TPS (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir TPS.

Télévision Par Satellite - TPS est un ancien bouquet numérique de télévision par satellite, diffusé en France de 1996 à 2008. Ses actionnaires étaient Groupe TF1, Groupe M6, Orange (ex-France Télécom), France Télévisions, RTL Group (ex-CLT - Compagnie luxembourgeoise de télédiffusion) et Suez Environnement (ex-Lyonnaise des Eaux).

À son lancement, le bouquet exploitait les satellites Hot Bird d'Eutelsat.

Fin 2005, Vivendi, société mère de Canal+ et de Canalsat, prend le contrôle de TPS. Les deux bouquets étaient alors des sociétés distinctes du Groupe Canal+. Ils fusionnent le 21 mars 2007 ("le nouveau Canalsat") et les abonnés se voient progressivement contraints à souscrire à Canalsat. La disparition progressive de TPS est enclenchée et le bouquet cesse définitivement d'émettre le 31 décembre 2008.

En 2011, l'autorité de la concurrence remet en question la fusion car le groupe Canal+ n'a pas respecté une série de ses engagements. Le 21 décembre 2012, le retrait de l'autorisation de fusion des deux bouquets satellites TPS et Canalsat est confirmé et le groupe Canal+ est condamné à une amende de 27 millions d'euros.

Historique[modifier | modifier le code]

Jérôme Clément, président de la chaîne Arte et du nouveau bouquet francophone gratuit par satellite (à droite) et Giuliano Berretta, président de l'opérateur Eutelsat, en juin 1995.

Préfigurant le futur concurrent de Canalsatellite et à l'initiative d'Alain Juppé en juin 1995, au tout début de son mandat de Premier ministre[1], un bouquet de chaînes françaises gratuites numériques par satellite est constitué. L'opérateur Eutelsat et le service public français sous la direction de Jérôme Clément, président de la chaîne franco-allemande Arte voit rapidement se conforter avec l'arrivée du géant TF1. Ce bouquet numérique "gratuit" comprend alors les chaînes TF1, France 2, France 3, La Cinquième, Arte, Canal France International, la chaîne musicale MCM Euromusique, TV5 Monde et des chaînes étrangères comme la SSR (suisse) et la RTBF (belge). Stratégiquement, cette annonce permet de freiner l'avancée du groupe Canal+ comme acteur majeur de la télévision payante en France et en Europe. Quelques semaines plus tard, M6 rejoint le groupement. Privée des chaînes nationales TF1 et M6 entre 1996 et 2004, le bouquet Canalsatellite subit l'exclusivité donnée à son concurrent TPS.

Télévision Par Satellite (TPS) est lancé par Patrick Le Lay (P.D.G. de TF1) le 16 décembre 1996, pendant le 20H de Claire Chazal. TPS est détenu par le groupe TF1, le groupe M6, France Télécom, France Télévisions, la CLT et la Lyonnaise des Eaux. Le bouquet a pour objectif de concurrencer le leader du secteur de la télévision payante en France, Canal+ et son bouquet satellitaire Canalsat lancé en 1992. Les émissions sont faites depuis les satellites Hot Bird.

Dès ses débuts, le bouquet TPS obtient l'exclusivité des grands studios américains de cinéma : Paramount, MGM et New Regency, ainsi que les secondes fenêtres exclusives pour la diffusion des films de Sony Pictures (Columbia, etc.) et Buena Vista (Disney). Le bouquet TPS bénéficie également en exclusivité des cinq chaînes nationales historiques (TF1, France 2, France 3, France 5, et M6) en qualité numérique. Canal+ reste lui exclusivement diffusé sur Canalsat jusqu'en 2007. TPS distribue aussi en numérique les chaînes payantes : Eurosport, LCI, RTL9, ou Téva. D'autres chaînes sont également créées pour étoffer l'offre, comme Festival ou XXL (1996), Fun TV ou Histoire (1997), M6 Music ou InfoSport (1998), TF6 ou TV Breizh en 2000. De plus, un accord est passé en 1997 pour la reprise des chaînes d'AB Sat.

En 1999, TPS frappe fort lors de l'appel d'offres de la LNF sur les droits du Championnat de France de football en proposant une offre supérieure au diffuseur historique du championnat, Canal+. Un partage est réalisé et TPS bénéficie du 2e choix lors de chaque journée et des 6 matchs en paiement à la séance (7 à partir de 2002).

En 2001 est lancé TPS Star, la chaîne premium de TPS. Cette dernière devient la pépite du bouquet TPS.

Les actionnaires minoritaires se sont progressivement retirés jusqu'au 31 décembre 2001. En janvier 2002, le groupe TF1 détient 66 %, et le groupe M6 détient 34 % de l'actionnariat de TPS. À cette période, TPS parvient à obtenir les droits exclusifs des studios Warner Bros (Harry Potter, Matrix, Looney Tunes, etc.) [2], au détriment du groupe Canal+.

En 2002, Canal+ propose pour 480 M€ l'obtention de l'exclusivité de la Ligue 1 de football sur son antenne. La LFP accepte, mais TPS porte l'affaire devant la justice et obtient le statu quo jusqu'en 2005.

En 2003, TPS dépasse les 1,5 million d'abonnés et acquiert les droits du Championnat de France de basket-ball.

En 2004, TPS se lance dans la diffusion par ADSL, sous la dénomination de «TPSL» (La télé par ADSL). Le bouquet récupère pour trois ans, les droits de la Premier league anglaise, considéré comme le plus grand championnat européen. En 2004, l'appel d'offres pour la Ligue 1 est remporté par Canal+ qui arrache l'exclusivité contre la somme de 650 M€.

En mars 2005, la TNT est lancée en France ; le CSA sélectionne TPS Star parmi les chaînes payantes et TPS parmi les distributeurs. TPS Foot est créée pour diffuser le football anglais et allemand que TPS vient d'acquérir. LCI est sélectionnée comme seule chaîne info payante, rejointe par Eurosport, chaîne sportive payante et première chaîne sportive d'Europe. LCI et Eurosport sont des chaînes du groupe TF1.

Fusion TPS / Canalsat, et prise de contrôle par le groupe Canal+[modifier | modifier le code]

Le lundi 12 décembre 2005, Vivendi, maison mère de Canal+ annonce qu'un accord est intervenu pour la fusion de Canalsat et TPS. Le nouvel ensemble réuni constituerait une nouvelle ère du satellite français. La fusion entre CanalSat et TPS est détenue par Vivendi Universal à 85 %, TF1 à 9,9 %, et M6 à 5,1 %, toutes réunies dans la nouvelle société Canal+ France. Canal+ France détient la fusion "CanalSat et TPS".

L'entité Canal+ France est pour sa part détenue à 80 %, par "le Groupe Canal+" et à 20 %, par le Groupe Lagardère.

La HD arrive sur TPS en 2006.

Le ministère de l'économie, des finances et de l'industrie donne son aval à la fusion CanalSat et TPS, définitivement approuvée en assemblée générale le 4 janvier 2007. En attendant la fusion, Canal+ le bouquet arrive sur TPS dès le 8 janvier 2007.

Le mercredi 21 mars 2007, le nouveau CanalSat naît à l'antenne, et la disparition progressive de TPS est enclenchée, dès 6h00 du matin, le même jour.

Le lundi 2 avril 2007, Le Nouveau CanalSat est lancé, après une première migration des chaînes, et regroupe TPS et CanalSat.

La marque TPS n'est alors plus commercialisée, depuis le 21 mars 2007.

La participation de TF1 dans TPS est vendue à Groupe Canal+ à 100 % en janvier 2008. Le bouquet TPS cesse définitivement d'émettre le 31 décembre 2008. Néanmoins, une seule chaîne du groupe TPS a survécu, TPS Star, disponible sur la TNT payante. Cette chaîne s'est arrêtée le 4 avril 2012 sur Canalsat. Dès le lendemain, elle est remplacée par Orange Cinéma Séries (OCS). TPS Star continue à émettre sur la TNT payante ainsi qu'à l'île de la Réunion uniquement, du 4 avril au 4 mai 2012. TPS Star s'arrête le 4 mai 2012 à minuit, sur la TNT payante, et le 31 décembre 2012 sur l'île de la Réunion.

Remise en question de la fusion avec Canalsat[modifier | modifier le code]

Le 20 septembre 2011, un événement sans précédent dans l'histoire de la régulation de la concurrence en France a lieu[3], le groupe Canal+ est contraint de remettre en question la fusion des bouquets Canalsat et de son ex-ennemi direct : TPS. L'Autorité de la concurrence émet la décision no 11-D-12[4] selon laquelle l'autorisation de fusion des 2 bouquets peut être annulée, par volte-face. Le motif invoqué par l'autorité concerne une bonne partie des engagements qualifiés d'essentiels et qui n'ont pas été respectés par le groupe Canal+, dont notamment :

  • La mise à disposition de la concurrence, de sept chaînes (TPS Star, Cinéstar, Cinéculte, Cinétoile, Sport +, Piwi et Télétoon) dans des conditions discutables et hors délais.
  • La dégradation délibérée de la qualité de programmation de ces sept chaînes thématiques.
  • Les budgets revus à la baisse pour ces chaînes.
  • L'acquisition de films récents en première exclusivité de succès moindre et de rencontres sportives secondaires comme le football pour TPS Star au profit de Canal+.

L'Autorité de la concurrence souligne la méthode, la volonté délibérée des groupes Canal+ et Vivendi, à partir de 2006, de consolider l'offre Canalsat au détriment de l'offre concurrente (TPS) en dépit de ses engagements. Lors de la fusion, les opérateurs concurrents de l'Internet et du câble (Orange, Neuf Cegetel, Bouygues Telecom, Iliad Free, etc.) auraient dû bénéficier de conditions favorables pour constituer et développer leur offre télévisuelle unitaire, engagement que le groupe Canal+ n'a pas respecté selon l'Autorité de la concurrence. En conséquence de cette décision, le groupe Canal+ est contraint de revoir totalement l'organisation de cette fusion et de trouver des compensations avec ses détracteurs et concurrents, notamment la possibilité pour les concurrents de commercialiser une sélection de certaines chaînes Canal+/Canalsat dans leur offre internet et câble. Les groupes Canal+ et Vivendi déclarent aussitôt vouloir « engager les recours qui s'impose » au sujet de cette décision (recours devant le Conseil d'État). Toutefois, le 21 décembre 2012, le Conseil d'État rend publique sa décision qui confirme la décision de l'Autorité de la concurrence contre le recours. Le retrait de l'autorisation de fusion des deux bouquets satellites TPS et Canalsat est confirmé. De plus, l'amende prononcée en 2011 à l'encontre de Canal+ passe de 30 à 27 millions d'euros[5].

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Slogans[modifier | modifier le code]

Chaînes du Bouquet TPS[modifier | modifier le code]

Les chaînes d'origine TPS Premium (1996)[modifier | modifier le code]

Évolution de l'offre TPS[modifier | modifier le code]

Depuis sa création, d'autres chaînes ont rejoint le bouquet, telles que

Les chaînes cinéma de TPS[modifier | modifier le code]

Logo des chaînes TPS
  • TPS Cinéstar (Cinéstar 1 jusqu'en 2003), le multiplexe 100 % cinéma de TPS Star
  • TPS Homecinéma (Cinéstar 2 jusqu'en 2003), les grands films de cinéma en qualité DVD, accompagnés de leurs bonus
  • TPS Cinéculte (Cinéfaz jusqu'en 2003), la chaîne des amateurs de films de genre et d'auteur
  • TPS Cinétoile (Cinétoile jusqu'en 2003), la chaîne des grands classiques du cinéma en noir et blanc et en couleur
  • TPS Cinextrême, de l’action au frisson, toutes les sensations fortes, lancée en 2003
  • TPS Cinéfamily, la chaîne des meilleures comédies et des grands dessins animés pour toute la famille, lancée en 2003
  • TPS Cinéclub, la chaîne des films d'auteur, de légende et des films venant de pays lointains, lancée en 2005
  • TPS Cinécomedy, la chaîne de la comédie, lancée en 2005
  • Ciné Polar
  • Ciné FX
  • Action

Fusion TPS - Canal+/Canal Satellite, technique économique de l'opération[modifier | modifier le code]

D'un point de vue formel, la fusion de TPS et de CanalSat repose sur un apport des titres de la société "TPS Gestion" à la société Canal+ France, cette dernière étant créée spécialement pour l'opération de fusion. Dans le même temps, une opération de restructuration a précédé l'apport des titres de TPS gestion à Canal+ France, à savoir l'apport des titres de TPS (société en nom collectif) détenues par M6 et TF1 à TPS Gestion (société anonyme). Le but de ces deux opérations est de créer une holding (la société "Canal+ France") regroupant l'ensemble des activités audiovisuelles du groupe CANAL+ et de TPS, dont le siège est à Issy-les-Moulineaux dans les Hauts-de-Seine.

En ce qui concerne l'évaluation des sociétés TPS et Canal+, le rapport d'échange a conduit à valoriser l'ensemble fusionné à 6 milliards d'euros, dont 900 millions pour TPS et 5 milliards et 1 millions pour Canal+. En outre, à l’issue des opérations de regroupement de fusion (TPS et CanalSat), TF1 et M6 détiennent 15 % de Canal+ France, et sont bénéficiaires d’une option de vente (put) de type européen sur cette participation, sur Vivendi au terme de 3 ans (soit du 4 janvier 2007 au 4 janvier 2010). Le prix d'exercice du put sera déterminé à dire d’expert avec une valeur plancher égale à 1 milliards et 130 millions d'euros.

La disparition progressive de TPS, au profit de CanalSat[modifier | modifier le code]

Effective au 4 janvier 2007, la fusion entre une partie du Groupe Canal+, nommé "Canal+ France" (et non pas sa filiale CANALSAT) et TPS (les groupes TF1 et M6 sont devenus actionnaires minoritaires de cette société, respectivement à hauteur de 9,9 % et 5,1 %), ce qui a donné un seul bouquet satellitaire d'importance en France. CANALSAT et TPS ont créé une plate-forme unique de télévision par satellite et ADSL, afin de faire face à la concurrence accrue, des entreprises de Fournisseur d'Accès à Internet (ADSL), de la télécommunication (câble), de la TNT gratuite, et de la télévision sur Internet.

Notons toutefois que le bouquet TPS, n'était plus seulement accessible depuis le réseau satellite : les possibilités de réception se sont étendues en mars 2005, à la technologie ADSL (l'abonnement pouvant être couplé aux offres de Free, Orange et Neuf Télécom), et en mars 2006 à la TNT gratuite + la TNT payante, le câble étant jusqu'ici, la seule technologie non utilisée, pour la réception de TPS (en effet les cablo-opérateurs proposaient leurs propres bouquets de chaînes).

De plus, ils ont pu conquérir de nouveaux abonnés, par l'achat d'un décodeur TNT, proposée par TPS, et mettre la main sur les meilleures exclusivités sportives et cinématographiques, sur la TNT payante. Toutefois, avec l'arrivée d'Orange en tant que bouquet satellite de chaînes numériques, ce constat est à relativiser, notamment lors des derniers droits de diffusions de football.

Enfin, la fusion de TPS avec CANALSAT, a permis de renforcer le pouvoir de négociation (déjà très fort, la situation précédente était celle d'un duopole) face aux fournisseurs, tout en limitant celui des clients.

Les synergies réalisées par le nouveau groupe renommé "Le Nouveau CanalSat", ont permis de réaliser de nombreuses économies, notamment grâce à :

  • La suppression d’une quinzaine de chaînes doublon (par exemple : les chaînes cinéma du groupe TPS, avec l'intégration de TPS Cinéculte à l'offre de Canalsat),
  • Un plus fort pouvoir (certains diront trop fort) de négociation avec les chaînes indépendantes,
  • Un meilleur pouvoir de négociation avec les grands studios américains du cinéma (Universal, Paramount Pictures…) qui vont devoir baisser leurs prix et offrir les mêmes tarifs qu’aux autres bouquets européens,
  • La réduction du financement des coûts de productions cinématographiques,
  • Moins de location de transpondeurs (satellites).

Toutefois, les synergies liées à la location des transpondeurs ne seront effectives que dans un avenir assez lointain. En effet, TPS loue actuellement à Eutelsat 6 capacités pour un montant total de 20,2 millions d'euros. À la suite de la fusion, TPS devra payer une indemnité liée à la rupture du contrat de location des transpondeurs. De plus, chaque antenne satellite des abonnés TPS devra être redirigé vers le satellite Astra loué par CanalSat. Le coût de l'opération est évalué à 150 euros par antenne (lié au déplacement d'un technicien) auquel s'ajoute le remplacement des décodeurs.

Une fois achetée par le client, le décodeur de TPS ne proposant que, la TNT gratuite et payante, appartient au client.

Dès le 21 mars 2007, les offres satellite de TPS et de CanalSat, se sont rapprochées, pour ne former qu'une seule et même offre. À cette fin, TPS a préparé deux vagues de renumérotation des chaînes, intervenues du 1er février 2007 au 2 avril 2007 afin de faire converger la numérotation de TPS, vers celle du Nouveau CanalSat. Dès le mois de novembre 2006, les abonnés TPS par satellite, équipés du terminal locatif de TPS peuvent s'abonner à Canal+ le bouquet, disponible dans un premier temps sur les canaux 111 à 115, et désormais sur les canaux 4, 9, 10, 11 et 12. Ces chaînes sont gratuites jusqu'au 28 février 2007. Cette date est une date finale.

Au mois de février 2007, deux nouvelles chaînes issues de CanalSat ont fait leur apparition sur le décodeur de TPS : Sport+ et Planète+ Thalassa. Puis, l'arrivée le 2 avril de Comédie !, le 1er juillet est arrivée 13e rue, et le 31 juillet, les chaînes MTV Pulse et MTV Idol font leur arrivée. Enfin, l'arrivée de la 6e chaîne cryptée de Canal Plus le bouquet, Canal+ Family et de MTV Base France le 20 décembre 2007.

Le 18 janvier 2007, « Le Groupe Canal+ annonce avoir retenu Astra comme futur opérateur unique pour transporter ses offres de télévision par satellite en France métropolitaine ». Ce choix permettra de « disposer durablement de la capacité satellitaire nécessaire pour développer son offre de chaînes et accélérer le déploiement de la Haute Définition ». Les abonnés TPS devront juste réorienter leur parabole vers ce satellite, à partir du second semestre 2007. Il est dit que ces frais ne seraient pas à leur charge.

Les deux bouquets (TPS et CanalSat) ainsi fusionnés, exploitent le nom provisoire de « Nouveau CanalSat », dénomination transitoire pour finalement conservé « Canalsat » seul dès janvier 2008. Cette position dominante de Canalsat, propriété de Canal +, est partiellement freinée par la relance du bouquet AB Sat sous le nom de Bis Télévisions, et l'arrivée de France Télécom, qui via sa filiale Orange investit la TV par satellite.

Il faut ajouter le nouveau TPS, sous le nom de TV Numeric, lancé dès le 1er janvier 2007, contenant que la TNT gratuite, et une partie de la TNT payante.

Une fois TPS éteint définitivement, le 31 décembre 2008, TV Numeric peut lui succéder, dès le 1er janvier 2009. Le duopole formé par la fusion "CanalSat et TPS", de 2006 à 2008, disparaît le 31 décembre 2008. Le titre "Le Nouveau CanalSat" disparaît en janvier 2008, pour redevenir Canalsat, avec TPS intégrée.

Le 31 décembre 2008, le dernier abonnement à TPS est résilié, et à cette même date, tous les transpondeurs occupé par TPS sur les satellites Hot Bird sont définitivement coupés, mettant un terme définitif à l'aventure, du bouquet TPS dans le monde audiovisuel français. Le bouquet TPS était né en décembre 1996.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]