François Cornut-Gentille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Bernard Cornut-Gentille.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cornut.
François Cornut-Gentille
François Cornut-Gentille(juillet 2017)
François Cornut-Gentille
(juillet 2017)
Fonctions
Député de la 2e circonscription de la Haute-Marne
En fonction depuis le
(24 ans, 5 mois et 23 jours)
Élection 28 mars 1993
Réélection 1er juin 1997
16 juin 2002
17 juin 2007
17 juin 2012
18 juin 2017
Législature Xe, XIe, XIIe, XIIIe, XIVe et XVe
Groupe politique RPR (1993-2002)
UMP (2002-2015)
LR (depuis 2015)
Prédécesseur Guy Chanfrault
Maire de Saint-Dizier

(22 ans et 19 jours)
Élection 18 juin 1995
Réélection 11 mars 2001
9 mars 2008
23 mars 2014
Prédécesseur Guy Chanfrault
Biographie
Date de naissance (59 ans)
Lieu de naissance Saint-Mandé (Val-de-Marne)
Nationalité Française
Parti politique RPR
UMP
Les Républicains
Diplômé de Université Paris-X

François Cornut-Gentille, né le à Saint-Mandé (Val-de-Marne), est un homme politique français. Il est député de la Haute-Marne depuis 1993.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1958 à Saint-Mandé (Val-de-Marne), François Cornut-Gentille est marié et père de cinq enfants. Son oncle, Bernard Cornut-Gentille, fut ministre du général de Gaulle et maire de Cannes.

De 1983 à 1993, il est chargé d’études puis directeur des études d’opinion dans deux instituts de sondage, la Sofres et Louis Harris.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 1988, il est nommé secrétaire départemental du RPR en Haute-Marne.

En 1993, il devient député de la seconde circonscription de Haute-Marne, sous l'étiquette RPR (réélu en 1997, 2002, 2007, 2012 sous l'étiquette UMP). Dans un contexte national difficile pour LR face à la vague Macron, il est réélu le 18 juin 2017 face au candidat du FN avec 61,81%.

En 1995, il est élu maire de Saint-Dizier (réélu en 2001, en 2008 et 2014)[1]. À Saint-Dizier, il mène un ambitieux programme de rénovation urbaine afin de tenter de réunifier une ville partagée entre son centre ville et son quartier moderne, le Vert-Bois. Le 23 mars 2014, il est réélu au premier tour avec 72,63 % des voix à la mairie de Saint-Dizier. Pour être en accord avec la loi sur le non-cumul des mandats, il cède son siège de maire de Saint-Dizier le 8 juillet 2017.

Depuis 2004, il est l'animateur du club de la Boussole, amicale informelle de députés UMP puis LR.

Il soutient Alain Juppé pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[2].

Il est le président de la communauté d'agglomération Saint-Dizier, Der et Blaise[3].

Centres d'intérêt[modifier | modifier le code]

Défense nationale[modifier | modifier le code]

Il est en 2002 rapporteur pour avis de la commission de la défense de l'Assemblée nationale pour le budget de la Défense. En juin 2003, il est l'auteur d'un rapport Le Ministère de la Défense et la réforme budgétaire.

En 2004, devenu membre de la commission des finances, il devient rapporteur spécial des crédits de la Défense. En 2007, il réintègre la commission de la défense et reprend le suivi budgétaire des crédits d'équipement de la défense et de la dissuasion.

Entre 2008 et 2012, il mène la mission de suivi de la réforme du ministère de la défense avec le député socialiste Bernard Cazeneuve.

En 2012, à la suite des élections législatives, il réintègre la commission des finances où il est nommé rapporteur spécial du budget de la défense pour ce qui concerne la préparation de l'avenir (programmes budgétaires 144 et 146).

À l'automne 2013, il mène en tant que rapporteur spécial le premier contrôle parlementaire sur l'École polytechnique qui donne lieu à un rapport en octobre 2014 "Polytechnique, l'X dans l'inconnu".

En mars 2017, il publie un rapport sur le transport stratégique militaire à la suite d'une communication de la Cour des comptes au Sénat.

Réforme de l'État[modifier | modifier le code]

En octobre 2009, il est chargé d'une mission auprès du ministre du budget, des comptes publics et de la réforme de l'État, sur la mise en place d'indicateurs de qualité des services publics. Son rapport a été remis le 3 mars 2010.

En 2011, avec le député Christian Eckert, il a mené une mission d'évaluation de la RGPP pour le comité d'évaluation et de contrôle des politiques publiques de l'Assemblée nationale. Le rapport principal a été publié en décembre 2011 ; un rapport de suivi en novembre 2012.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le Ministère de la Défense et la réforme budgétaire, Assemblée nationale, juin 2003
  • La Participation pour tous, rapport au Premier ministre, la Documentation française, octobre 2005
  • Modernisation de l'État, qualité des services publics et indicateurs, rapport au ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l'État, mars 2010
  • Gouvernez !, Alma Éditeur, avril 2015
  • Comment sortir de l'impuissance publique ?, Le Débat, mars-avril 2016
  • Pour un nouveau Parlement - retrouver la force de gouverner, Le Débat, mars-avril 2017

Mandats[modifier | modifier le code]

  • 19/03/1989 - 18/06/1995 : conseiller municipal de Saint-Dizier
  • 02/04/1993 - 21/04/1997 : député
  • 25/06/1995 - 18/03/2001 : maire de Saint-Dizier
  • 01/06/1997 - 18/06/2002 : député
  • 19/03/2001 - 09/03/2008 : maire de Saint-Dizier
  • 19/06/2002 - 09/06/2007 : député
  • 10/06/2007 - 2012 : député
  • 10/03/2008 - 2014 : maire de Saint-Dizier
  • 2012 - 2017 : député
  • 2014 - juillet 2017 : maire de Saint-Dizier. En raison de la loi sur le non-cumul de mandats, il démissionne comme maire après avoir été réélu comme député.
  • 18/06/2017 - en cours : député

Photographies[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]