguivy-lès-Lannion et Servel en 1961.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lannion est une ville pont sur le Léguer. La proximité de l'embouchure du Léguer fait que le niveau de la rivière au centre ville varie de plusieurs mètres en fonction des marées. Cette caractéristique a permis l'établissement d'un gué dans les temps les plus reculés au niveau du pont de Kermaria, point où s'arrête l'influence des marées (preuve existence à proximité de la rue Saint-Christophe-le-Passeur). Cette particularité sera mise à profit pour la construction en 1992 d'un stade d'eau vive marémoteur. Un barrage permet de retenir l'eau amenée par la marée montante et de la relâcher dans un parcours artificiel à marée descendante.

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

La charte Ya d'ar brezhoneg a été votée par le conseil municipal le 23 octobre 2006. Le label de niveau 1 de la charte a été accordé à Lannion le 16 novembre 2006.

À la rentrée 2013, 449 élèves étaient scolarisés à Diwan et dans les classes bilingues (soit 15,2% des enfants de la commune inscrits dans le primaire) [1].

Devise[modifier | modifier le code]

Les armes de la ville reprennent la devise « Laus deo », Louange à Dieu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Quelques auteurs[Lesquels ?] attribuent l'origine de Lannion à la destruction de Lexobie (l'actuel Yaudet ?) par les Danois en 836.

Lannion est un passage obligatoire pour franchir le Léguer au plus près de la côte, surtout à marée haute. Du temps des Romains, pour aller du Yaudet par la terre vers l'est, les routes passaient inévitablement par Lannion. Le Léguer, comme les autres cours d'eau, était une voie de pénétration facile pour les envahisseurs, aussi Lannion est-elle dotée d'un château attesté dès le Moyen-Âge.

Le premier barrage servant de piège à poisson construit à Servel, long de 190 mètres, formé de pieux reliés par des claies en bois, avec des plates-formes triangulaires ancrant la structure dans le sable et servant aussi de brise-lames, a été construit entre 613 et 615 (ces dates ont été retrouvées grâce à la datation du bois des chênes ayant servi à sa construction) dans l’estuaire du Léguer. À marée descendante, les poissons étaient piégés dans le bassin de retenue[2].

Lannion fait partie de l'évêché de Tréguier avant la Révolution et le roi y contrebalance la puissance de l'évêque en faisant de Lannion le siège de sa juridiction. Le port de Lannion contribue fortement à son essor avant la guerre 1939-45.

Cette commune est connue pour des faits liés à la guerre de Succession de Bretagne (rue Geoffroy de Pontblanc, tué en 1346), aux Guerres de La Ligue en 1588-1598, à la Révolte des Bonnets Rouges en 1675. Un de ses habitants fut exclu de l'amnistie royale de février 1676[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom Lannion vient de « lann », qui désigne un établissement religieux créé par les Bretons du haut Moyen Âge et, selon une hypothèse, un anthroponyme Yuzon. Ce nom de *Lannyuzon a évolué en Lannuon, forme moderne en Langue bretonne et en « Lannion », variante évoluée puis administrativement cristallisée de la forme ancienne bretonne, devenue l'appellation officielle et administrative du duché de Bretagne, avant et après 1532, probablement aux alentours des XIIIe-XIVe siècles : Carte de l'Atelier cartographique Troadec du Conquet-Konk-Leon pour l’Histoire de la Bretagne de Bertrand d'Argentré de 1582 et 1588 : Lanion ; Carte de Nolin,1695 : Lanien ou Lanion ; puis de l'Administration française royale et républicaine et de la société francophone nobiliaire et marchande, du XVIIe siècle jusqu'à nos jours ; en résumé la forme « Lannyon » et ses variantes sont attestées de 1199 à 1516, où la forme « Lannion » apparaît (Erwann Vallerie, Traité de toponymie historique de la Bretagne, 1995), l'appellation de Lannuon étant usitée majoritairement par le peuple bretonnant.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à l'agneau pascal couché d'argent portant une croix haute d'or au guidon de gueules chargé de l'inscription LAUS DEO en lettres capitales aussi d'or.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 19 380 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 706 3 132 3 426 3 597 5 371 5 461 5 650 5 849 6 075
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6 642 6 598 6 882 6 223 6 294 5 998 6 205 6 002 6 126
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6 010 5 856 6 174 6 047 6 274 6 430 6 584 7 220 6 734
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
9 479 12 535 16 867 16 641 16 958 18 368 19 459 19 920 19 380
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 2020 Paul Le Bihan PS  
2008 2014 Christian Marquet PS Conseiller régional
1989 2008 Alain Gouriou PS Député
1983 1989 Yves Nedelec RPR  
1977 1983 Pierre Jagoret PS  
1971 1977 Pierre Marzin GD Sénateur
1961 1971 Henri Blandin    
1929 1943 Edgar de Kergariou Rad. ind. Sénateur
1903 1904 Emile Derrien