Gérard Théry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Théry.

Gérard Théry (né le 25 février 1933) est un ingénieur français, polytechnicien et ingénieur général des télécommunications. Il a été directeur général des Télécommunications du 16 octobre 1974 au 7 août 1981.

Il a énergiquement accéléré la pénétration du raccordement téléphonique dans les années 1970, comblant ainsi le retard qu’avait pris le réseau français. Il est à l’origine du programme Teletel, le réseau du Minitel et l’auteur d’un rapport sur les « autoroutes de l’information » en 1994. Il a également été responsable de la mission gouvernementale sur le bogue de l'an 2000 du 20 février 1998 à début 2000.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu de la promotion 52 de l’École polytechnique et élève de l’École nationale supérieure des télécommunications (promotion 57), Gérard Théry est entré directement aux Télécommunications françaises en 1956.

Il débute sa carrière au département des câbles sous-marins, contribuant à l’avènement des premiers câbles sous-marins coaxiaux téléphoniques munis de répéteurs immergés. Il participe à de nombreuses campagnes de poses de câbles (TAT 2 avec AT&T, entre Perpignan et Oran), aux essais de nouveaux câbles sans armure à porteur central, et à la pose du premier câble sous-marin électrique d’interconnexion France-Angleterre traversant la Manche.

Il rejoint le Centre national d'études des télécommunications (CNET) en 1962 et participe avec les laboratoires Bell au développement des premiers suppresseurs d’écho pour satellites de télécommunications géostationnaires.

Il est nommé en 1965 chargé de mission auprès du préfet de la région Lorraine, puis, en 1966, conseiller technique pour les télécommunications au cabinet du ministre français des PTT.

Il retourne ensuite aux télécommunications françaises et est nommé successivement chef du service des programmes et des études économiques en 1968, puis directeur des télécommunications de la région de Paris en 1973.

Il est nommé directeur général des Télécommunications françaises en 1974. À ce titre, il est responsable du très important programme de développement du téléphone français. En six ans, le nombre d’abonnés au téléphone passe de 6 millions à plus de 20 millions. La qualité du réseau téléphonique français est entièrement restaurée. La France est alors l’un des premiers pays à équiper massivement son réseau de commutateurs temporels pour remplacer la génération de commutateurs crossbar.

En 1976, Gérard Théry et son équipe lancent l’un des premiers réseaux de données en commutation de paquets, Transpac, qui connaît un vif succès commercial auprès de très grandes entreprises.

Puis c’est en 1978, le lancement de l'annuaire électronique et de Teletel, le réseau du Minitel, premier service au monde de fourniture payante d’informations télématiques, qui sera un succès considérable et restera longtemps populaire, malgré son âge, en raison de sa simplicité d’emploi. 30 ans après, France Telecom renonce en février 2009 a fermer le réseau qui compte encore 10 millions de connexions et 4000 services.

En 1979, est lancé le projet de satellite de moyenne puissance Telecom 1. Un an plus tard est lancé également le projet de réseau expérimental de visiophonie sur fibre optique dans la ville de Biarritz.

En 1984, Gérard Théry est chargé par le gouvernement français d’une étude sur les choix de satellites de télévision. Il se prononce très nettement en faveur des satellites de puissance moyenne, filière qui triomphera sur tous les marchés mondiaux.

La même année, il rejoint la Société générale où il est nommé membre du comité exécutif et conseiller du président pour les secteurs de l’énergie, des transports, des télécommunications et des technologies nouvelles.

Il est choisi par la chaîne française de télévision TF1 et l’opérateur TDF comme expert amiable dans un contentieux tarifaire opposant les deux compagnies.

En 1989, Gérard Théry est appelé par le président de Renault comme membre du comité exécutif pour prendre la tête de la direction de l’informatique et de l’organisation.

Il quitte Renault en 1992, et dirige une mission pour le compte de France Télécom sur les technologies à base de fibre optique et les perspectives de développement des réseaux numériques à haut débit.

En 1994, il est chargé par le gouvernement français du célèbre rapport « Autoroutes de l’Information », dans lequel il prédit un avenir sombre à Internet.

En 1995, il est nommé président de la Cité des sciences et de l'industrie.

Il crée en 1998 le cabinet GTA (Gérard Théry et Associés), spécialisé dans le conseil en télécommunications et en technologies de l’information. Il collabore actuellement à l’essor de la voiture électrique au sein du groupe Dassault.

Il est chargé par le gouvernement français le 20 février 1998 de conduire la mission « passage informatique à l'an 2000 ».

Honneurs, décorations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Gérard Théry, Les Autoroutes de l’information, documentation française, 1994.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]