Louis Mexandeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louis Mexandeau
Illustration.
Fonctions
Parlementaire français
Député
19732002
Gouvernement Ve République
Groupe politique PS
Biographie
Date de naissance (82 ans)
Résidence 2e circonscription du Calvados

Louis Mexandeau est un homme politique français, né le à Wanquetin (Pas-de-Calais). Il fut député du Calvados et plusieurs fois ministre de François Mitterrand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né près d'Arras en 1931, Louis Mexandeau vit la guerre dans une famille protestante, engagée dans la Résistance avec un père déporté.

Après l'obtention d'une agrégation en histoire, il devient professeur d'université et s'installe dans la région caennaise.

En 1965, il rencontre François Mitterrand. Avec Pierre Joxe, Claude Estier, Charles Hernu et Louis Mermaz, il milite au sein du Convention des institutions républicaines et de la Fédération de la gauche démocrate et socialiste. Il fait partie pendant 30 ans du cercle des fidèles de Mitterrand, qui amène ce dernier à la tête du Parti socialiste à la suite du congrès d'Épinay en 1971, puis à la présidence de la République en 1981. Il est notamment l'auteur du projet socialiste pour l'école publié en 1978.

En 1973, il est le premier député du Calvados de gauche de la Cinquième République, mandat dont il démissionnera en 1981 lors de sa nomination comme Ministre des PTT le . C'est à ce poste qu'il a inauguré le service télématique Télétel en 1982. Il est réélu en 1986, jusqu'à sa nouvelle nomination ministérielle en 1991, puis en 1993 jusqu'en 2002. Ne cédant pas face au bureau national du PS qui voulait le remplacer par Jack Lang à cause de la perte de la mairie d'Hérouville-Saint-Clair et Lisieux en 2001, il est battu par l'UDF Rodolphe Thomas, récent maire d'Hérouville.

Homme fort du socialisme bas-normand, il tente vainement pendant trente ans, en parallèle de son mandat de parlementaire, de ravir la mairie de Caen à Jean-Marie Girault, puis en 2001 contre Brigitte Le Brethon (42,08 % contre 57,92 %), dont il reste élu d'opposition. Il quitte la vie politique en mars 2008, à la fin de son mandat municipal.

Il est membre associé de l'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Caen.

Il est l'un des fondateurs du Club de la chanson paillarde et a collaboré au choix des titres de l'album Le Plaisir des dieux de Pierre Perret[1] qu'il a préfacé.

Il a été fait chevalier de la Légion d'honneur le 29 avril 2003 et promu au grade d'officier le 1er janvier 2013[2].

Mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Député de la 2e circonscription du Calvados
Assemblée nationale
Mandats locaux
Ministre
  • Ministre des PTT : 1981 - 1983
  • Ministre délégué auprès du ministre de l'industrie et de la recherche, chargé des PTT. (1983 - 1984)
  • Ministre délégué auprès du ministre du redéploiement industriel et du commerce extérieur, chargé des P.T.T. (1984 - 1985)
  • Ministre des PTT (1985 - 1986)
  • Secrétaire d'État aux anciens combattants et victimes de guerre (1991 - 1993)

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les Capétiens, Marabout, 1987
  • « Nous, nous ne verrons pas la fin » : Un enfant dans la guerre (1939-1945), Le Cherche midi, 2003
  • Petite histoire du parti socialiste. Première partie, Des origines au Congrès d'Epinay, Les Cours, 1990
  • Histoire du Parti Socialiste : 1905-2005, Tallandier, 2005
  • François Mitterrand, Le militant : Trente années de complicité - Le Cherche midi, 2006
  • Jean Jaurès et Jules Guesde, Le discours des deux méthodes (présenté par Louis Mexandeau), Le Passager clandestin éd., 2007

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :