Groupe Les Républicains (Assemblée nationale)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Groupe Les Républicains
Image illustrative de l’article Groupe Les Républicains (Assemblée nationale)
Chambre Assemblée nationale
Législature(s) XIIe, XIIIe, XIVe, XVe et XVIe (Cinquième République)
Fondation
Ancien(s) nom(s) Groupe de l'Union pour la majorité présidentielle
Groupe de l'Union pour un mouvement populaire
Président Olivier Marleix
Porte-paroles Émilie Bonnivard
Pierre-Henri Dumont
Anne-Laure Blin
Philippe Gosselin
Partis membres Les Républicains
Union des démocrates et indépendants
Soyons libres
Oser la France
Nous France
Likoud
Représentation
62  /  577
Positionnement Centre droit à droite
Idéologie Gaullisme[1],[2],[3]
Conservatisme[4],[5],[6]
Libéral-conservatisme[7],[8],[9],[3]
Démocratie chrétienne[3]
Site Web deputes-les-republicains.fr

Le groupe Les Républicains (LR), dénommé de 2002 à 2003 groupe de l'Union pour la majorité présidentielle (UMP), puis entre 2003 et 2015 groupe de l'Union pour un mouvement populaire (UMP), est un groupe parlementaire français de droite et de centre droit à l'Assemblée nationale composé majoritairement de députés membres du parti Les Républicains, anciennement UMP.

Historique[modifier | modifier le code]

Le groupe est constitué à l'Assemblée nationale au début de la XIIe législature de la Cinquième République le sous l'appellation « Union pour la majorité présidentielle », avant de prendre le nom du nouveau parti Union pour un mouvement populaire le .

Il succède aux groupes Rassemblement pour la République (RPR) et Démocratie libérale et indépendants (DLI) de la précédente législature, tout en rassemblant une grande partie des députés qui siégeaient jusque-là au groupe de l'Union pour la démocratie française (UDF). Après les élections législatives de 2007, il est reformé le , puis à nouveau le après les élections de juin 2012.

Il rassemble les élus :

Groupe majoritaire à l'Assemblée nationale sous les XIIe et XIIIe législatures, il est présidé par Christian Jacob à partir de 2010. Au , il compte 307 membres et sept apparentés[10]. À l'ouverture de la XIVe législature, le groupe, désormais dans l'opposition parlementaire, comprend 185 membres et 11 apparentés[11]. Christian Jacob est reconduit à sa présidence.

Le , 43 députés UMP créent une Amicale gaulliste de l'Assemblée nationale afin de « nourrir la réflexion » lors du congrès de l'UMP de [12].

Le , François Fillon fonde, avec 67 députés, un nouveau groupe, le Rassemblement-UMP, en attendant que le président contesté de l'UMP, Jean-François Copé, organise une nouvelle élection pour la présidence du parti [13],[14]. Le groupe R-UMP compte, au , 69 membres et deux apparentés[15]. Ce groupe est dissous le à la suite de la conclusion d'un accord entre copéistes et fillonistes.

En , après révélé des liens importants du groupe avec Bygmalion, le journal en ligne Mediapart révèle que le Groupe UMP a accordé un prêt de 3 millions d'euros au parti UMP alors qu'il est essentiellement financé par une dotation de l’Assemblée nationale (3 millions d’euros par an pour le Groupe UMP) qui est exclusivement destinée à « assurer leur fonctionnement[16] »[17].

Le , le groupe UMP est renommé groupe « Les Républicains », suivant le changement de nom du parti.

Après les élections législatives de 2017, seuls 112 députés LR sont élus, ce total comprenant aussi des investitures LR-UDI, ce qui constitue un « revers historique »[18], soit moins que le plancher historique de 158 des élections de 1981[19]. Le les « constructifs » ne souhaitent pas rejoindre le groupe et créent, avec les élus UDI, le groupe Les Constructifs : républicains, UDI, indépendants. Le groupe LR compte donc 100 députés à l'Assemblée nationale, dont 95 élus Les Républicains et cinq apparentés divers droite, ils sont qualifiés de « Républicains historiques ». Son président, Christian Jacob, réélu le face à Damien Abad, obtient 62 voix à 32 pour le second.

Le , le candidat LR à la présidence de l'Assemblée nationale, Jean-Charles Taugourdeau, recueille 94 voix[20]. Lors du vote de confiance au gouvernement Philippe II, 23 députés votent contre la confiance, 75 s'abstiennent[21]. Les députés du groupe LR présentent en moyenne les revenus annuels les plus élevés des groupes parlementaires[22]. Après un an de législature, le groupe LR est le groupe le moins présent aux votes de l'Assemblée avec un taux de 18 %, proche de celui du groupe Nouvelle gauche (19 %)[23].

Damien Abad est élu président du groupe le . Contexte souligne alors que « l’élection s’est faite avant tout sur les personnalités, et pas sur une ligne politique », précisant que selon tous les députés LR interrogés, « les anciens clivages entre « sarkozystes », « fillonistes » et « juppéistes » n’ont plus cours dans le groupe »[24]. Après une période d'« ambiguïté » sur son positionnement politique pendant l'élection présidentielle de 2022, Damien Abad quitte la présidence du groupe le et se met « en congés » de son parti – l'intérim de la présidence est assuré par Virginie Duby-Muller[25].

A la suite des élections législatives de 2022, Olivier Marleix est élu président du groupe face à Julien Dive le [26]. Si son élection semble consacrer la victoire des adversaires d'un « pacte de gouvernement » avec LREM, Le Monde observe que « depuis le début de la législature, les députés LR apparaissent pourtant comme de solides appuis pour l’exécutif, désormais contraint de trouver alliés et compromis[27]. » Les députés LR votent régulièrement les textes présentés par le gouvernement tout en poussant en faveur de plus de libéralisme économique [28]

Élection du président du groupe le
Candidat Circonscription 1er tour
Voix %
Olivier Marleix Deuxième circonscription d'Eure-et-Loir 40 66,67
Julien Dive Deuxième circonscription de l'Aisne 20 33,33
Votants 60

Composition[modifier | modifier le code]

Année Nom Nombre
de membres
Nombre
d’apparentés
Nombre
de députés
Évolution Pourcentage
2002 Union pour la majorité présidentielle 356 9 365 63,26 %
2003 Union pour un mouvement populaire
2007 314 6 320 en diminution 45 55,46 %
2012 185 11 196 en diminution 124 33,97 %
2015 Les Républicains
2017 95 5 100 en diminution 96 17,33 %
2022 59 3 62 en diminution 34 10,75 %


XVIe législature[modifier | modifier le code]

Membres[modifier | modifier le code]

Nom Parti Circonscription
Emmanuelle Anthoine LR 4e circonscription de la Drôme
Thibault Bazin LR-OLF 4e circonscription de Meurthe-et-Moselle
Valérie Bazin-Malgras LR 2e circonscription de l'Aube
Anne-Laure Blin LR 3e circonscription de Maine-et-Loire
Émilie Bonnivard LR 3e circonscription de la Savoie
Jean-Yves Bony LR 2e circonscription du Cantal
Ian Boucard LR 1re circonscription du Territoire de Belfort
Xavier Breton LR-OLF 1re circonscription de l'Ain
Hubert Brigand LR 4e circonscription de la Côte-d'Or
Fabrice Brun LR 3e circonscription de l'Ardèche
Dino Cinieri LR 4e circonscription de la Loire
Éric Ciotti LR 1re circonscription des Alpes-Maritimes
Josiane Corneloup LR 2e circonscription de Saône-et-Loire
Christelle D'Intorni LR 5e circonscription des Alpes-Maritimes
Marie-Christine Dalloz LR 2e circonscription du Jura
Vincent Descœur LR 1re circonscription du Cantal
Fabien Di Filippo LR 4e circonscription de la Moselle
Julien Dive LR-NF 2e circonscription de l'Aisne
Francis Dubois LR 1re circonscription de la Corrèze
Virginie Duby-Muller LR 4e circonscription de la Haute-Savoie
Pierre-Henri Dumont LR-NF 7e circonscription du Pas-de-Calais
Nicolas Forissier LR 2e circonscription de l'Indre
Jean-Jacques Gaultier LR 4e circonscription des Vosges
Annie Genevard LR 5e circonscription du Doubs
Philippe Gosselin LR-OLF 1re circonscription de la Manche
Justine Gruet LR 3e circonscription du Jura
Victor Habert-Dassault LR 1re circonscription de l'Oise
Michel Herbillon LR 8e circonscription du Val-de-Marne
Patrick Hetzel LR 7e circonscription du Bas-Rhin
Philippe Juvin LR 3e circonscription des Hauts-de-Seine
Mansour Kamardine LR 2e circonscription de Mayotte
Marc Le Fur LR 3e circonscription des Côtes-d'Armor
Véronique Louwagie LR 2e circonscription de l'Orne
Emmanuel Maquet LR 3e circonscription de la Somme
Olivier Marleix LR 2e circonscription d'Eure-et-Loir
Alexandra Martin LR 8e circonscription des Alpes-Maritimes
Frédérique Meunier LR-SL 2e circonscription de la Corrèze
Maxime Minot LR 7e circonscription de l'Oise
Yannick Neuder LR 7e circonscription de l'Isère
Jérôme Nury LR 3e circonscription de l'Orne
Éric Pauget LR-SL 7e circonscription des Alpes-Maritimes
Isabelle Périgault LR 4e circonscription de Seine-et-Marne
Christelle Petex-Levet LR 3e circonscription de la Haute-Savoie
Alexandre Portier LR 9e circonscription du Rhône
Aurélien Pradié LR 1re circonscription du Lot
Nicolas Ray LR 3e circonscription de l'Allier
Vincent Rolland LR 2e circonscription de la Savoie
Raphaël Schellenberger LR 4e circonscription du Haut-Rhin
Vincent Seitlinger LR 5e circonscription de la Moselle
Nathalie Serre LR-OLF 8e circonscription du Rhône
Michèle Tabarot LR 9e circonscription des Alpes-Maritimes
Jean-Pierre Taite LR 6e circonscription de la Loire
Jean-Louis Thiériot LR 3e circonscription de Seine-et-Marne
Isabelle Valentin LR 1re circonscription de la Haute-Loire
Pierre Vatin LR 5e circonscription de l'Oise
Antoine Vermorel-Marques LR 5e circonscription de la Loire
Jean-Pierre Vigier LR 2e circonscription de la Haute-Loire
Alexandre Vincendet LR 7e circonscription du Rhône
Stéphane Viry LR-OLF 1re circonscription des Vosges

Apparentés[modifier | modifier le code]

Nom Parti Circonscription
Jean-Luc Bourgeaux LR 7e circonscription d'Ille-et-Vilaine
Pierre Cordier LR 2e circonscription des Ardennes
Meyer Habib UDI-Likoud 8e circonscription des Français établis hors de France
Répartition partisane des membres lors de la XVIe législature
Parti Nombre
Les Républicains 52
Les Républicains-Oser la France 5
Les Républicains-Soyons libres 2
Les Républicains-Nous France 2
Union des démocrates et indépendants-Likoud 1

XVe législature[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Secrétaire générale[modifier | modifier le code]

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « L'UMP devient « Les Républicains », sur franceinter.fr, (consulté le ).
  2. « Les Républicains » : comment Sarkozy veut dépasser la logique de parti », sur lessechos.fr, (consulté le ).
  3. a b et c (es) « Sarkozy apela a las esencias republicanas para reconquistar el poder », sur abc.es, (consulté le ).
  4. (en) « Hollande and Sarkozy are battling for the French Presidency — but France doesn't want either of them », sur uk.businessinsider.com, (consulté le ).
  5. (en) « The ‘Republican Party’ is coming to France », sur washingtonpost.com, (consulté le ).
  6. Fabien Escalona, « Les Républicains sont l’un des partis conservateurs les plus en perdition », sur Mediapart, (consulté le ).
  7. (en) Wolfram Nordsieck, « France », sur parties-and-elections.eu.
  8. « Fillon, le triomphe du libéral-conservatisme », sur Causeur, .
  9. « Libéral et conservateur : le programme de François Fillon pour la France », sur Le Parisien, .
  10. « Assemblée nationale - Les groupes politiques », sur assemblee-nationale.fr (consulté le ).
  11. « Composition et effectif des groupes politiques à l'Assemblée nationale », sur assemblee-nationale.fr, .
  12. « Assemblée : une Amicale gaulliste », sur Le Figaro, (consulté le ).
  13. « Les 68 membres du groupe Fillon sont... », sur Europe1.fr, .
  14. « Avec le « Rassemblement-UMP », Fillon pourrait prendre l’avantage sur Copé », .
  15. « 3 députés rejoignent le groupe filloniste », sur Le Figaro, .
  16. « Fiche de synthèse n°22 : Les groupes politiques », Assemblée nationale (consulté le ).
  17. Mathilde Mathieu et Ellen Salvi, « UMP : l'emprunt caché de 3 millions d'euros », sur Mediapart, (consulté le ).
  18. Marion Mourgue, « Comment l'exécutif tente de dynamiter la droite à l'Assemblée », sur Le Figaro, (consulté le ).
  19. Alain Auffray, « Les Républicains traversent la tempête », liberation.fr, (consulté le ).
  20. 95 membres LR et cinq apparentés. Au 21 juin 2017, seuls 94 députés ont participé à l'élection du président du groupe, les autres ayant l'intention d'adhérer au groupe Les Constructifs : républicains, UDI, indépendants auquel vont se joindre les 18 députés UDI. Six députés ont rejoint le groupe lors de l'ouverture de la XVe législature, dont cinq apparentés, portant le nombre de membres à 100.
  21. (en) « Analyse du scrutin n°1 », sur scribd.com, (consulté le ).
  22. « Députés : des trains de vie nettement supérieurs à la moyenne », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  23. « Les députés En marche traînent les pieds », sur Les Jours, (consulté le ).
  24. Samuel Le Goff, « Le groupe LR de l’Assemblée joue la carte du renouvellement », sur Contexte.com, (consulté le ).
  25. a et b D.Mazzola (avec AFP), « Damien Abad, le patron des députés Les Républicains, claque la porte de son parti », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, (consulté le )
  26. Wally Bordas et Emmanuel Galiero, « Olivier Marleix élu président du groupe LR à l'Assemblée nationale », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  27. « A LR, le spectre du « carreau de sucre dans le café » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  28. Florent Le Du, « « Les Républicains » et le péché de gourmandise », sur L'Humanité,
  29. Composition de l'assemblée.
  30. « Claude Goasguen, député Les Républicains de Paris, est mort », sur Le Monde, (consulté le ).
  31. Pierre Lepelletier, « Présidentielle 2022 : Guillaume Peltier, ex-numéro 2 de LR, a "décidé de soutenir Éric Zemmour" », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  32. Quentin Laurent et Alexandre Sulzer, « Éric Woerth : «J’ai décidé de soutenir Emmanuel Macron» », sur Le Parisien, (consulté le )
  33. « Législatives : La majorité investit 263 nouveaux candidats dont Véran, Fesneau et l'ex LR Reda », sur BFM TV, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]