BioMérieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

bioMérieux

alt=Description de l'image BioMerieuxLogo.svg.
Création 1963
Fondateurs Dr Alain Mérieux
Personnages clés Dr Marcel Mérieux, Dr Charles Mérieux
Forme juridique Société anonyme
Action Euronext : BIM
Siège social Drapeau de France Marcy-l'Étoile (France)
Direction

Jean-Luc Bélingard, PDG

Alexandre Mérieux, Directeur Général Délégué
Actionnaires 59 % Institut Mérieux[1]
Activité Diagnostic in vitro
Société mère Institut Mérieux[1]
Effectif 7 723 ETP (2013)[2]
Site web www.biomerieux.com
Capitalisation 3 117 M€ (22/01/2014)[1]
Chiffre d’affaires 1 588 M€ (2013)[3]
en augmentation +1,2 %[3]
Résultat net 165 M€ soit 10,4 % du CA (2013)[4]
en augmentation +22,7 %

bioMérieux est une entreprise française spécialisée dans le diagnostic in vitro, leader mondial en microbiologie (42% de parts de marché)[5],[6] et en application industrielle[5] (agro-alimentaire, cosmétique, biopharmacie), située à Marcy-l'Étoile près de Lyon. BioMérieux offre des solutions pour déterminer la source d’une maladie ou d’une contamination. Ses réactifs, instruments et logiciels sont utilisés dans le diagnostic des maladies infectieuses pour les urgences cardiovasculaires, le dépistage et le suivi des cancers ainsi que pour la détection de micro-organismes dans les produits agroalimentaires, pharmaceutiques et cosmétiques.

bioMérieux est présent dans plus de 160 pays par le biais de 41 filiales et d'un large réseau de distributeurs[7]. 87 % de son chiffre d'affaires est réalisé hors France[7]. La société est cotée sur Euronext Paris. En 2012, elle fait partie de l'indice Next 150.

Histoire[modifier | modifier le code]

La famille Mérieux a plus d’un siècle d’expérience en biologie et développement de tests de diagnostic in vitro. Marcel Mérieux, grand-père d’Alain Mérieux, fondateur de bioMérieux, fut l’élève de Louis Pasteur. En 1897, il fonda un laboratoire d'analyses médicales à Lyon qui devint l'Institut Mérieux, qui développe une large gamme de vaccins et de produits biologiques, dont des réactifs. C’est dans ce laboratoire que Marcel Mérieux développa les premiers sérums antitétaniques. Alain Mérieux en assure la présidence pendant 25 ans, jusqu’en 1994[8].

En 1937, le fils de Marcel Mérieux, le Docteur Charles Mérieux, prit les rênes du laboratoire au décès de son père. Dans le courant des années 1940, il introduisit une technique développée par le hollandais Frenkel – la culture in vitro - qui transforma la fabrication des vaccins et conduit à la production de réactifs pour les tests de diagnostic in vitro.

En 1963, le fils de Charles Mérieux, Alain Mérieux créa BD Mérieux, détenue à parts égales entre l’Institut Mérieux et Becton Dickinson[8], offrant une large gamme de produits pour les laboratoires d’analyses médicales. Lorsqu’en 1974 Alain Mérieux devint actionnaire majoritaire de BD Mérieux, la société prit le nom de bioMérieux[8].

En 1986, bioMérieux fait l'Acquisition de API Systems basé en France[8]. En 1988, bioMérieux rachète Vitek, basée aux États-Unis, à St-Louis (Missouri)[8]. En 2001, bioMérieux acquiert Organon Teknika qui appartenait à Akzo Nobel et était une entreprise basée aux Pays-Bas)[8].

En 2004, bioMérieux est introduit sur le marché boursier Euronext de Paris[8].

En 2005, Alexandre Mérieux, fils d'Alain Mérieux, intègre la société. Il occupe actuellement le poste de Directeur Général Délégué.

En 2006, est inauguré le Centre Christophe Mérieux, spécialisé en Biologie Moléculaire et Micro-systèmes à Grenoble. La même année bioMérieux fait l'acquisition de Bacterial Barcodes (USA)[8].

En 2007, bioMérieux fait l'acquisition de Biomedics (Espagne) et de BTF (Australie)[8].

En 2008, BioMérieux crée une joint-venture commerciale avec Sysmex (Japon), ainsi qu'une autre avec Shanghai Kehua Bio-engineering (Chine). La même année bioMérieux acquiert PML Microbiologicals (USA), AB Biodisk (Suède) et AviaraDx (USA), qui sera renommée bioTheranostics[8].

En 2010, bioMérieux fait l'acquisition de Meikang Biotech (Chine) et Shanghai Zenka Biotechnology (Chine)[8].

En 2011, bioMérieux fait l'acquisition de AES Laboratoire et d'Argene, basés en France[8].

En 2011, Alain Mérieux prépare sa succession en confiant la fonction de PDG à Jean-Luc Bélingard, déjà membre du Conseil d'Administration depuis 2006[9].

En 2012, bioMérieux fait l'acquisition de RAS basé en Inde[8].

En 2013, bioMérieux fait l'acquisition de l'entreprise américaine BioFire Diagnostics pour 342 millions d'euros[10].

Activités[modifier | modifier le code]

Le diagnostic clinique[modifier | modifier le code]

L'analyse sur un prélèvement biologique (urines, salive, sang…) permet de détecter la présence d’agents pathogènes (bactérie, virus…) ou de substances sécrétées par le corps, de les caractériser et de les quantifier.

Au-delà de cette décision, le diagnostic in vitro intervient également dans le suivi de la prise en charge des patients en évaluant les réponses au traitement (mesure de la charge virale, identification des résistances aux traitements…), et permet ainsi aux équipes médicales d’intervenir plus finement dans le suivi thérapeutique. Le diagnostic in vitro constitue un élément clé dans la prise de décision des professionnels de santé.

La microbiologie industrielle[modifier | modifier le code]

Une analyse effectuée sur un échantillon (aliment, air, additif…) permettra à un industriel de contrôler et d’attester de la qualité de sa production, de la matière première au produit fini en passant par son environnement de fabrication. Un atout majeur dans un monde où le consommateur est chaque jour plus exigeant en matière de sécurité sanitaire, alimentaire et environnementale.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

La famille Mérieux est une dynastie d'entrepreneurs lyonnais, à l'origine des entreprises Sanofi Pasteur (leader mondial des vaccins humains), bioMérieux (diagnostic in vitro), Mérial (leader mondial en santé animale), Biomnis (leader français de la biologie médicale spécialisée) mais également de la Fondation Mérieux, du laboratoire P4 Jean Mérieux (unique laboratoire français à abriter les virus les plus dangereux du monde) et de l'organisme de formation humanitaire Bioforce[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c bioMérieux, Boursorama
  2. bioMérieux - Rapport d'activité 2013 Site officiel bioMérieux, communiqué de presse 22/01/2014, page 4.
  3. a et b bioMérieux - Rapport d'activité 2013, Site officiel bioMérieux, communiqué de presse 22/01/2014.
  4. bioMérieux - Résultats annuels 2013, Site officiel bioMérieux, communiqué de presse des résultats de 2013.
  5. a et b "Faits & Chiffres", Site officiel
  6. BFM TV, Le Grand Journal 22/01/2014, 03:50 "Nous sommes numéro un mondial dans le domaine du diagnostic microbiologique [...]. Nous somme numéro un mondial avec 42% de parts de marché"
  7. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées presse23.2F01.2F2013.
  8. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m "Notre histoire" Site officiel.
  9. Communiqué de Presse 26/10/2010, Site officiel.
  10. BioMérieux s'offre une pépite américaine du diagnostic, Denis Cosnard, Le Monde, 03 septembre 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]