Système U

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Système U

Description de cette image, également commentée ci-après

Logotype du groupement Système U


Fondateurs groupement de commerçants de l'Ouest
Personnages clés Jean-Claude Jaunait
Forme juridique SA coopérative à conseil d'administration
Slogan « U, Le commerce qui profite à tous »
Siège social Drapeau de France Rungis (France)
Direction Serge Papin
Activité grande distribution
Produits alimentaires, bazar, textile…
Filiales Hyper U, Super U, U express, Utile
Site web magasins-u.com, coursesu.com
Chiffre d’affaires 23,209 milliards d'euros TTC avec carburant au 31 décembre 2012[1].

Système U est une coopérative de commerçants de grande distribution française présidée par Serge Papin.

Le groupement coopératif rassemble les enseignes Hyper U, Super U, U Express (supplantant Marché U) et Utile (réseau de supérettes dans les communes en campagne).

Avec 10,2 points de parts de marché au 31 décembre 2013, il s'agit du quatrième distributeur alimentaire en France[réf. nécessaire], après les groupes Carrefour, Leclerc, Intermarché. Il est parfois classé au quatrième rang lorsque les parts de marché sont affichées par enseigne et non par groupe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Unico signifie Union Commerciale.

En 1894 à Savenay, l'épicier Auguste Juhel qui venait d'écouter le sermon d'un prêtre parlant de la force de l'union, décide de fédérer les commerçants de sa région pour qu'ils puissent gagner « leur pain quotidien » et faire face à la concurrence des « Grandes Maisons ». Naît ainsi l’une des premières sociétés d’achats en commun ou en participation entre épiciers détaillants, baptisée « Le Pain Quotidien », enseigne qui compte cinq adhérents à l'origine[2].

En moins d’une année l’association compte 9 adhérents, puis 35 au début du siècle. Entre 1894 et 1919, le paysage du commerce se transforme considérablement. Les progrès technologiques ouvrent chaque jour de nouveaux horizons. En 1920, l'association regroupe 300 épiciers affiliés[3]

UNICO[modifier | modifier le code]

En février 1922 la fédération française des sociétés d'achats en commun voit le jour, fondée par 32 coopératives de détaillants, notamment l'Union alimentaire de l'Oise (qui dépose en 1924 la marque UNICO[4] pour des produits alimentaires et des produits d'entretien) et la Société des épiciers détaillants de la région parisienne. Deux mois après, le comptoir coopératif d'achats (CCA) est créé par la fédération, faisant office de centrale d'achats[5].

Stand UNICO

En 1928, la marque UNICO est déposée par la fédération française des sociétés d’achats en commun pour des produits alimentaires et des produits d'entretien. De centrale d'achats, l'association se mue progressivement en réseau de distribution avec le développement des premières enseignes Unico. UNICO est une marque exclusive : il faut être membre de la fédération pour la distribuer[5].

En 1929, 30 000 épiciers détaillants vendent des dizaines de produits UNICO. Les tickets primes font leur apparition, 20 tickets s’échangent contre un Stylomine, 500 pour un sac à main noir. La marque UNICO devient un label[3].

En 1950, la marque UNICO regroupe 130 sociétés coopératives (dont Codec et l'Union des négociants en alimentation (UNA), tous membres de l’Ugal, l'Union des groupements de commerçants indépendants en Europe[5]) et de 10 000 détaillants. C’est le début d’un vaste mouvement autour du principe de commerce indépendant associé[2].

1958 marque la naissance du groupement UNICO. À la suite d'une scission dans le mouvement (départ de Codec et de l'UNA) qui était composé alors de plusieurs sociétés elles-mêmes coopératives, toutes membres du comptoir coopératif d’achats, l'Union des commerçants détaillants indépendants (Unico), regroupant 20 sociétés coopératives est constituée[5].

En 1962 UNICO regroupe 70 sociétés coopératives[5]. UNICO devient, un an plus tard, la plus grande force française de détaillants alimentaires indépendants. Ses 6 000 épiciers sont alors sollicités pour placer l’enseigne UNICO sur la devanture de leur magasin.

En 1967 UNICO regroupe 110 sociétés coopératives[5]. C’est le début d'un processus de concentration, deux ans plus tard en 1969, il reste 75 groupements rassemblés dans une fédération nationale. En même temps UNICO développe le libre-service dans son réseau, le principe d’hypermarché et de supermarché se formalise.

En mars 1972, le conseil d’administration du comptoir coopératif d’achat est renouvelé. Le processus de concentration se poursuit. À la suite de la fusion de plusieurs de ses coopératives adhérentes UNICO compte 47 sociétés en avril 1972[5]. Le nombre de détaillants a aussi été divisé par deux de 10 000 en 1967, ils sont moins de 6 000 en 1972. 1972 voit également l'ouverture du premier Super U en France, le 6 juillet à Maizières-lès-Metz par M. et Mme Galby. L’enseigne est déposée par UNICO Metz, 16 rue des Fèvres à Metz Borny.

En 1973, Jean-Claude Jaunait (fils d'épicier à une période où les épiciers vendaient encore leurs produits derrière le comptoir) alors patron de la région Ouest, prend les rênes de la centrale nationale. Il accélère le processus de concentration du groupement[3].

En 1975 c'est la création de l'enseigne Super U, moteur du développement du groupe : 1 000 m² de surface moyenne de vente[5] pour 100 places de stationnement. La concentration se poursuit.

Système U[modifier | modifier le code]

Pile de marque U

En 1983, traduction de la volonté des associés d’évoluer vers une structure nationale, Système U est créé pour fédérer les différentes sociétés et enseignes d'adhérents. Le souhait de Jean-Claude Jaunait de créer un dénominateur commun à toutes les enseignes du groupement conduit à choisir la lettre U d'UNICO comme bannière commerciale de l’ensemble de ces enseignes : le « grand U rouge » devient l’emblème du groupement tandis que le choix du nom Système fait référence au fonctionnement des adhérents de la coopérative. Système U se lance dans le format hypermarché de plus de 2 500 m2 et crée l'enseigne Avenue[5].

Le groupement signe en 1988 ses débuts dans le monde des hypermarchés, l’enseigne Avenue devient Hyper U[5]. Il confirme là le passage d’un groupement d’achats à un groupement d’enseignes.

Depuis 1991 les enseignes Marché U (pour les plus de 400 m2) et les Super U commencent à supplanter les Unico en tant que « magasin alimentaire de proximité »[5]. Le groupement Système U est divisé en cinq centrales régionales, elles-mêmes fédérées dans une centrale nationale.

En 1991 le changement d'enseigne se poursuit. En février, Système U compte 71 magasins Marché U et 344 Unico, puis en décembre, 150 Marché U et 250 Unico. L’enseigne Unico disparaît définitivement en 1993[5].

En 1994 dans un souci d’efficacité, le nombre des centrales régionales est ramené à quatre : centrale régionale Ouest, centrale régionale Nord-Ouest, centrale régionale Est, centrale régionale Sud.

En 1995-1997 les derniers magasins Unico sont supplantés par l'enseigne Utile. Il s'agit de l'enseigne de supermarché de proximité de Système U en campagne comptant moins de 400 m2 de surface moyenne de vente. Certains adhérents préfèrent passer à la concurrence, notamment en devenant franchisés Promodès, avec l'enseigne Shopi ou aux Comptoirs modernes, avec l'enseigne Comod.

En 1997, mise en place du programme fidélité à points « Carte U ». Un point acquis par tranche de 20 Francs, avec des jours compte double ou triple, notamment le mardi ou jeudi.

En 1998, Système U s'associe avec les E.Leclerc pour former la centrale d'achats LUCIE (L’Union des coopérateurs indépendants européens) dans l'hypothèse d'un rapprochement[6]. À la suite de contestations en interne, à des désaccords et aux réformes diverses de la loi Galland, les deux enseignes décident en 2006 de limiter les missions de LUCIE à un partenariat économique inattaquable sur le plan juridique (carburants, logistique, etc.)

Logo de Location U

En 2006, création de location U un service de location de véhicules utilitaires dans un premier temps puis de voitures. La même année, Système U est condamnée par le tribunal de commerce de Créteil à un remboursement record, 76,8 millions d'euros, pour pratiques commerciales fautives (non-respect du contrat de réciprocité des accords commerciaux, corollaire de la réforme de la loi Galland)[7].

En 2008, naissance de l'enseigne U express et du service de téléphonie mobile U mobile[8],[9]. La même année, le premier hypermarché certifié Haute qualité environnementale est un Hyper U qui ouvre à Arc sur Argens dans le Var[10].

En 2009, Système U arbore un nouveau logo, ainsi que ses deux enseignes U Express et Utile (lequel rejoint ainsi de manière plus visible la stratégie de marque "U"). L'enseigne Marché U est remplacée progressivement par les enseignes Super U ou U Express. Courant 2009, Serge Papin, pourtant vice-président d'EMD distribution, annonce que son groupe va changer de centrale d'achat pour AMS[11].

En 2010, dans le contexte de la loi de modernisation de l'économie, Système U développe une politique de croissance externe par le ralliement des magasins de proximité de la coopérative Le Mistral (240 magasins Coccinelle et Cocci Market), les supermarchés et hypermarchés de Coop de Normandie[12], puis en 2012 ceux de Coop Atlantique[13].

En mai 2011 le pionnier de la vente à distance de produits alimentaires Telemarket est racheté par Système U qui le rebaptise U-Telemarket, cette démarche s'inscrivant dans la stratégie multi-canal du groupe[14].

Au 31 décembre 2012 plus de 1500 magasins U sont présents dans toute la France et Système U atteint les 10 points de parts de marché.

Le 26 juin 2013, le site U-Telemarket cessa définitivement son activité.

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Slogans[modifier | modifier le code]

  • 1989 : « le bon prix, le bon choix »
  • 1989 : « Unis les Hommes sont plus forts »
  • Début des années 1990 : « U, les nouveaux commerçants » [3]
  • Depuis janvier 2011 : « U, Le commerce qui profite à tous »

Daniel Prévost prête sa voix pour les spots publicitaires à la radio des Système U depuis les années 1980[3] puis à la télévision.

Organisation[modifier | modifier le code]

Regroupant à l'origine de simples épiceries et des supérettes concentrées dans la partie Ouest du territoire, le groupement est depuis fédéré à une centrale nationale basée à Rungis et quatre centrales régionales : centrale régionale Ouest basée à Carquefou, centrale régionale Nord-Ouest basée à Caen, centrale régionale Est basée à Mulhouse, centrale régionale Sud basée à Vendargues.

Direction du groupe[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Jaunait (1973 - 2005)
  • Serge Papin (2005 - en poste)

Structure[modifier | modifier le code]

La force de Système U réside en grande partie dans l'implication directe et quotidienne des associés dans le fonctionnement du Groupe.

Les Expan U, sont des structures dédiées à l'expansion du Réseau « U », gérées par chacune des coopératives régionales. Ayant pour vocation de faciliter l'entrepreneuriat, elle permet le parrainage financier, le cadre de la création et/ou de la reprise d'un Magasin U.

Les Groupes d’Échanges et de Propositions - GEP , réunissent chaque mois les associés d’un ou plusieurs départements, desquels sortent nombre d’idées et de solutions pratiques et concrètes pour le réseau.

Force U, créé en 1991 est un institut de formation interne dédié aux collaborateurs des Magasins U. Il propose des cycles de formation permettant de se former aux différents métiers de la distribution ou de valider des compétences. Il permet également aux associés et aux salariés en poste d’adapter ou d’accroître leurs compétences par des formations continues. 3 sites de formation à Carquefou, Saint-Brès et Mulhouse.

U emploi, le site internet commun aux centrales régionales qui propose des offres d'emploi de l'enseigne U déposées par les magasins et les centrales.

Les enseignes du groupement[modifier | modifier le code]

Système U (Hyper U, Super U, Marché U, U express, Utile) regroupe, en 2012, 1504 magasins sur tout le territoire français, y compris les territoires d'outre-mer.

Les enseignes :

Années / Enseignes Hyper U (≈5 280 m2) Super U (≈2 188 m2) Marché U (≈710 m2) U express(≈602 m2) Utile (≈208 m2)
2012 70 771 26 268 369

Depuis 1999, Super U est désignée comme étant l'enseigne de supermarché préférée des Français[15].

Développement durable[modifier | modifier le code]

L'implication dans le développement local

Les Magasins U proposent des marques nationales, des produits U dont la majorité sont élaborés par des PME françaises, mais aussi des produits locaux ou régionaux. Ces produits sont réalisés dans le cadre de coopérations avec des producteurs de proximité afin d'avoir moins de transport et de développer l'économie locale.

Les produits vert U

U Bio, est une marque de produits issus de l’agriculture biologique ; la marque « U Écologique » quant à elle regroupe des produits d’entretien « verts », estampillés de l'Écolabel.

La sélection U de nos régions

Créé en 2009 U d'Alsace issu de magasins Alsaciens permet de valoriser sa collaboration avec plus de 450 fournisseurs locaux. U sélection de Vendée et U sélection du Sud-Ouest l'ont rejointe en 2010. En 2011 c'est le lancement de plusieurs autres sélections telles que U d'Anjou, U de Normandie, etc.

U Eco Raison
Logo U Eco Raison

Écovalor devenu U Eco Raison en 2009, est une filière de recyclages, développée pour l'ensemble de magasins U de Vendée au milieu des années 1990, qui permet de collecter et trier les principaux déchets (cartons, plastique, polystyrène, cintres, etc. ) des Magasins U dans le but de valoriser les déchets. Ce principe est aujourd’hui en cours de développement pour l'ensemble du réseau national.

La préservation de l'environnement

Désormais, chaque fois qu’il est question de construction ou d’agrandissement d’un magasin, l’intégration dans l’environnement, la préservation des ressources et la réduction des émissions en tout genre sont prises en compte.

Par exemple : mise en place de panneaux photovoltaïques pour produire de l’électricité, utilisation de matériaux écologiques, récupération de l’eau de pluie, systèmes de production de froid « basse consommation ». L’enseigne participe à l’élaboration d’un référentiel HQE (Haute Qualité Environnementale) adapté aux bâtiments commerciaux, avec le premier hypermarché de France à se lancer dans une telle démarche[10].

Services[modifier | modifier le code]

U location[modifier | modifier le code]

U location créé en 2006 est un service de location de véhicules utilitaires uniquement dans un premier temps puis d'automobiles. C'est le 1er service de location lancé par une grande surface.

U mobile[modifier | modifier le code]

En s'appuyant sur le réseau d'Orange avec la signature d'un accord de licence avec le premier opérateur français, « U mobile » propose des offres prépayées et sans engagement. L’offre s’articule autour d’une gamme de packs (mobile + carte prépayée SIM), de cartes vendues seules et d’une gamme de recharges[9].

L'enseigne met en place une synergie entre U mobile et le programme de fidélité Carte U (les courses rapportent des points U qui sont échangeables en minutes de communication)[9].

CoursesU.com / U-drive[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Courses U.

Le service de courses en ligne des Magasins U. Une offre moderne et conviviale pour faire ses courses comme dans un Magasin U, sans sortir de chez soi. Les points de vente gèrent le commerce en ligne, de la prise de commande jusqu’à la livraison. Deux modes de livraison sont proposés, le retrait en magasin ou au drive et la livraison à domicile. Plus de 534[16] Magasins U proposent ce service.

U-Telemarket[modifier | modifier le code]

Article détaillé : U-Telemarket.

Telemarket était un cybermarché créé en 1983 livrant à domicile dans certaines villes d'Île-de-France. Il a été racheté en 2011 par Système U[14] qui le renomme U-Telemarket, mais le cybermarché dépose le bilan et cesse toute activité le 26 juin 2013.

Historique des logos des enseignes du groupe[modifier | modifier le code]

Logos actuels[modifier | modifier le code]

Anciens logos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.magasins-u.com/portailu/ShowProperty/BEA%20Repository/National/Le%20groupe/Presse/PDF_resultats_2012//03.fichier
  2. a et b Jean-Louis Roveyaz, Bruno de Laage, Patrick Mérienne, L'entreprise coopérative, une alternative moderne, Éditions L'Harmattan,‎ 2008 (lire en ligne), p. 68
  3. a, b, c, d et e David Dauba, Jean Watin-Augouard, « À vos marques : Système U »,‎ 21 janvier 2013 BFM Business Radio
  4. Acronyme a posteriori de l'Union des Commerçants de l'Oise ou de l'Union Commerciale, nom choisi par un des directeurs d'une coopérative de la région de Beauvais qui fumait des cigares belges de marque Unico.
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l « Histoire de UNICO », sur marquesdisparues
  6. « L'alliance Leclerc-Système U se joue des obstacles », sur LSA,‎ 14 décembre 2000
  7. « Système U condamné à rembourser 76,8 millions d'euros », sur LSA,‎ 26 octobre 2006
  8. Et si maintenant, vos courses vous rapportaient des minutes de communication ?, www.magasin-u.com, lu le 03/01/2008 [lire en ligne]
  9. a, b et c « U Mobile : une offre de téléphonie mobile prépayée pour les magasins U », sur clubic.com
  10. a et b Gérard Tur, « Le premier Hyper U certifié HQE », sur LSA,‎ 20 novembre 2008
  11. « La première centrale d'achat européenne va perdre Systeme U et Delhaize », sur lesechos.fr
  12. Sylvain Aubril, « La course aux affiliés se poursuit », sur LSA,‎ 14 mai 2009
  13. Jean-Noël Caussil, « Pourquoi Coop Atlantique rejoint Système U », sur LSA,‎ 14 avril 2011
  14. a et b « Système U a racheté Telemarket », sur lesechos.fr
  15. Étude TNS-Sofres sur un panel de 20 000 foyers interrogés
  16. « Détail de l'enseigne » sur Meilleurdrive.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]