Visiophonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Visiophone de Matra, 1970

La visiophonie est l'association de la téléphonie et de la télévision permettant aux usagers de se voir pendant leur conversation téléphonique. Elle peut être utilisée sur des réseaux de téléphonie fixes ou mobiles ou via Internet.

Contrairement à certaines prévisions, la visiophonie ne s'est pas développée avec l'avènement des téléphones mobiles 3G (UMTS). Contrairement à la tendance actuelle, où les services vidéos sont délivrés en mode IP vers un téléphone mobile, souvent à partir des portails des opérateurs, la visiophonie avait été normalisée pour fonctionner en mode circuit sur les réseaux 3G ; par contre sur les réseaux 4G / LTE, elle utilise les protocoles IP.

Historique[modifier | modifier le code]

Les premières études et applications de la visiophonie en France ont été réalisées par le CNET (Centre National d'Étude des Télécommunications) France Télécom en 1972. Les premières applications commerciales visiophonie n'apparaîtront qu'en 1984 ; ce retard étant dû au problème du débit (2 Mbit/s) nécessaire pour transmettre une information vidéo et audio de qualité. Ce problème sera plus tard résolu par les algorithmes de codage et de compression utilisés dans les vidéocodecs appelé aussi codecs.

La visiophonie a du mal à se développer pour des raisons de coût et de non-compatibilité des différents systèmes de visiophonie, dont les codecs utilisent des algorithmes de codage propriétaires. Aussi, depuis 1991, les codecs se conformant à la norme H.261 dominent le marché. Mais ce qui fait véritablement chuter les prix, c'est la compression/décompression par logiciel, solution moins coûteuse que le circuit intégré qui l'intégrait. Le coût général est ainsi allégé de celui de la partie matérielle du codec, par exemple, la technologie vidéo indéo d'Intel qui adopte la norme H.320.

Le Musée national d'histoire américaine de Smithsonian Institution, conjointement avec l'inventeur Daniel A. Henderson[1][2], va faire l'acquisition de deux prototypes et de documentation y ayant trait pour une technologie innovante de visiophone sans fil développée en 1993. M. Henderson a récemment obtenu six licences américaines pour l'innovation incorporée dans ce système pour dispositif sans fil.

Le présent[modifier | modifier le code]

À partir des années 2000, la visio utilise les codecs H.263, H.264 ou MPEG-4. Tous les téléphones 3G sont dotés des capacités de décodage et encodage du H.263 et certains d'entre eux peuvent également encoder et décoder du MPEG-4. Le débit de 64 kb/s (dont 43 sont réservés à la vidéo) est fixe et constant, contrairement aux solutions sur IP.

Grâce aux développements du marché des téléphones 3G, des services autour de la vidéo et de la visio voient le jour. Ainsi on peut voir des kiosques de consultation de vidéos interactifs, des services de messagerie interpersonnels.

Techniques Visio et Voix[modifier | modifier le code]

Quand un appel visio est lancé à partir d'un terminal c'est le protocole H.324M qui est utilisé. L'opérateur de téléphonie mobile ouvre une voie entre le téléphone et une gateway PSTN (SS7-ISUP) / VOIP (SIP ou H.323). Le protocole H.324m englobe de multiples protocoles et codecs essentiellement standardisées par l'UIT (Union internationale des télécommunications).

On peut citer :

  • H.223 pour le multiplexage/démultiplexage des données sur le canal de données.
  • H.245 pour la négociation des codecs audio/video/données utilisés pendant la communication.
  • H.263 pour la partie vidéo.
  • AMR, G.711, G.723 pour l'échange des données audio. (AMR et G.723 sont des codecs audio brevetés)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]