Université Paris Descartes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Université Paris-Descartes)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Site Descartes.
Université Paris Descartes
Image illustrative de l'article Université Paris Descartes
Informations
Fondation 1er janvier 1971
Type Université publique (EPSCP)
Localisation
Coordonnées 48° 51′ 19″ N 2° 19′ 54″ E / 48.855356, 2.3318 ()48° 51′ 19″ Nord 2° 19′ 54″ Est / 48.855356, 2.3318 ()  
Ville Paris
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Campus 10 sites répartis sur Paris et sa proche banlieue
Direction
Président Frédéric Dardel
Chiffres clés
Enseignants 2 180[1]
Chercheurs 1 300[1]
Étudiants 38 900[1]
Divers
Affiliation Medicen, Sorbonne Paris Cité
Site web www.univ-paris5.fr/

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Université Paris Descartes

L’université Paris Descartes ou Paris-V[2] est une des treize universités parisiennes. Elle est pluridisciplinaire et fait partie du PRES Sorbonne Paris Cité.

Présentation générale[modifier | modifier le code]

Façade de l’université.

Historique[modifier | modifier le code]

L’université Paris-Descartes fut créée en 1971 à partir des anciennes facultés de l’université de Paris ; elle a notamment gardé le Musée d'Histoire de la médecine.

En 2010, elle devient membre du PRES Sorbonne Paris Cité.

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Composantes[modifier | modifier le code]

Conformément au code de l'éducation qui fixe l’organisation légale des universités publiques en France, Paris Descartes se découpe en plusieurs composantes. On trouve d’une part les unités de formation et de recherche (UFR) et d’autre part les « instituts et écoles ». Ainsi, l’université est structurée de la manière suivante[N 1] :

Lieux d'implantation[modifier | modifier le code]

Entrée du siège de l'université, 12, rue de l'École-de-Médecine.

L'université Paris Descartes dispose de plusieurs sites à Paris et en agglomération parisienne :

Enseignement et recherche[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

L'université Paris Descartes propose plus de 400 formations diplômantes ou qualifiantes ouvertes en formation initiale et en formation continue.

L'ouverture internationale et européenne est fréquemment mise en avant (Master Erasmus Mundus) au même titre que les formations innovantes dans le domaine de la recherche (licence « Frontières du Vivant »[3]) et en Sciences humaines.

Des partenariats nationaux (Master Economics and Psychology (Dual Master of Science in English) en partenariat avec l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et le Cogmaster en partenariat avec l'ENS) témoignent de l'aspect novateur et du souhait de l'université Paris-Descartes d'augmenter sa visibilité au niveau européen et international tout en proposant de nouvelles formations pluridisciplinaires de haute qualité.

Relation internationales[modifier | modifier le code]

Recherche[modifier | modifier le code]

Écoles doctorales Paris Descartes[modifier | modifier le code]

  • ED 157 Génétique,Cellule, Immunologie, Infectiologie, Développement (GC2ID) (Marc Delpech, Directeur)
  • ED 180 Sciences humaines et sociales : Cultures, individus, sociétés (Olivier Martin, Directeur)
  • ED 261 Cognition, Comportement, Conduites humaines (3CH) (Nicole Fiori, Directrice)
  • ED 262 Sciences juridiques, politiques, économiques et de gestion (Anne Laude, Directrice)
  • ED 436 Médicament, Toxicologie, Chimie, Environnement (MTCE) (Laurent Micouin, Directeur)
  • ED 474 Interdisciplinaire Européenne Frontières du Vivant (IEFV) (François Taddéi, Directeur)

Voir aussi : École doctorale

Écoles doctorales cohabilitées[modifier | modifier le code]

  • ED 130 Informatique, télécommunications et électronique (EDITE), UPMC
  • ED 158 Cerveau, Cognition, Comportement (3C), UPMC
  • ED 273 Biologie et Biotechnologie (B2T), Paris Diderot
  • ED 386 Sciences mathématiques de Paris Centre, UPMC
  • ED 420 Santé publique, Paris-Sud
  • ED 456 Sciences du sport, de la Motricité et du Mouvement Humain, Paris-Sud
  • ED 516 Biochimie, Biothérapie, Biologie moléculaire et infectiologie (B3MI), Paris Diderot

Scientométrie[modifier | modifier le code]

En 2009, l’université se situe dans les places 152 à 200 au classement de Shangai (les universités ne sont pas départagées à ce rang), ce qui correspond aux places 6 et 7 des établissements français[4]. Elle est classée 364e au classement généraliste du Times Higher Education Supplement[5], 211e du classement Life Sciences & Biomedicine[6].

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

Le service commun de la documentation regroupe dix bibliothèques. La bibliothèque Henri-Piéron et la Bibliothèque de sciences humaines et sociales Paris Descartes-CNRS font référence au niveau national dans les domaines, respectivement, de la psychologie et de la sociologie.

La bibliothèque interuniversitaire de médecine (BIUM) et la bibliothèque interuniversitaire de pharmacie (BIUP), appelées à fusionner en 2011, sont inter-universitaires mais administrativement rattachées à Paris Descartes.

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population universitaire

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
27 665[7] 27 638[8] 27 976[9] 30 732[10] 30 206[11] 31 137[12] 31 160[13] 31 572[14]
2008 2009 2010 2011 - - - -
31 106[15] 32 820[16] 33 209[17] 31 794[18] - - - -

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le film français La Crème de la crème (2014) a été tourné dans l'université[19].

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Enseignants et anciens enseignants[modifier | modifier le code]


Anciens étudiants[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Étudiant de l'université Paris V.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les différentes « facultés » sont bien des UFR d’un point de vue juridique

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « L’université » (consulté le 05 avril 2013)
  2. Décret no 2000-250 du 15 mars 2000 portant classification d’établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel
  3. Baptiste Bouthier, « Faire de la recherche dès la première année d'université, une expérince pour réconcilier les jeunes et la science », Le Monde,‎ 19 avril 2011 (lire en ligne)
  4. (en) « Academic Ranking of World Universities - 2009 - France », sur www.arwu.org
  5. Classement généraliste du THES.
  6. Classement Life Sciences & Biomedicine du THES.
  7. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  8. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  9. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  10. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  11. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  12. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  13. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  14. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  15. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  16. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  17. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  18. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012
  19. « Kim Chapiron : "La misère affective et sexuelle dans les grandes écoles" », in lefigaro.fr, 24 janvier 2014.
  20. Sylvestre Huet, « Alain Carpentier élu président de l'Académie des sciences » dans sciences², 14 décembre 2010, consulté sur sciences.blogs.liberation.fr le 6 octobre 2013
  21. http://www.psychologies.com/Moi/Se-connaitre/Personnalite/Interviews/Ce-que-notre-maison-dit-de-nous
  22. « Le CV de François Fillon », Challenge, 14 novembre 2010, consulté sur www.challenges.fr le 20 janvier 2011

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles plus généraux[modifier | modifier le code]

Système éducatif français > Études supérieures en France > Université en France

Liens externes[modifier | modifier le code]