Jean-Pierre Vigier (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vigier et Jean-Pierre Vigier.
Jean-Pierre Vigier
Image illustrative de l'article Jean-Pierre Vigier (homme politique)
Fonctions
Député de la Haute-Loire
Élu dans la 2e circonscription
En fonction depuis le
(4 ans 8 mois et 6 jours)
Élection 17 juin 2012
Prédécesseur Jean Proriol (UMP)
Conseiller régional d'Auvergne-Rhône-Alpes
En fonction depuis le
(1 an 1 mois et 22 jours)
Élection 13 décembre 2015
Président Laurent Wauquiez
Maire de Lavoûte-Chilhac
En fonction depuis le
(8 ans 11 mois et 5 jours)
Élection
Prédécesseur Jean-Pierre Vigier père
Biographie
Date de naissance (47 ans)
Lieu de naissance Brioude (Haute-Loire)
Nationalité Française
Profession Fonctionnaire territorial
Religion catholique
Résidence Lavoûte-Chilhac (Haute-Loire)

Jean-Pierre Vigier (dit Peter Vigier pour le différencier de son père[1]), né le à Brioude (Haute-Loire), est un homme politique français, député de la Haute-Loire depuis 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ingénieur et diplômé d'études approfondies en informatique[2], Jean-Pierre Vigier est le fils de Jean-Pierre Vigier, ancien maire (UDF puisMoDem[3]) de Lavoûte-Chilhac, en Brivadois[1], et conseiller départemental du canton.

Fonctionnaire territorial, il est successivement directeur administratif et financier du Syndicat mixte d’aménagement touristique (SMAT) du Haut-Allier, qu'il préside depuis avril 2015, puis directeur général des services de la ville de Saint-Flour (Cantal)[2].

Parallèlement, il s'engage à la suite de son père dans une carrière politique. Il lui succède en 2008 à la tête de la commune de Lavoûte-Chilhac, avant d'être suppléant du président du conseil général Gérard Roche pour les élections sénatoriales de 2011. En 2012, à la suite du retrait du candidat initialement pressenti pour succéder au député Jean Proriol, le maire de Brioude Jean-Jacques Faucher[4], il est finalement désigné candidat de la « majorité départementale ».

À l'issue d'un duel avec le vice-président du Conseil régional d'Auvergne André Chapaveire (PS), il est élu député de la 2e circonscription de la Haute-Loire lors des élections législatives de 2012.

Apparenté au groupe de l'UMP, il se spécialise dans les questions d'aménagement du territoire et d'agriculture à l'Assemblée nationale. Le 27 novembre 2012, il adhère au groupe Rassemblement-UMP présidé par François Fillon[5] en tant qu'apparenté[6].

Il soutient Nicolas Sarkozy pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]