Alain Marsaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marsaud.
Alain Marsaud
Alain Marsaud en 2012.
Alain Marsaud en 2012.
Fonctions
Député de la 10e circonscription des
Français établis hors de France
En fonction depuis le
(4 ans 10 mois et 9 jours)
Élection 16 juin 2012
Législature XIVe législature
Groupe politique UMP puis LR
Prédécesseur siège créé
Député de la 1re circonscription
de la Haute-Vienne

(5 ans et 9 jours)
Législature XIIe législature
Prédécesseur Claude Lanfranca
Successeur Monique Boulestin

(4 ans et 19 jours)
Législature Xe législature
Prédécesseur Robert Savy
Successeur Claude Lanfranca
Conseiller général de la Haute-Vienne
élu dans le canton de Limoges-Centre

(12 ans 9 mois et 17 jours)
Élection 27 mars 1994
Prédécesseur Michel Bernard
Biographie
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Limoges (France)
Nationalité Française
Parti politique RPR
UMP
Les Républicains
Profession Magistrat

Alain Marsaud est un homme politique français, né le à Limoges (Haute-Vienne). Ancien magistrat, il a été notamment chef du service central de lutte antiterroriste au parquet de Paris dans les années 1980.

Il est élu député dans la dixième circonscription des Français établis hors de France lors des élections législatives de juin 2012.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Affaires[modifier | modifier le code]

En 1997, Alain Marsaud a été un des cadres dirigeants de la Compagnie générale des eaux devenue Vivendi durant les années Jean-Marie Messier[1]. Ayant titre de « directeur général adjoint », il fut chargé des dossiers de sécurité et d'intelligence économique. Il quitta cette société à l'arrivée de la nouvelle équipe dirigeante de Jean-René Fourtou.

Politique[modifier | modifier le code]

Député deux fois sur la 1re circonscription de la Haute-Vienne lors de la Xe législature et de la XIIe législature, il est élu conseiller général de la Haute-Vienne du canton de Limoges-Centre en 2001, réélu en 2008, et ancien président de la fédération UMP de la Haute-Vienne.

En 1994, au début de la vague d'affaires politico-financières, peu après les affaires Carignon et Longuet, Alain Marsaud et Philippe Houillon (Président de la Commission des Lois sous la XIIe législature) avaient présenté et fait voter en pleine séance de nuit un amendement (dit amendement Marsaud-Houillon) interdisant la publication de toute information concernant une personne « faisant l'objet d'une enquête ou d'une instruction judiciaire » avant la saisine définitive de la juridiction de jugement. Cette disposition, qui avait suscité un tollé [2], avait finalement été supprimée lors de l'examen du texte par le Sénat. Elle aurait, selon Alain Marsaud, « évité, si elle avait été votée, le drame d'Outreau. »

Le , le député UMP Alain Marsaud a déposé une proposition de loi « visant à proscrire les lettres et documents anonymes dans le domaine de la preuve judiciaire ». Cette proposition de loi, rejetée à l'époque, a été reprise dans le travail de réflexion menée par le Garde des Sceaux Rachida Dati, à la demande du président de la République, Nicolas Sarkozy.

Candidat aux élections législatives de 2012 dans la dixième circonscription des Français établis hors de France (circonscription couvrant les pays du Golfe, du sud de l'Afrique et de l'Océan Indien), il est élu au second tour[3],[4].

Il est l'un des députés UMP à s'abstenir sur le Pacte budgétaire européen, en .

Il soutient Nicolas Sarkozy pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[5].

Mandats[modifier | modifier le code]

Il est actuellement :

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Avant de tout oublier (Denoël) - janvier 2002
  • Face à la terreur, entretiens avec Serge Raffy (éditions Fayard) - avril 2007

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]